AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Not quite a damsel in distress

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

À propos
Sac à dos
▫ Ancien métier : Itinérante (Autrefois prof de littérature)
▫ Statut civil : Divorcée
▫ Lieu de naissance : Ottawa

▫ Messages : 84
▫ Inscription : 01/07/2018
▫ Crédits : Moi-même
▫ Célébrité : Danielle Proulx



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Not quite a damsel in distress   11.10.18 21:46

Not quite a damsel in distress
Caleb et Louise



Molière. C'est si étrange d’aborder ce sujet avec un jeune homme comme Caleb. J’ai soudainement l’impression de revivre mes jeunes années, quand j’arrivais encore à m’enflammer alors que je citais de grands artistes tel que lui. Cela a pour effet de me décrocher un franc sourire.

«Boaf, ceux qui aime pas Molière, y connaissent que dalle!»

J’éclate de rire et je manque de m’époumoner, lorsqu’il avoue avoir été étudiant en littérature et conserver une œuvre de Molière sur lui. Voilà peut-être ce qui me rend aussi à l’aise en sa présence. Étonnant nous avons cette passion insoupçonnée en commun. Si je ne m’attendais pas à cela de sa part, il ne doit pas plus l’imaginer chez une personne telle que moi. Je me penche vers lui pour lui parler à voix basse, comme si quelqu’un pouvait nous entendre :

«Qu’ça reste entre nous l’jeune, mais avant d’être dans rue, j’tais prof de littérature.»

Reprenant d’un ton plus normal :

«T’y crois ça, putain?! Haha! Fuck, ça m’rajeunie pas pentoute, parce que c’est loin derrière…


Tu traine un livre de Molière, comme ça, hein? Putain d’merde, c’que j’frais pas pour pouvoir en relire un p’tit bout. Bordel, si les trucs à l’eau d’rose te branchent, j’srais même prête à t’faire lire un bouquin que j’ferais jamais lire à personne. Mais ça, l’jeune, pis tout l’reste, faudrait qu’ça reste notre secret. Pas envie qu’on m’fasse chier avec le passé.»


Je lui balance un clin d’œil, presque complice. Je ne sais pas pourquoi, mais ce jeune homme m’inspire plutôt confiance. Je l’imagine bien conserver le secret d’une vieille femme boiteuse. Après tout, ne vient-il pas de me sauver la vie? Je tapote aussi mon sac, qui est en piteux état à côté du sien. C’est qu’il en a fait du chemin, celui-là! Qui pourrait se douter que le roman écrit de la main d’une clocharde pleine de crasse s’y trouverais? Peut-être devrais-je arracher le dos du livre, qui contient une jolie photo de moi, avant de le lui prêter? À supposer que ce genre de roman puisse l’intéresser. Il faut dire que le choix est devenu assez restreint depuis la fin du monde. À sa place je sauterais sur n’importe qu’elle occasion de lire un livre que je n’ai jamais lu.

Il mentionne alors que ce nouveau monde pousse surtout à l’individualisme extrême ou à l’entraide, et qu’il espère que nous sachions faire le bon choix. Si les gens ont, pour la plupart, laissé tomber leurs masques, ce qui se trouve en dessous est pour certain encore plus effrayant que le mensonge. Pour ma part, je préfère de loin la franche et cruelle vérité.

«Ah! Ça, ça m’surprendrait, putain! L’humanité vaut pas d’la chiotte! Mais bon, avec d’la chance j’me plante totalement.

Fuck…la rabat-joie, que j'fais! J’suppose qu’avec le temps chu d’venue une vieille désabusée! Haha! Heureusement que j’suis encore capable d’me marrer!»


Nous continuons d’avancer et mon regard ne peux s’empêcher d’évaluer les chemins qu’il nous pousse à emprunter. Ma jambe me fait un mal de chien et j’avoue que je commence à m’impatienter. Je suis peut-être inquiète de la réaction de ses amis à mon égard, mais vivement notre arrivée à son campement!

«Bordel de merde, j’espère qu’on approche, l’jeune!»

La grimace de douleur que j'arbore me semble suffisante à lui faire comprendre les raisons de mon empressement.
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Étudiant et travail à mi-temps dans un gym.
▫ Occupation : Sécurité et exploration
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Kelowna



▫ Messages : 40
▫ Inscription : 02/07/2018
▫ Crédits : google, moi-même
▫ Célébrité : Pierre Niney



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Not quite a damsel in distress   16.10.18 22:26

Not quite a damsel in distress





  Caleb | Louise

J'ai vue juste. Louise aime Molière. Je suis heureux de l'entendre. Voila donc un sujet qui risque de nous plaire à tout les deux. Mais, comme si cela ne me surprenais pas suffisamment, la voilà qui se penche vers moi afin de m'avouer avoir été professeure de littérature. J'en la fixe d'un air surpris.

«Vraiment? À l'université de kelowna?»


Je suis non seulement surpris, mais enjoué. Une professeure de littérature. J'ai bien l'impression que nous aurons suffisamment de quoi discuter. Surtout que c'est dernier temps, je m'occupe plutôt de ma passion pour le sport. Le côté littéraire me semble bien loin derrière moi aussi.

«Ce sera un plaisir de te laisser lire mon livre quand tu en aura envie. Et je veux bien lire le tiens aussi. Bon, les romans à l'eau de rose, j'en ai lu très peu, mais je suis très ouvert. Surtout si la référence viens d'un professeure.»

Je lui fait un clin d’œil à mon tour.

«Et ne t'inquiète pas! Si tu n'as pas envie que j'en parle, je ne le ferais pas. Je comprend tout a fait ton sentiment. Je suis plutôt connu pour mes bras maintenant. Alors je ne parle pas trop de molière moi non plus avec les autres.»

Je baisse les yeux lorsqu'elle affirme sans hésitation que l'humanité ne vaux pas d'la chiotte. Une partie de moi sais qu'elle a raison. Mais l'autre ne veux pas y croire. C'est plus fort que moi. Je m'attache au brin d'espoir qu'il peut bien rester... parce que sinon je ne sais pas si j'y arriverais. Une phrase de Molière me viens à l'esprit. Je ne peux me retenir, je murmure d'un ton assez fort pour que Louise entendre, les paroles qui résonne dans ma tête.

«Leur esprit est méchant, et leur âme fragile ; Il n'est rien de plus faible et de plus imbécile, Rien de plus infidèle et malgré tout cela, Dans le monde on fait tout pour ces animaux-là.»

Je jette un œil complice vers elle afin de voir si elle a compris, lui adressant par le fait même un sourire triste. De voir la réaction de la plupart des hommes face à la situation ne me surprend pas et me déçois en même temps.

Nous marchons ensuite un moment. Alors qu'elle me demande si nous arrivons bientôt, les formes de l’hôpital se dessine au loin. Je lève les yeux vers l'endroit puis je la regarde d'un air un peu plus joviale que tout à l'heure.

«Nous ne sommes plus très loin.»

Je l'aide à franchir le dernier bout de chemin qu'il nous reste à faire. Près de la porte, je distingue déjà un responsable de la sécurité qui semble nerveux. Je suis sortie seul, et je reviens accompagné. C'est clair que je vais avoir à répondre à quelques questions. Malgré tout, je ne suis pas inquiet. Je sais qu'il la laisserons entré. Qui pourrais laisser une pauvre femme blessé dans cet enfer? Je lui fait un signe de la main comme j'ai l'habitude de le faire afin de me faire reconnaître. Voyons voir ce qu'il en pensera.

_________________
«Tous les hommes sont semblables par les paroles, et ce n'est que les actions qui les découvrent différents.»
Molière ; L'avare (1668)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Not quite a damsel in distress
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Rescue a damsel in distress: Done. Twice. - feat Elrohir!
» Kitty cat Babs in distress [Shawn]
» My turn to be in distress.
» Why me ? I'm still in distress... But Thanks ♦ Aindreas & Lydia

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: