AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Family is the most precious thing ✵ Esther

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
North Hospital - Staff





Ancien métier : Propriétaire d'un bar
Occupation : Elle donne un coup de main à ceux qu'elle supporte.
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ici-même à Fort Lairge
Messages : 88
Date d'inscription : 23/10/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Natalie Dormer




MessageSujet: Family is the most precious thing ✵ Esther   25.02.17 16:17

Family is the most precious thing
Esther & Vicky



Vicky ne pouvait s'empêcher de les regarder de haut alors qu'ils s’affairaient à faire comme si la situation étaient normale et qu'il s'agissait d'une journée comme les autres avant que tout soit chamboulé. La nuit dernière, Tristan l'avait convaincu de peine et de misère à grouiller ses fesses et à aider un peu les autres, comme si de faire semblant que de faire le lavage servait à quelque chose allaient améliorer sa vie. Il était clairement convaincant car elle avait passé les deux dernières heures à transporter de la neige afin de la fondre et de pouvoir en utiliser l'eau pour le lavage, économisant ainsi l'eau potable qui risquait de jour en jour de devenir une denrée rare. Elle laissait les ménagères discuter entre elle de potin qui l'interessait absolument pas et elle se concentrait sur le côté plus physique. Vicky était d'ailleurs ravie d'avoir fait ce choix parce que les personnes qui faisaient comme elle avait un point commun, celui de pas parler pour rien dire et ça... c'était inestimable dans ce monde de fou.

La journée étaient passée assez rapidement malgré tout et elle n'avait même pas perdu patience après quelqu'un ce qui en soit était un exploit. Ayant par contre atteint son quota de tolérance, elle décidait de s'éloigner de toute âme risquant de gâcher sa journée. Prenant les escaliers afin d'atteindre l'étage occupé par leurs chambres, elle s'en allait vers la sienne avant d'immobiliser ses pas. Elle n'avait pas envie de s'enfermer dans sa grotte tout de suite et elle avait à peine eu l'occasion de discuter avec sa soeur. Passant par sa chambre pour voir si elle s'était prit sa ration de nourriture pour le diner, elle se dirigea vers le secteur de distribution et prit deux plateaux repas qu'elles amena jusqu'à la chambre de cette dernière. Manger seule en sa compagnie était officiellement un excellent moyen de clore cette journée.

De retour devant la porte de la chambre d'Esther, Vicky donna quelques coups avant d'attendre que cette dernière vienne lui ouvrir. Ce n'était pas vraiment par politesse qu'elle lui laissait venir l'accueillir parce qu'en temps normal elle ne se gênait pas et débarquait en grande, mais là c'était différent... Elle avait les mains bien trop occupée ! Le visage de sa soeur apparu rapidement et immédiatement Victoria lui souriait. Elle avait beau ne pas toujours se montrer douce avec elle et avoir plus d'une fois mérité qu'elle lui donne un bon coup de pieds aux fesses, mais Esther était ce qui lui restait de plus précieux. Elle avait une horrible façon de le démontrer parfois, mais au fond, elle l'aimait que tout son coeur et ne souhaitait qu'une chose et c'était sa protection.

« J'ai participé au lavage aujourd'hui et en plus je t'amène le repas. Tu crois qu'en échange tu pourrais me voler subtilement une palette de chocolat dans la réserve ? »

Parce qu'elle perdait rien à mettre un place un système de récompense comme le fond normalement les parents avec les enfants turbulent. Esther bénéficiait d'une excellente réputation auprès des autres survivants et Vicky ne pouvait s'empêcher d'être fière de voir comment elle gérait tout ça, mais ça... elle ne l'avouerait sans doute jamais.

« Tu as toute la soirée de libre ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital



Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2017
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Elisabeth Olsen




MessageSujet: Re: Family is the most precious thing ✵ Esther   01.03.17 11:49


A sister is the most precious thing
Victoria et Esther



Assise autour d’une table, dans ce qui s’avérait désormais être sa chambre, Esther vérifiait pour la deuxième fois l’inventaire de la nourriture, les sourcils froncés, signe que quelque chose n’allait pas. Cela pouvait peut-être paraitre idiot à certains et elle n’était pas sans ignorer que Vicky en faisait partie, mais Esther avait besoin de s’accrocher à un semblant de normalité pour ne pas sombrer dans ce monde qu’elle ne reconnaissait pas mais qui, sans qu’elle comprenne comment et pourquoi, était devenu le leur. C’était comme se retrouver plongé au cœur d’un mauvais film ou d’un cauchemar dont elle ne parvenait pas à se réveiller malgré tous ses efforts. Pour ne pas devenir complétement folle, elle avait un besoin viscéral de s’occuper, et employer son temps à la gestion des vivres, médicaments et armes de tout ce petit monde, en plus d’être utile c’était également un excellent moyen d’occuper ses journées mais également l’esprit, et visiblement elle n’était pas la seule à éprouver ce besoin. Observer Amy et Susan faire la classe à leurs enfants dans l’une de ces chambres encore inoccupée qu’elles avaient transformé en salle de classe, entendre les enfants s’indigner d’avoir des devoirs à faire le soir à la cantine ou en les croisant dans les couloirs, pouvait peut-être paraitre complétement ridicule à certain mais elle, ça la rassurait.
Assise ainsi à sa table, lui rappelait ses longues soirées où elle s’enfermait dans sa chambre pour s’occuper de la gestion de l’entreprise jusqu’à pas d’heure au point de parfois oublier de manger lorsqu’elle se trouvait face à un problème qu’elle n’arrivait pas résoudre. Lorsqu’elle ne travaillait pas ce qui était assez rare, ou qu’elle revenait du travail et qu’il y avait toujours la lumière dans sa chambre, Vicky finissait toujours par débarquer dans sa chambre à un moment ou à un autre armé d’un bol de soupe ou d’un chocolat chaud

Alors que son esprit vagabondait avec nostalgie quelques coups à la porte de sa chambre la firent sursauter et se retourner en direction de cette dernière. Constatant que personne n’entrait, Esther se leva de sa chaise intriguée, en espérant secrètement que sa sœur n’avait pas de nouveau fait des siennes en provoquant de nouveaux scandales pour dieu sait quelle raison. Lorsqu’elle ouvrit la porte et qu’elle se retrouva face à sa sœur ainée les bras chargés de deux plateaux repas, son visage s’illumina de plaisir. La débarrassant de l’un d’eux elle ne put s’empêcher de s’esclaffer en entendant sa soeur lui énumérer non sans fierté toutes les corvées auxquels elle s’était acquittée, comme une enfant qui attendait une récompense de ses parents.

- Dans ce cas, si on récompense en fonction du travail fournit ta tablette de chocolat ne me reviendrait pas de droit ? Tu sais quand l’autre jour j’ai terminé ton travail à ta place de crainte que tu étripes Laureen, la taquina-t-elle

Posant son plateau repas sur la table elle referma ses trois cahiers et les posa sur son lit avant de s’installer face à sa sœur le sourire aux lèvres.

- Tu sais que j’étais justement en train de penser à toi ? De ces moments où lorsque tu revenais du travail et que j’avais encore la lumière dans ma chambre tu m’apportais une tasse de chocolat chaud ou une soupe… d’ailleurs qu’est-ce qu’il y a de bon au menu ? Demanda-t-elle en posant enfin son regard sur le plateau repas

L’assiette n’était pas forcément bien garni, mais elle avait le mérite de contenir des pâtes accompagné d’un œuf, ainsi qu’un yaourt au fruit périmé depuis 3 jours. C’était pas si mal, ils ne mourraient pas encore de faim pour le moment, c’était déjà ça. Alors qu’elle s’emparait de sa fourchette elle releva la tête en direction de sa sœur et fit mine de réfléchir à sa question.

- Et bien en fait Franck voulait m’amener au ciné ce soir et ensuite on aurait surement été boire un verre quelque part mais pour toi je vais l’appeler et me décommander, fit-elle le plus sérieusement du monde avant d’éclater de rire. Bien sur, lui assura-t-elle en posant sa main sur la sienne. Et puis je t’avoue que je déteste être seule le soir.

Le soir, c’était à cette période de la journée que ces maudites créatures reprenaient le contrôle de la ville et de leurs vies. Ils ne savaient jamais si les wendigos allaient les débusquer ni ce qu’ils devaient faire pour qu’ils ne parviennent pas à les trouver. La lumière les attiraient-ils ? Le bruit ? L’odorat ? Ils l’ignoraient encore, mais il était difficile de faire des rondes et de se protéger dans l’obscurité une fois la nuit tombée. Quand à se cacher dans un coin en priant qu’aucun Wendigo ne surgisse devant vous en attendant avec angoisse que le soleil daigne se lever, n’était une solution guère plus enviable. Chassant ses sombres pensées, Esther laissa s’échapper un plaisir de contentement en dégustant sa première bouchée

- Mmmh c’est trop bon, un vrai régal !!!! C’est Suzanne hein ? Mmmh cette femme est un cordon bleu ça nous change du plat d’hier soir concocté par Brody, ria-t-elle. Bon d’accord ce ne sont que des pâtes mais je te jure que j’ai l’impression que cela fait une éternité que je ne me suis pas autant régalée. Alors comme ça, tu as participé au lavage ? Et ben dis donc qu’est-ce qui t’arrive ? Lui demanda-t-elle amusé par ce revirement soudain. Moi j’ai passé la journée à continuer mon inventaire. Avec Tristan on a rapatrié une partie des armoires à pharmacie qu’on a trouvé, heureusement qu’il m’a aidé, même si on est loin d’avoir fini.

Pensive elle caressa son plat du bout de sa fourchette avant de relever ses yeux sur sa sœur.

- Tu sais, tout à l’heure tu plaisantais concernant le vol d’une tablette de chocolat mais… Je peux te dire quelque chose sans que tu retournes tout l’hôpital ? Lui demanda-t-elle d’un regard suppliant. j’étais entrain de revérifier l’inventaire quand tu es arrivée… il nous manque des choses : une bouteille d’alcool, 2 boites de gâteaux secs et 2 boites de pieds de porc. Ça peut paraître pas grand-chose et insignifiant et je sais bien que les vivres finiront par nous manquer tout ou tard si ça continue mais on est nombreux, alors si tout le monde se sert sans respecter les autres…  Je ferme toujours la réserve à clé, idem pour l’armurie, et elle est toujours sur moi, il n’y a que la pharmacie que l’on est entrain d’installer que je laisse à libre disposition,… lorsque j’y suis allée tout à l’heure la porte n’était pas fermé à clé… j’ai peut-être oublié de la fermer mais franchement j’en doute…. t’en penses quoi toi ? Que c’est un acte isolé ou que cela risque de se reproduire ? En plus je ne sais pas du tout qui a pu faire ça...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital - Staff





Ancien métier : Propriétaire d'un bar
Occupation : Elle donne un coup de main à ceux qu'elle supporte.
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ici-même à Fort Lairge
Messages : 88
Date d'inscription : 23/10/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Natalie Dormer




MessageSujet: Re: Family is the most precious thing ✵ Esther   20.03.17 15:48

Family is the most precious thing
Esther & Vicky


La réplique de sa soeur alors que Victoria demandait une récompense avait fait mouche. D'abord silencieuse, elle avait fait une légère grimace tout en faisant semblant de réfléchir. Esther avait des arguments bétons... elle ne pouvait que lui concéder, mais croire qu'elle avait dit son dernier mot et qu'elle allait s'avouer vaincue était une grave erreur.

« Je concède.. Mais comme tu es ma soeur adorée et que tu as un coeur immensément grand tu vas me laisser au moins une bouchée »

Il ne manquait plus qu'un battement de paupière faussement adorable et ce numéro était parfait ! Ne pouvant restée sérieuse plus longtemps, elle s'autorisait l'un de ses rares ricanement avant de lui laisser son couvert et de prendre place face à elle. Le souvenir qu'évoquait sa soeur la rendait d'ailleurs nostalgique de cette époque où tout était si simple. Elle aurait beaucoup donné pour pouvoir y retourner, mais malheureusement elle doutait de plus en plus que le monde redeviendrait un jour ce qu'il était.

« Quelque chose de beaucoup moins délicieux que mes soupes et mes chocolats chauds... Mais je te promet que si j'ai l'occasion de t'en refaire je n'hésiterai pas. »

Victoria n'avait pas à se plaindre. Il était vrai que la nourriture disponibles étaient loin d'être excitante et de la faire saliver, au moins ils n'étaient pas aux prises avec la famine. Les portions étaient rationnées afin de pouvoir être utilisable le plus longtemps possible et le moindre abus pouvait s'avérer grave à long terme, mais ils mangeait assez pour ne pas avoir trop faim et c'était ça qui importait véritablement. Cet élan de nostalgie semblait d'ailleurs inspiré sa soeur qui ne manqua pas l'occasion de tourner sa question pourtant très légitime vu comment contrairement à elle, elle passait énormément de temps à tenter d'aider les autres et de rendre cet endroit le plus vivable possible. Le regard qu'elle lui lançait était d'ailleurs sans équivoque.

« Je comprends que tu ai envie de vivre dans le déni... Même si les cinémas était toujours en fonction il y a pas un seul bouseux ici avec lequel je te laisserais sortir sans vous surveiller très attentivement. »

Elle n'était pas parvenue à aller jusqu'au bout de son idée sans craquer légèrement pour finalement éclater de rire en même temps qu'elle. Elle blaguait... mais pas tant que ça. Les hommes de l'hôpital l'insupportait et aucun d'entre eux ne méritait sa soeur... enfin il y en avait bien un qui se démarquait des autres, mais elle préférait ignorer délibérément son existence pour l'instant, parce que même si elle ne souhaitait pas se l'avouer, l'idée qu'il ait une romance avec quelqu'un lui ferait bien plus de mal qu'il ne le devrait. Enfin bref ! Il n'y avait pas a douter que si l'un d'entre eux entamait la moindre recommence avec elle, il l'aurait dans les pattes pendant très longtemps. Enroulant ses doigts autour des siens, elle hochait la tête en l'entendant lui faire part de ce qu'elle ressentait à l'idée de rester seule dès que le soleil se couchait.

« Ouais... moi aussi. »

Elle préférait ne pas y réfléchir, mais elle ne pouvait s'empêcher de se demander combien de temps ce refuge allait-il les tenir loin du danger. Elle avait vu ses créatures de près et savait qu'ils étaient redoutable et à chaque nuit, elle se demandait si leurs moyens de défense allaient tenir le coup. Commençant doucement à attaquer son plat, Victoria levait un sourcil en entendant qui était clairement beaucoup trop enthousiasmée par ce plat néanmoins correct. La jeune femme allait trouver un moyen de ruiner l'ambiance en décochant l'un de ces commentaires négatifs qu'elle maîtrisait à la perfection lorsqu'elle se ravisa. Elle pouvait bien faire un effort pour ce soir. Vicky venait d'ailleurs à peine d'avaler sa bouché lorsqu'Esther lui rappela les taches auxquels elle avait participé. La jeune femme eut d'ailleurs bien du mal à complètement masquer le petit sourire qui s'était dessiné sur ses lèvres à l'évocation de Tristan et de son aide précieuse... C'était ça qui lui était arrivé.

« J'ai contenu mes envies de meurtres... juste pour ça je mérite une médaille. D'ailleurs le prochain coup je me fais plus chier avec elle, si tu as besoin d'aide pour les médocs je suis là. »

Les propos suivants de sa soeur eux eurent pour effet de l'intriguer très rapidement. Lui demander de ne pas retourner l'hôpital ? Ça c'était pas gagné d'avance... mais merde elle pouvait pas résister à ce petit regard de cocker qu'elle lui faisait.

« Promis. Qu'est-ce qu'il y a ? »

Les sourcils légèrement froncés, Victoria roulait des yeux. Non mais cette bande d'imbécile passait leur temps à la regarder de travers, mais il y avait bien pire dans le lot. Elle ne savait pas qui pouvait bien être derrière ce vol, mais elle allait clairement surveiller ceux qui allait sentir le fond de tonne et mettre en priorité sur sa liste les dégoutants capable d'avaler un truc aussi horrible que des pieds et porc alors qu'il y a encore bien mieux à manger. Réfléchissant, la précision de sa soeur concernant la forte protection qu'elle faisait de cette clé lui tira un grimace et l'a fit lever vers elle des yeux effarés. Ils avaient bien blagués à propos des amants, mais elle était sérieuse. Cette hôpital était envahie par une bande d'idiots et elle espérait vraiment que sa soeur n'ouvrait pas les cuisses pour ces guignols.

« Si tu l'as toujours sur toi c'est que cette personne l'a possiblement prise pendant ton sommeil, ce qui veut aussi dire qu'il va falloir que tu barres les dégueux aimant les pieds de porc de ta liste d'amant... et aussi que tu me dises ceux appartenant à cette catégorie que je garde un oeil sur eux. »

Victoria était certaine d'une chose, si cela avait commencé alors qu'ils ne manquaient de rien, ce n'était pas la dernière fois que ça se produisait. Elle aimait bien faire des blagues et elle rêvait de voler des tas de trucs et d'envoyer balader ses idiots, mais elle le faisait pas parce qu'elle voulait avant tout survivre pour la protéger elle et en agissant ainsi, le ou les voleurs la nuisait dans son but et elle ne comptait pas les laisser faire.

« Tu crois qu'il existe une autre clé ? Un double ayant pu être stocké à quelques parts qu'un rigolos aurait pu découvrir ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital



Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2017
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Elisabeth Olsen




MessageSujet: Re: Family is the most precious thing ✵ Esther   25.04.17 4:18


A sister is the most precious thing
Victoria et Esther



Parvenir à plaisanter et même aller jusqu'à rire ouvertement, lui donnait une sensation de réconfort et d'assurance. Leur situation était très loin d'être idéale, à vrai dire, c'était même un véritable cauchemars mais lorsqu'on relativisait, elle se disait qu'elles avaient de la chance. Elles étaient toujours en vie, toutes les deux, elles pouvaient compter l'une sur l'autre, elles allaient bien n'était-ce pas ça au finale le plus important ? Et puis entendre sa soeur être à nouveau capable de plaisanter et de rire l'apaisait et la tranquillisait. Depuis qu'elle était revenue seule de Mahigan Moutain quelque chose avait changé en elle, un peu à l'image d'une fêlure qui s'entaillait toujours plus profondément la surface avant de la briser totalement en mille morceaux. Sa soeur avait toujours était une femme forte et indépendante qui aimait rire et plaisanter, elle voyait toujours le bon coté des choses et des gens mais depuis tout avait changé, ce qui du reste était normal, face au danger on réagissait tous différemment mais Vic, elle, avait changé du tout au tout. Elle était devenue absolument exécrable explosant avec tout le monde pour un oui ou pour un non, jamais jusqu'alors, elle n'avait vu sa soeur dans cet état. Esther ignorait ce qui avait bien pu se passer mais en sachant que Sophie aurait de se trouver avec elle et que Victoria était revenue seule il n'y avait pas besoin d'être devin pour deviner que Sophie avait du périr sous les griffes de ces monstres. Une perte très difficile à gérer pour sa soeur qui voyait son amie comme sa jumelle, surtout si elle avait du assister à tout ça avec impuissance. Esther n'avait jamais osé demandé à sa soeur ce qui s'était passé exactement, d'un coté elle se disait que ça lui ferait surement du bien d'en parler, mais de l'autre elle connaissait suffisamment Vicky pour savoir que si elle l'incitait à en parler alors qu'elle n'était pas prête, cela ne servirait qu'à la braquer, ensuite elle se refermerait sur elle-même comme une huitre et toute possibilité d'échange à ce sujet disparaitrait à jamais. Il lui était très difficile de se retenir de lui poser la question, particulièrement lorsqu'elle la surprenait à pleurer dans son sommeil, plus d'une fois elle avait été tenté d'engager la conversation et plus d'une fois elle avait dû se mordre la langue. Le temps lui avait finalement donné raison puisqu'aujourd'hui, elle semblait allait un peu mieux, c'était long et Esther ne se faisait aucune illusion, elle se doutait que quoi qu'il ait pu se passer, ça la bouffait encore intérieurement mais elle allait mieux et ça se voyait. Et puis très égoïstement, quoi qu'il ait pu se passer et bien qu'elle affectionnait elle aussi beaucoup Sophie, elle préférait que les choses se soient déroulé de la sorte, que ce soit Sophie plutôt que Victoria, qui y soit restée. Si Sophie était revenue sans sa soeur, elle n'aurait jamais pu lui pardonner, et ce, même si ce n'était pas sa faute. La simple idée de perdre sa soeur la bouleversait. Levant son doux regard sur sa soeur, elle se leva de sa chaise et l'enveloppa de ses bras pour lui faire un câlin alors que cette dernière lui promettait de lui refaire de la soupe ou du chocolat chaud si jamais l'occasion venait à se représenter.

- Je t'aime tu sais, lui dit-elle sincèrement avant de se reprendre et de rajouter sur un ton léger, malgré tout, tu n'auras pas de chocolat pour autant ria-t-elle.

S'il avait bien quelque chose de positif qui était ressorti de toute cette maudite histoire c'était qu'elle avait réalisé que chaque minute, chaque seconde passée étaient précieuses et que rien n'était acquis et surtout pas les moments précieux que l'on pouvait passer auprès de nos proches. Sans être obsédée par la mort, Esther avait pris conscience que si aujourd'hui elles pouvaient rire ensemble et se serrer dans les bras l'une de l'autre, demain elle pouvait très bien ne plus être là. Hier encore, sauf occasion exceptionnelle comme un anniversaire, elle n'aurait pas hésité à planter sa soeur et à se décommander pour un garçon mais aujourd'hui les choses étaient différentes, sa soeur était devenue sa seule et unique priorité même si son côté rabat-joie et provoquant pouvait se montrer très vite fatigant, comme lorsqu'elle ne comprenait pas son besoin de vivre dans un semblant de normalité

- Je ne vis pas dans le déni, lâcha-t-elle dans un soupir en renonçant toutefois à entrer une nouvelle fois dans un débat stérile dans lequel chacune resterait obstinément campé sur ses positions

Heureusement, la suite de sa remarque fit dévier quelque peu le sujet et ne manqua pas de la méduser comme Victoria pu en juger par l'expression de surprise mais également d’amusement qui se dessinait sur son visage. Et si elle avait passé l'âge d'avoir un chaperon, ce qu'elle faillit lui faire remarquer, autre chose avait retenu toute son intention. Une remarque qui l'amusa clairement et avec laquelle elle avait bien envie de jouer un peu à son tour

- Ah oui ? Vraiment ?
S’étonna-t-elle avant de rajouter innocemment en jouant avec sa fourchette, pas un seul bouseux hein ? T’en sortirais aucun du lot ? Pas même un certain père célibataire d’une adolescente ?

Victoria n’avait que peu d’amis parmi les survivants, à vrai dire, ils se comptaient sur les doigts d’une main et tout le monde avait déjà été confronté, à un moment ou un autre, à ses sauts d’humeur devenues légendaires. Tous excepté une personne. Mieux encore, il était le seul à parvenir à désamorcer la grenade Cohle lorsqu’elle était pourtant dégoupillée. Au début, Esther avait cru qu’il y avait quelque chose entre eux mais après une longue et minutieuse observation, force était de constater qu’il n’en n’était rien ce qui l’avait quelque peu dérouté, néanmoins, elle connaissait suffisamment sa sœur pour savoir que même s’il ne se passait absolument rien entre eux actuellement, Victoria avait un petit faible pour lui.
Elle ne pu s’empêcher de rire légèrement moqueuse face à la réaction de sa sœur et à vrai dire parler de sujet aussi léger que celui des garçons lui faisait du bien car ça lui permettait d’oublier un peu cette situation précaire dans laquelle ils vivaient tous, de profiter de cet instant précieux de paix et de complicité avec sa soeur. D’ailleurs la proposition de cette dernière quand à l’aider à rapatrier les médicaments la surpris mais à bien y réfléchir avec Tristan et Hayley ils ne seraient pas de trop. A quatre ils auraient plus vite fini et surtout elle n’avait aucune crainte à avoir, elle savait déjà qu’avec ces deux-là, il n’y aurait pas de drame et que sa sœur serait (presque) sage comme une image

- D’accord, je t’embauche, lâcha-t-elle finalement sans hésitation.

Elle ne savait pas si sœur avait dis ça dans l’espoir qu’elle lui dise que ce n’était pas la peine ou si elle était sincère mais si tant pis pour elle, elle lui avait fait une proposition intéressante et elle ne comptait pas la laisser s’échapper.

- Et puis comment pourrais-je te priver de cette envie que tu as de travailler avec moi, car il est évident que rien d’autre ne te motive,
la taquina-t-elle

Son petite rire léger résonna dans la pièce alors qu’elle se régalait d’une nouvelle cuillerée de pâtes. Son regard se porta alors sur ses petits cahiers d’inventaire et aussitôt les problèmes auxquels elle étaient confronté un peu plus tôt s’imposèrent à nouveau dans son esprit avec cette fois, en plus, le désir de se confier à sa sœur. Le besoin de connaître son opinion se fit grandissant tout d’abord parce qu’elle aimait connaître l’avis de sa sœur quelque soit le domaine et qu’elle s’avérait très souvent de précieux conseils, de plus, s’il y avait bien quelqu’un en qui elle avait une totale confiance c’était bien en sa sœur aînée. On pouvait dire ce que l’on voulait de Vicky, sa sœur avait de nombreux défauts et elle était même la première à l’affirmer haut et fort mais ce n’était pas une voleuse. Toutefois, au vu de l’état actuel des choses et de l’état émotionnel instable de sa sœur, Esther n’était pas sans savoir qu’oser lui parler de ce qui la tracassait, c’était courir le risque de la voir partir à la recherche du coupable de manière quelques peu musclé ce dont personne n’avait besoin parce qu’à n’en pas douter Vicky commencerait par malmener les personnes qu’elle détestait le plus. C’est pourquoi, avant de la voir partir en croisade, Esther lui fit promettre de ne pas s’énerver. Une fois que sa sœur lui eut fait cette promesse Esther inspira un grand coup et reposant sa fourchette à coté de son assiette, elle se pencha légèrement vers Victoria et lui raconta ce qu’elle avait découvert. La réaction de Victoria ne se fit pas attendre et elle roula des yeux avec exaspération.
La réaction de sa sœur la surpris et à vrai dire elle se sentie à la fois offensée et honteuse, un peu comme une gamine prise en faute…
Offensée tout d’abord que sa sœur puisse s’imaginer, même si elle avait dit cela sans le penser le moins du monde, qu’elle avait une liste d’amants impressionnante, mais elle se sentait néanmoins un peu coupable. Coupable car elle ne pouvait nier qu’elle avait bel et bien trouvé du réconfort dans les bras de quelqu’un. Un homme qui n’aurait pas mérité une telle faveur mais il fallait croire qu’elle avait le chic pour choisir les pires mecs du coin. Dès qu’il y avait un toquard dans le coin, c’était plus fort qu’elle, il fallait qu’elle court se précipiter dans ses bras. Depuis l’histoire avec Jeffrey, Esther avait soigneusement évité toutes fréquentations amoureuses, il fallait dire qu’elle très mal vécu que ce type ce soit ainsi joué d’elle. Si elle ignorait son passé amoureux avec sa sœur, lui par contre il savait pertinemment qui elle était ainsi que ses liens avec Victoria, il n’avait aucune excuse ! En découvrant la vérité, elle s’était sentie sale et trahie

Avec ce semblant d’apocalypse, il avait fallu s’adapter et Esther faisait son possible pour se rendre utile et gérer les conflits mais ce n’était pas toujours évident et puis quoi qu’on face, il y avait des pertes, des gens biens qui disparaissaient de manière atroce… Ce jour-là, elle avait bien faillit y passer, pourtant, et elle ne savait pas comment, il n’en fut rien, elle était toujours là. Voir la mort d’aussi prêt lui avait donné envie de se sentir vivante et lui, il était là, il était gentil, à l’écoute et à vrai dire ses beaux yeux bleu l’avait fait chavirer. Elle n’avait aucune attente en particulier mais qui sait cela pourrait peut-être les mener quelque part…. Pourtant, le soir même elle avait découvert qu’il était parti non sans s’être servi au préalable dans leurs réserves d’armes et de vivres. Elle n’avait rien dit à personne et l’avait couvert parce qu’elle s’était sentie idiote et fautive et si elle pouvait excuser le fait qu’il avait besoin de vivres et d’armes pour reprendre la route elle lui en voulait malgré tout d’avoir fait ça dans son dos, car même s’ils ne s’étaient rien promis elle estimait mériter un peu plus de considération. La question de sa soeur la tira de ses réflexions et chassa Joshua de ses pensées

- Une autre clé... oui j'imagine que oui c'est possible après tout il n’y aurait rien de surprenant à ce que dans un lieu comme celui-ci il existe un autre jeu de clé mais il faudrait savoir où elles sont rangés et ce qu'elles ouvrent donc cela implique forcément une personne qui connaît les lieux et qui a bossé ici. Il y a Lawrence, Kate, Justin et Trevor qui correspondent à ce profil mais ce n'est pas forcément eux, on a peut-être un as du crochetage parmi nous. Mais franchement je comprends pas pourquoi il ou elle fait ça, fit-elle en fronçant les sourcils d'incompréhension. On a suffisamment a manger pour le moment. Est-ce quelqu'un qui s'approvisionne un petit stock personnel pour plus tard ? Ou est-ce quelqu'un qui fait du troc avec des affaires qui ne lui appartiennent pas ? Oooh j’en sais rien !

Esther lâcha un soupir et s'adossa mollement contre le siège de sa chaise. Décidément elle n'aimait pas cette situation, si cela venait à se savoir, et cela finirait tôt ou tard par être le cas, ça allait forcément générer des suspicions et ils n'avaient vraiment pas besoin de voir naître des embrouilles supplémentaires pour empoisonner les relations déjà tendus qui existaient entre certains membres. D’ailleurs elle n’était pas en reste, bien qu'elle s'efforçait de faire taire ses propres soupçons, elle-même ne pouvait s'empêcher d'éprouver quelques suspicions à l'égard de quelques membres de leur groupe, car après tout qu'est-ce qu'ils savaient les uns des autres ? Ils ne se connaissaient pas réellement, ils n’étaient que des étrangers les uns pour les autres, des étrangers qui devaient apprendre à vivre ensemble pour assurer leur survis mais ce n’était pas pour autant qu’elle leur faisait aveuglément confiance bien au contraire, Esther avait des a priori avec certains faciès et à vrai dire, certains avaient vraiment une mine patibulaire et tout particulièrement Seth. Il ne lui avait jamais rien fait, bien au contraire, il s'agissait d'un élément essentiel pour leur groupe mais elle ne pouvait s'empêcher de le trouver inquiétant et de s'en méfier, en plus il avait une tête aimer des pieds de cochons. Il y avait aussi David qu'elle trouvait sans-gêne, il était tout à fait dans sa nature d'interdire aux autres de se servir mais de s'affranchir des règles qu’il imposait aux autres sans se sentir un seul instant un tort ou gêné. Il y avait également Maureen qui n’en n’avait jamais assez et qui était toujours entrain de réclamer, ou Oliver qu'elle surprenait souvent à traîner dans le coin,… non décidément, il y avait trop de personnes aux profils de voleurs. Tout ceci n’était pas sans lui rappeler le Cluedo, un jeu dans lequel il fallait découvrir un coupable, les cartes en moins. Esther avait toujours détesté les jeux de société parce qu’elle n’acceptait de ne pas connaître des réponses à des questions de culture générale ou tout simplement de perdre. Même pour lorsqu’il fallait tirer les rois mages elle pouvait devenir abominable si elle avait le malheur de ne pas gagner la fève. Sa mère avait vite fini par se montrer plus maligne et avait toujours deux fèves qu’elle glissait dans deux part de gâteau, pour que sa sœur ne soit pas lésé et pour éviter un drame

- On pourrait dressé une liste de suspect aussi nombreuse qu'il y a d'occupants dans cet hôpital et encore si ça se trouve ce n'est peut-être même pas l'un d’entre nous, c'est peut-être quelqu'un qui se trouve à l'extérieur et qui vient nous voler, bon ok, la devança-t-elle, c'est vrai qu'un visage inconnu finirait par se faire remarquer à force, mais franchement je vois pas. Il faudra prendre notre voleur ou voleuse la main dans le sac mais s'il voit que s'est surveillé c’est mort... ou alors on s'enferme à l'intérieur et on attend ?

Cela pouvait être une solution après tout, même si elle ne se voyait absolument enfermé toute une journée dans cette pièce. Au bout d’une heure elle perdrait patience et Victoria se serait encore pire. Et puis ensuite ? Il se passerait quoi ?

- Admettons qu'il s'agisse de l'un des nôtres on fait quoi ? On le réprimande ? On le bannit ? Perso je me sens incapable de faire ça parce que bannir une personne c'est la condamner à coup sure


Lâchant un nouveau soupir, elle passa sa main dans ses cheveux. Pourquoi les gens ne comprenaient-ils donc pas qu’il fallait arrêter de se montrer individualiste et qu’ils avaient tout à gagner à avancer dans la même direction, pour le bien commun, en se serrant les coudes plutôt qu’à se la jouer solo ? Il était temps que les secours arrivent et mettent fin à cette situation qui allait finir par devenir ingérable si cela continuait. Mais pour l’heure, ils allaient devoir se débrouiller sans. Quelqu’un les pillait, il fallait que ça s’arrête et pour cela il fallait découvrir de qui il s’agissait, et ensuite ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital - Staff





Ancien métier : Propriétaire d'un bar
Occupation : Elle donne un coup de main à ceux qu'elle supporte.
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ici-même à Fort Lairge
Messages : 88
Date d'inscription : 23/10/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Natalie Dormer




MessageSujet: Re: Family is the most precious thing ✵ Esther   25.05.17 13:09

Family is the most precious thing
Esther & Vicky


Pas un seul bouseux hein ? T’en sortirais aucun du lot ? Pas même un certain père célibataire d’une adolescente Elle faisait comme si de rien était, mais sa remarque venait de la piquer et bien qu'elle se concentrait pour tenter que ça n'arrive pas, ses joues devaient être légèrement teintée de pourpre.

« D'accord c'est quelqu'un de bien. Mais j'ai rien à faire qu'il soit célibataire ou non, c'est mon ami. »

Son ton était bien plus sur la défensive qu'elle ne l'aurait voulu. Cette petite blague l'avait bien plus troublée qu'elle n'aurait pu le croire. Elle ne savait pas vraiment pourquoi sa soeur lui faisait une telle remarque, mais elle préférait oublier ce qu'elle avait fait naître en elle et changer de sujet. Heureusement pour elle, ce n'était pas les sujets de discussion qui manquaient et avec sa soeur, ça coulait facilement. En cet instant, même le tâches à faire semblait être un meilleur sujet... quoi que dans le cas présent. Il ne s'éloignait pas vraiment.

« Génial merci ! Si tu as autre chose tu me dis, je préfère être sous tes ordres qu'avec cette bande de dindes. »

Parce que bon, si elle pouvait choisir elle ferait rien de toute car elle n'en voyait pas vraiment l'utilité, mais tant qu'à se faire chier, elle voulait être en bonne compagnie. Victoria n'avait jamais vraiment eu l'occasion de travailler avec sa soeur et à quelques part, elle se disait que ça pourrait peut-être être agréable. Prenant une bouchée, elle passa bien près de étouffer avec sous cette nouvelle pique de sa soeur.

« Pourquoi tu dis ça ?»

Parce que c'était quand même la deuxième pique à propos de Tristan et qu'elle ne pouvait s'empêcher de chercher à comprendre. Il n'y avait absolument rien de plus qu'une sincère amitié entre eux. Du moins c'était ce qu'elle se plaisait à se répéter sans cesse. Rigolant finalement avec elle, Vicky redevint sérieuse en entendant sa soeur lui demander de garder son calme. C'était automatique qu'un tel commentaire venait avec une mauvaise nouvelle et bien que c'était le genre de promesse qu'elle ne pouvait jamais assurément tenir, elle avait bien l'intention de faire du mieux qu'elle pouvait. À en juger par le regard qu'elle lui lançait, sa remarque pourtant pleine de sens semblait être plus ou moins bien passée. Quoi ! C'était la meilleure technique pour soutirer quelque chose sur quelqu'un sans que cette personne ne s'en rende compte ! Sa soeur était loin d'être une trainée et l'ardoise de Vicky était sans aucun doute encore plus remplie, mais cette nouvelle chastetés depuis le début de la fin lui donnait l'impression qu'elle pouvait se permettre ce genre de remarque. C'était la seule chose pour laquelle elle était irréprochable, il fallait bien qu'elle s'accroche. Souhaitant ouvrir la porte sur une autre raison possible, Victoria fit comme si rien n'était et lui demanda s'il existait d'autres clés qui auraient pu être trouvées par quelqu'un. Elle n'était pas policière, les enquêtes c'était pas son truc, mais elle essayait néanmoins de soulever des pistes pouvant être utile ce qui les conduisait rapidement dans une impasse car comme le lui faisait remarquer sa soeur : ça pouvait être quelqu'un connaissant l'hôpital, quelqu'un de chanceux, quelqu'un s'y connaissant en crochetage bref la moindre âme dans cette hôpital pouvait être un suspect. Tout comme elle, Victoria ne savait pas ce que faisait exactement le voleur en question avec ces objets.

« Ça peut être tout ça... comme ça peut être aucun. »

Voilà qui aidait. Mais c'était la réalité. Esther lui proposait de faire une liste de suspect où dans le cas présent un véritable recensement. Personnellement, elle serait horrible pour rayer des suspects de la liste tellement en dehors d'elles, de Tristan et d'Hayley elle ne se sentait absolument pas coupable de tous les accuser. La seule chose dont elle était certaine, c'était qu'elle tenait à ce que ses soupçons restent entre elles. Non pas qu'elle accordait la moindre importance à leur réaction s'ils apprenaient qu'elle les jugeait tous capable de telle chose, ça elle s'en foutait royalement. Mais il ne fallait surtout pas que cette affaire s'ébruite trop. L'idée de rester enfermée à l'intérieur l'amusait d'ailleurs particulièrement. C'était old school comme méthode et ça pouvait marcher, mais elles n'avaient aucune garantie que le voleur viendrait pendant cette période et le fait qu'elle disparaisse pendant longtemps allait clairement sembler étrange.

« Tu as raison, il faut surtout pas faire ça de manière évidente... Personnellement si tu me laisse une palette de chocolat je veux bien me cacher à l'intérieur et attendre. »

Victoria savait très bien qu'elle ne gagnerait pas à ce jeu, mais ça ne l'empêchait pas de continuer à essayer ! Au fond, elles pourraient se trouver quelque chose d'intéressant à faire... et même si elles restaient là en silence, c'était bien le seul endroit où elle aurait pas à supporter les voix de ceux qui l'énerve le plus tout en se rendant utile. À moins que.;

« Il doit bien y avoir un produit hyper salissant ici qui ne se lave pas même si on frotte... On pourrait en appliquer sur la poignée et attendre, surveiller les mains à la recherche de la fameuse tache où de quelqu'un les cachant sans arrêt ? »

Elle ne savait même pas si c'était possible et elle s'en voulait de ne pas avoir été dans les cours de chimie, elle aurait peut-être su quoi mélanger parmi tous les trucs qui se trouvait dans le laboratoire de l'hôpital et ainsi créer la parfaite petite mixture... ou pas. Elle doutait que ce court ait déjà enseigné quoi que ce soit pouvant servir un jour. Perdue dans ses pensées, Victoria n'en sortit que lorsqu'elle entendit sa soeur s'inquiéter des répercussions que cela allait avoir. Elle lui posait sérieusement la question à elle ?

« Si la personne ne recommence pas.... Bannir est peut-être excessif oui. De toute façon en soit ce sera déjà assez humiliant pour lui... Sinon je suis toujours partante pour nous débarrasser des bouseux. En fait, ça me ferait sans doute plaisir et c'est pourquoi il vaut mieux que si on en arrive là, tu regardes ça avec les autres. »

Dit de cette façon ça pouvait sembler horrible, mais c'était surtout honnête et sincère. Il valait mieux que son avis ne penche pas dans la balance pour sa soeur et qu'elle en parle avec d'autres gens gérant beaucoup mieux qu'elle tout ça. Posant sa main contre celle de sa soeur pour attirer son attention, mais aussi pour faire une certaine coupure avec tout ce dont elle venait de lui parler, elle lui dit beaucoup plus délicatement que tout le reste.

« Dans tous les cas, c'est pas de ta faute. Et on va résoudre ce problème avant que ça ne prenne des proportions démesurées. Il y a un ancien policier parmi nous ? Quelqu'un qui s'y connais en enquête ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital



Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2017
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Elisabeth Olsen




MessageSujet: Re: Family is the most precious thing ✵ Esther   18.06.17 15:18


A sister is the most precious thing
Victoria et Esther



Elles avaient beaux être très différentes, avoir des centres d'intérêts divergents, et avoir mené des vies très dissemblables dont les chemins les avaient éloigné l'une de l'autre durant un temps, il n'en demeurait pas moins que personne ne connaissait aussi bien sa soeur qu'elle-même et il allait sans dire que la réciproque était de mise. Il était assez difficile, même pour elle-même, de décrire ce lien si fort qui les unissait car après tout, un lien ne se décrivait pas, il se vivait. Sans être constamment l'une sur l'autre, sans même avoir à le dire, lorsque quelque chose n'allait pas ou qu'il se passait quelque chose d'important dans leurs vies, elles le devinaient et étaient toujours là l'une pour l'autre et c'était encore plus vrai aujourd'hui, dans ce monde qu'elle ne reconnaissait plus et dans lequel il fallait désormais lutter constamment au quotidien pour survivre. Nuls ne savaient de quoi demain serait fait, ni même s'ils seraient toujours là pour le savoir... Cette existence avait-elle seulement un sens ? Pas à ses yeux et c'est la raison pour laquelle justement il fallait lutter et ne pas se laisser abattre. Laisser ces créatures les décimer tous, les uns après les autres, n'avaient aucun sens. Bien évidemment, Esther n'avait rien d'une combattante, et elle mourrait de peur rien qu'à imaginer la silhouette décharnée de ces créatures ou à leur simple évocation, aussi se battait-elle à sa manière, en essayant d'organiser du mieux qu'elle le pouvait la vie des survivants. Cela impliquait de gérer leurs stocks d'armes, de nourritures et de médicaments. Cela pouvait sembler dérisoire dans une situation comme la leur mais en réalité c'était tout aussi primordiale que de combattre. Sans alimentation pour se nourrir ou médicaments pour soigner les blesser on s'affaiblissait. Sans armes on ne pouvait pas lutter. Sans couvertures et vêtements chauds, le froid mordant de l'hiver vous engourdissait et vous affaiblissait à votre tour avant de vous tuer, et sans survivants, ils étaient perdus.

Esther était convaincue de la nécessité pour les petits groupes de survivants et tout particulièrement les personnes isolées, de se joindre à eux. L'heure n'était plus à l'individualisme, on ne pouvait pas espérer survivre en continuant à s'isoler et à ne vivre que pour soi-même, elle en était convaincue. Plus nombreux ils étaient, plus fort ils seraient et c'était exactement ce qu'elle essayait de faire comprendre à la famille Beaumont qui jusqu'à présent, s'en sortaient plutôt bien, mais c'était là tout le problème. Contrairement à la plupart des gens qui avaient tout perdu : leurs proches, leurs biens, leurs repères, les Beaumont eux, avaient la chance incroyable d'avoir survécu et de n'avoir perdu aucun membre de leur famille. Bien que malade, Mr Beaumont faisait face à l'adversité avec ces deux enfants et depuis le début de cet enfer, depuis l'apparition de ces créatures, elle n'avait pas l'impression qu'ils aient souffert d'une quelconque attaque. Choses suffisamment rarissime pour le souligner, ils vivaient toujours dans leur maison qui leur fournissait absolument tout ce dont ils avaient besoin. Ainsi, ils avaient l'immense chance de posséder un générateur qui leur produisait l'électricité dont ils avaient besoin, ils mangeaient ce qu'ils cultivaient et elle savait qu'ils possédaient également des armes, même si elle était loin de connaître l'état de leur stock à ce sujet, mais tout semblait leur sourire et c'était probablement là le problème. Contrairement aux gens qui avaient tout perdu, pour eux, c'était loin d'être le cas, et si elle en était sincèrement heureuse pour eux, il fallait se rendre à l'évidence, cela ne leur rendait pas service. De son point de vu, ça les aveuglait sur la situation réelle dans laquelle ils se trouvaient tous plongé, et cela obscurcissait leurs jugements, leur donnant l'illusion qu'ils pouvaient continuer de se débrouiller tout seuls en n'ayant besoin de personnes. Et si cela leur avait plutôt bien réussi jusqu'à présent, tôt ou tard, ils allaient finir par payer cette autarcie et le retour de bâton risquait d'être des plus cruels. C'était pour empêcher cela qu'Esther s'évertuait à aller régulièrement les voir pour les convaincre de les rejoindre. Bien sur, ce n'était pas totalement désintéressé, elle connaissait les compétences d'Alexis qui ne seraient pas de trop ici, et elle savait que son frère et son père avaient tous deux beaucoup à apporter également à leur communauté, malgré tout, son inquiétude à leur égard était sincère. Chaque fois qu'elle se rendait chez eux, elle redoutait qu'on lui annonce un drame et pourtant, il n'en n'était jamais rien. En un sens, lorsqu'elle les observait vivre tous ensemble, normalement, comme si rien n'avait changé, elle les enviait, pas parce qu'ils continuaient à vivre dans leur maison ou entre eux, mais parce qu'à les observer inter agir entre eux, ils lui rappelaient qu'il ne fallait pas seulement survivre, mais aussi continuer à vivre en profitant des petits bonheurs simples de la vie que l'on avait tous parfois un peu trop tendance négliger, voir carrément à oublier.

Profiter de ce genre de petit moment avec sa soeur ou tout paraissait calme et agréable, presque normal, avait encore plus d'importance et de valeur à ses yeux. Sans le savoir les Beaumont lui avaient fait porter un autre regard sur cette situation catastrophique dans laquelle ils se trouvaient, celui d'apprécier les plaisir simple de la vie mais surtout de profiter plus que jamais des personnes que l'on aimait sans cesser de leur dire et de leur répéter combien on tenait à elles. Combien de fois n'avait-elle pas déjà dit à sa soeur à quel point elle l'aimait rien qu'au cours de ce repas ? Peut-être un peu trop, mais si elle devait mourir ce soir elle voulait que sa soeur ait conscience de l'importance qu'elle avait dans sa vie. Plus que nul autre, elle désirait la voir vivre et se battre pour retrouver leur vie d'avant. Elle voulait qu'elle soit heureuse mais sa soeur n'était pas très douée lorsqu'il s'agissait d'être honnête avec elle-même
Depuis son retour de Mahigan Mountain, Vicky n'était plus la même. Coléreuse, explosant pour un oui ou pour un non, lunathique,... elle offrait à tous le pire visage qu'il lui était possible de dévoiler et pourtant Esther savait qu'elle n'était pas comme ça, que c'était sa façon à elle d'évacuer sa souffrance, comme si elle cherchait à ce qu'on la déteste, comme si elle voulait qu'on la punisse, mais de quoi ? Et pour quelle raison ? Esther l'ignorait car sa soeur refusait d'en parler et elle savait dans ces cas-là, qu'il était préférable de ne pas insister. Elle n'était pas aveugle, ni idiote, elle connaissait suffisamment sa soeur pour savoir qu'il s'était passé quelque chose de suffisamment grave et traumatisant pour la mettre dans cet état, mais elle savait aussi, qu'elle ne devait surtout pas la presser de question et que dans ce genre de situation, il était préférable de la laisser venir seule, d'elle-même, quand elle se sentirait prête. Victoria savait que si elle le souhaitait, si elle ressentait le besoin de parler, elle serait toujours là pour l'écouter, même si, elle n'était pas la seule... Car il y avait  une autre personne dont elle était très proche, une personne que contrairement à elle, elle ne repoussait pas, une personne qui, contrairement aux autres, avait son respect et qu'elle n'agressait jamais : Tristan

Esther n'ignorait pas qu'ils étaient amis de longue date. Au début il n'était qu'un client comme un autre, mais au fil des derniers mois son prénom était revenu plus souvent au cours de la conversation, notamment lorsqu'il avait corrigé ce salopard qui les avait baisé toutes les deux ou encore lorsqu'il avait choppé cette mauvaise grippe et que sa soeur l'avait convaincu d'aller voir un médecin. Esther savait que Victoria s'était beaucoup inquiété de ne plus le voir revenir au bar. Aujourd'hui, il était son seul véritable allié parmi les survivants et à les voir inter-agir ensemble, il était évident qu'ils étaient plus proches et plus liés qu'elle ne l'avait au préalable soupçonné, mais jusqu'à quel point ? C'était pour en savoir plus qu'elle l'avait taquiné lorsque sa soeur avait affirmé avec un certain aplomb qu'il n'y avait pas un seul bouseux dans cet hôpital à sortir du lot.
La réaction de son ainée ne se fit pas attendre et non contente de piquer un fard, qui avait fait sourire Esther jusqu'aux oreilles, le fait de l'entendre se défendre qu'elle n'accordait aucune importance au fait qu'il soit célibataire et qu'elle tenait absolument à souligner qu'il n'y avait entre eux que de l'amitié était une réaction tout aussi suspecte qu'amusante.

- Si tu le dis... s'était-elle contentée de répondre avec innocence tout en dégustant une bouchée de pâtes.

Visiblement ravie de changer de sujet, il fut très rapidement question de la possibilité de les voir travailler ensemble, ce qui semblait être une option des plus sage étant donné que sa soeur avait un don certain pour parvenir à s'embrouiller avec n'importe qui qui ne s'appelait pas Esther,... ou Tristan. Un certain Tristan qui d'ailleurs avait travaillé avec elle aujourd'hui. Esther n'avait pu s'empêcher de taquiner à nouveau sa soeur à ce sujet
Mais les rires furent très vite remplacés par un sujet un peu plus grave et qui concernait le vol de leurs provisions. Quelqu'un ne se gênait pas pour piocher allégrement dans leurs ressources et ce, malgré le fait que ces dernières étaient pourtant mises sous clé et qu'elle était la seule, à sa connaissance, à en posséder une. Elles avaient tenté de réfléchir à qui, quand, comment, pourquoi mais dans le font, tout ce qu'il en ressortait c'était encore un peu plus de questions sans la moindre réponse. Pourtant, malgré le critique de la situation, Victoria parvint à la faire rire avec sa tablette de chocolat. En toute franchise, s'ils étaient certains que les secours n'allaient plus tarder pour venir les mettre en sécurité, elle n'aurait aucune hésitation ni le moindre scrupule à lui en offrir une, ne serait-ce que pour sa persévérance et aussi pour la féliciter à être parvenu de la faire rire malgré la situation dans laquelle elles se trouvaient, parce que ça, c'était plutôt une prouesse.

- Tant de sacrifices, j'en suis toute retournée ! C'est vrai que rester enfermé dans ce placard, sans voir une seule âme qui vive, ça vaut bien une tablette de chocolat, fit-elle faussement compatissante, même si je sais que tu n'aurais pas besoin de ça pour te motiver.

Nulle doute que la seule perspective de se retrouver isolée des autres membres de leurs communauté avait de quoi motiver sa soeur à elle seule. A bien y réfléchir, elle serait tellement heureuse de rester enfermer là-dedans qu'elle pourrait bien ne plus vouloir en sortir. Vicky avait beau avoir plaisanté sur ce problème, et elles avaient beau en avoir rit toutes les deux, il n'en demeurait pas moins que contrairement aux apparences, elles prenaient cela toutes les deux très au sérieux et la proposition de sa soeur quand à imbiber la poignée de la porte avec un produit indélébile était à son sens brillantissime. Les yeux brillant, la bouche grande ouverte dans un immense sourire qui ne laissait aucun doute quand à l'enthousiasme qu'avait suscité en elle sa suggestion le visage d'Esther fini par se rembrunir très rapidement

- Tu sais quel produit il faudrait utiliser toi ?
Lui demanda-t-elle. Au pire, on peut toujours se renseigner auprès de Brody je suis sur que lui saurait.... Bien sur il faudrait le faire sans éveiller les soupçons... ça je sais faire. Et quand bien même ce serait possible, ça ne nous dit toujours pas ce que l'on fera de notre voleur, soupira-t-elle en passant ses mains sur son visage.

La remarque de sa soeur à ce sujet lui fit relever le visage dans sa direction avec étonnement. En un sens elle lui faisait beaucoup penser au Beaumont qui préféraient vivre replier sur eux-même sans se mélanger aux autres, et pourtant, si Victoria prenait un peu le temps de connaître les autres habitants de cet hôpital, elle découvrirait qu'ils n'étaient pas tous si détestables que ça et que dans le fond chacun d'entre eux avaient beaucoup à apporter de par leurs expériences, leurs connaissances ou tout simplement leur compétences. Mais ce qui la surprenait le plus c'était de réaliser à quel point sa soeur s'excluait de cette vie communautaire qui était actuellement la leur. Mais le ton sec et intraitable de la jeune femme se radoucit subitement alors qu'elle lui assurait que tous ces vols n'était pas sa faute. Esther avait pourtant tout fait pour dissimuler ses angoisses, sa culpabilité et ses inquiétudes à sa soeur et pourtant elle les avait percé à jour sans la moindre difficulté. Baissant le regard sur la main qui s'était posée sur la sienne pour lui apporter autant de soutient que de chaleur, un pauvre sourire apparut sur son visage avant qu'elle ne lève les yeux sur sa soeur.

- Merci. Ça me touche beaucoup que tu penses cela, il n'en demeure pas moins que ces vols ont eut lieu alors que les réserves sont sous ma responsabilité, ça n'aurait pas du arriver.


Et pourtant s'était arrivé, non pas une fois mais deux fois, sauf que la première fois, elle s'était bien gardé d'en parler car contrairement à ce qui se passait aujourd'hui, elle connaissait le voleur... Elle ne comprenait pas pourquoi il avait fait le choix de s'en aller et de quitter leur groupe mais s'il désirait tenter sa chance ailleurs ce n'était pas elle qui l'en empêcherait, et puis qui sait, peut-être reviendrait-il comme l'avait fait les Roberts

- Et ça ne doit plus se reproduire. Oui il y a des flics mais à vrai dire, à mes yeux ils sont tous potentiellement coupable, et ce, même les Masen, je n'ai confiance qu'en toi. Bon il est vrai que si les aliments disparus avaient été des tablettes de chocolats mon discours serait probablement différent mais comme c'est pas le cas,... la taquina-t-elle avant de reprendre son sérieux. On pourrait peut-être prêcher le vrai pour connaître le faux ? Réunir tout le monde et leur annoncer qu'il y a un voleur parmi nous. Que l'on sait qui sait et... je sais pas... dire un truc qui le forcerait à se dévoiler ou à se trahir.... Genre qu'ils étaient avariés ? Où qu'il y avait de la mort au rat dans une boite... Tu crois que ça pourrait marcher ? Lui demanda-t-elle incertaine dans une petite moue avant de reprendre avec un peu plus d'assurance. Pour ce qui est de la punition, je pense que tout dépendra des raisons qui auront poussé notre coupable à commettre cet acte... d'ailleurs, Vicky, à propos de ce que tu m'as dit tout à l'heure, lui rappela-t-elle sur un ton grave, sur le fait que tu préférais laisser les autres prendre la décision concernant ce qui devrait être fait, je ne suis pas d'accord. Tu fais partie de cette communauté et tu as autant droit de voie au chapitre que n'importe qui d'autre. Ton opinion a de l'importance, en tout cas elle en a pour moi. Et puis, tu juges plutôt bien les gens en général, mais là, depuis... depuis que tout ça à commencé on dirait que tu en veux à la terre entière. Ces gens sont aussi paumés que nous et plutôt que de nous entredéchirer, il serait plus sage que l'on apprenne à se connaître et à s'accepter les uns les autres au moins jusqu'à ce que les secours arrivent. C'est le nombre qui fait la différence, plus on sera nombreux et plus on aura de chance de s'en sortir. Aujourd'hui on ne peut plus se permettre de jouer les individualistes Vic. Tu fais partie de cette communauté, et tu en es un membre important, pour moi en tout cas tu l'es alors s'il te plait, arrêtes de t'exclure comme tu le fais, Tu veux bien faire ça pour moi ? Lui demanda-t-elle en serrant sa main dans la sienne et en plongeant son regard suppliant dans le sien, s'il te plait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Family is the most precious thing ✵ Esther
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Illiana stole the precious thing....
» abrk family
» All thing zombie
» bonjour à tous . ABRK Family
» Radirgy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead ::  :: North district :: Hospital-
Sauter vers: