AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The world could be ours ✵Isaac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Abandoned Warehouse - Staff





Ancien métier : Coiffeuse
Occupation : Impliquée dans divers projets dont ceux d'infiltration,
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Prince Rupert
Messages : 46
Date d'inscription : 24/11/2016
Crédits : P&C
Célébrité : Haley Bennett




MessageSujet: The world could be ours ✵Isaac   22.04.17 17:43

Un petit titre
Isaac & Katherine


Quittant l'avant dernier étage où se situait en grande partie les espaces personnels de chacun des survivants appartenant à leur groupe, Katherine descendant les paliers un à un d'un pas léger. Plus les numéros inscrit sur les murs descendaient et plus le son provoqué par les divers travaux de constructions devenait perceptible. Ils travaillaient à se forger une véritable forteresse et jusqu'à présent tout se déroulait très bien. De choisir un tel endroit avait été un coup de maître de la part de son père car bien que les vives n'y avait pas été dès le départ abondants, la facilité pour rendre cet endroit sécuritaire elle se démarquait largement de tous les autres possibilités que leur avait offert cette ville. Pour ce qui est de la nourriture, de l'eau, des médicaments et des armes... ils avaient leur propre façon de s'assurer de ne jamais manquer de rien. Si plusieurs s’affairaient dans de multiples missions de ravitaillement, Katherine elle caressait une vision à long terme et beaucoup plus sophistiquer. Du moins de son point de vue.

Poussant finalement l'un des rares issues menant à l'extérieur, Katherine ne put s'empêcher de plisser légèrement les yeux. Le soleil brillait et la température était particulièrement clémente vu la saison. Descendant légèrement la fermeture éclaire de son manteau consciente qu'elle était légèrement sur-habillée, elle se déplaçait au travers de quelques uns des autres membres de son groupe jusqu'à aller retrouver l'un de ses endroits favoris. Un sourire aux lèvres, elle attirait comme à l'habitude le regard des autres bien qu'il n'y en avait que quelques un qu'elle saluait. La jeune femme était reconnue comme étant la fille d'Abraham, après tout l'importance de son père dans la fondation et la continuation de leur groupe n'était pas un secret et bien qu'elle dégageait une grande fragilité, aucun d'entre eux ne tentait de la tester ou de lui nuire de la moindre façon. Katherine ne s'en offusquait pas, à dire vrai elle profitait de cet avis trompeur que les membres de son propre groupe avait car ainsi elle pourrait tous les surprendre lorsqu'elle parviendrait à terminer son petit exploit personnel. En attendant, tous ceux qui ne travaillaient pas avec elle directement pouvaient bien continuer de la voir comme étant mignonne et serviable bien que plutôt inutile.

Katherine avait un lieu tout près de l'entrepôt qu'elle appréciait particulièrement, une plateforme située légèrement en hauteur offrant une vue intéressante sur une partie de la ville et où elle n'avait qu'à emprunter un sentir très mal entretenu et grimper quelques marches pour y arriver. Les traces dans la neige étaient encore fraiches et Kate devina rapidement que quelqu'un était passé ici aujourd'hui, fronçant légèrement les sourcils, elle se demanda un court instant si elle allait tomber face à face avec un inconnu lorsqu'elle le vit, installé sur le banc de parc. Le reconnaissant immédiatement, un léger sourire égayait son visage alors qu'elle présumait qu'il devait être à surveiller quelqu'un ou quelque chose.

« Hey. »

Nul doute qu'il savait déjà qu'elle était là, soit pour l'avoir vu se diriger vers les escaliers, soit parce qu'il l'avait très certainement entendu approcher. Arrivant à sa hauteur, elle prenait place sur le banc à ses côtés, le regardant plutôt que de surveiller la ville comme elle était au départ supposé le faire. Cette attraction qui la poussait à ancrer son regard à lui, elle ne pouvait tout simplement pas la contrôler lorsqu'ils étaient seuls. Elle adorait son regard accrocheur, ses iris aux tons de bruns si particuliers et cette fossette qui se créait contre sa joue lorsqu'il souriait. Il l'attirait, c'était indéniable et bien qu'elle se faisait un devoir de garder une certaine distance, elle ne pouvait s'empêcher d'apprécier de le regarder, de profiter de leurs petits moments de solitude.

« J'espère ne pas te déranger dans ton travail ou troubler ta solitude. »

Elle avait beau ne pas savoir pourquoi il était là, elle devinait facilement qu'elle ne le dérangeait pas. Elle avait beau n'en avoir jamais parlé, pas même à lui, mais cette chose si particulière qu'elle ressentait pour lui, elle était convaincue qu'elle n'était pas la seule. Ça allait au delà de son physique parfait, il y avait quelque chose en lui dont elle raffolait, un mystère qu'elle avait envie de découvrir.

« Tu as pu apercevoir des joujoux potentiels ? »

Des jouets, des pions... elle avait plusieurs noms pour eux, mais elle savait qu'il comprendrait. Isaac n'avait beau pas savoir exactement tous les plans qu'elle s'imaginait, il était parfaitement avisé du plan de match qu'elle avait commencé à bâtir et de son envie de savoir tout ce qu'elle pouvait sur les autres survivants avant de choisir ceux qui seraient ses favoris.

_________________
Yeah you can start over you can run free You can find other fish in the sea You can pretend it's meant to be But you can't stay away from me So if I run it's not enough  You're still in my head forever stuck So you can do what you wanna do
Like a drug that's killing me
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Abandoned Warehouse





Ancien métier : Superviseur à la mine (officiellement)
Occupation : Sécurité et surveillance
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ottawa
Messages : 54
Date d'inscription : 14/03/2017
Crédits : Avatar (P&C), Gif-image (luuuuuke-evans)
Célébrité : Luke Evans




MessageSujet: Re: The world could be ours ✵Isaac   16.05.17 17:41

The world could be ours
Katherine & Isaac




L'hiver allait être rude… plus rude qu'il ne l'avait jamais été auparavant. Il faut dire que les conditions météorologiques n'allaient pas s'améliorer dans les mois à venir. La priorité était donc de préparer l'entrepôt le plus rapidement possible. Il fallait à la fois en faire une forteresse, mais aussi un lieu où ils pourraient tous se protéger efficacement du froid. L'entrepôt n'avait, au départ, pas été construit pour abriter du monde sur le long terme. C'était un bâtiment qui avait été laissé à l'abandon par un groupe commercial, bien avant que les Wendigos ne viennent perturber l'ordre établi de la petite ville bien rangé des gens . Isaac se rappelait que lorsqu'il était venu s'installer à Fort Lairge, il n'y avait pas même accordé un second regard. Qui s'intéresse aux bâtiments délabrées ? D'autant plus quand on a une double identité à maintenir. L'entrepôt avait fini par devenir intéressant que lorsqu'il avait été question de trouver un abri à la nouvelle menace envers les hommes. Lorsque Abraham et ceux qui le suivaient, avaient décidé de s'installer là, ils avaient vite compris qu'ils aillaient devoir travailler d'arrache-pied pour rendre habitable cet endroit, mais aussi pour qu'ils ne se fassent pas surprendre par les Wendigos. Ces saloperies étaient toujours affamées et elles n'abandonnaient pas une chasse quand elles s'étaient lancées dans une. Autant de chair fraîche amassé dans un endroit, cela pouvait être l'équivalent d'un festin offert pour ces créatures. Il était donc primordial de rendre l'entrepôt imprenable pour que la sécurité de ses habitants soit assurée. A ce jour, il y avait encore de nombreuses modifications à faire. Isaac s'intéressait principalement à la question de la sécurité, pour ce qui était de la survie, la chose avait été refilée à une autre connaissance d'Abraham : une femme à la poigne lourd qui semblait fâchée avec le monde entier. C'était elle qui était venue lui parler du générateur qui fournissait l'électricité et l'eau chaude des douches, pour l'informer que ce dernier ne tiendrait pas l'hiver. Pas vraiment le genre d'informations qui amusait Isaac.

Avec toutes ses choses auxquelles il devait penser, il avait fini par avoir besoin d'un peu d'air. Il était agacé par les mauvaises nouvelles et les ralentissements dans la construction. Quand Isaac n'allait pas bien, il avait besoin de l'extérioriser et il valait mieux ne pas se trouver dans les parages pour ne pas faire les frais de sa colère. Cela le soulageait de passer ses nerfs sur quelqu'un d'une manière plus ou moins musclés, mais ce n'était pas forcément le meilleur moyen de se faire des amis. Heureusement, ce n'était pas non plus ce que recherchait vraiment Isaac. Pourtant, au lieu de laisser sa mauvaise humeur rejaillir sur les autres, il avait préféré prendre l'air. Les températures étaient encore tombées dans la nuit. Fort Lairge et ses environs se glissaient de plus en plus dans l'hiver. La neige était d'une blancheur incroyable qui ressortait encore plus sous le soleil pâle de la journée. Isaac n'était pas un poète ou un romantique invétéré et il n'accorda que peu d'importance à la beauté pure que reflétait le paysage. Il se dirigea vers le parc le plus proche et s'installa sur un des bancs. Les choses avançaient trop lentement à son goût dans les préparatifs pour rendre l'entrepôt habitable et sûr. Cependant, il n'y avait pas que cela. La question de l'abri était peut-être réglée, mais en matière de survie, avoir un toit ne suffisait pas. Il fallait bien plus que cela. Il leur fallait suffisamment de vivre pour attendre la saison où ils pourraient produire ce dont ils avaient besoin, posséder les personnes aux talents nécessaires pour survivre (médecin, ingénieur…) et les objets de premières nécessités... Toutes ces choses que l'entrepôt n'avait pas et qu'il faudrait obtenir par d'autres moyens. Pour Isaac tous les moyens étaient bons : l'extorsion, le kidnapping et le vol, sans oublier tous les autres moyens violents d'obtenir ce que l'on veut. Il était de ceux qui pensaient que les autres groupes de survivants ne méritaient pas d'avoir les avantages qu'ils possédaient. Il croyait en deux choses : la force et la loi de Talion. En ces temps difficiles, il ne restait plus que cela de vrai.

Il tira de la poche de sa veste, un paquet de cigarette. C'était bien un produit de luxe lorsqu'on était en plein état de survie. Isaac n'était pas un très grand fumeur, il préférait largement un bon verre d'alcool fort par rapport aux petites sucettes à cancer. L'alcool était beaucoup plus simple à obtenir que le tabac. Pourtant, dans l'état où il était Isaac préférait de loin prendre une de ses rares cigarettes pour essayer de retrouver son calme. Il était connu pour ses impressionnantes colères et lui-même reconnaissait bien volontiers qu'il n'avait pas un caractère facile. Cela aurait été de la stupidité de ne pas l'admettre et il était loin d'être un imbécile pétri de sa propre importance. Oh, il se voyait bien entendu comme bien meilleur que d'autres, mais c'était un fait et pas de la vantardise. Isaac aimait ce point là : cela lui permettait d'avoir un bon aperçu des environs. Les principaux points où se retrouvait les survivants étaient la mairie de la ville et l'hôpital. Il y avait aussi quelques irréductibles qui n'avaient pas fuis leur logis. Des personnes habituées à dépendre uniquement d'eux-même. Il y avait une certaine fierté à ne dépendre de personne. Mais la fierté, c'était aussi un égo qui peut vous coûter cher. Selon lui, c'était les survivants les plus faciles à renverser. Pourtant, lorsqu'il y en avait parlé à Abraham, ce dernier lui avait dit qu'il y réfléchirait. De toute évidence, il y avait quelque chose qui retenait son ami et il fallait être patient avant qu'il ne le lui fasse savoir… Il en était à la moitié de sa cigarette, quand il entendit des pas derrière lui. Isaac avait presque l'impression de pouvoir reconnaître ce pas entre mille ! Ou peut-être qu'il l'avait simplement aperçu dans l'escalier et que l'instant s'était gravé dans sa mémoire. Il préférait de loin la première option. Il entendit sa voix avant même qu'elle ne vienne apparaître devant lui et qu'elle s'installe à son côté. Isaac avait connu de nombreuses femmes, certaines même d'une incroyable beauté, mais aucun d'entre elles n'avaient eu sur lui, l'effet qu'avait Katherine. Elle seule parvenait à faire bouillir son sang.

Elle ressemblait à un ange avec ses cheveux blonds et sa peau laiteuse. Il semblait qu'elle avait une aura d'innocence qui la faisait paraître bien plus naïve qu'elle ne l'était réellement. En vérité, c'était bien plus une image que la réalité. Surestimer la jeune femme à cause de son apparence était une bêtise que nombreux avaient et continueraient à faire. Elle l'attirait comme jamais et pourtant c'était la seule femme qu'il ne pouvait vraiment avoir. La frustration et le désir qu'il y avait entre eux, entretenaient une flamme qui semblait ne pas s'éteindre. Il y avait eu de nombreuses occasions de se laisser aller à l'attrait que chacun exerçait sur l'autre. Il n'aurait pu s'agir que de luxure, mais plus ils repoussaient l'instant de succomber à leur désir, plus cela semblait devenir autre chose. Il n'y avait pas encore de nom pour cela. Katherine était la seule femme attrayante et désirable qu'il ne regardait pas de haut. Il aimait plonger ses yeux dans les siens, car il la voyait comme une égale. Une chose qu'il faisait rarement. L'ancien superviseur de la mine ne prenait pas la peine de regarder en face, ceux qui ne méritaient pas son attention. Ce qui n'était pas le cas de la jeune femme… Sans qu'il puisse vraiment le contrôler, il sourit en la voyant. Sa colère avait déjà eu l'occasion de se calmer alors qu'il fumait sa cigarette, mais la vision de la jeune femme parvint à la calmer entièrement. Lorsqu'il avait fait la rencontre de Katherine la première fois et qu'il avait ressentit de l'attirance pour elle, il s'était dit que ça ne durerait pas, comme avec la plupart des femmes qu'il avait croisées dans sa vie. Peut-être était-ce l'interdit qui ne faisait que servir d'aiguillon, mais aujourd'hui, il ne cherchait plus vraiment à savoir comment elle avait réussi à devenir plus importantes que les autres. Il se trouvait sans cesse sur le fil : se tenant à la fois en retrait, mais tellement prêt à vouloir plonger. La jeune femme lui annonça qu'elle espérait ne pas le déranger ou le troubler et c'était loin d'être le cas.

« Ce n'est pas le cas. Je réfléchissais au meilleur moyen pour nous de survivre et aux obstacles qui se dressent sur notre route. Tu ne troubles rien, il n'y a pour le moment pas de résultat satisfaisant. » Affirma Isaac en tirant une nouvelle bouffée de sa cigarette avant de l'éteindre contre le bois du banc. Il allait garder la moitié restante. Pas de gaspillage avec un luxe pareil.

Elle l'interrogea ensuite sur les « joujoux ». C'était le petit sobriquet que la jeune femme utilisait pour ceux qu'on utilisait comme des pions dans le grand échiquier qu'était le monde autour d'eux. Ils avaient la main par rapport aux autres groupes : ils étaient malins, pour la plupart, habitués la criminalité, habiles dans leur domaine et connaissant la violence. Les autres survivants étaient soit des alliés, soit des pions. Quand Katherine faisait référence aux « joujoux », elle parlait plutôt de la seconde catégorie. Pour Isaac, un pion n'avait une durée de vie que limité jusqu'à ce que son utilité n'existe plus. Il voyait à présent le monde en noir et blanc. Il y avait son groupe à qui il avait accordé sa loyauté (bien que tous ne le méritent pas) et il y avait les autres qui n'avaient aucune importance. Pourtant, se débarrasser des autres d'un coup violent serait une erreur stratégique. Il n'avait pas eu besoin qu'on lui explique. Tout le monde était devenu méfiants maintenant que les Wendigos peuplaient les nuits et chassaient les humains avec un appétit jamais apaisé. Les attaques surprises ne pouvaient pas marcher sur les groupes principaux des survivants. Il fallait réussir à les rendre suffisamment peu soupçonneux et agir quand ils ne pourraient pas s'y attendre. Cependant, même s'il essayait, il ne pourrait pas passer pour un type qui n'était pas dangereux. Il avait peut-être passé trop de temps dans la criminalité. Bien sûr personne ne se disait qu'il était un criminel à la première rencontre, mais il n'apparaissait pas comme le gentil gars affable. Oh, il pouvait être charmeur, mais il y avait une aura de violence autour de lui et il tenait quand même à ce que l'on sache qu'il ne fallait pas l'emmerder. Pour maintenir la survie de tous ceux du groupe de l'entrepôt, il allait essayer d'attirer un peu plus de muscles. Il avait déjà repéré quelques personnes dont il avait besoin et qu'il devrait convaincre de les rejoindre. Le mieux était encore d'avoir leur loyauté.

« Il y a bien quelques personnes qui nous seraient utiles à la fois pour nous permettre de survivre d'une manière plus efficace, mais aussi pour obtenir les ressources qu'ils nous manquent. Et de ton côté ? »
Lui demanda Isaac avec un sourire entendu.

Il aimait ses petits échanges avec Kath, même s'il n'aurait pas été contre un autre type de conversation qui se passe de la parole.

 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
The world could be ours ✵Isaac
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Alex Kidd in Miracle World.
» [Bit TV] RETRO GAME TEST Super Mario World.
» World Eaters
» Yu-gi-oh! World Championship 2009
» SMALL WORLD

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead ::  :: South District-
Sauter vers: