AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Toc, Toc, qui est là ? ✵ Ft. Joshua

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Solitary





Ancien métier : Garagiste et pompier volontaire
Occupation : Réparatrice et mécanicienne
Statut civil : Séparé
Lieu de naissance : Fort Lairge
Messages : 83
Date d'inscription : 23/02/2017
Crédits : Avatar (P&C) Gif-visage (chrysalis-writes)
Célébrité : Ruth Negga




MessageSujet: Toc, Toc, qui est là ? ✵ Ft. Joshua   02.08.17 15:53

Toc, Toc, qui est là ?
Alexis C. Beaumont & Joshua A. Trembley




Elle avait un mal de crâne pas possible. Ce dont elle avait besoin, c'était d'un remontant, plus que d'un médicament. En vérité, si elle se sentait si mal, c'était principalement, parce qu'elle venait de revoir Aaron. Il avait débarqué à l'improviste alors que personne ne l'attendait pour venir lui réclamer des vivres. Passé les premières minutes de stupeur, Alexis n'avait pas réussi à l'empêcher de rentrer dans la maison et avait donc dû subir ses demande pendant un certain temps, avant d'arriver à faire comprendre à son ex fiancé qu'il pouvait toujours réclamer, mais qu'il n'aurait rien. Il avait exprimé alors avec force de mots et des gestes son mécontentement, mais Alexis était restée ferme sur ses positions. Elle avait déjà fait l'erreur, une fois, de prendre en pitié son ancien amant et l'avait amèrement regretté. Malgré ses trahisons, Aaron savait se rendre attachant et on pouvait lui donner le bon Dieu sans confession jusqu'à ce que l'on se rende compte qu'il nous avait roulé dans la farine. Alexis savait qu'elle aurait mieux fait de renvoyer Aaron avant qu'il ne lui expose ses demandes. Il avait le charme du serpent d'Eden et il fallait mieux éviter de lui laisser la parole. Cependant, ne serait-ce qu'en souvenir du temps où ils étaient heureux ensemble, elle le laissait quand même faire. Il serait honnête de dire que les bons souvenirs, qu'elle gardait de lui, faisaient qu'elle oubliait parfois son odieuse trahison. Il était sa faiblesse et il le savait. Pourtant, elle n'avait pas céder. Les provisions de la maison n'étaient pas uniquement destinés à Alexis, mais aussi à son père et son frère. Pour eux, elle devait rester fermer. D'autant qu'Octave avait été assez vocal sur ce qu'il pensait de l'ancien fiancé de sa fille. Ariel, quant à lui, n'avait même pas eu besoin de faire part de ses sentiments envers Aaron : son attitude parlait pour lui. Il avait d'ailleurs été celui qui lui avait ouvert les yeux sur la manière dont Aaron gérait leur relation et ses autres relations. Après ce qu'il lui avait dit, elle avait mis fin à leur lien.

La maison était silencieuse. La nuit, les trois occupants se relayaient pour monter la garder et veiller à la protection de leur habitat. C'était le soir que les Wendigos étaient les plus actifs. Ainsi, le rythme habituel de leur vie avait été bouleversée. Ils vivaient principalement la nuit maintenant et dormaient le jour. Le réveil ne sonnait plus à sept heures du matin, mais à dix-sept heures et c'était considéré comme une nuitée où l'on se levait tôt. Son père comme son frère étaient encore au lit. Il était beaucoup trop tôt pour se réveiller avec les nouveaux horaires qui régissaient leur vie, dès maintenant. Si Aaron ne l'avait pas réveillée, elle serait , elle aussi encore en train de dormir. Certes, elle avait prit la première position pour rester éveillé le soi précédent, mais c'était toujours éprouvant et elle avait besoin de son quota de sommeil pour être aussi active le soir à venir. Maintenant qu'elle était debout, il était impossible qu'elle se rendorme. Cela ne ferait que la déphaser et elle en paierait le prix. Alexis rêvait plutôt d'un bon café fumant et d'une douche brûlante. Sauf qu'elle ne pouvait avoir ni l'un, ni l'autre. Si le générateur fournissait encore la possibilité d'avoir des douches chaudes, il fallait éviter au possible de l'utiliser. Quant au second, elle savait qu'il valait mieux l'économiser le plus possible, car c'était devenu une denrée rare. Les graines de caféier ne poussaient pas au Canada et avec les Wendigos, cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas reçu de nouveaux produits à Fort Lairge. Même si elle avait récupéré un bon nombre de boîtes en allant piller la supérette à l'extérieur de la ville, près de la station essence, il ne fallait pas en abuser. Qui pouvait prédire si un jour la menace des Wendigos ne serait qu'un mauvais souvenir. Elle avait eu de la chance de récupérer autant de boîtes, car elle savait de source sûr que les supermarchés de la ville avaient été dévalisés en « produits de luxe » .

Elle abandonna l'idée d'un café et se contenta d'un verre d'eau froide qui lui sembla geler de l'intérieur son corps. Alexis savait qu'elle devait aller rallumer la cheminée. Malgré les murs épais de l'ancienne ferme, il fallait quand même réchauffer les pièces. La jeune femme remerciait ses ancêtres d'avoir conservé les cheminées, poêle et autres bienfaits de la maison qui ne nécessitaient pas d'électricité. Elle alla enfiler une veste chaude, abandonnant l'idée de mettre sa veste en cuir et des gants plus chauds pour protéger ses mains déjà bien abîmé. La neige était encore tombée et cette vision avait de quoi la déprimer. Alexis n'avait jamais aimé l'hiver et lui préférait sans compter l'été. De toute manière, elle n'avait pas le choix, il lui fallait récupérer du bois qu'on avait coupé durant l'automne. Les bûchés étaient empilées les unes sur les autres au fond du jardin et étaient protégées par une bâche. Alexis s'empara de deux bûches et les mit sous ses bras, avant d'aller rejoindre la maison. Alors qu'elle était à nouveau à l'intérieur et qu'elle était en train de mettre de quoi relancer le poêle, qu'elle entendit de drôle de bruits. Un instant, elle pensa que c'était Ariel qui s'était réveillé aussi tôt qu'elle. Il ne descendait pas toujours et faisait toutes sortes d'expériences dans sa chambre. Il y avait toujours du bruit dans la maison lorsqu'il était debout. Alexis ne comprenait pas la moitié des choses qu'il faisait, mais cela semblait grandement l'occuper. Il pouvait passer des heures à travailler sur une de ses expériences et malheur à qui venait le déranger. Alexis ne s'y risquait pas. Elle avait déjà la désagréable impression que leur lien n'était plus aussi proche qu'autrefois et pour maintenir l'équilibre, elle tentait de se contenir. Si tout cela ne tenait qu'à elle, voilà bien longtemps qu'elle aurait abordé le sujet pour comprendre pourquoi son jeune frère agissait ainsi. Cependant, elle avait vu comment il pouvait se braquer et elle savait qu'il fallait maintenir la cohésion de leur famille en ces temps difficiles.

Elle ignora pour le moment les bruits étranges et entreprit de faire un petit-déjeuner en avance. Alexis n'était pas une excellente femme au foyer. En vérité, elle n'en avait jamais eu le talent. Lorsque son père consentait à parler de sa femme, il en parlait comme d'une vraie fée du logis capable de créer n'importe quoi de ses mains. Selon lui, le talent d'Ariel lui venait sans aucun doute de sa mère. Si celle-ci avait choisi d'être une femme au foyer, ce n'était pas parce qu'elle n'avait pas de grandes connaissances et compétences, mais parce qu'elle était d'une santé fragile et qu'il n'y avait qu'à la maison, qu'elle était certaine de pouvoir avoir sous la main, ce qu'il fallait. Si d'aventure, elle avait pu s'éloigner plus facilement, elle aurait probablement fait un grand métier en tant que scientifique. Elle n'en avait pas eu l'occasion, mais n'était jamais resté amer à cause de cela. De toute évidence, c'était un trait qu'Ariel n'avait pas hérité d'elle. Des trois Beaumont, il semblait être celui qui vivait le moins bien l'apparition des Wendigos et la fin de la civilisation des Hommes telle qu'on la connaissait. Lorsque la jeune femme parvient à confectionner quelque chose de suffisamment mangeable, elle commença à prendre une bouchée de sa part. Les bruits se faisaient toujours entendre et il lui apparaissait de plus en plus qu'il ne venait pas de l'étage de la maison, mais bien du rez-de-chaussée où elle se trouvait. Elle posa sa fourchette sur la table et fronça les sourcils. Quelque chose n'allait pas. Ce n'était tout de même pas Aaron qui était revenu se servir de lui-même alors qu'elle lui avait bien fait comprendre qu'il avait tout intérêt à ne pas revenir ?! Alexis devait en avoir le cœur net. Si c'était Aaron, il allait l'entendre ! Elle fouilla dans l'un des tiroirs de la cuisine et en ressortie un Beretta Px4 Storm.

Cela n'avait plus l'air étrange de trouver des armes un peu partout dans la maison. Son père avait été un collectionneur. Il avait fait l'armée et c'était quelque chose qui lui était resté. Du temps où les créatures de la nuit sauvage n'étaient encore rien de plus qu'un objet de légende, il les conservait dans une pièce protégée pour éviter à ses enfants ou des importuns de mettre la main dessus. Il avait vu ses reportages tragiques sur des enfants qui commettaient des meurtres dans des écoles et cela l'avait incité à beaucoup de prudence avec ses armes. Cependant, depuis les récents changements, il faisait beaucoup plus attention. Il savait qu'il fallait changer de manière de faire et en cas de problème devoir courir, jusqu'à la salle des armes, pouvait faire perdre un temps précieux pour la survie. Octave Beaumont avait disséminé ses armes un peu partout dans la maison. Alexis n'était pas particulièrement fan des armes et elle ne les maîtrisait pas si bien que cela. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre. Au moins, elle avait les base et pouvait tenir une arme sans être un danger pour les autres et soi-même, mais il lui manquait la précision de pouvoir viser juste et de ne pas manquer sa cible. L'arme au poing, elle avança dans la maison avec prudence et doucement pour ne pas se faire repérer. Si c'était Aaron l'intrus, elle allait lui flanquer la peur de sa vie et il ne serait pas prêt de revenir mettre les pieds ici. Elle aurait dû faire ça depuis longtemps. Les bruits provenaient du garage immense de l'ancienne ferme. Là-bas se trouvait son camion, des outils de réparation mécanique, un tas de conserves et bien entendu le générateur de la maison que le vieux Bill avait vendu une petite fortune à ses parents. Elle ouvrit la porte délicatement et fut contente de voir que celle-ci ne grinça pas comme elle l'avait l'habitude de faire.

C'est alors qu'elle vit l'homme ! Elle reconnut tout de suite que ce n'était pas la carrure d'Aaron, même s'il était de dos. De plus, celui-ci ne semblait pas s'intéresser aux conserves, mais il semblait tourner autour du générateur. Comment avait-il fait pour rentrer ?! Les traits de la réparatrice se durcirent. Elle allait faire passer l'envie à cet intrus de venir chez elle. Elle se glissa le plus lentement possible vers lui et tendit son arme vers l'inconnu, calant la pointe dans son cou.

« Plus un geste ! Retournez vous et pas de coup fourré ! Je suis armée et je n'hésiterai pas à faire l'usage de mon arme. » Dit-elle d'une voix ferme et sans appel.

Elle n'avait pas du tout prévu le visage de l'homme et il cela manqua de lui faire perdre sa vigilance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Abandoned Warehouse





Ancien métier : Buraliste
Occupation : Recherche de Vivres, homme de main
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Fort Nelson - Canada
Messages : 36
Date d'inscription : 30/03/2017
Crédits : Moi
Célébrité : Tom Payne




MessageSujet: Re: Toc, Toc, qui est là ? ✵ Ft. Joshua   20.08.17 7:10


Toc, toc, qui est là ?
Josh & Alex



Accroupis sur les hauteurs d'une petite butte, indifférent aux légers flocons de neige qui tournoyaient autour de lui, toute son attention étant fixé sur une petite maisonnée qui se trouvait en contrebas. Cela faisait plusieurs jours à présent que Joshua observait à leur insu les habitants de cette petite maison, leurs allers et venues, ainsi que leurs activités où chacun avaient des tâches  parfaitement prédéfinis à effectuer.

C'est en partant à la recherche d'essence et donc de voitures à siphonner hors de la ville qu'il était tombé sur cette propriété privé. S'il n'avait guère eut de chance avec les rares voitures qui avaient croisées son chemin et qui étaient soient calcinées soit abandonnées avec le réservoir déjà vide, là, il avait clairement touché le jackpot.
Visiblement épargné par les pillages, les incendies, les attaques voir même des actes de vandalisme Joshua espérait y trouver des articles de premières nécessités, tel que des médicaments, de l'essence, des outils voir même quelques boites de conserves avec de la chance. En s'approchant et en faisant le tour de la propriété, Joshua avait découvert l'existence d'une serre en parfait état de marche... cela aurait du lui mettre la puce à l'oreille mais la vue de ces tomates juteuses, de ces concombres et de ces appétissants melon, de ces choux, de ces salades, groseilles et autres fruits rouges lui avaient fait baisser sa garde. Il ne l'avait pas vu arriver par contre le coup de détonation qui passa au-dessus de sa tête suivit des vociférations d'un vieil homme, ça, il les avait parfaitement entendu ! Joshua avait aussitôt détallé sous les coups de carabines dont aucune des balles en plombs ne l'atteignit heureusement jamais. Etait-ce du à la maladresse du vieux ou au contraire le faisait-il exprès pour lui laisser une chance de filer en guise d'avertissement ? Il n'en savait rien et n'avait franchement aucune envie de tester les véritables prouesses au tir de ce vieux fou

Joshua était revenu le lendemain, cette fois armée de jumelle, et du haut de ce point stratégique et à couvert, avait commencé à observer les habitants de cette propriété. A force de les observer, Joshua avait dénombré la présence de trois personnes. Le vieux sénile, un jeune blanc-bec et une moitié de femme...
Le vieux tout d'abord, celui qui lui avait tiré dessus, était le doyen de cette famille. L'homme avait la gâchette facile et il ignorait ses véritables compétences en matière de tir toutefois son âge jouait malgré tout contre lui, il était vieux et trainer la patte, il était donc facile à maitriser. Le plus jeune, un gamin à peine sorti de l'adolescence restait souvent enfermé dans la maison, les seuls fois où il sortait c'était pour se rendre à l'hôpital, cette famille avait donc des liens avec les autres survivants, même s'il ignorait la nature exact de ces liens, c'était toujours bon à savoir. Enfin il y avait la fille, celle qui s'occupait de tous les travaux les plus lourds de la propriété et qui n'avait décidément pas volé le nom masculin que ses parents lui avaient donné à sa naissance. Un sourire amusé naquit sur ses lèvres en songeant à cette lointaine période de sa vie où il l'avait connu. Il ne l'avait pas immédiatement remise car il la pensait très loin d'ici mais il n'y avait aucun doute quand à son identité, c'était bien elle dont il s'agissait car cette maison, après avoir lu le nom qui s'affichait fièrement sur la boite aux lettres encore en bon état, était bien celle de sa famille : Beaumont

Contrairement à lui, les Beaumont avaient manifestement adopté le rythme nocturne des wendigo et dormaient en journée. Ils ne se réveillaient généralement pas avant les 17h. Un choix qui se défendait lorsque l'on se retrouvait en si petit nombre et qui vous évitait les nuits blanches mais que pour sa part, il refusait d'adopter. D'une part parce qu'il n'en n'avait pas besoin vu le nombre important de personnes qui se trouvaient dans le groupe qu'il avait rejoint, d'autre part parce qu'il préférait de loin profiter du soleil et des quelques heures de répit que ce dernier leur offrait. Pendant que les Beaumont se reposaient, les rendant particulièrement vulnérables à toute attaque non pas des Wendigos mais de leurs semblables, lui, pouvait les observer et tester leurs réactivités. Les Beaumont semblaient se penser seuls au monde, ou en tout cas, ils se croyaient suffisamment autonome pour se suffire à eux-mêmes et s'ils ne semblaient effectivement manquer de rien puisqu'ils avaient des armes, des munitions, de la nourriture et même de l'électricité, vivre en autarcie ne leur avait pas fait réaliser à quel point leurs biens pouvaient susciter des convoitises et surtout à quel point les hommes, plongé dans ce monde complétement dingues, étaient devenus dangereux et sans pitiés les uns envers les autres, surtout lorsque l'on pouvait être sujet à tant de convoitises.
Pour l'instant ça leur réussissait mais viendrait un moment où leur repli sur eux-mêmes allait se retourner contre eux. Pour l'instant il était le seul à les avoir trouvé, mais cela ne durerait pas, que ferait-il si d'autres hommes de l'entrepôt venaient à les dénicher et à prendre conscience de tout ce qu'ils possédaient ? Ils ne leur feraient pas de cadeaux. Le vieux savait se servir d'une arme à feux c'était un fait, mais ce serait probablement la dernière chose qu'il aurait le temps de faire. Le gamin n'opposerait aucune véritable résistance, lui-même en viendrait à bout très rapidement quand à Alex, aussi teigneuse et forte soit-elle et bien qu'il ne faisait aucun doute qu'elle leur donnerait du fil à retordre elle finirait par ployer sous poids du nombre.
Joshua savait très bien de quoi les hommes d'Abraham étaient capables, il savait aussi que ce n'était qu'une question de temps avant que d'autres ne les trouvent aussi, comme lui et il n'était pas certain qu'ils seraient aussi gentil que lui. Et bien qu'il n'avait aucune envie de les voir se faire décimer, il allait sans dire qu'il préférait eux que lui et que si cela venait à se produire il ne ferait rien pour interférer en leur faveur, mais il y avait peut-être un moyen pour éviter un drame qui n'était pas nécessaire....

Ce jour-là, il n'avait pas pu se rendre chez les Beaumont avant 16h. Ses petites escapades qui duraient toute la journée et d'où il revenait généralement bredouille n'était pas passé inaperçu et Isaac ne l'avait pas quitté des yeux de la journée, requérant sa présence pour quelques affaires. Voyant la journée défiler, le brun avait songé à remettre sa petite expédition mais découvrir que certaines expéditions étaient prévu dans le secteur des Beaumont pour le lendemain lui avait fait changer d'avis. La présence d'Isaac fut exigé auprès d'Abraham en fin de journée et Joshua en avait profité pour prendre la tangente et disparaître.  Après avoir fait de nombreux détour et s'être assuré qu'il n'était pas suivit, il s'était dirigé chez les Beaumont armé d'un sac en toile, prêt à faire son petit marché dans la serre. Après avoir bien observé à nouveau du haut de sa bute que tout était calme et que les Beaumont dormaient encore, il avait relevé son écharpe sur son nez et quitté son point d'observation pour se diriger vers la serre. Alors que ses pas s'enfonçaient dans la neige qui jonchait le sol du jardin, un grondement sourd et régulier provenant du garage attira son attention. Attiré par ce dernier, il s'était approché avec moult précaution, armé d'un bout de bois bien solide, prêt à en faire usage si besoin, Joshua s'avança dans le garage où était entreposé un camion à la jauge pleine, des outils, un tas de conserves qui permettrait de tenir un siège durant plusieurs semaines mais surtout, surtout, il découvrit avec stupeur ce qui provoquait un tel ronronnement. Un générateur. Ces enfoirés possédaient un générateur de secours !
Un sourire admiratif s'étira sur ses lèvres et s'étendit jusqu'à ses oreilles. Bon dieu Alex !! Y avait qu'elle pour réussir une telle prouesse. Il comprenait mieux à présent comment ils faisaient pour contrôler la ventilation et la température des serres mais aussi pourquoi ces dernières n'étaient pas recouverte de neige alors qu'il en tombait continuellement. Tout simplement parce que la chaleur émise la faisait fondre.
S'approchant rapidement, il étudia la bête durant un instant avant de se relever chercher la caisse à outils qu'il avait aperçu en entrant. Revenant vers le générateur de secours, il entreprit de le démonter. Plus que les vivres c'était surtout de cela qu'ils avaient besoin. il n'avait pas une minute à perdre s'il voulait disparaître avant que toute la maison ne se réveille. Alors qu'il s'apprêtait à s'attaquer au premier écrou, il regarda sa montre et réalisa qu'il lui restait un peu plus de 30 minutes avant que les habitants de cette maison ne commencent à se réveiller. C'était juste.  Il était seul et se devait d'assurer ses arrières en cas de problème. Se relevant, il entreprit de farfouiller dans le garage pour voir s'il pouvait trouver quelque chose qui l'aiderait à gagner du temps en cas de besoin, tout en jetant un tas de conserves dans son sac en toile au passage qu'il balança ensuite dans le camion qui allait lui permettre de transporter tous ces biens qu'il comptait s'approprier.
C'est en farfouillant dans les boites en carton, déposés en vrac qu'il trouva quelque chose qui lui inspira une idée, qui lui permettrait de faire une diversion.

Après avoir fait le tour de la propriété et installé son piège à l'opposé du garage, et dont il avait programmé normalement la mise ne route dans une vingtaine de minutes approximativement, Joshua était retourné dans le garage poursuivre ce qu'il avait commencé.
Essayant de faire le moins de bruit possible, Joshua repris son ouvrage de base tout en essayant d'allier discrétion à vitesse grand V ce qui n'était pas toujours aisé. Concentré, il n'entendit pas la porte du garage s'ouvrir, ni même cette présence s'approcher de lui à pas feutré jusqu'à ce que le canon froid et métallique d'une arme vienne chatouiller le creux de son cou. Se contractant, il releva doucement les mains en évidence alors que la voix autoritaire d'Alex lui intimait l'ordre de se retourner.

- Wouah doucement,
fit-il tout en se relevant et en obéissant

Le regard bleu pétillant qu'il lui adressa sembla la décontenancer jusqu'à ce qu'il n'abaisse définitivement son foulard qui recouvrait la partie inférieur de son visage. A l'époque, il ne portait pas de barbe, mais il savait qu'elle venait de le reconnaître.

- Salut, ça fait un bail Alex mais t'as pas changé. Allez, baisses ton flingue, arrêtes de me braquer, tu sais que j'suis pas un mauvais bougre et en plus j'ai pas d'armes. Fais rien que tu regretterais,
l'incita-t-il tout en baissant légèrement les bras avant de prendre légèrement appui contre le générateur d'un air faussement décontracté en croisant les bras devant lui. T'es toute seule ? Moi oui. Ecoutes, je sais que tu n'as aucune raison de me faire confiance mais vu la situation les gens comme nous... on pourrait s'entraider... ? Suggéra-t-il en levant les mains devant lui dans un geste d'invitation. Je sais que t'es d'un naturel rancunier mais l'eau à coulé sous les ponts depuis le lycée, et puis moi j'en garde un bon souvenir, rajouta-t-il avec espièglerie avant de reprendre son sérieux. Par les temps qui court ce serait plus prudent tu crois pas ? Qu'on se sert les coudes j'veux dire. Pour une fois, toi et moi dans la même équipe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Toc, Toc, qui est là ? ✵ Ft. Joshua
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Runaway
» Fire Emblem Games
» Joshua Kyle Cooper | Raise your glass !
» -Allô Houston??- Yeah I have a PREMIUM !
» Joshua M. Koseleff // Je te déteste, oui, mais la haine est une forme d'amour. [Charlotte]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead ::  :: Beyond The City-
Sauter vers: