AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Can you help me ? [PV Alex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
North Hospital



Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2017
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Elisabeth Olsen




MessageSujet: Can you help me ? [PV Alex]   04.04.17 16:41


Can you help me ?
Esther & Alex

Depuis que le monde, son monde, avait basculé dans l'horreur la plus complète, Esther tentait de se raccrocher de toutes ces forces à un semblant de normalité. Exécuter des actions coutumières, avoir son petit train train quotidien, avait en soit quelque chose de rassurant. La benjamine de la famille Cohle détestait rester à ne rien à faire mais elle connaissait ses limites, se battre contre des monstres tout droit sorti de films d'horreur ce n'était absolument pas fait pour elle, elle n'était pas une héroïne et n'avait aucun souhait de précipiter sa mort, par contre réorganiser leur campement, s'occuper de la gestion des armes, des vivres et des médicaments, satisfaire au mieux les demandes de certains, s'occuper des nouveaux arrivants ça, elle s'en sentait parfaitement capable et s'en chargeait avec un certain savoir faire qu'elle devait à son expérience comme PDG de l'entreprise familiale.

Réfugiés au sein de l'hôpital, ils n'étaient au départ que quelques personnes qui cherchaient simplement un asile où s'abriter en ce début d'Apocalypse. Il s'agissait très souvent de blessés ou de personnes cherchant un proche et espérant le retrouver parmi les blessés. Il arrivait en de bien trop rares occasion que certaines personnes retrouvaient celles qu'elles recherchaient, mais en règle général c'était plutôt l'inverse qui se produisait. Très vite, en plus des personnes occupant déjà l'hôpital avant leur arrivée, à savoir les blessés, les malades et le personnel soignant, ce refuge était devenu l'un des points stratégiques de la ville. Ici, il y avait tout ce dont ils avaient besoin pour survivre : des médicaments, des chambres, une cantine bien garnie, des douches,.... Mais plus les gens affluaient plus il était devenu impératif qu'ils s'organisent un peu mieux, qu'ils apprennent à vivre ensemble en communauté, ainsi qu'à gérer les conflits qui allaient forcément de paire avec.... Il s'agissait surement de petits détails insignifiant pour la plupart d'entre eux compte tenu du danger qui rôdait au dehors, mais pour Esther c'était tout aussi vitale, car même si les secours n'allaient pas tarder à venir les sortir de là, ils ignoraient combien de temps ils leur faudraient pour parvenir jusqu'ici et les conduire dans un abris où il seraient enfin tous en sécurité, cela pouvait prendre encore des jours, voir des semaines, mais elle n'espérait pas des mois. Durant cette attente, ils leur fallaient absolument s'organiser, de toute manière si elle ne faisait rien elle finirait par devenir folle.

Au tout début, lorsque tout avait commencé et que les gens qui n'avaient pas fuit en prenant leurs voitures, avaient réalisé qu'ils ne pouvaient plus rester terré chez eux pour essayer de survivre, beaucoup de monde avait afflué à l'hôpital, Esther avait fait parti de cette première vague de réfugiés, elle avait vu de nombreuses personnes les rejoindre, avait espérer voir apparaître certains visages familiers, avait serré dans ses bras avec bonheur des êtres chers et pleuré la disparition d'autres lorsque leur mort était avéré. Et puis il y avait cette première attaque mortel de Wendigo. Les pertes avaient été lourde, pour ne pas dire drastique. Ils ne s'attendaient pas à une telle attaque et n'étaient absolument pas préparés à affronter les wendigo. Ce fut l'attaque la plus meurtrière qui lui eut été donné de voir.
Suite à ça, des personnalités fortes étaient ressortis du lot restant et avaient commencé à réorganiser et à repenser tout l'hôpital. Il n'était plus question d'occuper tout le bâtiment et de s'éparpiller un peu partout mais de se réunir et de se regrouper, de poster des sentinelles et de s'organiser pour riposter tout en prévoyant des pièges pour les Wendigos mais également des sortis de secours en cas de danger.
Mieux préparés les survivants avaient, lors de la seconde attaque des Wendigo, affligé un joli revers à ces monstres même si le bilan de leur coté fut loin d'être irréprochable.
Aujourd'hui ils étaient beaucoup mieux préparé et si les monstres continuaient à tenter des incursions il était devenu très rare qu'elles parviennent à enlever ou tuer quelqu'un.

Les nouveaux arrivants avaient fini par se raréfiés, parfois il arrivait qu'un des leurs ramène une personne seule, parfois, beaucoup plus rares, c'était des inconnus qui débarquaient sans qu'on s'y attende à l'hôpital dans l'espoir d' y trouver des médicaments ou le nécessaire qui leur permettrait de prodiguer des soins à un blessé comme ce fut le cas pour la famille Roberts et Brody.
Leur groupe était loin d'être le seul groupe de survivants, et si certains se montraient hostiles, voyant cette situation comme le rétablissement d'un ordre nouveau privilégiant la loi du plus fort, d'autres s'imaginaient encore pouvoir survivre seuls. La famille Beaumont appartenait à cette dernière catégorie.
Ces derniers étaient établis à Fort Lairge depuis longtemps et Octave, le maître de maison d'origine française, était une connaissance de son père. Sa famille et la sienne ne se fréquentaient pas mais ils se connaissaient de vus et se respectaient. Jusqu'à présent, les Beaumont avaient refusé d'intégrer les différents groupes qui avaient été localisé à la Mairie ou à l'entrepôt, préférant de loin rester tout simplement entre eux. Ils survivaient en faisant du troc avec les différentes communautés, et avaient la chance d'avoir à leur disposition une serre pour y faire pousser des légumes ainsi que des poules qui leur offraient à la fois des oeufs et de la viande. Pour le moment, ils étaient parfaitement autonomes et parvenaient à s'en sortir sans trop de difficulté pour ce qu'elle en savait, mais Esther était convaincue qu'ils ne pourraient pas continuer de la sorte encore très longtemps. Si ce n'étaient les Wendigos eux-mêmes, certains groupes pouvaient se montrer hostiles voir particulièrement belliqueux. Qui les empêcheraient de les dépouiller ou des les tuer ? Que pourraient-ils faire à eux 3 face à des hommes prêt à tout ? Esther avait l'air de tout voir en noir mais la sécurité n'était plus une chose acquise ou évidente aujourd'hui. De plus, quand les secours finiraient par arriver prêt à partir immédiatement, rien ne pouvait assurer qu'ils auraient le temps de venir chercher les Beaumont...
Bien évidemment, leur bien être et sécurité n'était pas sa seule motivation car Esther avait parfaitement conscience du potentiel de cette famille et de tout ce qu'ils pourraient leur apporter s'ils venaient à rejoindre leur groupe. Des personnes aussi débrouillardes ne pouvaient qu'être un atout pour eux, mais pour cela, il fallait déjà réussir à les convaincre et ça ce n'était pas une mince affaire car toute la famille et principalement le père et la fille, étaient on ne peut plus borné. Lorsqu'ils avaient une idée en tête, il était très difficile de la leur déloger.

Pourtant si aujourd'hui Esther venait rendre visite à la famille Beaumont ce n'était pas uniquement pour faire du troc ou pour les inciter à venir grossir leur rang, non, aujourd'hui elle avait vraiment besoin de leur aide et tout particulièrement des compétences d'Alex.
Garant sa voiture dans l'allée, elle en sortie sans même prendre la peine de refermer la portière derrière elle et se précipita sur la porte d'entrée qu'elle asséna de quelques coups jusqu'à ce qu'on daigne lui ouvrir. Ce fut d'ailleurs sur la jeune femme en personne que la porte s'ouvrit.

- J'ai besoin d'aide, murmura-t-elle sur un ton qui ne dissimulait pas son angoisse

Pénétrant dans la maison des Beaumont, elle salua le maitre de maison avant de se tourner vers Alex les larmes aux yeux. Elle qui s'était jurée de ne pas pleurer voilà qu'elle sentait les larmes lui monter aux yeux à la seule idée d'avoir à formuler tout haut ses angoisses les plus profondes. Pour la première fois depuis qu'elle leur rendait visite et commerçait avec eux, elle ne pris pas la peine de s'inquiéter de l'état de santé d'Octave, preuve s'il en fallait, que la jeune Cohle était vraiment bouleversée. Trop angoissée qu'elle était, elle entra immédiatement dans le vif du sujet

- Ma soeur a disparu depuis hier. Elle est partie avec Tristan et ils ne sont pas rentrés de la nuit. Selon Hayley ils devaient partir en montagne pour voir ce qu'ils pourraient récupérer dans les chalets environnant.


Croisant les bras devant elle, elle fit pression sur son ventre pour tenter de calmer ses angoisses.

- Je ne sais pas où chercher mais surtout, s'ils sont blessés, ou s'ils ont besoin d'aide, je ne saurais pas quoi faire, toi tu as été pompier tu as des notions de secourisme... je t'en prie aide-moi, et je te promet que ce ne sera pas gratuit

Elle était prête à lui fournir tout ce dont elle aurait besoin si elle acceptait de l'aider à retrouver sa soeur. De toute manière avec ou sans son aide elle était décidée à retourner toute la forêt s'il le fallait, pour la retrouver. Vicky était tout ce qu'il lui restait en ce monde et elle ne comptait pas rester sagement les bras croisé à l'hôpital alors qu'elle avait peut-être besoin de son aide. Toutefois, Esther était consciente qu'elle n'y parviendrait pas toute seule et qu'elle aurait besoin d'aide et Alex, était la personne la plus adéquate pour répondre à ses attentes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Solitary





Ancien métier : Garagiste et pompier volontaire
Occupation : Réparatrice et mécanicienne
Statut civil : Séparé
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 83
Date d'inscription : 23/02/2017
Crédits : Avatar (P&C) Gif-visage (chrysalis-writes)
Célébrité : Ruth Negga




MessageSujet: Re: Can you help me ? [PV Alex]   10.04.17 19:44


Can you help ?

Some are born mad, some achieve madness, and some have madness thrust upon 'em. .
Esther & Alexis


Alexis s'était levé tôt, comme toujours, depuis qu'elle était revenue à Fort Lairge. Ce n'était pas qu'elle était une lève-tôt, mais plutôt pour tenir le rythme face à son père. En vérité, si elle était revenue à Fort Lairge c'était principalement pour lui. Rien ne l'avait vraiment retenu à Fort Lairge, quand elle avait souhaité partir ailleurs pour faire ses études. Elle n'avait pas que de mauvais souvenirs de la ville, mais c'était ici qu'elle avait perdu sa mère et qu'elle avait eu du mal à s'accepter. Il restait toujours un léger sentiment de malaise lorsqu'elle repensait à son passé dans la ville. Il faut dire qu'elle adorait Vancouver et qu'elle y avait vécu des événements plutôt positifs. Depuis qu'elle était revenue dans sa ville natale, les choses n'avaient fait qu'aller en empirant. Tout d'abord, elle avait pu se rendre compte que son père ne s'était jamais vraiment remis de la mort de sa mère et que son caractère en avait été altéré. De plus, son jeune frère semblait avoir subi ce changement de caractère au point qu'il semblait être un étranger dans sa propre famille. En revenant, elle avait fini par découvrir que son fiance, qui l'avait suivi jusqu'à la ville, la trompait allégrement et sans aucun remord. Cependant, tout cela n'était rien face à l'apocalypse qui avait frappé la ville de Fort Lairge avec l'arrivée des créatures de mythes et légendes. Personne n'aurait pu prédire ce qu'il arriva. Si la famille Beaumont s'en était bien sortie, c'est que le père d'Alexis et Ariel était habitué à une discipline de fer et capable de réagir avec des réflexes que le temps n'avait pas émoussés. On pouvait probablement mettre ça sur le compte de l'armée et de sa volonté de garder une bonne forme physique, même après l'accident. Les Beaumont s'en était sortis sans trop de problèmes. Ce qui n'avait pas été le cas du reste de la ville. Les survivants de l'attaque des Wendigos, comme on les appelait, s'étaient réuni en trois grands groupes distincts. Les Beaumont avaient décidé de ne pas rejoindre un des groupes et de rester chez eux.

Il faut dire qu'ils avaient un avantage que les autres n'avaient pas : la capacité de s'auto-suffir. Il possédait une serre avec de quoi faire pousser des légumes et des fruits. Le jardin avait un noisetier et quelques arbres fruitiers (dont on ne verrait les fruits que durant les saisons chaudes malheureusement) et une possédait une petite basse-cour. C'était sa mère qui avait insisté pour garder l'héritage de la famille. Les femmes s'occupaient du jardin, tandis que les hommes se chargeaenit du garage familial. Autrefois, la maison avait été une ancienne ferme, que les générations des Lamartine avaient retapé pour en faire une bâtisse habitable et permettant de se nourrir de bons aliments. On ne faisait pas trop confiance aux grands supermarchés et autres nourritures industriels dans la famille. Aujourd'hui, on pouvait remercier la méfiance des Lamartine pour avoir permis au Beaumont d'avoir une chance inouï face aux autres, sur ce plan-là. Voilà pourquoi, Alexis, son frère et son père, restaient à l'écart des autres groupes. Pourtant, ils ne pouvaient rester totalement en autarcie, loin de tous les survivants. S'ils avaient des armes, des outils et de la nourriture, ils pouvaient avoir besoin d'autres nécessités qu'ils leur faillaient échanger avec les autres autres groupes de survivants pour obtenir le nécessaire. En cas d'apocalypse, l'argent n'avait plus vraiment d'utilité et le troc avait fait son grand retour. C'était Alexis qui s'en chargeait la plupart du temps, parce que son père devait éviter de trop marcher et qu'Ariel était dans une période de crise adolescente, un peu trop longue. Pour les Beaumont, pas de discrimination : on obtenait les objets de première nécessité partout où l'on pouvait, peu importe le groupe de survivant. Malgré cela, Aexis devait avouer qu'elle trouvait l'attitude des survivants de l'entrepôt particulièrement suspicieuse. On ne l'avait jamais repoussé, mais les questions à propos de la maison représentait plus que de la simple curiosité.

Aujourd'hui, elle n'avait pas d'échange à faire. En vérité, elle était en train de bricoler sur le générateur de secours de la maison. On pouvait remercier le vieux Bill d'avoir tant insisté pour que sa famille en face l'acquisition. Cela leur permettait d'avoir du courant, alors que de nombreux foyers en étaient privés. Ces endroits avaient d'ailleurs été abandonné rapidement par leurs occupants. Alexis savait que certaine personne s'était fait une spécialité d'aller piller les maisons abandonnées. Certains d'entre eux avaient essayé de faire la même chose chez eux, mais ils avaient fait un très mauvais choix. Octave Beaumont, le patriarche de la famille, les avait accueillit avec un fusil et il les avait fait fuir. Depuis, la rumeur avait fait le tour des survivants : inutiles de venir chez les Beaumont, car ils ne vous feront pas un bon accueil si vous veniez avec de mauvaises intentions. Pour le moment, ils s'en étaient toujours bien sortie, mais Alexis craignait que ça ne dure pas longtemps. Ils n'étaient que trois et Octave était loin d'être dans une bonne condition physique. La jeune femme pensait qu'ils avaient eu beaucoup de chance et espérait que cela puisse continuer pendant un moment. Le générateur fit un bruit étrange et Alexis lasse de l'entendre grincer finit par lui donnerun coup de clé à griffe. Il eut un petit sifflement et la machine se relança. Elle soupira et posa avec force l'outil mécanique. Alors qu'elle se rinçait pour enlever la graisse sur ses mains et ses bras, elle entendit des coups répétés. Alexis entendit son père se munir de son arme et elle se précipita pour l'arrêter. Il valait mieux pour le visiteur importun qu'il n'est pas de mauvaises intentions parce qu'elle n'était pas d'humeur après ce travail sur le générateur. Elle s'empara de l'arme de son père et ouvrit la porte d'une main, en conservant le fusil de l'autre.

Ce n'était pas n'importe quel visiteur qui était à sa porte : il s'agissait d'Esther Cohle. Quiconque avait grandit dans les alentours de Fort Lairge, connaissait un peu les Cohle. Il faisait partie de ces familles qui semblaient avoir toujours été là. Un peu comme la famille de sa mère à vrai dire. S'il y avait bien une personne qu'Alexis appréciait dans cette ville, c'était bien Esther. Elle ne saurait expliqué trop pourquoi, mais elle avait quelques affinités avec la jeune femme. Un autre point important dans leur relation, c'était qu'Esther semblait trouver la volonté des Beaumont de vivre à l'écart et de s'en sortir seul, un peu folle. Il semblait qu'aux yeux de la jeune femme, la sécurité primait sur le reste. Il est vrai qu'il n'était pas si simple de survivre seulement tous les trois. Pourtant, Alexis pensait qu'ils pourraient y parvenir avec de l'ordre et de la discipline. Si elle s'y était fait assez rapidement, Ariel semblait avoir plus de mal. Il n'était pas fait pour cette vie… En vérité, personne n'était fait pour la survie, pendant trop longtemps. Il y a un moment, où survivre n'est plus suffisant, mais où il faut trouver le moyen de vivre tout simplement. Cependant, ce n'était pas encore le cas. Les ravages, que les Wendigos pouvaient faire subir sur la ville, étaient encore trop important. Les repousser était très difficile et il n'y avait pour le moment aucun moyen de se débarrasser des créatures définitivement. Par ailleurs, certaines personnes étaient plutôt ravis de la possibilité de s'affranchir de la société telle qu'elle était et d'en bâtir une qui se régirait sous la loi du plus fort. Tant qu'ils ne seraient pas mis dos au mur, les Beaumont comptaient bien garder leur logis et se battre pour pouvoir y rester. Si Esther était là aujourd'hui, Alexis doutait que ce soit pour leur demander de rejoindre le groupe qui se trouvait à l'hôpital ou que ce soit pour  faire un échange. Sur son visage, on pouvait lire une certaine détresse. Les quelques mots qu'elle prononça par la suite ne firent que confirmer ce dont Alexis se doutait. Elle jeta un dernier regard dehors et fit rentrer rapidement la jeune fille.

Octave se tenait derrière et quand il vit de qui il s'agissait, il préféra retourner dans le salon s'asseoir. Alexis posa le fusil près de la porte et se retourna vers Esther qui avait les larmes aux yeux. Les larmes mettaient toujours Alexis mal à l'aise. Son ex-fiancé avait tendance à dire qu'elle était pire qu'un mec dans ses moments-là. Peut-être qu'il n'avait pas tort et que c'était pour ça qu'il était allé se faire d'autres femmes… probablement plus féminine à ses yeux. Plutôt que d'écouter la jeune femme pleurer, Alexis prit la parole.

« Qu'est-ce qui se passe ? » Demanda-t-elle d'un ton franc et sans perdre de temps en politesse inutile.

Esther semblait elle aussi trop prise par ses états d'âmes pour les politesses et entra dans le vif du sujet rapidement. Cela plut à Alexis qui n'aimait pas les chichis. Les nouvelles ne furent pas réjouissantes et vu l'état dans lequel était Esther, il fallait s'en douter. Alexis apprit que la sœur de la jeune femme avait disparu depuis hier. Elle devait être en compagnie de Tristan, l'ancien chauffeur de son père quand il avait besoin de se déplacer avant la fin du monde. Apparemment les deux n'étaient pas rentrés durant la nuit. Ce n'était pas bon signe. Il était connu de tous maintenant qu'il valait mieux être dans un lieu sûr, lorsque la nuit tombait parce que c'était le moment où les Wendigos partaient en chasse et personne ne vouait se trouver sur le chemin. Ces bêtes étaient toujours affamées. Alexis comprenait qu'Esther puisse croire que sa sœur soit vivante, mais si on y regardait bien, les choses étaient plutôt mal parties. Il y avait plus de chance pour que Tristan et Victoria aient fini en steak pour Wendigos qu'ils ne soient vivants. Elle allait lui dire que c'était complètement fou, mais elle n'en eut pas le temps, car la jeune femme continua à parler en lui demandant spécifiquement son aide et en ajoutant qu'elle n'aurait pas à lui donner pour rien. C'était probablement la chose à dire. Alexis ne s'en voulait pas de réagir comme cela. Après tout c'était l'apocalypse et pour survivre on ne pouvait pas se contenter d'être une gentille personne qui n'attend rien en retour. Elle avait un jeune frère et un père handicapé. Il fallait prendre en compte tout cela, d'autant plus maintenant ! Alexis fit mine de réfléchir un instant, mais elle savait qu'elle allait accepter. C'était complètement fou, mais elle avait besoin de médicaments pour son père et Esther pourrait lui en fournir si elles trouvaient sa sœur et Tristan.

« Tu viens de dire les mots magiques. Je veux bien me charger de cela, si tu me fournis les médicaments dont mon père à besoin. C'est un paiement plutôt honorable pour ce que tu me demandes. C'est de la folie d'y aller et tu le sais. Y a peu de chance qu'ils s'en soient sortis. »
finit par dire Alexis, mais elle se reprit en voyant que ce n'était probablement pas la meilleure chose à dire. « Inutile de penser au pire ! Tu as bien fait de venir me chercher. J'suis pas certaine que ça va mener quelque part, mais je pense qu'il faut pas mollir ici. On devra être rentré, avant la tombée de la nuit. C'est ma seule condition. Ca te convient ? » Demanda Alexis en tendant sa main.

Aucun deal, sans poignée de main disait son père. A la manière dont les gens te serrent la main, tu peux voir leur bonne foi. Une fois que cela fut fait, Alexis partit prévenir son père. Il trouvait que l'idée était folle, mais il lui demanda de se munir d'une arme. La mécanicienne détestait les armes à feu, mais elle n'était pas assez folle pour se balader sans une d'entre elle. Elle partit s'emparer de sa trousse qui se trouvaient dans le camion. On y trouvait le nécessaire de soin de premiers secours. En allant rejoindre Esther, elle enfila sa veste en cuir et changea de gants. Alexis ne sortait jamais sans gants. Ses mains avaient été durement touchées par l'atropie et elle évitait de les laisser sans protection, d'autant qu'il lui faudrait probablement se les salir pour trouver la sœur d'Esther. C'était de la folie de faire cela. Alexis espérait que si elles faisaient les recherches durant la journée, elle risquerait moins, cependant on ne pouvait plus être sûr de rien.

« Ca va être une aventure de dingue. J'espère que tu vas avoir le cœur bien accroché.» Dit la jeune femme à Esther. Probablement ses paroles les plus réconfortantes. « T'as ta voiture ? Je pense qu'on devrait la prendre pour aller plus vite. J'ai pris ma trousse, alors on est paré côté soin. A mon avis, on devrait aller dans la direction où sont allée ta sœur et Tristan. Est-ce que Victoria t'a donné une direction précise ? Ça nous évitera de tourner en rond et de perdre un temps précieux. » L'interrogea Alexis, retournant vers des sujets plus pratique.

La mécanicienne voyait bien que la jeune femme était trop angoissée et secouée pour être bousculée comme elle l'était par elle. Cependant, pour ce qu'elle lui demandait, on ne pouvait pas perdre trop de temps à s'épancher. Alexis était comme cela : un peu bourru et maladroite avec les gens, car elle était trop franche. L'avantage était qu'on savait tout de suite ce qu'elle pensait, car elle ne perdait pas de temps à le cacher.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital



Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 53
Date d'inscription : 12/02/2017
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Elisabeth Olsen




MessageSujet: Re: Can you help me ? [PV Alex]   04.05.17 17:40


Can you help me ?
Esther & Alex

Bien qu'elle connaissait les Beaumont, et qu'Esther aurait du s'attendre à être accueillit avec une arme à la main, c'était une chose à laquelle elle était convaincue ne jamais parvenir à s'habituer. Elle était toutefois très loin de leur reprocher cette extrême mesure de précaution, qui lui paraissait sommes toutes bien légère si un groupe d'individus dangereux avait décidé de se présenter sur le pas de leur porte, et qu'elle avait parfaitement conscience qu'elle ne risquait rien elle n'avait pu s'empêcher par pur réflexe, d'avoir un mouvement de recule lorsqu'Alex avait ouvert la porte. On réalisant qu'il ne s'agit que d'elle, la jeune femme déposa son fusil contre la porte tandis que Mr Beaumont, qui avait jeté un regard méfiant en direction de l'entrée pour voir qui venait les importuner, se désintéressa d'elles pour regagner le salon. La voix d'Alexis la ramena à la réalité et la blonde posa son regard dans lequel se reflétait l'inquiétude et le tourment qu'elle endurait depuis la disparition de sa soeur. Le ton d'Alexis était un peu bourru mais loin de l'offusquer ça ne dérangeait pas Esther bien au contraire, elle appréciait de la voir aller à l'essentielle sans perdre de temps en fausses politesses. Le temps était quelque chose de précieux qu'ils ne pouvaient plus se permettre de gâcher surtout lorsqu'il y avait peut-être des vies en jeu.
Esther ferma les yeux durant quelques secondes, le temps de chasser ses sombres pensées de son esprit. Elle ne devait pas penser comme ça, elle devait arrêter de songer au pire, sa soeur était débrouillarde et elle n'était pas toute seule. Elle allait bien, il ne pouvait en être autrement.

Reprenant une certaine constance, Esther lui exposa la situation dans laquelle sa soeur se trouvait actuellement. A la tête qu'affichait Alexis, tout portait à croire qu'elle semblait penser que ces recherches qu'elle désiraient entreprendre seraient aussi inutiles que vaines. Esther avait bien conscience que compte tenue de la situation dans laquelle ils se trouvaient plongés, il paraissait peu probable que des personnes aient pu survivre durant toute une nuit dans la forêt malgré tout, il restait toujours un espoir et la jeune femme refusait de renoncer. Aussi infime soit-il, elle ne comptait pas abandonner et ce, même si celle à qui elle était venue demander de l'aide refusait de la lui apporter. Toutefois, elle comptait bien mettre toutes les chances de son côtés et c'est pourquoi elle n'avait pas hésité à l'appâter en lui promettant une contrepartie.
Le père d'Alexis avaient besoin de prendre des médicaments à vie. Réfugiée à l'hôpital Esther avait désormais en sa possession un stock impressionnant de toutes sortes de médicaments, dont ceux que prenait régulièrement Mr Beaumont. Il n'était pas rare qu'en échange d'un peu de légumes issus de leur potager, Esther leur échange des boites de ces médicaments et c'était exactement ce qu'elle avait prévu de faire cette fois-ci. Elle savait qu'elle était entrain de puiser dans les ressources de l'hôpital à titre personnel mais à vrai dire, elle s'en moquait. Ils avaient bien assez de médicaments pour pouvoir se passer de quelques boites qui s'avéraient indispensable pour un homme tout autant que sa soeur l'était pour elle ou Tristan pour Hayley

Ne quittant pas Alexis du regard, la jeune femme semblait peser le pour et le contre avant de rendre sa réponse. Le soulagement pu se lire sur son visage et un léger sourire s'esquissa sur ses lèvres lorsqu'elle entendit le paiement que lui réclamait la jeune femme. Elle glissa sa main dans la poche de sa veste mais retint son geste en l'entendant doucher tous ses espoirs avec une froide indifférence. Son regard trahissait l'irritation que venait de provoquer en elle cette remarque. Dans le fond, une toute petite voix au fond d'elle lui disait qu'elle réagirait probablement de la même manière si les rôles avaient été inversé mais ce n'était pas le cas, elle n'était pas à la place d'Alexis. Et l'idée que sa soeur n'ai pas pu s'en sortir était une option qu'elle ne voulait même pas envisager et qu'elle rejetait en bloc. Comprenant qu'elle avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas, Alexis tenta de se rattraper en lui assurant qu'il ne fallait pas perdre espoir mais jusqu'à présent ce n'était pas elle qui avait perdu tout espoir. Qui essayait-elle de convaincre ? Elle ou elle-même ?
Elle était cependant d'accord sur le fait qu'elles ne devaient pas tarder, chaque minute comptait, surtout si sa soeur avait besoin d'aide. Le temps était devenu un luxe que nul ne possédait. La seule condition qu'émis Alexis fut d'être rentrée avant la tombée de la nuit. Esther savait que ce serait un crève-cœur pour elle de devoir rebrousser chemin mais elle savait également que c'était ce qu'il y avait de plus sage à faire, et de toute manière, Alexis ne lui laissait guère le choix. C'était ça ou se passer de son aide, un luxe qu'elle ne pouvait pas se permettre

- Alors ne perdons pas de temps,
accepta Esther avant de s'apercevoir que la jeune femme lui tendait sa main afin qu'elle scelle leur accord par une poignée de main.

D'abord surprise par ce geste qu'elle n'avait pas l'habitude de pratiquer, elle n'hésita cependant pas pour serrer la main de sa nouvelle partenaire. Une fois fait, Alexis ne mit guère plus de 2 minutes à rassembler ses affaires avant de la rejoindre tout en enfilant sa veste en cuire.

- Ne t'inquiète pas pour moi, je suis plus forte qu'il n'y paraît,
lui certifia-t-elle bien consciente qu'en cet instant l'angoisse qui la tenaillait devait refléter exactement l'inverse de ses paroles

Esther avait bien conscience qu'elle ne savait pas se battre, et encore moins se servir d'une arme à feu, mais Alexis ne devait pas s'imaginer qu'elle trainerait un boulet avec elle, elle avait de l'endurance et elle connaissait ces montagnes par coeur pour les avoir parcourus un nombre incalculable de fois depuis son enfance. Malgré tout, Esther avait bien conscience qu'Alex avait bien dû deviner qu'elle n'était pas au meilleur de sa forme et pour cause toutes ses pensées étaient tournées vers sa soeur. Elle réfléchissait trop, elle le savait, quand quelque chose la perturbait elle ne pensait plus qu'à ça et actuellement ses pensées la rendait distraite et particulièrement émotive, mais c'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait s'empêcher de se demander ce qui avait bien pu arriver à sa soeur, les raisons pour lesquelles elle s'était retrouvée dans l'incapacité de rentrer. Au départ, elle trouvait toujours une excuses rassurante, comme un pneu crevé qui les avait empêché de revenir ou tout simplement l'envie de passer un moment intime en tête-à-tête entre deux adultes consentant,... il pouvait y avoir tellement d'explications rassurantes quand au fait qu'ils n'étaient pas rentrés mais justement, aucune d'entre elles ne la satisfaisait pleinement car elle savait que jamais Victoria ne l'aurait laissé s'angoisser de la sorte à moins d'avoir eut un gros problème. Et puis sa soeur avait beau être quelqu'un de combattif, jouer les fortes têtes, en réalité, elle était bien plus fragile qu'il n'y paraissait. Elle savait, elle sentait au plus profond de son être, de manière absolument inexplicable, qu'il s'était passé quelque chose de suffisamment grave pour l'empêcher de rentrer. Etait-ce que l'on appelait l'intuition ? Un mauvais pressentiment ? A moins qu'en éternelle angoissée, elle laissait tout simplemet libre cours aux pires des scénarios qui soit... C'était affreux de penser cela, elle en avait parfaitement conscience mais elle espérait vraiment, que si l'un des deux avait été blessé se ne soit surtout pas sa soeur.

Glissant une de ses longues mèches blondes derrière son oreille elle releva son regard vers Alexis qui de sa voix pleine d'assurance, l'extirpa de ses sombres pensées. Approuvant d'abord d'un signe de tête, elle lui confirma que tout était bon pour elle et qu'il allait de soit qu'ils prendraient sa voiture. Son regard ne quitta pas la trousse de secours d'Alexis, priant silencieusement qu'elles n'aient pas besoin de s'en servir. Glissant sa main dans la poche de sa veste, elle en ressorti trois boites de médicament

- Attends, la retint-t-elle alors que la secouriste ouvrait la porte prête à quitter la maison.

Voyant la jeune femme se retourner dans sa direction avec surprise, Esther lui dévoilant trois boites contenant les chacune les 3 médicaments principaux que prenait son père Octave pour son traitement.

- Tu en auras trois autres à notre retour,
lui certifia-t-elle tout en posant les boites sur le petit guéridon qui se trouvait à l'entrée de la maison. Maintenant on peut y aller.

Et sans plus attendre, Esther regagna sa voiture à grande enjambée.
Pour remercier Alexis de son implication, et ce, bien que ce ne soit pas gratuit, Esther avait décidé de lui laisser trois boites de médicaments pour son père. Nul ne savait ce qui allait advenir d'elles, ni même si elles reviendraient,... aussi estimait-elle normale de leur laisser une petite compensation, en espérant que ce qu'elle avait prévu de marchander leur conviendrait et la chance aidant, elle fut rassuré de constater qu'elle ne s'était pas trompée et qu'Alexis avait placé les besoins de son père avant tout autre besoin.
Pendant un instant, elle avait songé à inciter Alexis à venir chercher elle-même le reste de son payement à l'hôpital, une manière comme une autre de l'obliger à l'accompagner et par là-même de lui faire découvrir comment ils s'étaient organisés, comment ils vivaient. En faisant cela, elle avait espéré la faire changer d'avis et les voir, elle et tous ses proches, venir les rejoindre. Malheureusement, elle ne se voyait pas expliquer aux autres membres de leur groupe qu'elle se permettait de puiser dans leurs réserves sans leur demander leur avis, pour une raison personnelle. Même s'ils ne manquaient pas de médicaments, même si personne ne semblait faire usage de ceux dont avait besoin Mr Beaumont, elle savait que beaucoup d'entre eux risquaient de s'indigner et de faire des histoires, alors elle avait choisit de renoncer à la faire venir et de prendre directement tout ce dont elle avait besoin.
Mr Beaumont avait dans sa prescriptions 3 médicaments principaux, à force d'échanger avec Alexis, elle les avait très vite retenue. Son deal de départ était d'offrir 3 boites si Alexis acceptait de venir avec elle et d'en offrir à nouveau 3 boites (qui se trouvait déjà dans la boite à gants) lorsqu'elles rentreraient de leur petite expédition. Mais au cas où Alexis se montrerait plus gourmande et souhaiterait marchander, Esther avait en réalité pris 5 lots de 3 boites qu'elle avait dissimulé à sa vue dans le coffre arrière. Bien qu'elle ne comptait pas le lui avouer, Alexis pouvait bien lui demander n'importe quoi, elle était prête à céder absolument à toutes ses exigences, sans exception.

Alors que sa partenaire jetait sa trousse de soins sur la banquette arrière, Esther pris place du coté conducteur, et mis le contact au moment où la jeune pompier refermait sa portière. Elle n'avait pas répondu immédiatement à ses questions et s'était contentée de garder le silence alors que la voiture quittait inexorablement l'allée. Où sa soeur avait-elle pu aller ? Elle l'ignorait à vrai dire mais elle ne se voyait pas du tout avouer une telle chose à Alexis de peur qu'elle ne descende de voiture et la laisse se débrouiller cependant elle savait qu'elle allait devoir lui donner un semblant de réponse pour savoir où chercher. Où sa soeur avait-elle pu aller ? Cette question tournait en boucle dans son esprit depuis qu'elle avait quitté l'hôpital. Victoria n'avait même pas pris la peine de l'informer de ses intentions, à vrai dire, aux dernières nouvelles, elle la croyait au stand de tirs avec Tristan. C'était Hayley, qui voyant la nuit tomber, était venue vers elle pour savoir si son père était rentré, et c'était ainsi qu'elle avait su qu'ils étaient tous les deux partis visiter des chalets au Mahigan Mountain. Quelle mouche les avait donc piqué et pourquoi faire ? Elle l'ignorait et à vrai dire, cela ne la rassurait pas de savoir sa soeur là-haut. Consciente qu'Alexis attendait une réponse à sa question, elle se décida finalement à reprendre la parole

- Victoria n'est pas rentrée dans les détails mais ça me paraît logique de commencer par des endroits que l'on connait... commença-t-elle en tachant de dissimuler du mieux qu'elle pu son hésitation tout en cherchant du regard une approbation quelconque auprès d'Alexis. Je ne connais que 3 chalets que Victoria pourrait avoir envie de visiter. Il y a celui appartenant à notre famille, mais en toute franchise je ne vois vraiment pas ce qu'elle pourrait espérer y récupérer d'intéressant, celui de Sophie, et.. celui d'un crétin qu'elle a connu.

Regardant la route qui défilait droit devant elle, ses mains se crispèrent légèrement sur le volant de la voiture en songeant à ce salopard qui s'était joué d'elles. Elle avait entendu dire que l'homme d'affaire était présent à Fort Lairge au moment de l'attaque massive des Wendigo et qu'il avait rejoint le groupe qui avait trouvé refuge dans l'entrepôt, mais rien n'était sur. Après tout Fort Lairge était une petite ville et les gens adoraient parler même de choses dont ils ignoraient absolument tout.

- Le chalet le plus proche c'est le notre, on peut peut-être commencé par là ? Ensuite il y a celui de Sophie et après... celui de Jeff. En même temps... réfléchit-elle à haute voix dans une grimace guère convaincue, je suis presque prête à parier qu'elle ne se trouve pas chez nous. Peut-être devrions-nous commencer nos recherches par celui qui est le plus éloigné...

Se mordant la lèvre inférieur, Esther aurait voulu savoir où chercher sans la moindre hésitation et la trouver immédiatement. D'un coté leur chalet était celui que Victoria connaissait le mieux avec celui qui appartenait à Sophie. Sauf que l'un comme l'autre Esther ne voyait vraiment pas ce que sa soeur espérait y trouver d'intéressant alors que le chalet de Jeffrey c'était une autre histoire. Victoria avait un compte à régler avec lui et lui chiper des affaires seraient un bon moyen d'y parvenir, mais s'il était bien présent dans le secteur comme le laissait sous entendre certaines rumeurs, n'avait-il pas déjà prit l'essentiel ? Ou pire ne s'y trouvait-il pas ?
Plus elle pesait le pour et le contre et moins elle parvenait à y voir clair. Elle avait proposé de commencer ses recherches par le chalet de Jeffrey mais elle faisait peut-être erreur... Glissant un regard en direction d'Alexis elle lui désigna la boite à gants d'un mouvement de tête

- Il y a une carte topographique de la région à l'intérieur, avec les différentes propriétés, jettes-y un oeil peut-être que ça te parlera plus, suggéra-t-elle, tout en continuant de conduire.

Bien qu'il avait cessé de pleuvoir; la pluie de la veille avait rendue les routes particulièrement glissantes dès lors qu'elles quittèrent les routes goudronnées pour s'enfoncer dans les petits sentiers de terre. Ayant besoin de penser à autre chose qu'à sa soeur qu'elle imaginait seule, grelottante, mourant de froid et agonisante quelque part dans cette vaste étendue de verdure, elle entama la discussion

- Vous n'avez pas subit trop d'attaques de le part des Wendigos ?
S'enquit-elle.

Elle ignorait si c'était une fausse impression, mais à chaque fois qu'elle passait les voir, la famille Beaumont semblait toujours être épargné par les attaques de ces monstres. Se trompait-elle ? Les apparences étaient-elles trompeuses où avait-elle vu juste ? Si elle ne se trompait pas, si les Beaumont avaient eut la chance d'avoir été relativement épargné jusqu'à présent, elle doutait que cela continue encore longtemps de cette manière et en un sens ça l'inquiétait beaucoup. A l'hôpital ils n'étaient peut-être pas les mieux organisés mais ils s'amélioraient chaque jours, et le fait d'être nombreux leur avait permis de repousser toujours plus, les différentes attaques dont ils avaient pu être les victimes. La famille Beaumont elle, ne comptait que 3 membres et elle craignait un jour, s'ils continuaient à s'obstiner, d'avoir une mauvaise surprise en leur rendant visite.

- Vous n'avez toujours pas changé d'avis ? Je sais que ce n'est jamais facile de quitter un endroit qui nous est cher, emprunt de souvenirs mais saches que si jamais vous le souhaitez, vous serez toujours les bienvenus.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Solitary





Ancien métier : Garagiste et pompier volontaire
Occupation : Réparatrice et mécanicienne
Statut civil : Séparé
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 83
Date d'inscription : 23/02/2017
Crédits : Avatar (P&C) Gif-visage (chrysalis-writes)
Célébrité : Ruth Negga




MessageSujet: Re: Can you help me ? [PV Alex]   26.07.17 17:05


Can you help ?

Some are born mad, some achieve madness, and some have madness thrust upon 'em. .
Esther & Alexis


Les temps étaient difficiles pour tout le monde. Il était devenu difficile de faire confiance à quiconque même les plus vieilles connaissances. Alexis avait du mal à envisager qu'en peu de temps tout son univers avait explosé. Elle prenait la chose avec philosophie parce qu'autrement elle risquait de devenir folle. Au départ, elle n'était revenue à Fort Lairge que pour venir à son père qui était blessé. Elle n'aurait jamais cru qu'elle s'y éterniserait. Alexis n'était pas nostalgique de ses années à Fort Lairge. Bien au contraire, elle en gardait plutôt des souvenirs tristes comme la mort de sa mère dont le souvenir semblait toujours présent dans chacune des pièces de leur maison ou bien les années difficiles d'école où elle se sentait être un drôle de monstre de foire. A Vancouver, elle s'était sentie renaître. Sans l'accident de son père, Alexis n'était pas certaine qu'elle aurait remis les pieds à Fort Lairge. La ville était trop petite pour elle et les personnes qu'on y avaient connues avaient tendance à y rester toutes la vie. S'il n'y avait eu que l'accident, elle aurait pu repartir après un certain temps, mais ce n'était pas le véritable facteur qui la retenait dans la ville et chez son père, mais parce que le monde était devenu beaucoup plus dangereux entre temps avec l'apparition des Wendigos, ces créatures sauvages et cauchemardesques dont il valait mieux éviter de croiser le chemin. Au départ, tout cela avait eu des airs d'apocalypse digne d'un film hollywoodien. Aujourd'hui, cela ressemblait fort à un nouveau quotidien peu reluisant. Alexis aurait pu baisser les bras, d'autant plus qu'elle avait l'impression que le retour à Fort Lairge ne lui avait apporté que des ennuis : retour difficile en famille, la découverte des indiscrétions de son fiancé maintenant ex-fiancé et l'apparition d'une nouvelle forme de vie vorace et insaisissable qui venaient détruire petit à petit le monde que les hommes avaient modelé à leur image. Pourtant, elle était une Beaumont et elle affrontait l'adversité avec courage, sans baisser les bras. Ce n'était pas les créatures de la nuit qui allaient empêcher Alexis de vivre !

Bien sûr leur apparition créait de nouveaux rapports sociaux davantage emprunt de scepticisme et où les gens étaient beaucoup moins prompts à faire confiance à autrui. En effet, avec les Wendigos les ressources autrefois abondantes étaient devenus de plus en plus rare. Les produits de premières nécessités n'étaient plus aussi faciles à trouver et avec l'hiver qui s'installait on allait très vite en ressentir les effets. Pour les Beaumont, il fallait aussi y ajouter le besoin de médicament pour soulager les douleurs de leur père. Octave Beaumont ne s'était jamais vraiment remis de sa chute et souffrait toujours des séquelles. Il ne le montrait pas, mais Alexis commençait à se douter qu'il endurait la douleur avec bravoure, mais que cela était difficilement supportable. Seul les médicaments parvenaient à lui permettre de continuer. En d'autres temps, peut-être que son père aurait abandonné pour rejoindre sa femme dans l'autre monde. Cependant, avec l'arrivée des Wendigos, il était plus que certain que le patriarche des Beaumont allait faire en sorte de rester jusqu'au bout pour ses enfants. Alexis l'admirait pour sa force de conviction. Elle avait toujours adulé son père. Rien n'avait jamais réussi à émousser ce sentiment. Ainsi, la garagiste faisait son possible pour acquérir les médicaments dont il avait besoin, n'hésitant pas à échanger certains services. Dans la lutte entre les trois grands groupes de survivants, les Beaumont ne prenaient pas partie et restait neutre. C'était à la fois leur force et leur faiblesse. Esther, leur visiteuse faisait partie de ces personnes qui les pensaient fous et qui tentait de les convaincre de rejoindre son propre groupe. Pour le moment pas question de céder. En vérité, les Beaumont ne partiraient que s'ils n'avaient d'autres choix. Alexis avait été surprise de la trouver sur le pas de la porte. Par les temps qui courraient la prudence était de mise. Les hommes étaient devenus bien égoïstes et il y en avait toujours pour tenter de venir leur dérober quelque chose. On ne se baladait jamais sans arme dans la maison en cas de besoin c'était toujours utile.

Lorsqu'elle la reconnut, elle relâcha la pression qu'elle sentait dans ses omoplates. Son père se désintéressa du problème quant à lui. Nul ne savait où était Ariel, mais nul doute qu'il devait être auprès de son nouveau « mentor ». Il quittait touts les matins la maison pour rejoindre son nouveau sujet d'admiration à l'hôpital. Alexis ne s'inquiétait pas trop pour lui tant qu'il était là-bas. Il risquait peu… enfin dans la mesure du possible quand on connaissait la situation actuelle. Alexis quant à elle avait un peu de mal à gérer les larmes d'Esther alors elle avait préféré entrer dans le vif du sujet rapidement. Cela pouvait paraître bourru mais c'était le meilleur moyen qu'elle avait trouvé, car elle n'était pas très à l'aise avec les épanchements. La jeune femme reprit une certaine constance et lui exposa la situation qui concernait sa sœur. Plus elle avançait les faits et plus Alexis se sentait dubitatif. Elle comprenait parfaitement ce que pouvait ressentir Esther, mais elle était aussi pragmatique. Vu ce que lui avait raconté la jeune femme, il y avait peu de chance que sa sœur et son compagnon soient encore en vie. Il était fini le temps où l'on pouvait sortir le soir sans crainte. Cependant, Esther tenait tant à retrouver sa sœur, qu'elle était venue lui demander de l'aide en échange de médicaments.  Alexis ne pouvait plus hésiter en entendant les termes du marché. C'était peut-être triste de se dire qu'elle était prête à aider Esther pour des médicaments et pas seulement par bonté d'âme. Autrefois peut-être qu'elle aurait agi ainsi, mais aujourd'hui, il fallait être réaliste. L'hiver était avancé et il était impossible de rejoindre les grandes villes les plus proches sans tomber sur les Wendigos. Certain avait essayé et on ne les avait jamais retrouvés. Alexis avait vite compris qu'elle ne pouvait plus agir comme avant et qu'il fallait s'adapter aux nouvelles lois régissant cette vie difficile qui s'offrait aux hommes. Un nouveau prédateur avait fait son apparition dans la chaîne alimentaire et il était plus fort que les hommes. Alexis devait penser à son père alors elle accepta, non sans poser quelques conditions. Elle était prête à se lancer dans cette mission suicide, mais pas au point d'y rester la nuit aussi. Cela ne servirait personne si elles se mettaient en danger. Par ailleurs, il fallait se dépêcher parce que les journées n'étaient jamais assez longues. Elles scellèrent leur accord par une poignée de main. Il ne fallut guère de temps pour qu'Alexis soit prête pour cette folle mission.

« Ce n'est pas vraiment ta force que je remets en question » Affirma Alexis. « Personne n'est assez fort face aux nouveaux dangers auxquels on fait face maintenant. Cependant, on peut dire que tu en as dans le ventre... Inutile de perdre plus de temps ici. » Finit-elle par conclure pour ne pas démoraliser davantage Esther.

Alors qu'elle allait quitter la maison, Esther l'arrêta et ce fut avec surprise qu'elle vit que la jeune femme tenait trois boîtes de médicaments. Alexis lui jeta un regard étrange qui exprimait davantage la surprise qu'autre chose et un peu d'interrogation aussi. Elle n'eut pas à attendre longtemps les explications puisque la jeune femme prit la parole pour lui affirmer qu'elle en aurait trois autres à leur retour avant de poser les précieux médicaments sur le guéridon près de la porte. Alexis secoua la tête, mais il y avait à présent de la reconnaissance dans ses yeux, qu'elle dissimula bien vite en détournant le regard et en quittant la maison.

« Comment ton entreprise a-t-elle fait pour prospérer avant ?! » Dit-elle en plaisantant. « Tu es bien trop gentil pour ce monde. Les temps ont changé. »

C'était un peu sa manière de la remercier, mais comme toujours elle ne le faisait pas vraiment avec effusion. Elle était directe dans tous les aspects de sa vie, sauf pour exprimer ses sentiments. Une fois dans la voiture, elle jeta sa trousse de soin sur la banquette arrière. Elle s'était installée du côté passager… le siège de la mort. Un sombre présage auquel il ne fallait pas penser. On survit en voiture quand le conducteur sait bien conduire. Autrement, peu importe la place qu'on occupe dans le véhicule, la survie est proche de nul pour tous ceux qui se trouvent de-dans. Alexis avait interrogé Esther sur la direction qu'aurait pu prendre Victoria, mais cette dernière ne lui répondit pas toit de suite. Elle semblait vraiment bouleversée. Il y avait de quoi. Cette situation avait beau devenir de plus en plus fréquente, cela ne changeait pas le chaos que cela soulevait dans l'esprit de ceux qui restaient. Alexis pouvait s'estimer chanceuse de n'avoir pour le moment perdu personne qu'elle connaissait bien. Même son ex-fiancé avait réussi à s'en sortir. Elle le savait parce qu'il avait essayé de revenir trouver refuge chez elle, mais qu'elle lui avait refusé. Alexis était loyale envers ses proches, mais une fois qu'on la trahissait, il était impossible de retrouver sa confiance. Il l'avait trahi de la pire des façons et elle ne pouvait trouver en son cœur le moyen de lui pardonner, même pas alors que l'apocalypse était en cours et que l'enfer semblait être sur terre. Elle était rancunière, elle ne s'en cachait pas. Seul un idiot pouvait oublier un détail pareil et il semblait que celui qu'elle avait faillit épouser en soit un. Finalement, Esther reprit la parole pour répondre à sa question sur la destination de sa sœur et là où elles pourraient enfin commencer leurs recherches. Elle semblait hésiter un peu sur ses mots… ou sur autre chose. Alexis n'en était pas très sûre. Il pouvait aussi bien s'agir du fait qu'elle était bouleversée et qu'elle avait du mal à mettre en forme ses idées. Elle finit par limiter les possibilités à trois chalets. Rapidement, elle élimina le premier et il n'en resta que deux. Elle émettait quelques idées, mais elle semblait perdu sur le choix à dire.

« On devrait essayer celui qui pourrait présenter le plus d'intérêt pour récupérer des objets utiles pour la survie puisque c'est cela que ta sœur et Tristan recherchaient. Si tu penses que le vôtre est hors course. Il ne reste que celui de Sophie et Jeff. Lequel pourrait être le plus intéressant ? Tu dois bien avoir une idée. » Lui demanda Alexis en y réfléchissant.

Esther lui proposa de regarder une carte topographique de la région qu'elle possédait et Alexis s'en empara pour essayer de voir quelque chose de plus, mais il lui semblait plus important de suivre la première piste. Après tout, elle doutait que Victoria ou Tristan se soient servit d'une carte pour leur recherche. Ils devaient avoir décidé de fouiller les chalets environnants plutôt que de les chercher autrement. Par contre la carte pourrait leur donner des information sur le temps qu'il pourrait y avoir entre les différents chaletset associer à leur départ et le calcul d'une journée alors elles pourraient peut-être retracer le temps qu'ils avaient mit et peut-être le chemin emprunté. Tant de peut être et si peu de réponse. C'était comme chercher une aiguille au milieu d'une meule de foin. Elles avaient la chance d'avoir un véhicule, mais bientôt même ces moyens de transports ne seraient plus possibles. Le pétrole allait manquer et il n'y avait personne pour réapprovisionner les réserves de la ville. Par ailleurs, elle ne connaissait aucun habitant de Fort Lairge qui aurait investi dans une voiture électrique. Existait-il seulement un endroit où la recharger dans la ville ? Elle n'avait même pas remarqué cela. Alors qu'elle essayait de retracer le temps entre les trois chalets mentionnés en comptant que Victoria et Tristan étaient aussi bien équipés qu'elles-mêmes l'étaient, Esther l'interrogea sur les attaques des Wendigos. Alexis se figea un instant. Elle hésitait à être honnête et c'était aussi quelque chose qui lui était étranger comme comportement. La brunette avait toujours été franche au point de passer pour carrément odieuse parfois. Elle reconnaissait que l'honnête pouvait être dangereuse surtout que la situation de sa famille était précaire. Pourtant, Esther avait toujours fait preuve de bonne foi envers eux. Elle connaissait la faiblesse de son père et leur avait apporté son aide en leur fournissant les médicaments. Quelques minutes plus tôt, elle avait encore fait preuve d'une bonté qui se faisait de plus en plus rare. Alexis sût qu'elle ne pouvait pas lui mentir.

« Nous n'en avons pas subi pour le moment. » Avant même qu'Esther puisse dire quoique ce soit, elle ajouta rapidement d'autres mots. « Je sais que nous avons été chanceux pour le moment. Il est vrai que tous n'ont pas eu cette chance. Nous ne sommes pas complètement sans défense. Nous avons nos propres ressources. Notre père a connu la guerre et à bien des égards, les Wendigos ne sont qu'un ennemi de plus à affronter pour lui. Notre maison a connu quelques changements pour nous aider en cas d'attaque. Bien sûr aucune défense n'est parfaite, mais céder à la peur ou la panique ne nous permettra pas de vivre mieux. » Avoua Alexis.

Esther l'interrogea alors sur leur position. Elle se demandait s'ils comptaient toujours rester chez eux. La jeune femme essayait depuis un moment déjà de les faire rejoindre les survivants de l'hôpital. Alexis savait que cela pourrait être un plus pour son père. L'hôpital avait encore un médecin et des équipements de soin qui pourraient lui être utile. Pourtant, la décision de son père était sans appel et elle la respectait voir même la défendait. Elle savait qu'Ariel était un peu moins enthousiaste. Il avait des amis à l'hôpital et le fameux biologiste Roberts dont il parlait souvent qui semblait lui avoir fait grande impression. Pourtant, il soutenait la famille, parce que c'était quelque chose que les enfants Beaumont avaient rapidement appris en grandissant. Des personnes qui courtisaient la famille pour leur faire rejoindre un camp plutôt qu'un autre, Esther était la plus sympathique. Alexis l'aimait bien. Comment expliquer les raisons du choix de sa famille à la jeune femme. A bien des égards, il semblait que cette décision relevait plus de la folie et du sentimentaliste que d'autre chose. Alexis savait que c'était ce que pensait tous. Pourtant, ils n'étaient pas les seuls à avoir fait le choix de rester chez eux malgré le fait qu'ils soient plus à découvert que les grands groupes et plus exposés aux attaques des Wendigos. D'un point de vue pragmatique, tout ceci était dingue !

« Nous n'allons pas changer d'avis Esther. Je sais que cela est difficilement compréhensible, mais nous ne pouvons tout simplement pas abandonner cette ferme. Mon père ne la quittera que six pieds sous terre. C'est certain qu'il la défendra jusqu'à la fin. Il y a plus que de vieux souvenirs dans notre maison. Par ailleurs, elle nous offre un confort qui est une denrée rare depuis que tout a changé. Je sais que l'hôpital à ses propres arrangements, mais reconnaît que ce n'est pas non plus l'idéal. Personne n'aime vivre dans un hôpital, autrement personne ne voudrait guérir. J'ai parfois l'impression que les hôpitaux ont été crée de telle sorte qu'ils donnent envie à ceux qui sont obligés d'y rester, l'envie folle de partir. Ne le prends pas mal, mais je suis plus à l'aise chez nous. Je connais le moindre des recoins de notre maison et ses secrets ne me sont pas inconnus. » Répondit Alexis avant de changer de sujet. « Nous devrions partir du chalet de Jeff. J'ai calculé le temps entre le vôtre et celui de Sophie et les distances sont courtes, par contre entre celui de Sophie et celui de Jeff, on a plus de chemin à parcourir. Je pense qu'ils doivent se trouver dans le rayon environnant du chalet, si ce n'est pas directement à l'intérieur. Qu'en dis-tu ? »

Il fallait bien commencer quelque part.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Can you help me ? [PV Alex]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Can you help me ? [PV Alex]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.
» Tonton alex style !!!
» Quel est votre Alex kidd préféré?
» Jeux défis saison 3 : Alex kidd power tour
» Alex kidd in anecdote world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead ::  :: Beyond The City :: Mahigan Mountain-
Sauter vers: