AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I don't want to know, what it's like, the world without you.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Sage-Femme.
▫ Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
▫ Statut civil : Célibataire.
▫ Lieu de naissance : Jérusalem.

▫ Messages : 92
▫ Inscription : 04/06/2018
▫ Crédits : araena
▫ Célébrité : Lucy Hale



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: I don't want to know, what it's like, the world without you.   12.08.18 13:08

La vie à l’intérieur du temple, elle est paisible. Le terrain est vaste, les enfants peuvent jouer et apprendre tout en étant déjà bien présents pour aider aux tâches qu’ils peuvent faire. Line, elle les voit de la fenêtre de l’infirmerie où elle travaille. De là où elle touche le ventre des femmes enceintes qu’elle ausculte, qu’elle suit pendant toute leur grossesse. Line, elle aime son métier le fait par passion. Elle adore l’aide qu’elle apporte à sa communauté. Lorqu’elle n’est pas enfermée là-bas, ou à l’intérieur de leur petite église, Line passe son temps à aider les autres. Que ce soit en aidant au champ, ou en aidant dans les cuisines. Ses petites mains touchent à tout tant que ça fait plaisir.

“ - Tu comptes rester enfermer ici longtemps, Line ?”

Ange a passer la porte de l’infirmerie pour trouver sa soeur en train de regarder par la fenêtre. Voilà une bonne demi-heure qu’Ange attend que sa soeur la rejoigne. Inquiète, elle était venue vérifier d’elle-même si tout se passait pour le mieux. Line, elle a tout de suite sourit en se tournant vers sa soeur. Voir Ange lui fait toujours le plus grand bien, et avec son aide, Line a réussi à se détourner du spectacle des enfants en train de jouer dans les champs, profitant que les plantations ne soient que pour dans quelques jours. Toutes les deux, elles sont sorties bras dessus, bras dessous, en souriant.

Elles auraient pu continuer à se rendre utile, ou aller à la messe. Même se rendre chez elles, dans la maisonnette de leurs parents. Mais en ce jour, comme d’habitude, ce n’est pas ce genre de réunion qui les attends. En ce jour ensoleillé, c’est sous des arbres, à l’autre bout des champs, qu’elles se rendent. Aujourd’hui, il n’y a pas d’énorme murs de bois autour du Temple d’Ezekiel. Aujourd’hui, ils peuvent sortir comme bon leur semble, tant que les lois dictées par le Révérend sont appliquées. Ici, Line sait qu’elle a le droit de s’y trouver. Ce n’est pas comme ces endroits où Théophile et Ange partent se promener. Bien trop loin pour que Line, elle, ne veuille s’en approcher.

“ - Tu as réussi à en récupérer…” Soupire Line, avec un sourire qu’elle ne parvient pas à cacher. Son regard est réprobateur sûr Ange, mais elle la remercie d’un baiser sûr sa joue avant de s’asseoir sûr une des caisses de bois posées sous l’arbre, derrière ces buissons qui les cachent d’une vision direct par les membres de la communauté. “ Maman a dit qu’il n’en restait plus.”
“ - Elle en a caché dans la cave.” Ange sourit, tente d’ouvrir le pot de confiture aux fruits rouges mais n’y parvient pas. Elle soupire, s'assoit aux côtés de sa soeur et pose le pot par terre. “ On va attendre Théo… avec ses muscles, il ouvrirait n’importe quoi !”
“ - C’est lui, qui t’as dis où trouver la confiture ?”

Line, elle regarde sa soeur et cherche dans ses yeux la réponse à question. Bien sûr, que ça doit être leur grand frère. Qui d’autre que lui aurait pu savoir où leur mère cachait les bonnes choses à manger. La gourmandise est un pêcher. Un de ceux qui sont doux et sucré. Si Line aurait été incapable d’aller voler ce pot pour en faire profiter les deux autres, Ange n’a pas hésité une seule seconde. Même si elle n’a rien répondu qu’un rire aux éclats en remuant la tête, Line a comprit.

Puis, elles ont attendu un peu, et les cheveux bouclés de Théophile ont finit par se dessiner aux travers des feuilles des buissons. Cette petite réunion, c’est leur moment à tous les trois. Line, elle ne sort jamais avec eux. Il n’y a qu’ici qu’elle s’aventure. Tout de suite, elle a sourit en voyant son frère arriver, alors que Ange, déjà, se levait pour aller le prendre dans ses bras. Toutes les deux, elles sont bien plus courtes sûr pâtes que lui, mais ça ne l’empêche pas d’encercler Théo avec ses bras.

“ - T’avais raison…” Souffla Ange la malicieuse, avec un sourire en coin. “ Il en restait quelques pots à la cave. ”
“ - Le Révérend ne serait pas heureux que l’on vole dans nos propres réserves…”
“ - Ce n’est pas du vole, si c’est déjà à nous, n’est-ce pas?”

Angeline, elle s’est tournée vers Théophile en lui posant cette question. L’aîné, il se retrouve avec les regards de ses deux petites jumelles posés sûr lui. Elles attendent une réponse, qui leur donnera certainement encore plus envie d’ouvrir le pot et de manger avec le doigt ce délice sucré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 110
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   24.08.18 13:41

Ma vision du Temple ? Une prison dorée ! Ouais, je me sens comme emprisonné. Je fais bonne figure pour faire plaisir à mes parents, mais également à Line, mais au fond de moi, je sais que je ne suis pas fait pour cette vie. J’ai envie de partir loin, de découvrir du pays, des coutumes, des arts de la rue, voir des films, fumer des cigarettes, danser dans des clubs, boire à en être totalement ivre mort, rencontrer des filles qui ne parlent pas que de bible et de mariage, tout ça quoi. Tout ce à quoi ici, nous n’avons pas le droit ! Heureusement qu’il y a mes deux soeurs présentent au sein de cette prison, mais également mon boulot du bois que j’aime énormément et qui m’apporte apaisement. Je crois que sans mes soeurs et l’ébénisterie, j’aurais déjà pété un câble et j’aurais déjà tout envoyé bouler. Mes parents ne sont pas dupes, je crois en tout cas, ils savent qu’un jour, ils me perdront, mais en attendant, je suis là, je profite de leur présence, de leur amour et surtout d’apprendre les ficelles du métier d’emmerdeur numéro un à Ange. Et oui, bien que ma petite soeur croit aux sornettes balancées par le Révérend, elle n’en est pas moins libre dans sa tête et ivre de tout connaître également. Ok, elle suit les préceptes, mais je crois qu’elle n’est pas contre en connaître plus, en apprendre plus sur la vie et d’ailleurs, j’espère qu’elle aura été chercher dans les réserves dans la cave. Je lui ais promis que notre père y cachait les bonnes confitures. Celles qu’on doit manger avec tellement de parcimonies en général, que ça nous paraît être comme le paradis d’en manger, sans prendre gare, juste comme ça, avec les doigts, comme des enfants.

En attendant la soirée pour aller retrouver mes frangines, j’ai bossé énormément. J’ai fini de réparer un meuble en vieux bois pour madame MacCarty ! Elle y tenait vraiment, cette petite vieille a reçu cette antiquité par sa grand-mère, qui le tenait sûrement elle aussi de sa grand mère, etc. Non mais sincèrement, j’aime bien travailler sur d’aussi vieux meuble. Le bois y est encore plus travaillé, tout est gravé à la main, du travail d'orfèvre presque. Enfin dans le sens que tout est fait de manière très minutieuse. Je dois justement être patient et minutieux également, si je veux le rendre parfait. Je crois que dans mon travail, c’est le seul moment où je ne pense pas à l’extérieur, à la vraie vie telle qu’un adolescent ou un jeune adulte devrait la vivre. Non, là, je suis totalement dans mon boulot, je ne pense à rien d’autre qu’à laisser mes mains voyager sur ce matériaux aussi luxueux que brute. J’y ai mis la dernière couche de vernis puis j’ai regardé pendant quelques minutes, fier de moi, le résultat de mon boulot. Demain, j’irai le rendre à cette vieille dame et je serai heureux de voir le bonheur dans ses yeux. Je ne sais pas, c’est pour le moment un des seuls moments, une des seules choses qui me rendent totalement fier. Peut être que le jour où je partirai, où je mettrai les pieds dehors, je trouverai quelque chose qui me plaira encore plus, qui me prendra aux tripes et me fera voyager sans même que je ne bouge.

Une fois quitté mon boulot, enfin plutôt ce grand hangar où je bosse avec deux autres gars de la communauté, je vois qu’il est déjà l’heure où je vais rejoindre mes frangines. On va bien loin d’ici, dans un sens pour elles, pour ne pas être dérangés. C’est notre moment à tous les trois ! Et à peine suis-je arrivé à leur vue que Ange me saute dans les bras. Beaucoup ne les reconnaissent pas, moi je n’ai qu’à les regarder dans les yeux pour reconnaître une de mes soeurs de l’autre. Ange a des étoiles tout le temps dans les yeux, elle brûle de tout savoir, elle a cette étincelle que j’ai moi aussi. Line, quant à elle, baisse trop souvent le regard, il est encore tellement enfantin aussi. Mais attention, cela ne change pas l’amour que j’ai pour cette dernière, c’est juste que j’ai plus de mal à nous trouver des points communs alors quelques fois, j’ai la triste impression qu’elle vient moins vite vers moi ou que je ne vais pas assez vers elle. Alors je fais des efforts. Je rigole à voir leurs yeux tournés vers moi et cette question tellement idiote à mes yeux. Pourquoi parle-t-on de voler si ce pot de confiture nous appartient déjà ? Et puis, si elles commencent à me parler de gourmandise, même là, j’ai ma réponse toute trouvée. On a qu’à pas finir le pot. On le cache et on en remange tous les soirs tous les trois ensemble. C’est pas de la gourmandise, c’est juste rajouté un plus agréable à notre moment à nous.

Je viens vers mes deux soeurs, je m’assois à côté de celle qui s’était jeté dans mes bras quelques minutes au par avant. Et je rigole en disant « Tu l’as dit bouffi ! C’est pas du vol, c’est juste qu’on prend de l’avance. Ca aurait quand même été pour nous dans quelques jours ! Donc … Et puis, si il faut, on en remettra un pot avant que les parents ne le voient, comme ça Line se sentira moins mal ! » J’ai envie de l’ennuyer, de faire un truc du style lui balancer que le diable en personne viendra la chercher car elle fait un péché, mais je n’en fais rien. Je reste droit, j’ouvre même le pot moi même et puis après y avoir glissé mon doigt que j’ai au préalable frotté sur mon pantalon, je le passe aux deux filles. Je fourre mon doigt dans la bouche et un « hum » passe le barrage de mes lèvres, accompagné d’un soupir d’aise tellement c’est bon ! « Aujourd’hui la confiture… Et quand on en aura plus, je m’arrange pour nous trouver de la mousse au chocolat ! » La vieille MacCarty dont je vous aie parlé tout à l’heure, m’en propose toujours. Elle sait que mes parents sont un peu contre, mais je crois qu’elle était comme moi à mon âge et c’est ça qui lui plait en moi. Elle était, elle aussi, à ce qu’elle me raconte, avec cette boule au ventre et cette envie de tout découvrir du monde extérieur !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Sage-Femme.
▫ Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
▫ Statut civil : Célibataire.
▫ Lieu de naissance : Jérusalem.

▫ Messages : 92
▫ Inscription : 04/06/2018
▫ Crédits : araena
▫ Célébrité : Lucy Hale



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   02.09.18 15:00

Les propos de Théophile sont fait pour rassurer la moins téméraire des jumelles. Line ne le sait que trop bien, qu’il essaye de faire des efforts. De trouver les mots qui lui remonteront le moral, qui la feront voir autre chose que ce qu’elle aime tant dans cet endroit. Que ce pour quoi elle dévoue sa vie. Elle s’est alors contenté de sourire quand il a dit qu’ils iraient remettre un pot de confiture dans la cave, mais là encore, elle aurait eu tant de choses à redire. Line, elle préfère se taire. Parce qu’elle sait que Théophile n’est pas un mauvais garçon, même si il ne fait pas toujours les bons choix. Elle sait qu’il prend soin d’Angeline, et qu’il prend aussi soin d’elle. Si elle pouvait être parfois un peu jalouse du lien qui unit son frère et sa soeur, Line, ne peut pas se le permettre. Elle se contente de dire que les choses sont comme elles sont, et que l’on ne peut rien y changer. Qu’elle est bien à sa place et qu’elle ne l'échangerai pour rien au monde. Car c’est vrai, après tout. Line est bien comme elle est, et elle ne se voit pas vivre toutes les aventures que sa soeur lui raconte.

Elle se contente de rire plus doucement alors qu’Ange laisse un éclat jaillir de ses lèvres lorsqu’il enfonce son doigt entre ses lèvres pour délivrer un rugissement intérieur qui montre le plaisir qu’il prend à manger ce délice sucré. Elle a envie de rire aussi, Line, mais elle est plus réservée. Moins entreprenante, alors elle ne prend le pot que lorsque Ange le lui tend. Elle a toujours l’impression que le regard de sa soeur, bien qu’aimant, cherche à voir ses limites. Si Line n’a pas envie de commettre un péché, qu’elle n’a pas envie de s’offrir avant le mariage, qu’elle n’a pas envie de trahir la confiance des siens, elle a pourtant plus envie de faire plaisir à sa soeur. Elle a trempé son doigt propre dans la confiture pour en apporter à ses lèvres. La rougeur s’est emparé de ses joues alors qu’elle sait que le goût est encore meilleur lorsqu’il est prit à la dérobé. Line, elle n’aime pas le danger parce qu’elle sait qu’elle y prend rapidement goût. Pour sa soeur, elle aurait fait tout et n’importe quoi.

“ - Tu as raison…” Souffle-t-elle en posant son regard dans celui de Théo, alors que son doigt mouillé vient s’essuyer instinctivement sûr le tissu de ses vêtements. “ ca fait longtemps que l’on a pas mangé de chocolat.”

Line se met doucement à sourire et Ange rit de plus belle. Elle attrape le pot et replonge son doigt dedans en le tendant à Théophile. Line, elle n’en reprendra pas parce qu’elle ne veut pas être tentée par la gourmandise. Elle amplifie tout parce qu’elle a peur de tomber sous le charme de ce qu’elle aime. Rester à distance de tout, et des personnes, lui permet de ne pas tomber dans les défauts que Ange montre aux autres. Si elle croit aussi dur que fer à son dieu, Ange, contrairement à Line, est prête à enfreindre ses règles et à en subir les conséquences.

Madeline n’a pas pu s’empêcher de se questionner sûr les sentiments qu’éprouve Ange pour Théophile. Est-elle comme les enfants d’Adam et Eve ? Est-elle tombée amoureuse de ce frère qui lui montre tous les plaisirs que la religion leur enlève ? Line se dit que c’est impossible, et cette idée disparaît aussi vite qu’elle est venue. Elle s’est levée pour s’asseoir dans l’herbe. Elle lui pique les cuisses, nues, sous sa jupe arrivant sous les genoux. Line, elle aime cette sensation.

“ - Alors… où est-ce que vous avez prévu d’aller, la prochaine fois ?” Line, elle demande, parce qu’elle veut savoir. Elle aime imaginer ce qu’il y a dehors grâce aux histoires d’Ange et de Théophile. “ Assurez-vous d’y aller pendant que maman est au champ… Elle a failli se rendre compte de quelque chose la dernière fois. ” C’est une mise en garde, mais Line le sait, qui ne fera pas grand chose. Elle ne veut pas dire aux deux autres que ce n’est pas bien de partir loin, mais elle ne peut pas s’empêcher non plus de les couvrir quand leurs parents se doutent de quelque chose. “ Vous me rapporterez quelque chose ?” Elle demande, et retient un rire, pliant ses jambes en appuyant sur  sa jupe pour ne pas montrer ses jambes. “ Si vous pouviez éviter de me ramener une pierre, mon tiroir commence à être lourd…” Les souvenirs qu’elle leur demande sont tous cachés au même endroit. “ Et puis, toutes les pierres se ressemblent un peu… on a les même ici.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 110
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   20.09.18 6:07

Mes deux petites soeurs ne sont pas aussi différentes que tout le monde aime le croire. Elles ont juste un degré de peur bien plus présent chez l’une que chez l’autre. Je sais au plus profond de mon être qu’elles sont identiques, que Line aussi rêverait de sortir, de visiter le pays, de voir la vie en dehors. Et je sais aussi très bien, qu’elle le vit à travers Ange et moi. Si je ne la force pas, c’est parce que je l’aime et que je ne veux pas lui faire du mal. Alors nous sortons avec Ange de ce foutu Temple que j’aime de moins en moins plus j’y vis et nous vivons à chaque fois la grande aventure. Ramenant par des pierres, des bouts d’écorces ou autre des bouts de nos visites à notre frangine. Mais cette fois-ci, ca va être beaucoup mieux, beaucoup plus grand, beaucoup plus impressionnant et je vais en parler comme d’un rêve à Line, espérant secrètement que ça lui donnera l’envie et la force de nous suivre cette fois-ci, je vais le faire, l’air de rien, juste par des mots, des mimiques. Je ne sais pas, je vais tout faire pour lui donner le courage de nous suivre.

Le pot de confiture est une chose, mais ce que je vais sortir de la poche de mon pantalon en est une autre et je ne veux surtout pas que qui que ce soit le sache et nous empêche d’y aller. Sinon je partirai pour de bon ! Je regarde alors partout aux alentours, un regard attentif, prêt à tout cacher si il le faut puis je sors le bout de papier, la publicité de ma poche. Je la tends tout d’abord avec Ange qui la déplie avec enthousiasme et qui saute presque de joie en découvrant le mot « Cirque » Oui, voilà ma grande surprise, voilà pourquoi j’aurais envie que Line nous accompagne. Je me racle la gorge, comme si j’allais dire la plus grande phrase de toute ma vie. Quoique quand on y pense, c’est peut-être la vérité « Le cirque s’installe en ville. Jongleurs, clowns, tigres, lions, dompteurs, il y aura de tout ! » Je fais de grands gestes, j’en mets des caisses pour de si petites choses. Enfin petites pour la plupart des adolescents de notre âge, mais grandiose pour nous qui ne sommes jamais réellement sorti ! Je regarde alors les deux jumelles, l’une après l’autre, prenant mon temps pour imposer les bases et pour leur donner l’eau à la bouche. D’ailleurs, j’ai l’impression que Ange est déjà totalement transportée et s’imagine avec moi là-bas, en train de voir le spectacle en grand et en vrai. Je prends une grande respiration et je continue « Ok, on ne pourra pas voir le spectacle. Je m’en excuse Ange, mais … » Je prends une nouvelle pause pour le tragique et le suspens, encore une fois « … Ils vont avoir leurs roulottes, l’endroit où ils habitent, où ils gardent les animaux et tout, non loin d’ici. A l’orée du bois… Donc nous allons pouvoir découvrir de nouvelles choses, nous allons pouvoir trouver de nouveaux trésors à te ramener aussi Line ! » Lui dis-je en passant une main dans sa chevelure parfaite pour les défaire un peu et la rendre plus sauvageonne. C’est d’ailleurs comme ça qu’elles se ressemblent physiquement le plus, quand j’ennuie un peu Line.

Mais je crois que ma bonne humeur se fâne légèrement par la suite. Je baisse les yeux, je trempe mon doigt dans la confiture, délicieuse et sucrée, à nouveau et je la mets en bouche comme pour ne pas montrer que je ne suis plus réellement là avec elle. Moi, je rêve d’ailleurs et pourquoi pas, de prendre une de ces roulottes comme passager clandestin et partir loin d’ici, de mon enfer, de ma prison. Je soupire puis je relève les yeux vers les deux jeunes filles et je dis, souriant, pour cacher vraiment mn rêve et mon envie de partir « Bon alors Line, dis moi, qu’aimerais-tu qu’on te ramène de là-bas ? » Puis je rigole en lui disant, juste pour l’ennuyer un peu « Ne me dis pas un lion, car maman serait fâchée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Sage-Femme.
▫ Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
▫ Statut civil : Célibataire.
▫ Lieu de naissance : Jérusalem.

▫ Messages : 92
▫ Inscription : 04/06/2018
▫ Crédits : araena
▫ Célébrité : Lucy Hale



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   23.09.18 9:22

Si il n’y a des étoiles que dans les yeux d’Ange, c’est parce qu’elle ne se prive pas pour montrer ce qu’elle ressent. Elle rêve de l’extérieur peut-être autant que son frère, et veut absolument le découvrir. Tandis que Line, elle est menée par la peur de faire quelque chose de répréhensible. Quelque chose qui pourrait lui apporter préjudice, qui fâcherait ses parents comme ça facherait le Révérend. Elle a peur du monde, alors, elle cache son envie de découvrir ce dernier. Elle préfère avoir des souvenirs, et écouter les histoires que sa fratrie a à lui raconter. C’est ainsi qu’elle prend son plaisir, à défaut de sa jumelle qui doit absolument tenir la main de son frère pour voir les splendeurs du monde.

Elle a grimacé une fraction de secondes lorsqu’il est venu terrasser ses cheveux, mais Line s’est mise rapidement à sourire parce qu’elle ne peut pas cacher ce qu’elle ressent lorsqu’il vient l’embêter. Ca l’amuse, mais elle remet quand même ses cheveux en place en glissant ses doigts à l’intérieur avec douceur. Line se recoiffe comme si c’était la chose la plus importante à l’heure actuelle.

“ - C’est ce que j’allais te demander!”

Un rire aux éclats s’échappe des lèvres de Line, sans qu’elle ne puisse le contrôler, lorsque Théophile parle du lion, et du fait que leur maman ne serait vraiment pas contente. A vrai dire, personne au Temple ne serait heureux de voir débarquer un lion au milieu de leurs terres. Mais, Line, elle ne peut s’empêcher de rire parce qu’il a touché ses pensées au bon moment.

Elle ne le montre pas, mais Madeline est vraiment emballée à ce qu’ils aillent visiter ce cirque. Du moins, leur petite campement au bout de la forêt. En réalité, elle aurait presque eu envie de se joindre à eux. La jeune femme avait senti une montée d’adrénaline sans son corps, comme si quelque chose avait voulu s’en échapper en une fraction de seconde. Mais, provoquant une peur en elle, Line s’était tue. Elle était restée muette parce qu’elle ne veut pas y aller, finalement. Sortir, si loin, est interdit. Line, elle ne veut pas rencontrer d’autres Hommes. Elle veut connaître le monde de ses yeux, sans connaître les gens qui l’habitent. Elle en a bien trop peur pour envisager les approcher. Pourtant, les animaux, Line, elle les adore. Elle voudrait pour en voir de toutes sortes, pas seulement ceux qui sont élevés ici pour engraisser et nourrir l’estomac des habitants du Temple. Line, elle est végétarienne, aime les animaux comme s’ils étaient tous ses petits protégés, et s’imaginer aux côtés d’animaux lointain, magnifiques, immense et colorés, lui vend un rêve qu’elle ne peut atteindre.

“ - Si tu trouves une plume…” Dit-elle avec plus de douceur, et pourtant, toujours ce sourire joyeux ancré sur ses lèvres. “ Une belle et grande plume que je pourrais monter pour écrire au travail.” Line est simple, mais elle remplacerait bien sa vieille plume de pigeon quand même.
“ - Tu devrais venir avec nous, cette fois.” Annonce Ange en se tournant vers son double, tout sourire aux lèvres. “ Tu n’auras pas la chance de voir d’autres animaux d’aussi près…”
“ - Je sais. Mais je sais aussi que je ne veux pas m’éloigner du Temple…” Souffle Line qui a baissé le regard sur ses genoux dès que sa jumelle lui a redemandé de les accompagner. “ Derrière les bois, c’est beaucoup trop loin pour moi.”

Line, elle présume qu’elle aurait pu tenter l’expérience si ça ne lui avait pas fais aussi peur, tout ce chemin. Elle imagine les bois immense car elle ne les a jamais traversé. Si on les écoute, les choses sont facile, mais Line, elle se dit qu’elle ne serait qu’un poids pour eux. Elle ne veut pas les ralentir, au même titre qu’elle ne veut pas faire quelque chose d’interdit. Elle sourit, pourtant, et redresse son visage vers eux pour montrer qu’elle est pourtant contente.

“ - Mais vous pourrez tout me décrire, non? Je sais d’avance que ça sera plus magique que si je venais avec vous…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 110
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   26.10.18 15:31

Je rigole de bon coeur, comme mes deux petites soeurs à l’évocation de ce lion. Ca fait tellement rêver ! J’aimerais tant voir chaque animal, chaque oiseau, chaque lieu de mes propres yeux. Les livres ne me suffisent pas, j’ai besoin de toucher et de ressentir ! J’ai besoin d’humer l’air, de goûter, de voir de mes propres yeux. L’imagination, j’en aie à revendre, mais cela ne me suffit plus ! Plus rien ne me suffit ici, je suis comme emprisonné! Ma maison est ma cellule et les murs autour du Temple sont les grillages qui me retiennent enfermé ! Emprisonné ! Ange est toujours partante, la première pour faire le mur avec moi, la première pour découvrir le monde tel qu’il est en réalité, Line , elle, se cache, s’invente des excuses et je sais que si je ne suis pas encore parti, si Ange ne l’a pas encore fait non plus, c’est pour notre soeur, parce qu’elle est notre raison et notre soutien à la fois. Sans elle la folie s'emparait du reste de la fratrie Foster ! Alors quand on rit de bon coeur comme ici, j’oublie l’espace d’un instant, mon envie de liberté et de découverte, mais je sais très bien que je ne chasserai jamais totalement cette envie et ces pensées de ma tête. Je sais qu’un jour où l’autre, je partirai vivre ma vie comme je l’entends.

« Une plume colorée pour mademoiselle Madeline Foster ! Commande reçue !» Mais moi également quand j’ai entendu notre soeur l’invitée, l’espace d’un instant j’ai espéré, j’ai cru qu’elle allait accepter et nous rejoindre dans notre course folle vers le monde réel. Je vous avoue que son regard nous criait qu’elle avait envie de nous suivre, alors je ne vous raconte pas la déception que j’ai reçu lorsque sa réponse était à nouveau négative. J’ai soupiré longuement, plantant mes doigts à nouveau dans la confiture pour éviter de dire quelque chose que je regretterais par la suite. A sa dernière phrase, j’avoue que je n’arrive plus à avoir un large sourire comme le sien  ! Je n’arrive plus à rire de cette situation. Je ne supporte plus le Temple et ce qu’il faisait de ma cadette. Personne ne devrait avoir autant peur de sortir, de vivre et de penser par soi même. J’ai lu un jour un truc qui parlait de ça, qui nous décrivait comme une secte des temps modernes. Je ne sais pas exactement ce que veut dire ce terme, mais je me doute que c’est vrai. Quand j’entends la musique que j’ai cachée sous mon matelas ou quand je vois les magazines que j’arrive quelques fois à capter à l’un ou l’autre des petits vieux qui vivent ici, je sais que le monde est beau, vaste et mérite d’être vu. « Ouais plus magique et moins vrai ! » lâchais-je sur un ton harassé de toute cette histoire de punition divine, de règles donné par un type que je n’aime pas ou encore d’une vie morne et sans intérêt ! J’avoue que je n’ai plus le coeur à rire, à chanter, à manger de bon coeur, même la confiture à un goût âcre maintenant. Je referme le pot et je reprends une grande respiration avant de lancer « Putain Line, qu’est -ce qui peut bien te faire si peur ? Pourquoi tu oses même pas mettre un orteil derrière la porte de ce foutu Temple ? » J’aimerais savoir, la comprendre, peut être au moins pouvoir mettre des mots sur ma frustration. Ange par contre, viens mettre sa main contre mon épaule comme pour me demander d’arrêter. Je dis alors à ma petite soeur « Quoi ? J’aimerais savoir pourquoi un jour, on ne se reverra plus ? Non parce que je compte pas rester toute ma vie enfermé comme un animal dans une cage ! » Ca me bouffe, j’aime mes deux petites soeurs, je tente toujours de garder ces pensées pour moi, mais c’est la vérité. Au nom de quel Dieu un frère et une soeur ne pourraient plus se voir ni se parler si l’un d’eux se décidait à voler de ses propres ailes ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Sage-Femme.
▫ Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
▫ Statut civil : Célibataire.
▫ Lieu de naissance : Jérusalem.

▫ Messages : 92
▫ Inscription : 04/06/2018
▫ Crédits : araena
▫ Célébrité : Lucy Hale



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   25.11.18 10:18

La remarque acerbe de son frère, Madeline la perçoit et plisse instinctivement les paupières. Ses yeux se sont baissés, comme toujours. Mais du coin de sa vision, elle a pu voir Théophile fermer le pot de confiture et prendre cette position qu’elle n’apprécie guère. Comme si elle savait ce qui allait suivre, la petite brune a redressé son visage pour le regarder, comme si elle était prête à entendre ce que le bouclé avait à dire. Mais Madeline, elle n’était pas prête. Non, pour rien au monde elle n’aurait voulu être présente, là, à-ce moment précis, pour écouter, ressentir, vivre pleinement la scène qui a suivie. Son soupire disparaît vite pour qu’il prononce ce mot grossier qui la fait tilter. Elle redresse les épaules, fronces les sourcils comme si elle tentait une fraction de seconde d’avoir le même regard réprobateur que sa mère. Mais tout cet attirail disparaît à la seconde où il continue.

Madeline a très bien entendu tout ce que Théophile vient de dire. Mais son cerveau est tout bêtement incapable de tout assimiler en même temps. Alors, elle réagit par étape. Comme si son coeur n’était pas en train de déborder, de se fissurer à la simple idée que Théo disparaît du Temple.

“ - Je n’ai pas peur…” Dit-elle comme si elle tentait aussi de se convaincre elle-même. “ C’est juste… je suis bien ici. Il n’y a rien, là-bas, qui puisse être aussi important qu’ici. ”

Voici des mots qu’elle lance avec une fougue qui ne lui appartient pas. Madeline prononce cette phrase comme si c’était d’elle. Pourtant, ce ne sont rien d’autres que les mots du Révérend, de ses parents, et de tous les fidèles qui parcourent les chemins du Temple d’Ezekiel. Line, c’est comme si elle était toujours là pour regarder, pour se souvenir, mais qu’elle interagissait jamais avec le monde. Elle se contente de regarder son frère et sa soeur, partir pour vivre des aventures. De les écouter, peut-être un peu parce que ça leur fait plaisir. A cette époque, Line, elle n’était pas capable d’ouvrir les yeux sûr ce qu’eux voyaient déjà.

“ - Rêver, ça n’est pas interdit…” Ces mots à elle résonne comme une sentence, comme une fausse mélodie. Des larmes apparaissent aux coins de ses yeux lorsqu’enfin son corps de permet de réagir à ce qu’elle a entendu et qu’elle ne veut pas digérer. “ mais dire que tu vas quitter le Temple ?”

Line, elle se lève. Décroise ses jambes une fois qu’elle est debout, mais ça ne fait pas grand effet. Elle ne se voit pas aux travers des yeux d’Angeline, et de Théophile, posés sur elle. Uniquement sa réaction à lui, importe. Parce qu’elle part du principe que sa jumelle sera toujours à ses côtés, Line n’imagine pas un seul instant qu’Ange puisse elle aussi désirer quitter pour de bon leur foyer. Elle s’efforce de maintenir ses larmes, parce que Madeline sait qu’elle est trop émotive. Qu’elle laisse tout sortir sans faire attention à la personne qui se trouve en face d’elle. C’est à la fois une éponge, et un virus qu’elle propage autour d’elle : les émotions, Line, elle ne les contrôle pas.

“ - Tu veux savoir pourquoi ?” Elle même ne saurait quoi répondre à cette question. “ C’est ainsi… Si tu décides de partir, tu nous laisses derrière.” Line voudrait dire qu’elle n’est pas aussi forte que lui, que personne ici ne l’est. Mais les propos du Révérend perturbe son esprit et elle se demande qui est réellement le plus fort dans cette histoire. L’homme qui désire la liberté, ou ceux qui sont capable de rester unis ? “ Papa, maman, Ange, et moi…” Commence-t-elle à dire pour amadouer son frère. Elle aurait voulu que ça marche, le plan aurait pu être parfait si elle n’avait pas continué sa petite liste.” Le Révérend, et tous ceux qui vivent avec nous.”
“ - On devrait changer de sujet…” Angeline veut couper la conversation, peut-être qu’elle veut cacher qu’elle souhaite partir avec lui ?
“ - Oui…” Reprend Line, et pourtant, elle n’en démord pas. “ Parce que tu ne vas pas partir, hein ? Tu ne peux pas nous punir à vivre l'éternité sans toi pour quelques petits découvertes pseudo incroyables.” Elle quémande, Madeline. Parfois, elle souhaiterait avoir le lien qui unie Théophile et Ange. Eux, se comprennent. Partagent. Et Line, elle les regarde de loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 110
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   06.12.18 12:56

Je me doute que j’ai du la blesser, je me doute également que Ange me suivra surement un jour. Pourquoi mes deux soeurs se ressemblent autant physiquement pour être si différentes mentalement ? J’aime mes deux soeurs, je ne vais pas mentir pour ça. Mais je n’arrive pas et ce malgré tous les efforts à me rapprocher de Line. Elle est trop emprisonnée dans ce lieu maudit, elle boit les paroles de cet enfoiré de Révérend comme si il était Dieu en personne. Putain qu’elle me donne une seule bonne et vraie raison pour avoir peur de l’extérieur, pour vouloir rester ici.  Une seule bonne raison et je l’écouterai, je ne partirai pas, mais elle me sert toujours les mêmes boniments. Ceux que nous font boire le gourou de cette secte. Mais je hausse les épaules et je ne sais pas pourquoi je m’emporte, je devrais plutôt me dire qu’elle peut suivre sa vie, qu’elle a le droit de rester ici, de se marier avec un bon petit gars du Temple, mais c’est ma soeur, ma petite soeur et ça me brise le coeur de savoir qu’un jour, elle ne me parlera plus pour la seule raison que les règles d’Ezekiel ne le permettent pas « Et qu’est-ce que t’en sais ? Tu es déjà sortie pour voir si rien n’était plus intéressant à l’extérieur ? Il y a la musique, la danse, le cinéma, des animaux bien plus beau que ce que tu vois ici, il y a encore et j’en suis sûr plein d’autres beautés à l’extérieur. Et j’en ai marre de ne les voir que par papier glacé interposé ! » Non, elle n’est pas au courant des deux trois journaux, magasines que j’ai caché non loin de chez nous. Parce que sous mon lit, mes parents pourraient le trouver et mes les confisquer pour les brûler. Hors de question que je perde mon seul lien avec l’extérieur ! Qu’elle veuille rester ici me fait déjà mal, mais qu’elle ne veuille même pas m’écouter réellement ou tenter de comprendre ce que je lui dis me blesse.

Je me lève à mon tour pour être à son niveau pour la regarder dans les yeux alors qu’elle semble totalement déboussolée,  un peu comme si elle n’avait jamais pensé au fait que je ne pourrais pas vivre toute ma vie ici. C’est impossible pour moi ! Totalement impossible de continuer à n’être qu’une ombre ou un rêve éveillé. Je veux plus ! Je l’écoute, j’ai envie de parler mais je la laisse continuer encore et encore, je sais que je la blesse et croyez moi ce n’était pas mon but. Mais il faut qu’elle comprenne que je ne suis pas comme elle sage et un petit mouton qui obéit et que je ne le serai jamais. Même si je me suis calmé, que je tente, le temps que je passe encore ici à l’intérieur, d’être le bon petit croyant pour le bien de ma famille qu’ils ne soient pas rejeté par ma faute. Mais si moi je veux leur bonheur, j’aimerais qu’eux veulent le mien aussi de la même manière ! Je l’écoute, j’en ai même des frissons, je m’en veux, je baisse les bras, les laissant balant, j’ai terriblement envie de la prendre dans mes bras, de la rassurer pour lui dire que je ne partirai jamais, mais je ne peux pas, c’est impossible et d’ailleurs, elle lâche le mot de trop ! « J’en ai rien à foutre du Révérend, tu l’as pas encore compris ? » Ange tente de nous faire stopper mais je suis bien trop énervé pour ça. J’aime ma soeur, mais je n’aime pas la vie ici ni même le Révérend et toutes ses obligations qui ne servent à rien sauf à nous abrutir. « Je suis triste, car je sais que tu aimes mieux ce Temple et ce gourou que pour oser un jour venir même me saluer si je reviens dans les parages. Parce que même si je pars, je ne vous oublierai jamais, je reviendrai quoiqu’il arrive vers Kelowna, mais avoue que je ne serai plus une priorité pour vous, je ne serai plus le bienvenu, je ne pourrai plus vous serrez dans mes bras ou avoir de mes nouvelles parce que j’aurai tout simplement voulu vivre ma vie ! »

Mais je ne supporte plus ses larmes, je ne peux pas la voir triste à ce point, elle me fend le coeur. Et si il n’y avait pas mon égo et ma rébellion contre tout le reste du monde, je pleurerais surement moi aussi. Alors je prends sa main et je la tire dans mes bras. Je pose un baiser sur son front et je lui dis à l’oreille « Je suis toujours là, alors profitons en ! » Et j’étends une main pour que Ange vienne nous rejoindre dans ce câlin fraternel. J’ai besoin de savoir que malgré mes choix pour le futur ma famille tiendra avec moi et m’aimera. Je sais que mes parents, cela ne sera surement plus le cas quand je serai banni d’ici, mais mes soeurs. Je les tiens tellement en haute estime que je ne peux imaginer qu’elles me tourneront le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Sage-Femme.
▫ Occupation : Line soigne les malades, et les blessés, au Temple.
▫ Statut civil : Célibataire.
▫ Lieu de naissance : Jérusalem.

▫ Messages : 92
▫ Inscription : 04/06/2018
▫ Crédits : araena
▫ Célébrité : Lucy Hale



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   09.12.18 12:29

Madeline ne sait pas ce que c’est que du papier glacé. Elle ne réagit pas à ces paroles venues de Théophile parce qu’elle est trop occupée à se retenir de crier. Crier qu’elle n’a pas envie de connaître ce dont il parle. Pas de la musique, ni des animaux. Ni le cinéma, ni la danse, ni les lumières où les expériences qu’ils peuvent vivre loin d’Ezekiel ne lui donnent envie d’être vécus. Elle voudrait crier qu’il n’y a rien de plus important que ce qu’ils sont en train de construire ici. Qu’elle veut continuer à grandir ici, qu’elle veut aider les gens qui sont ses voisins dans chacunes des situations de la vie. Qu’elle veut se marier, avoir des enfants qui eux-même grandiront avec les règles qui lui ont été transmises. Line, elle est heureuse de ce qu’elle vie à l’intérieur du Temple parce qu’elle n’est pas capable de voir tout ce qu’il y a à côté. C’est une bonne enfant, bien trop ensevelie sous toutes ces interdictions et ces leçons de vies donnés par un Révérend qu’elle suit aveuglément.

Mais Madeline ne dit rien. Comme d’habitude, et ce ne sont pas ses rares paroles directes qui contrediront ce schéma, elle se renferme sur elle-même pour ne pas contredire les personnes qu’elle aime. Soumise à un point inimaginable, Madeline s’écraserait devant n’importe qui pour le bonheur des autres. Tout ce qu’elle veut c’est que Théophile reste. Qu’il commence un peu à penser aux autres, au lieu qu’au nombril de sa personne. Elle le laisse prendre le dessus car elle n’aurait jamais la force de caractère pour essayer de lui prouver qu’il a tord. Peut-être aussi, qu’au fond elle, Madeline ressent une pointe de compréhension pour ce frère qui rêve d’aventures.

“ - Je suis triste, car je sais que tu aimes mieux ce Temple et ce gourou que pour oser un jour venir même me saluer, [...] mais avoue que je ne serai plus une priorité pour vous, je ne serai plus le bienvenu, je ne pourrai plus vous serrez dans mes bras [...]”

Ces mots sont de trop. Line a mal. Elle est brisée de l’intérieur, là où elle ne pensait même pas pouvoir avoir mal un jour. Elle l’écoute, avec de grosses larmes qui coulent sur ses joues parce qu’elle est incapable de faire autrement. Et alors qu’Angeline est toujours le centre de son monde, c’est comme si pour la première fois, elle disparaissait de son champ de vision. Madeline ne voit plus que le visage de son frère qui essaye de lui faire comprendre à quel point il a mal du rejet qu’elle lui lance, sans réellement vouloir le faire. Par ses croyances, Line devrait obligatoirement suivre le plan qu’il est en train de décrire. Elle sait qu’une fois Théophile dehors, il ne reviendrait pas au Temple. Bien qu’on lui laisserait une deuxième chance, dès lors qu’il aura trouvé sa liberté, il voudra s’envoler pour s'épanouir. Une fois dehors, même pour Line, ce serait malheureux qu’il fasse marche arrière.

Ses pensées sont coupées lorsqu’elle sent le contact de Théophile. L’attraction qu’il exerce chez elle pour la rattraper et la coller contre son torse musclé d’homme présent pour sa communauté. Il est bien bâti, son frère. Line s’est toujours dit qu’il aurait du être marié depuis bien longtemps. Aujourd’hui, elle comprend pourquoi il ne veut pas même s’attarder à trouver une compagne. Ses larmes semblent s’arrêter, une fois que les dernières ont coulé grâce à un fermement de paupières, une fois qu’elle se retrouve encerclée par les bras réconfortant de son frère.

“ - Je ne pourrais pas…” Murmure-t-elle une fois que sa soeur s’est ajoutée à ce câlin groupé qui lui remonte le moral tout en tentant de penser ses maux qu’elle ne pourra jamais réellement guérir. Le réconfort de son frère et de sa soeur sont ce dont elle a le plus besoin au monde. “ faire comme si tu n’existais pas…” Dit-elle en remontant un sujet plus haut. “ Si un jour tu t’en vas…” Madeline parle entre deux sanglots, alors qu’elle reprend peu à peu son souffle. “ je traverserais les champs en secrets pour venir passer ne serait-ce que quelques minutes avec toi…”

Les minutes passent sans que les jeunes se laissent partir. C’est comme s’ils avaient tous besoin, d’une part de cette étreinte. Et lorsqu’elle se termine, Line a retrouvé le sourire qui avait alors disparu au coin de ses lèvres. Peut-être est-ce parce que son frère a touché une corde sensible, ou qu’il a réussi à la faire réfléchir à ce sujet, mais Madeline ressent comme une pointe de courage. Ou peut-être est-ce simplement l’envie de faire plaisir à Théophile et Ange, mais elle reprend la parole.

“ - D’accord… je veux bien aller voir avec vous.” Ceci tombe comme une pierre tomberait lourdement du ciel. Elle essuie ses larmes du côté de sa main droite, et manque de mettre son ongle dans son oeil. Line rit légèrement en même temps qu’Ange, mais reprend bien vite son sérieux. “ Mais pas longtemps…”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: I don't want to know, what it's like, the world without you.   

Revenir en haut Aller en bas
 
I don't want to know, what it's like, the world without you.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atelier du Mek Rukza
» Manga | Personnages pris
» Pour mieux comprendre la crise alimentaire.
» Jade - The little flower is lost in this big world
» CNN: Food prices rising across the world

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: South Kelowna :: Ezekiel Temple Farm-
Sauter vers: