AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une journée agréable ( pv Noah )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Infirmière
▫ Occupation : Travaille à l'infirmerie de Highgate, mais aide également dès qu'elle le peut ailleurs.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco



▫ Messages : 322
▫ Inscription : 18/05/2018
▫ Célébrité : Caitlin Stasey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Une journée agréable ( pv Noah )   29.06.18 9:53



Une journée agréable


Cela ne fait que deux petites heures que j’ai réussi à m’endormir, mais le bruit provenant de la cuisine m’extirpe de mon lit. Ca et le soleil qui me caresse le visage de ses doux rayons. Je passe vite fait par la salle de bain pour passer un peu d’eau sur mon visage, pour me rafraichir juste ce qu’il faut puis je descends, tout sourire, en chantonnant pour rejoindre mon frère. Je ne sais pas ce qui me fait sourire ainsi, peut être le fait que cette nuit, avec Jacob, on a bien parlé. C’était sympa de rencontrer ainsi quelqu’un de nouveau, de parler de tout de rien, comme si la vie n’avait pas changée. On a juste parlé de son frère, de sa passion, de mon voyage en Afrique. On a survolés ses sujets devrais-je plutôt dire, mais c’était agréable. D’ailleurs, j’ai proposé au jeune homme qu’on se revoie ce soir, même endroit même heure. Encore envie de passer une soirée à ne penser qu’à ma vie. Attention, je ne suis pas naïve, je sais qu’on est pas en totale sécurité dans cette communauté. Je sais très bien que tout n’est qu’apparence. J’ai vécu l’extérieur et je ne voudrais pas m’y retrouver à nouveau, seule ou non, mais je préfère voir les beautés que ce lieu nous procurent plutôt que de ressasser tout le temps l’extérieur et mes peurs. Fondées ou non d’ailleurs !

J’arrive et je viens poser un baiser sur la joue de mon frère puis je me remets à chantonner. Je ne me souviens même plus du titre de la chanson que ma voix fredonne si facilement. Je ne me souviens même plus de toutes les paroles, mais je m’en fous. Aujourd’hui, malgré la fatigue, je vais tout faire pour me trouver de quoi faire dans la communauté. Je vais aller voir tout le monde, histoire de voir en quoi je pourrais aider. Peut être même aller proposer mes services à la petite infirmerie d’où je suis sortie, il  y a à peine quelques jours. Ou bien retourner voir Tennesse, Elena, toutes les personnes qui seraient susceptibles de me faire me sentir moins coupable d’être ici sans donner encore un coup de main. « Alors frérot, tu as prévu quoi aujourd’hui ? » Je lui dis cela en m’asseyant sur le plan de travail, toujours ce même sourire conquis et béa sur les lèvres. Je suis heureuse, je suis bien, enfin ! J’ai retrouvé mon frère et pour moi, c’est le point le plus positif de ce lieu. Nous sommes réunis et il semble tout aussi bien que moi ici. On a une certaine sécurité et en plus, je commence à me faire des amis. C’est vraiment une journée sympa et agréable qui commence !

© SWIRLY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Trying to stay who I am

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Formation de pompier
▫ Occupation : Sécurité du mur et excursions
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco, USA



▫ Messages : 600
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Crédits : FeuilleDeCarotte, Tumblr
▫ Célébrité : Frank Dillane



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   03.07.18 5:07


Une journée agréable

Je me trouve dans la cuisine, me préparant un bol de céréales. J’ai encore de la peine à me dire que je peux manger des céréales alors que nous sommes en pleine apocalypse. Tout me parait si normal. Je suis même en train de me dire que je ne dois pas faire trop de bruit puisque Abby dort. Aurais-je vraiment pensé ça à l’extérieur des murs ? Non, à l’extérieur il faut faire des tours de garde, on ne dort jamais vraiment puisque la peur nous prend à la gorge et au final, on ne fait que s’allonger quelques heures histoire de se reposer. Mais là, non. Si mon sommeil n’était pas aussi agité à cause des horreurs qu’on a dû traverser, je pourrais bien dormir douze heures de suite. Ce n’est pas le cas, évidemment, puisqu’être ici me parait tellement surréaliste. Tout est trop beau, trop impossible. Une douche, un lit confortable, de la nourriture à foison. Tout ceci faisait partie de mes rêves à l’extérieur.

Je soupire longuement alors que je verse le lait dans mon bol. Abby s’est couchée tard, je l’ai entendu rentrer. Elle a passé la nuit dehors avec ce nouveau, Jacob. Je n’ai pas super confiance en lui, surtout après l’épisode Tyler. Il est arrivé trop vite, s’est trop vite intéressé à Abby et je ne le sens pas. Je sais bien que je n’ai pas à me mêler de sa vie, qu’on a bien pu voir le résultat lorsque je le fais, mais je tiens beaucoup trop à elle pour laisser n’importe qui s’approcher comme ça. Personne ne mérite Abby. Encore moins un petit nouveau à peine débarqué.

Mais du bruit à l’étage m’indique qu’Abby est réveillée. Je l’entends même chanter en descendant les escaliers et je souris, l’espace d’un instant. Ça me fait plaisir de la voir si heureuse, d’entendre à nouveau sa voix si douce. Tout ça m’avait manqué. Mais mon sourire se perd lorsqu’elle franchit la porte de la cuisine. Je suis fatigué, de cette nuit et de toute les autres et contrairement à ma sœur, j’ai de la peine à voir le bon côté des choses. Jacob reste mon ombre au tableau du moment et je doute que je pourrai l’effacer si rapidement. Elle me dépose un baiser sur la joue et je lui adresse un semi-sourire rapide avant de commencer à manger mes céréales.

Elle s’assied face à moi, sur le plan de travail et elle parait si heureuse. « Je suis de garde sur le mur durant quelques heures. Et toi ? T’as prévu quelque chose de spécial ? » J’hésite un instant, ne voulant vraiment pas me mêler de ça, mais tout est plus fort que moi. « Tu vas retrouver ce Jacob ? » Je lui jette un petit regard discret, jaugeant sa réaction, avant de me replonger dans mon bol.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

◇ Just a young man, with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Infirmière
▫ Occupation : Travaille à l'infirmerie de Highgate, mais aide également dès qu'elle le peut ailleurs.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco



▫ Messages : 322
▫ Inscription : 18/05/2018
▫ Célébrité : Caitlin Stasey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   07.07.18 13:49



Une journée agréable


J’étais de bonne, très bonne humeur et je me disais que rien ne pourrait me faire changer ! Même si dès que j’arrivais dans la cuisine mon frère perdit son sourire. Moi, je ne le lâchais pas. Je chantonnais un tube d’avant l’apocalypse, je  serais même capable de danser un peu si Noah avait été de meilleure humeur. Alors sans perdre mon sourire radieux, j’allais m’assoir en face de lui sur le plan de travail. Mes pieds croisés, se balançant légèrement dans le vide. Mes mains bien placées sur ce même plan de travail, je finis par lui poser la question, que ferait-il aujourd’hui. Et là, sa dernière question me fit tilter sur la provenance du malaise d’aujourd’hui. Je haussais les épaules, je fis une petite moue qui prouvait que je ne savais pas trop et je rajoutais verbalement « J’aimerais aller voir le doc, voir si il n’a pas besoin d’aide. Ou encore aller voir un peu partout où on pourrait avoir besoin de moi. Tu sais très bien que j’aime pas rester à rien faire. J’ai besoin d’aider. » Je reste silencieuse quelques longues minutes sur le cas Jacob. Je ne dis rien sur ce sujet, mais mon sourire s’est peu à peu estompé, me demandant même si il ne me surveillait pas. Ou un truc du genre.

Je finis par sauter de ce plan de travail, pour me retrouver bien plantée sur mes deux pieds. Je vais me faire un grand verre d’eau puis je viens m’assoir à mon tour à la table, sur la chaise à côté de celle de Noah. Je le regarde, j’attends que lui aussi ose enfin lever le regard jusqu’au mien et là, je finis par lui demander « Où est le problème avec Noah ? On a juste discuté, tu peux me dire où est le mal ? » C’est vrai, je ne voyais pas en quoi j’avais fait une bêtise, car c’est bien ça, on dirait un papa qui demande à sa fille qui est ce garçon qui l’a raccompagnée la veille. Il a ce ton très protecteur, beaucoup trop même. Mais je ne dis rien de mal, je n’hausse pas le ton. Je sais bien trop ce que c’est d’avoir peur pour l’autre. Combien de fois, quand il sort, quand il va risquer sa vie, je ne m’inquiète pas pour lui, pour sa vie ? Mais là, je ne vois pas où est le mal. Jacob est sympathique, on a beaucoup discuté, de tout, de rien. J’apprends juste à connaitre un nouveau venu dans la communauté. Nouveau venu, tout autant que moi dans un sens. Ce que je veux dire par là, c’est qu’on doit bien se serrer les coudes entre nous non ?

© SWIRLY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Trying to stay who I am

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Formation de pompier
▫ Occupation : Sécurité du mur et excursions
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco, USA



▫ Messages : 600
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Crédits : FeuilleDeCarotte, Tumblr
▫ Célébrité : Frank Dillane



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   09.07.18 13:15


Une journée agréable

Abby s’assied sur le plan de travail et je sens bien que j’ai touché un point sensible en abordant le sujet de Jacob. Ce qu’il s’est passé avec Tyler nous reste tous les deux en-travers de la gorge, je m’en veux terriblement et je suis sûr qu’au fond d’elle, Abby doit m’en vouloir un peu. Elle n’ose peut-être pas se l’avouer, mais j’ai détruit ce qu’on avait là-bas en donnant le premier coup. On était bien, on avait la sécurité du groupe et on avait des amis. Même si Highgate est parfait pour nous, notre ancien groupe avait quelque chose de spécial. Et j’ai tout gâché, je le sais. Je n’ai pas envie de recommencer cette méfiance, de retrouver cette vilaine bulle, mais ce Jacob ne m’inspire aucune confiance.

Mais elle ne répond pas tout de suite à ma question et répond d’abord à la première. Je laisse échapper un demi sourire à sa remarque. Oui Abby aime bouger, elle aime aider, j’en suis conscient, et je la comprends. Elle a toujours été comme ça. J’aimerais d’ailleurs qu’elle le fasse, je n’ai pas envie de la voir ne rien faire, de la voir perdre ce sourire. Alors j’hoche la tête, pour acquiescer à sa remarque, pour lui montrer que je suis d’accord, que j’approuve, même si elle n’en a pas besoin.

Puis le silence se fait et je replonge dans mes céréales. Je sens son cerveau tourbillonner par rapport à Jacob. Je sais qu’elle aimerait me dire un millier de choses, mais au lieu de ça, elle termine ce long silence en se levant et en allant se servir un verre d’eau. Elle ne veut pas me confronter, elle ne veut pas me contredire, mais je sais qu’elle ne veut pas non plus me laisser parler ainsi des autres. Car Abby voit le bon chez tout le monde, malheureusement. Je ne dirais pas qu’elle est naïve, loin de là, mais parfois, elle ferme un peu trop les yeux sur le négatif des autres.

Elle vient s’assoir face à moi et durant un instant, je ne relève pas le regard vers elle. Je n’assume pas vraiment ma question ni ce que je suis en train de faire. Je n’ai pas à mettre la pression sur elle comme ça, à vouloir me mêler de sa vie. Mais je finis par relever enfin les yeux vers elle et elle se lance, me pose la question qui lui brûle les lèvres durant ces longues minutes. Elle n’hausse pas le ton, se contente de rester calme et mon cœur se serre. Elle n’a pas aimé ma question, je le sens bien et le fait qu’elle n’ose pas me le dire directement me montre qu’elle ne veut pas envenimer les choses. Aurait-elle peur que je redevienne comme avant ? Ou ne veut-elle simplement pas gâcher sa journée ? Elle le sait que je suis impulsif et que je risque de vite m’énerver. Mais c’est ma sœur, elle a le droit de me dire ce qui ne va pas.

J’attends quelques secondes moi aussi avant de lui répondre d’un ton calme. « Je sais que ça me regarde pas, que tu fais ta vie comme tu veux. Mais j’le sens pas ce mec, Abby… » Sa manière de s’être immédiatement intéressé à elle, sa façon de s’intégrer au groupe. « Il est venu trop vite, il s’est intéressé trop facilement. » Mon regard se plonge dans le sien un instant. « J’veux pas… faire les mêmes erreurs… Mais s’il-te-plaît, fais attention à toi. » Je veux pas retourner dans mon tourbillon de mauvaises pensées, je veux pas retrouver ce que j’étais et surtout, je veux pas la perdre.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

◇ Just a young man, with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Infirmière
▫ Occupation : Travaille à l'infirmerie de Highgate, mais aide également dès qu'elle le peut ailleurs.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco



▫ Messages : 322
▫ Inscription : 18/05/2018
▫ Célébrité : Caitlin Stasey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   27.07.18 18:25



Une journée agréable


Depuis que l’infection s’est déclarée, mon frère prend sur lui ma sécurité. Il a toujours été des plus protecteur envers moi, mais j’ai l’impression que la manière dont tourne le monde l’affecte bien plus qu’il ne me laisse le paraitre. Enfin plutôt qu’il n’aimerait me le montrer. Car même si je ne lui en faisais pas part, j’avais vu le changement, je l’avais vu se renfermer. Je remarquais bien que chaque mort qu’il donnait, chaque âme qu’il éloignait de son corps lui enlevait une part d’humanité. Et moi, dans tout ça, je me sentais si impuissante, j’aurais toujours voulu être plus présente pour lui, j’aurais tellement aimé prendre un peu de sa douleur sur mes épaules pour le soulager, mais j’ai compris en ôtant la vie de ce type de quoi il me protégeait. J’ai appris à mes dépends ce jour-là à quel point mon frère a perdu, a subit pour me protéger. Et pour moi, dans mon esprit, il en est d’autant plus important. Si il savait que pour moi, il avait toujours été un exemple, un pillier et que jamais rien ne pourrait venir ternir l’image que j’ai de lui, que jamais rien n’atténuera l’amour que je lui porte.

Mais il y a une chose qu’il ne pourra pas m’enlever, une chose à laquelle je tiens pour rester moi-même, pour que ce nouveau monde fait de mort et de douleur ne puisse me changer totalement, c’est ma manière de voir les gens. J’ai envie de rester telle que j’ai toujours été, de toujours voir le bon dans toutes les personnes que je rencontre. J’ai pas envie de douter de tout le monde, de me poser des questions à chaque personne qui croisera mon chemin, sinon je ne serais plus la même, je ne deviendrais que l’ombre de celle que je suis. Je me bats pourtant chaque jour que Dieu fait depuis que j’ai donné la mort pour ne pas sombrer, pour ne pas changer et pouvoir garder cette dernière touche de naïveté, dirons certain. Alors quand il me parle ainsi de Jacob, oui, je me renferme légèrement, mais pas parce que je lui en veux ou que sais-je, mais parce que ce jeune homme, jusqu’à preuve du contraire est quelqu’un de bien. Juste blessé par la vie qu’on doit mener maintenant depuis l’infection. Je pose ma main sur celle de mon frère, je le regarde dans les yeux et j’ai un petit sourire attendri quand je lui parle « Je sais que tu t’inquiètes pour moi frérot, mais tu ne pourras pas me changer d’un coup de baguette magique. Je refuse que ce monde me change, tu comprends. » Je lui fais un grand sourire après avoir dit ça. Puis je caresse une dernière fois sa main de mon pouce, de manière douce et tendre, avant de prendre mon verre d’eau, d’en boire une gorgée puis de reprendre une fois mon verre à nouveau sur la table « Je crois surtout qu’on s’est rapproché, enfin si on peut dire, parce que nous sommes deux nouveaux dans cette communauté. Qu’il ne s’y sent pas encore à sa place et que moi, bah moi, j’avais juste envie d’en savoir plus sur lui. » Comme sur toutes les autres personnes dans cette communauté.  Puis je finis par lui dire « Tu ne referas pas les mêmes erreurs, Noah. Tu sais pourquoi ? Parce que tu vas me faire confiance et que si tu avais malheureusement raison, tu seras là pour moi. » C’est la seule chose à faire. Je ne veux pas me priver de rencontrer de nouvelles personnes, je ne veux pas arrêter de parler à qui que ce soit, sans que cette personne m’ait prouvé qu’il était de mauvaise relation. Non cela n’a jamais été mon genre. Par contre, je sais et j’ai toujours su que je pouvais compter sur mon frère quand j’allais pas bien. Il a toujours été une épaule sur laquelle je pourrais pleurer, sur laquelle je pouvais me confier, il a toujours été un roc et je n’aime pas le voir douter ainsi. « Je vais bien Noah, et … tu as eu peur pour moi, je n’appelle pas ça une erreur ! Par contre, merci de me parler cette fois-ci ! » Je lui fais un petit sourire qui se veut rassurant. Je veux qu’il comprenne que je ne prendrai pas de risques inconsidérés, mais que avec Jacob, on ne fait que parler et que ça me fait du bien ! Que j’en ai besoin ! Le truc dans toute cette histoire avec Tyler, c'est que c'est peut-être bien lui qu'on aurait du protéger de moi. C'est moi qui n'ai pas pu m'investir ni même stopper quand il en était encore temps !

© SWIRLY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Trying to stay who I am

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Formation de pompier
▫ Occupation : Sécurité du mur et excursions
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco, USA



▫ Messages : 600
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Crédits : FeuilleDeCarotte, Tumblr
▫ Célébrité : Frank Dillane



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   05.08.18 10:51


Une journée agréable

Sa main vient trouver la mienne et mon regard se pose dessus. Ce geste naturel pour ma sœur mais plein de sens pour moi. Ce contact qui m’indique qu’elle est là, qu’elle comprend ce que je tente de lui faire passer comme message. Abby a toujours eu cette bonté en elle et je sais que peu importe ce que je ferai dans l’avenir, peu importe les atrocités qu’on subira, elle sera toujours là pour me soutenir. Tant que je la respecterai, tant que j’agirai toujours dans notre intérêt, elle restera à mes côtés. On a tout vécu ensemble, du plus joyeux au plus terrible et les épreuves nous ont bien prouvé que quoi qu’il puisse arriver, on sera toujours ensemble. Abby est ma petite sœur, mon trésor, mon tout, j’ai besoin d’elle pour savoir à quoi je sers au milieu de ce chaos et ce geste pourtant si minime m’enlève un immense poids des épaules. Abby est là, Abby sera toujours là. Alors mon regard quitte sa main pour se reposer dans le sien et je vois ce sourire qui l’illumine. Elle a cette aura Abby. D’un sourire, mon cœur se réchauffe et je suis obligé de lui rendre ce sourire, malgré les pensées ternes qui m’occupent l’esprit. Et elle parle, m’explique ce qu’elle veut et mon regard se baisse un instant. Elle fait une pause, retrouvant mon regard, puis reprend la parole pour m’expliquer sa relation avec Jacob. Je l’écoute, cherchant sincèrement à comprendre son point de vue, mais le point noir n’arrive pas à s’éclaircir. On m’a traité de borné, mais pour Abby, je ferais n’importe quoi.

Elle reprend une fois de plus la parole et tente de me rassurer, puis me remercie de ce que je suis en train de faire. Mes yeux se baladent sur les courbes de son visage, il me faut quelques instants pour me décider à parler, pour chercher mes mots. « Je cherche pas à te changer Abby. Je sais bien que t’as toujours été faite pour relever le positif en les gens. T’as toujours fait ça et il faut des gens comme toi dans ce nouveau monde. J’ai juste peur qu’il suffise de la fois de trop. » Mon regard se dérobe vers l’évier, se perd dans le vide. « T’es tout ce qu’il me reste, et j’ai peur que ta bonté te joue des tours. » Un soupire me prend la poitrine. Je ne suis pas habitué à partager ce que je ressens ainsi, surtout depuis l’apocalypse. Je me suis renfermé, assumant ce qu’il nous arrivait sans vouloir en parler. Mais je sens qu’elle a besoin que je m’exprime. « Oui je serai là pour toi, tu n’as aucun doute là-dessus. Je l’ai toujours été et je le serai toujours, mais je ne pourrai malheureusement pas te protéger de tout. » La mort survient si vite, sans qu’on s’y attende. Et si je fais tout mon possible pour la protéger, je sais bien que je ne pourrai pas la suivre à la trace et la mettre dans une bulle de protection. « Je ferai toujours tout mon possible pour te mettre en garde, que ce soit contre quelqu’un d’autre, contre moi ou même contre toi. Le monde a bien changé et j’espère sincèrement que tu ne changeras pas. Mais certains réflexes d’autrefois ne correspondent plus à ce qu’on vit aujourd’hui. » Mon regard recherche à nouveau le sien. « Tu vas bien oui, c’est l’essentiel. Et si là je ne fais pas d’erreur, tu sais très bien que j’en ai faite et que je veux pas les refaire. » Tyler, la bagarre. Mais tout ça elle le sait.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

◇ Just a young man, with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Infirmière
▫ Occupation : Travaille à l'infirmerie de Highgate, mais aide également dès qu'elle le peut ailleurs.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco



▫ Messages : 322
▫ Inscription : 18/05/2018
▫ Célébrité : Caitlin Stasey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   20.08.18 9:17

Je laisse parler mon frère, j’en ai besoin. Je suis sûr et certaine que tout ce qu’il s’est passé dans notre ancien groupe, c’est parce qu’on s’était un peu perdu tous les deux. Lui se renferme plus qu’au par avant et moi, je cherchais de la tendresse surement au mauvais endroit. Tyler est quelqu’un de bien, j’aurais très bien pu m’y accrocher si on avait encore vécu comme avant l’infection. Mais ici, j’ai déjà perdu trop de monde pour ne m’accrocher encore à quelqu’un d’autre. J’écoute attentivement chacune des paroles de Noah. Je sais, je l’ai toujours su qu’il avait peur pour moi. Il n’a jamais supporté qu’on me fasse du mal, d’une manière ou d’une autre. Et sur ce point-là, je suis la même. Mais il ne semble pas avoir réaliser à quel point ma vie, seule, dehors m’a changée. Comment le fait de tuer quelqu’un, de sentir son souffle s’arrêter, son sang couler sur moi et même de voir la vie quitter son regard, tout cela m’a d’autant plus changé. Mais je ne veux pas me perdre. Alors je tiens le cap, le sourire et la tête haute.

Je finis par me lever, je viens derrière lui, je passe mes bras en rigolant légèrement autour de son cou puis je viens poser un tendre baiser sur sa joue et je me recule en lui disant « Je t’aime Noah ! » Je vais vers la fenêtre, reprenant au passage mon verre d’eau que j’avais laissé sur la table. Je pose mon bras contre le chambranle de celle-ci et je regarde tout le mouvement à l’extérieur. Je prends une grande respiration, parce que je dois prendre du courage avant de lui parler du reste. Je n’ai aucune envie qu’on en parle, mais je sais que je me dois de le faire. Je ne peux pas tenir ce que je ressens pour moi. Toutes ces images que j’ai en tête et qui m’empêchent de dormir, je dois exorciser mes démons. Et le seul moyen pour le faire, au moins un tant soit peu, c’est d’en parler. Je bois une grosse gorgée de mon verre d’eau, puis je me retourne vers lui. Dos à la fenêtre, je me pose légèrement contre l’appuie de fenêtre. Je pose mon regard brouillé sur mon grand frère et je lui dis « Tu crois que j’arriverai à nouveau à dormir paisiblement un jour ? » Je tente de lui faire comprendre de la sorte que j’aimerais parler de ce qu’il s’est passé dans la forêt avant mon retour. J’ai besoin de conseils, de savoir comment gérer, pour ne pas devenir folle. Je ne supporte plus d’avoir ses idées en tête tout le temps, je ne supporte plus d’avoir l’impression d’être un monstre. Je n’avais jamais ôté la vie avant et c’est une chose dont je suis encore marquée aujourd’hui, même si je suis entre ces murs qui me protègent et que j’ai retrouvé la seule personne avec qui je me sens totalement à mon aise !

Je pose mon verre sur un meuble non loin de lui et je tente de calmer les tremblements de mes mains. J’ai cette sensation de perdre le contrôle à chaque fois que j’en parle, que j’y pense un peu trop. Voilà pourquoi je tente de penser totalement à autre chose, de rencontrer des gens et de me sentir utile dans cette communauté. Je reviens sur des choses qu’il a  dites tout à l’heure « Je n’ai rien vu de bon en lui. Dès que j’ai croisé son regard, je n’ai vu que noirceur et envie. Cette balle que j’ai eu dans la jambe n’était rien comparé à son regard. » Je retiens de ne pas laisser passer une seule larme. C’est difficile mais j’ai besoin de me vider l’esprit et le coeur. « Tu parlais des réflexes que je devais acquérir dans ce nouveau monde, mais là, je sais que j’ai fais ce que je devais. Je sais que c’était lui ou moi, mais, même si tu avais été proche de moi, on sait bien tous les deux, qu’un jour j’aurais du passer par là ! C’est fait, maintenant comment je fais pour m’enlever toutes les images de la tête ? Pour passer à autre chose ? » Je suis désolée de devoir lui parler de ça, mais ça c’est une discussion qu’on aurait déjà dû avoir avant. Avant que mes insomnies ne me poussent à rester la nuit dehors avec un inconnu, chose qui ne plaît guère à mon grand frère d’ailleurs. Je soupire alors légèrement et je finis par rajouter, me retournant pour à nouveau regarder toutes ces personnes qui bougent dans la rue « Désolée, je voulais pas t’ennuyer, mais … » Je ne termine pas ma phrase, il va très bien comprendre que j’en avais besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Trying to stay who I am

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Formation de pompier
▫ Occupation : Sécurité du mur et excursions
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco, USA



▫ Messages : 600
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Crédits : FeuilleDeCarotte, Tumblr
▫ Célébrité : Frank Dillane



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   25.08.18 8:58


Une journée agréable

Abby ne répond pas à mes paroles et je sens bien qu’elle essaie de comprendre ce que je lui dis. Mais elle ne dit rien, se contente de se lever, de contourner la table et de venir vers moi pour m’entourer de ses bras. Par réflexe, mes mains viennent se poser contre ses bras alors que ses lèvres viennent se déposer contre ma peau. Je n’ai jamais été tactile, mais avec elle, c’est différent. C’est Abby, c’est ma sœur. Son contact m’est précieux, rassurant.

Mais son étreinte est de courte durée, déjà elle se détache, me laissant une simple déclaration avant d’aller se poster près de la fenêtre. Ses paroles raisonnent dans ma tête comme une chanson qui tourne en boucle dans nos pensées. Je l’oublie parfois, qu’elle m’aime autant que je l’aime. Que tout ce que je ressens, elle le ressent aussi. Que si je souffre, elle souffre. Je peux la mettre en garde contre elle-même, mais elle a aussi ce droit sur moi. Et c’est ce qu’elle fait, en ne répondant même pas à mon discours. Je n’ai pas toujours raison, je ne peux pas toujours veiller sur elle autant que je l’aimerais, et Abby est forte, elle sait se débrouiller seule. Elle a réussi à revenir à moi d’elle-même. Ce n’est pas moi qui l’ai retrouvée, c’est elle. Elle est capable de survivre sans que je ne sois là pour l’aider. Abby a changé, Abby a grandi et il est temps que je le comprenne.

Pourtant, après un bref instant de silence, elle reprend la parole et tout ce que je viens de penser s’écroule. Mon cœur se serre et mes yeux se ferment quelques secondes. Abby a beau avoir fait des progrès immenses, elle reste cette enfant dont je devais m’occuper, elle reste ma petite sœur. Et ma petite sœur a dû mettre fin à une vie. Si je pouvais, je lui enlèverais toutes ces images de sa tête, je reviendrais dans le temps pour tuer cet homme à sa place, je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu’elle n’ait pas à subir ça. Mais ce n’est pas possible et aujourd’hui, Abby souffre, Abby a mal. Elle qui a toujours aidé ceux qui l’entouraient, elle a dû faire tout le contraire.

Je ne sais pas quoi lui dire tout de suite et je reste ainsi, dos à elle, cherchant comment lui répondre. Mes doigts s’entremêlent nerveusement au-dessus de la table et elle ne me laisse finalement pas le temps de répondre avant de reprendre la parole. Encore une fois, c’est un coup dans ma poitrine alors qu’elle m’explique la raison de son meurtre, comme si elle avait besoin de se justifier. Pourtant, elle n’a pas besoin de le faire, pas à moi. Combien de vies ai-je enlevé pour nous protéger ? Toutes ces morts, elles sont là, dans un coin de ma tête, sans que je ne parvienne à les enlever. Je sais exactement ce qu’elle vit et c’est pourquoi j’ai toujours tenté de l’en protéger. Elle n’a pas ce qu’il faut pour subir ça, elle est une bien trop belle personne pour avoir à le faire.

Et elle s’excuse et ça doit être la phrase de trop pour moi. Je me lève rapidement et file droit vers elle pour la prendre à mon tour dans mes bras. Mes bras s’enroulent autour de son corps et ma main vient se poser derrière sa tête. « T’as pas à t’excuser Abby. Tu le sais bien. S’il y a bien quelqu’un chez qui tu pourras toujours venir parler, c’est moi. » Un baiser se dépose sur son crâne. « Toujours… A n’importe quel moment et à propos de n’importe quel sujet. »

Je reste ainsi quelques secondes avant de reprendre d’un ton doux et calme. « Je t’aime aussi Abby, tu le sais. » Car je ne lui avais pas répondu tout à l’heure. « J’aimerais te donner une solution pour tout ça, mais je n’en ai pas. Tu devras malheureusement trouver ton remède à toi. Le temps t’aidera évidemment et s’il faut que tu m’en parles pour que ça aille mieux, on en parlera. » Ma main caresse doucement son crâne. « Mais t’as jamais été quelqu’un de mauvais et je le sais que tu l’as fait pour te protéger. Il ne méritait certainement pas de vivre et si ça n’avait pas été toi, ça aurait été quelqu’un d’autre.  Aujourd’hui on vit pour survivre et c’est ce que tu as fait. » J’aimerais trouver les mots juste pour la réconforter, mais je ne les trouve pas vraiment. Je reprends pourtant, avec cette sensation que simplement lui parler réparerait ses maux. Bien que ça ne sera pas le cas. Je ressens le besoin de combler ce silence. «  Je vais pas te dire que t’as bien fait, car enlever la vie aux autres ne sera jamais la solution, mais tu as fait ce qu’il fallait, pour toi, pour que tu t’en sortes. » Un nouveau baiser se dépose sur sa tempe. « Quand j’y repense, à ces vies que j’ai ôtées, j’essaie à la place de me rappeler de bons souvenirs. Souvent, je pense à toi, ou à maman. Et ça me permet d’oublier un instant. » Ca n’est jamais suffisant, car les pensées reviennent bien trop vite, mais je me garde de le lui dire.
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

◇ Just a young man, with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Infirmière
▫ Occupation : Travaille à l'infirmerie de Highgate, mais aide également dès qu'elle le peut ailleurs.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco



▫ Messages : 322
▫ Inscription : 18/05/2018
▫ Célébrité : Caitlin Stasey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   10.09.18 12:00

Il fallait que je parle à mon frère, il fallait bien qu’un jour ou l’autre, comme avant, je lui parle de tout ces sentiments qui se battaient au fond de moi. J’ai tellement peur, je ne veux pas revivre ça inlassablement toutes les nuits. Je ne le supporterais pas ! J’ai l’impression de devenir folle, quand la nuit, ses images me reviennent en boucle. Comme si chaque nuit, j’entendais toujours les mêmes bruits de pas venant vers moi, je revois son regard se vider lorsque la balle que j’ai tirée à atteint son coeur, je ressens le sang chaud, gluant me couler dessus, le poid de son corps inerte qui s’est écroulé sur moi. Je me souviens d’avoir vu et entendu la vie quitter son corps. Ce dernier râle qu’il a pousser, comme un appel au secours. Je me sens coupable, tellement coupable du geste que j’ai poser. Je sais, je me doute plutôt que c’était la meilleure solution, que je ne pouvais faire autrement, mais en même temps, j’ai cette petite voix qui me rappelle inlassablement au fond du crâne que je n’aurais pas dû tirer de suite, que j’aurais du tenter de lui parler, que j’aurais tout du tenter avant… Avant d’ôter une vie.

Tout sort, passe le barrage de mes lèvres dans un flot quasi incessant de paroles. J’ai tellement besoin de mon frère, je n’ai jamais rien fait sans lui, je n’ai jamais survécu à rien sans lui et je sais pertinemment que sans lui , je ne serais plus. Il est mon roc et il est celui qui nous tient debout. Ca me tuait jusqu’à aujourd’hui de devoir me taire. Je le faisais pour lui, pour ne pas le combler encore plus de culpabilité, je voulais qu’il soit juste heureux de me retrouver, mais la vérité est que j’ai besoin de lui. Je sais très bien que cette funeste journée, celle où j’ai posé un acte que je ne réparerai jamais, à changé ma vie à tout jamais. Mais pas que la mienne, celle de mon frère aussi. Je le sais car il a toujours partagé tout ce que je ressentais. Si je souffrais, il souffrait avec moi. Pourtant lui, tentait toujours de tout garder pour lui, de ne pas m’impacter. Et là, qu’est-ce que je fais, je fais pire, je le blesse à nouveau. Je le fais car je sais que le silence est pire que tout. Je le sais car c’est ça qui l’a poussé dans cette bagarre dans l’ancien camps. Je sais que c’est ce manque de vérités dites à haute voix qui l’a brisé peu à peu. Je ne veux pus le faire souffrir, comme on dit, il vaut mieux retirer le pansement en une fois que de tirer par petits accoups.

Lorsqu’il arrive et qu’il me tire à lui pour que je vienne me lover dans ses bras. Les miens viennent entourer sa taille, mon visage se pose sur son torse et comme quand j’étais petite et que j’avais peur, je tente de me calmer au bruit de son coeur qui bat. Je l’écoute, je tente de le croire, de me dire qu’il a raison, que le temps m’aidera, que j’ai bien fait pour moi aussi, mais rien n’y fait. Je reste là, dans ses bras, Ses paroles ne m’apaisent pas, pour la première fois, je ne ressens pas le calme et la sérénité prendre place de la peur et du doute. Je lui fais un petit sourire quand je relève le regard pour le regarder dans les yeux. Je sais qu’il m’aime et que nous deux, c’est plus fort que tout, mais je sais aussi que rien ne changera ce que j’ai fait. Pour la première fois, le regard bienveillant et les bras de mon frère pour me consoler n’y changeront rien. « Je n’arrête pas de me dire que j’aurais dû tout essayer avant. Qu’il y avait sûrement quelque chose à dire ou à faire avant de …  » Et pourtant, au fond de moi, je sais que je n’avais pas le choix. Je continue en disant à Noah « Et puis, il avait surement des amis, de la famille, pourquoi pas des enfants, des parents qui l’attendaient quelques part ! Tu sais très bien que j’ai mal fait, que je n’aurais pas dû ! Je ne pourrai jamais me le pardonner. »

Mais il y a une autre question qui me vient en tête fréquemment, une question qui me taraude et qui me tue de n’avoir de réponses « Sais-tu ce que sont devenus les autres ? Théophile, Linette…. ou même … » Je sais qu’il va s’énerver, mais je ne peux rester sans lui dire que ça me manque, qu’il me manque « Tyler ! » Il ne sait rien de la relation que j’ai eu avec le jeune homme. il ne sait pas que c’était moi qui était en tord, que c’était moi qui ne voulait pas officialiser, qui le tenait loin de ma vie, par peur. Putain cette peur qui me fait faire et dire des conneries. Cette peur que je ne ressentais pas avant l’infection. Cette peur de perdre toutes les personnes qui me sont chères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Trying to stay who I am

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Formation de pompier
▫ Occupation : Sécurité du mur et excursions
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : San Francisco, USA



▫ Messages : 600
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Crédits : FeuilleDeCarotte, Tumblr
▫ Célébrité : Frank Dillane



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   15.10.18 17:57


Une journée agréable

Elle pose sa tête contre mon torse, comme elle l’a toujours fait. Je faisais pareil avec mon père. Le simple fait d’écouter son rythme cardiaque régulier suffisait à me calmer. Sentir son souffle soulever sa cage thoracique sous mon front, entendre sa voix venir du fond de ses entrailles et humer son odeur. Ce tout qui a toujours suffit à me faire comprendre que j’étais chez moi, que rien ne pouvait m’arriver tant que je me trouvais là. Et puis papa est parti, cette sensation avec. J’ai bien essayé avec maman, mais ce n’était pas pareil. Abby a pris cette habitude aussi, avec moi. Depuis toute petite, mon contact suffisait à la calmer, elle aussi. J’avais pris la place de mon père, j’étais devenu cette figure qui lui manquait. On a toujours été la constante dans la vie de l’autre. Tout changeait autour de nous, aujourd’hui plus que jamais, mais l’autre était toujours là. Abby elle a longtemps été mon pilier, cette prise à laquelle m’attacher dans la tempête. Mais aujourd’hui, Abby est tout autant perdu que moi et pour la première fois, je me sens perdre pied. J’ai déjà dérapé, perdu mon chemin, mais justement, elle était là pour me lancer une bouée et me ramener sur le rivage. Ma simple présence a toujours suffi à la consoler, mais pas cette fois. Abby a besoin de plus et je ne peux pas le lui donner. Chacune de ses paroles me soulève le cœur, m’arrache une partie de moi, comme si on massacrait son innocence, comme si on m’enlevait la petite sœur avec qui j’ai grandi. Alors le silence s’installe, je réfléchis à ce que je peux lui répondre. Car j’ai mal, mal pour elle. J’aimerais trouver les mots, lui dire que tout ira bien, mais je le sais que ça ne sera pas le cas. Je n’en ai aucune idée. L’avenir est devenu flou depuis un bon moment déjà. Je ne sais même plus de quoi demain sera fait.

Je soupire longuement sans pour autant lâcher Abby. Lorsqu’elle relève le regard vers moi, je me contente de la regarder. Je l’écoute, encaisse encore une fois ces paroles qui me déchirent avant de me lancer à nouveau. « Oui Abby… Tu aurais peut-être pu lui parler avant, tu aurais peut-être arrangé les choses. Peut-être que tu aurais pu le sauver, peut-être que vous vous seriez arrangés, même aidés. Mais tu aurais aussi pu finir à sa place. On aurait pu ne jamais se revoir. C’est égoïste, c’est affreux, mais c’est malheureusement notre monde à présent. Il n’y a plus de place pour l’hésitation. » Mes bras se resserrent une fois contre elle. « Tu n’aurais pas dû, non. Je n’aurais pas dû non plus. Mais on en est là, on doit vivre avec, jusqu’à la fin. C’est dur, ça fait mal, mais on doit le faire, on doit tourner la page. » Mon regard se perd un instant dans le vide face à moi alors que je sens un nouveau soupir soulever mon torse.

Et puis Abby reparle, m’arrache un nouveau vertige en prononçant ces prénoms. Théophile et Line. Ils ont disparu sans nouvelles, emportant une partie de mon cœur avec eux. Tous les jours je pense à eux, tous les jours je ressens ce manque au fond de ma poitrine, tous les jours je dois me retenir de ne pas sortir là-dehors pour les chercher encore une fois. J’ai fait le tour, je n’ai rien trouvé.

Je m’apprête à lui répondre mais je me rends compte qu’elle n’a pas terminé. Elle rajoute un nom sur sa liste et d’un coup, le sol sous moi s’effondre. Par réflexe, mon corps se détache du sien et je la regarde, incrédule. Mon regard se plante dans le sien, essaie d’y déceler quelque chose. Mais tout doucement, je sens la colère faire vibrer mon corps, monter gentiment jusqu’à ma tête. J’ai envie de hurler, de renverser ce qui m’entoure rien qu’en entendant ce prénom. Il a tout détruit, tout ce qu’on s’était efforcé de construire. Alors entendre ce nom, lancé plus ou moins innocemment par ma sœur, me fait revenir des mois en arrière. On avait tout, on était heureux.

Je cligne difficilement des yeux, ma main vient se loger contre ma tempe alors que je m’oblige à ne pas exploser, pas devant elle, pas contre elle. Elle a éprouvé des choses pour lui que je n’ai jamais comprises. Mais lui, il a tout envoyé par terre en se comportant comme il l’a fait. Là encore, je n’aurais pas dû agir comme je l’ai fait, on aurait pu discuter certainement. Mais il n’aurait jamais dû la traiter ainsi, pas ma sœur. Mon autre main vient s’écraser dans mes cheveux alors que le temps passe, que je sens la colère se propager comme un vilain venin.

Et puis le trop plein se fait, je n’arrive pas à contenir tout ça. « Tyler… » Prononcé dans un souffle, comme une brûlure sur mes lèvres. « Si j’le savais où il se trouve, j’y serais. » Non pas pour l’accueillir, non pas pour le ramener, mais bien pour terminer ce que j’avais commencé. Tout en moi crie de le haïr. Tout me donne envie de cracher ma haine sur lui alors qu’au fond, est-ce que je connais vraiment toute la vérité ? Il me répulse, me donne la nausée rien que de prononcer son nom. On aurait pu être ami, il avait ce petit plus qui aurait pu me donner envie de l’aimer comme un vrai pote, comme un frère. Mais ça n’a pas suffi.

Mon regard cherche le sol une seconde alors que je sens un fossé se créer entre Abby et moi. Tyler a toujours eu cet effet-là entre nous et je pense que c’est pour ça que je le déteste autant. Il me vole une partie de ma sœur, me l’enlève alors que j’en ai besoin. Elle m’est essentielle comme rien d’autre et je refuse qu’il s’en aille avec. Mais la culpabilité revient dans un coin de ma tête, s’approprie chaque parcelle de mon corps, lentement, grignote chacune de mes cellules. Et je ressens le besoin de m’assoir, le regard toujours au sol. « Tyler c’est le passé. » Les yeux se relèvent rapidement vers ceux d’Abby. « Pourquoi… » Le cœur crie des réponses. « Pourquoi lui…? »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________

◇ Just a young man, with a quick fuse. I was uptight, wanna let loose, I was dreaming of bigger things and wanna leave my own life behind

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Une journée agréable ( pv Noah )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une journée agréable ( pv Noah )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Une journée agréable [PV Lauraleen]
» Une journée en Afrique
» Demande d'agrément
» Une journée à Soissons
» Formulaire d' Agrégation.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: Highgate-
Sauter vers: