AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quarantine Zone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Agent d'infiltration de la GRC
▫ Occupation : Dirigeant des Protecteurs
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Vancouver



▫ Messages : 112
▫ Inscription : 18/04/2018
▫ Célébrité : Jeffrey Dean Morgan



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   09.09.18 20:07

Quarantine Zone
  Ouvert à tous

 


Toujours adossé à la chaise, les pieds surélevés, le chef des protecteurs tente de camoufler son malaise. Trahis par son visage blanchâtre et sa transpiration, il est évident qu’il ne va pas mieux du tout. Il laisse échapper un petit rire sarcastique, avant de dire :

«T’es une p’tite vite toi…»

Son ton devient alors condescendant :

«Évidemment que j’l’ai attrapé!»

Il semble être pris à nouveau d’un haut le cœur, mais une grande respiration le soulage pour l’instant. Au même moment, la jeune femme ose lui faire part de ses craintes et sa question semble profondément irriter le quinquagénaire. Il donne un coup de poing sur la table avant de répliquer :

«C’est moi qui pose les questions ici!»

Il fait redescendre ses jambes avant de fixer la jeune femme d’un air suspicieux.

«Vois-tu, j’tais venu ici pour m’assurer que personne n'ai la mauvaise idée d'nous piquer des médocs et de s’barrer avec. Et c’est sur toi que j’tombe, Esther? Tu comprendras, bordel, que j’me pose des questions à ton sujet!»

Il se relève alors, faisant face à celle qui gère une partie de l'inventaire du groupe. Son visage est à nouveau très près du sien et il fait doucement courir ses doigts sur la joue de la jeune femme, un sourire inquiétant au visage.

«Une femme aussi intelligente que toi n’oserais pas m’trahir en piquant du matos, hein?»

Son sourire a vite fait de disparaitre, alors qu'il reste volontairement très près d'Esther. Comme s'il cherchait à la mettre encore plus mal à l'aise.

«Alors qu’est-ce que tu crois que j’vais faire, putain? Laisser tout l’monde claquer? Après tout c’que j’ai fait pour les protéger?!

S'éloignant enfin d'un pas, il s'emporte à nouveau, gesticulant en même temps qu'il hausse le ton :

«Bordel, mais t’a r’garder autour de toi?! Ellie et Tobias nous ont laissé dans la merde au pire moment. C’est c’qui s’passe quand on n’suis pas les putain d’règles! Fuck, c’est pas si compliqué à comprendre, non?! Putain d'merde!»

Son visage est déformé par la colère et il se retourne pour venir fracasser ses jointures sur le mur d’en face. Prenant alors une grande respiration, il semble se calmer avant de se retourner à nouveau vers Esther.

«Si Tobias et Ellie avait signalés leurs sorties ont saurait à peu près où aller les chercher, maintenant. Mais nah, faut toujours qu’des imbéciles en fassent à leur tête! Si y a des règles aussi strictes, c’est pour vous protéger, putain. T'es capable de comprendre ça, toi, au moins?

Là, on s’retrouve sans docteur, avec un fucking virus sur lequel on sait que dalle! On a pas la moindre idée de quels médocs peuvent vraiment aider. Fak du coup, j’autoriserai personne à vider notre stock juste pour garder espoir.»


Il se dirige vers la pharmacie pour en sortir un minuscule flacon de médicaments susceptible de soulager la fièvre et les vomissement. Il vient alors le déposer entre les mains d’Esther.

«Tu voulais des médocs, jolie cœur? C’est tout c’que j’autoriserai à être distribués. Maintenant à toi d’voir si tu r’tourne en quarantaine pour les donner aux enfants…ou si tu préfères t’barrer avec et n’plus jamais revenir!»

Il se laisse à nouveau tomber sur la chaise, visiblement épuisé par cet épanchement d’émotions contradictoires. Il reste un moment silencieux, avant d’en rajouter une couche :

«Allez, vas-y! Barre-toi! Victoria s’ra fière de toi!»

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos
▫ Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
▫ Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
▫ Statut civil : Célibataire


▫ Messages : 430
▫ Inscription : 12/02/2017
▫ Crédits : PresleyCash
▫ Célébrité : Elisabeth Olsen



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   14.09.18 5:15

Quarantine zone
 Protectors

 


Esther n'était pas habituée à la violence, et à vrai dire c'est ce qu'elle détestait le plus chez cet homme qui lui faisait face. Il avait ce don particulier de faire ressortir le pire en chacun de ceux qui gravitait trop près à ses côtés. On disait que l'homme s'habituait à tout, elle n'y croyait pas une seconde, on ne pouvait pas s'habituer à ça, elle en tout cas, ne pourrait jamais s'y faire. Lorsque son poing vint frapper la table elle avait sursauté en écarquillant grand les yeux, la bouche légèrement ouverte dans un silence confondant.
Le voyant retirer ses jambes de la table tout en la fixant avec cette lueur dangereuse qui brillait dans ses prunelles, Esther sentit son rythme cardiaque s'accélérer. Cet homme était l'incarnation même de ses pires cauchemars. Alors que l'homme lui faisait part de ses suspicions à son égard la jeune femme garda le silence comme si elle était devenue muette, sans le quitter des yeux. Elle ne quitta pas un seul instant le contact visuel avec lui, jusqu'à ce qu'il se trouve face à elle, son visage à quelques centimètres seulement du sien. Lorsqu'elle senti le contact de ses doigts courir sur la peau de son visage, Esther n'y tint plus et détourna le visage redoutant déjà ce qui allait suivre. Il lui faisait peur, et elle ne savait pas par quel miracle elle tenait encore debout alors que ses jambes étaient en coton. Allait-il à nouveau l'étrangler ? La poignarder ? Une larme indisciplinée se mit alors à couler le long de sa joue avant de s'écraser sur son gilet.
Contre toute attente, l'homme se contenta simplement d'exprimer sa colère face à son impuissance d'enrayer cette maladie qui le terrifiait car elle était entrain de détruire tout son monde, tout ce qu'il avait construit dans la terreur. C'était assez ironique et cela prêterait surement à sourire si la vie de tant de personnes n'était pas en jeu. Seth prétendait qu'il les protégeait, mais la réalité était qu'il se protégeait lui. En faisant régner la loi du plus fort, il s'arrangeait pour que les gens lui soient soit soumis, soit lui obéissent. Ils les faisaient tous travailler pour satisfaire ses besoin à lui, ce n'était pas de la protection, c'était un retour à l'ère moyenâgeuse avec un despote et ses vassaux. Si elle le pensait, Esther n'était cependant pas assez folle ou courageuse selon les points de vu, pour le lui dire en face.

Qu'est-ce qu'il allait faire ? Il lui avait posé la question et à vrai dire elle n'en savait rien non plus puisqu'elle-même se posait la même question. Ils paraissaient tous complétement dépassé par cette maladie qui semblait tous les toucher un à un à petit feu. La jeune femme éprouva un immense soulagement en sentant l'homme s'éloigner d'elle, et sa terreur se calma au fur et à mesure des pas qu'il faisait et qui l'éloignait d'elle. Osant à nouveau tourner son visage dans sa direction, elle posa son regard sur lui, elle ferma à nouveau les yeux en l'entendant vociférer à l'encontre d'Ellie et Tobias qui manquaient à l'appel. Esther préféra garder le silence face à ses interrogations de toute manière elle-même ignorait où tous deux se trouvaient et elle devait bien reconnaitre que sur ce point, elle partageait les inquiétudes de Seth. Ellie et Tobias étaient des personnes qu’elle avait appris à apprécier et si elle s’inquiétait d’autant plus de la disparition anormale de Tobias qui n’aurait jamais laissé Leela derrière lui, elle l’était tout autant d’Ellie. Elle n’ignorait pas que la belle brune aimait bouger et s’aventurer à l’extérieur mais elle était leur seul médecin, sa vie était d’autant plus précieuse qu’elle possédait des connaissances qu’aucun autre n’avait et que ces connaissances lui permettait de sauver des vies. Jamais elle n’aurait dû pouvoir sortir d’ici, Esther se trouvait horrible de penser ainsi mais, sa vie ne lui appartenait plus.

Peut-être parce que ce genre de comportement ne lui viendrait jamais à l’esprit mais pas une seule seconde elle n’avait pensé que n’importe qui pouvait pénétrer dans l’infirmerie pour la vandaliser et y prendre les médicaments qui le soulagerait, pourtant à présent que Seth lui avait fait la remarque elle s’étonnait que personne ne soit encore risqué à tenter sa chance, d’autant plus avec l’absence d’Ellie et ce maudit virus qui sévissait. Le suivant du regard, elle l’observa silencieusement se diriger vers l’armoire à pharmacie et y retirer un flacon transparent de couleur orangée dans lequel se trouvait plusieurs pilules blanches qu’il lui refourgua dans les mains.
Esther leva sur lui un regard courroucé en l’entendant lui donner un choix. Mais pour qui la prenait-elle ? La goutte d’eau qui fit déborder le vase fut le moment où le monstre osa évoquer sa sœur devant elle comme s’il la connaissait. Dévissant le flacon, elle fit tomber l’un des cachets dans la paume de sa main avant de le fusiller du regard et de déposer un des médicaments devant sa détestable personne.

- Vous aussi vous en avez besoin, fit-elle sans la moindre compassion à son égard. Vous ne me connaissez pas, et vous ne connaissez pas ma sœur

Il croyait la connaitre mais il se trompait.

- A l’avant-poste, l’autre jour, il y avait un camion pharmaceutique dans le hangar. Je ne sais pas ce qu’il contient mais ça pourrait nous aider, et peut-être que c'est là-bas qu'Ellie se trouve

Esther ne mentait pas, Ellie devait s’y rendre elle-même pour y faire l’inventaire mais elle doutait qu’elle ait déjà eut le temps de le faire. Peut-être s’y trouvait-elle d’ailleurs. Et si Tobias se trouvait là-bas en mauvaise posture, elle ne doutait pas que Seth le trouverait et le sauverait. Ce serait alors à Tobias de trouver une excuse valable pour entourlouper Seth et se montrer plus convainquant que ses agresseurs. Sa vie étant en danger, elle ne doutait pas qu’il y parvienne.
Glissant le flacon dans la poche de son gilet, elle quitta l’infirmerie….


****


Lorsqu’Esther pénétra à son tour dans la pièce où se trouvait toutes les personnes misent en quarantaine, elle eut l’impression que le la terre s’ouvrait sous ses pieds. Jamais elle n’aurait pensé une seule seconde qu’il y aurait autant de monde ici. C’était impressionnant… le hall de gare de l’aéroport était bondé de monde comme par le passé lorsque les gens voyageaient encore et que le monde se portait bien. Esther pris alors conscience que le remède que lui avait donné Seth était un cadeau empoisonné. Elle devait agir discrètement pour ne pas avoir à subir la colère d’un mouvement de foule et choisir elle-même avec soin, les gens qui auraient besoin de soulager leurs maux. S’avançant parmi la foule éparse, elle dévissa le flacon et fit discrètement tomber les précieuses pilules dans la poche de son gilet. Rapidement, elle reconnut Dylan, qui semblait complétement perdu dans cette foule, s’approchant de lui, elle lui prit le bras pour manifester sa présence.

- Ça va toi ? S’enquit-elle

A en juger par ce qu’elle voyait, il semblait se porter plutôt bien. Son regard fut alors attiré par la blonde de son cœur. Si elle était heureuse de la retrouver là, elle en était tout aussi malheureuse car cela signifiait que sa sœur avait également attrapé ce fichu mal. En larmes, tout en souriant, elle sauta au cou de sa sœur chérie avant de se détacher de son étreinte et de passer ses mains sur son visage. Ses yeux vitreux, ce front brulant, cette pâleur, sa sœur ne semblait guère mieux lotit qu’elle. Plongeant sa main dans la poche de son gilet elle en sortit un cachet qu’elle glissa dans la paume de sa sœur avec discrétion avant de l’enlacer avec affection afin de mieux lui murmurer certaines indications dans le creux de son oreille afin que personne d’autre ne l’entende

- Avales ça discrètement, fais-le pour moi

Elle avait failli lui demander de ne pas faire d’histoires mais elle savait que si elle voulait se faire obéir par sa sœur, c’était en jouant sur l’affection qu’elle lui portait qu’elle obtenait de meilleurs résultats. Alors qu’elle serrait sa sœur contre elle, son regard croisa celui de Fransisco qui se tenait là, avec sa fille. Si lui ne semblait pas se porter mal, on ne pouvait pas en dire autant de la petite Selene. Desserrant l’étreinte de sa sœur elle lui offrit un pauvre sourire

- T’a intérêt à guérir, parce qu’il n’est pas question que je te perde tu m’entends, lui ordonna-t-elle au bord des larmes

Sa sœur était tout ce qui lui restait en ce monde, sans elle, elle serait perdue. Victoria pensait qu’elle ne pourrait pas survivre sans elle, mais elle se trompait. Elle était beaucoup plus forte qu’elle ne le pensait, et Esther était bien décidée à faire tout ce qu’il fallait pour la protéger, même d’elle-même. Prenant place à côté de Fransisco qui se trouvait juste à côté de Victoria elle souria à l’enfant à qui elle repoussa une de ses mèches tout en sentant la fièvre qui s’emparait d’elle. Offrant un sourire navré à Fransisco, elle reporta son attention sur la fillette.

- J’ai retrouvé un album de coloriage, si j’avais su que tu étais ici, je te l’aurais apporté, il va donc falloir vite guérir. En attendant, j’ai une autre surprise pour toi, un bonbon magique qui va t’aider un peu, fit-elle en glissant sa main, (et en même temps le médicament) dans celle de Fransisco pour qu’il donne lui-même le remède qui soulagerait sa fille.

Une voix familière troubla alors le léger brouhaha qui émanait du hall et la fit sursauter. Se levant, elle ne mit pas long à apercevoir Keith qui gisait dans un lit de fortune un peu plus loin en réclamant de l’eau. Se levant, elle se dirigea vers lui et lui servit un verre d’eau qu’elle porta à ses lèvres tout en faisant glisser discrètement le médicament dans sa bouche.

- Vas-y bois, doucement,... voila

Se tournant vers sa sœur et Fransisco elle murmura de manière à peine audible afin que seuls eux puissent l’entendre, car eux seuls pouvaient comprendre ce qu’elle voulait dire par là

- Qui en a encore absolument besoin ?

Prise d’un nouveau vertige et sentant sa vue se troubler, Esther tenta de dissimuler son trouble priant pour que son malaise passe.

- Dylan tu veux bien veiller sur lui ?

Elle ne savait pas trop pourquoi le jeune homme était enfermé ici car il paraissait se porter plutôt bien, mais puisqu’il était là, il pouvait surement se rendre utile et veiller sur Keith





 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Quarantine Zone   15.09.18 8:40

Quarantine Zone
   Everyone

   



Perdre sa fille était certainement la pire chose qui pouvait lui arriver. Et il était prêt à tout pour que ça n’arrive pas. Sauf qu’il ne savait pas à quoi s’attendre, avec cette bon dieu de maladie. Personne n’avait l’air de la connaître, et ceux qui étaient infectés avaient l’air de pas mal en souffrir. Pas tous au même niveau, ça il l’avait remarqué. Et il avait aussi noté que Selene ne faisait pas partie du niveau le plus faible. Elle tremblait dans ses bras alors qu’elle était bouillante. De froid, de chaud, il ne savait pas. Mais il la gardait contre lui en regardant autour d’eux. Il observait surtout les autres malades, parce qu’il avait peur. Peur que l’un d’entre eux finisse par rendre l’âme et se transformer en virulent avant de massacrer toute la pièce. Certes, c’était pas bête d’essayer de contenir la maladie en intégrant une quarantaine, mais ce n’était pas très intelligent non plus. Si l’un d’eux mourrait, c’était comme condamner les autres à mort.

Fransisco fini par croiser le regard d’Esther. Elle aussi ne semblait pas très en forme. Elle discutait avec sa sœur, avant de finalement s’avancer vers lui pour se placer juste à côté d’eux. L’ancien militaire avait toujours apprécié la jeune femme. Elle était douce et gentille avec sa fille, comme à cet instant. Et toujours prête à aider les autres. La preuve étant qu’elle glissait discrètement un médicament dans la main du papa pour qu’il puisse la donner à sa fille.

« Prend-le princesse, ça va te faire du bien. »

Il l’espérait, tout du moins. Lui qui avait toujours été contre les médicaments… Là il ne pouvait pas laisser son bébé souffrir comme ça. Et il se tourna à nouveau vers Esther pour la remercier d’un regard, et d’un sourire. Avant que le calme de la pièce ne soit à nouveau troublé. Un soupire sortant de sa bouche, Fransisco se retint de se lever pour faire taire ce mec d’un bon coup de poing bien placé. Ce n’était pas le moment de faire un scandale et de se faire expulser de cette pièce. De toute façon, la jeune femme était déjà en train de se diriger vers l’individu pour l’aider à se calmer.

Elle revint ensuite vers eux, leur demandant discrètement si quelqu’un d’autre avait besoin du médicament. Mais Fransisco remarqua bien rapidement sa faiblesse. Elle pouvait peut-être duper les autres, mais pas lui. Il avait appris à repérer les faiblesses chez ses ennemis, et chez les personnes de manière générale. Esther n’était clairement pas en forme.

« Toi tu en as besoin. Reste assise, je peux m’occuper des autres, si tu restes avec Selene. »

Il avait assez confiance en elle pour lui confier sa fille, contrairement aux autres personnes de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Propriétaire d'un petit bar dans downtown Kelowna.
▫ Occupation : Sbire de Seth et responsable du contrôle et de la surveillance des provisions.
▫ Statut civil : Célibataire. Elle a aimé passionnément et éperdument une fois, on ne l'y reprendra plus.
▫ Lieu de naissance : Kelowna



▫ Messages : 284
▫ Inscription : 23/10/2016
▫ Crédits : DΛNDELION (ava)
▫ Célébrité : Natalie Dormer



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   17.09.18 14:01

Elle avait détourné les yeux dès l’instant où Keith avait répandu le peu qui se trouvait dans son estomac sur le sol. Grimaçant, elle se mit à regretter de s’être naturellement offerte pour s,occuper de tout ça, mais en même temps, elle n’était pas en état de faire semblant de ne pas être atteinte. Il n’était pas question qu’elle l’aide ou qu’elle s’occupe de nettoyer quoi que ce soit d’aussi dégoutant, c’était l’avantage d’avoir un rang assez élevé, elle avait des gens sous elle à qui faire faire tout ce qu’elle n’avait pas envie de faire. Comme ça. Faisant un petit signe à un des gars dont elle n’avait jamais pris le temps de connaître le nom, elle lui demanda de venir la voir.

« Nettoie ce qu’il a renvoyé et colle lui un saut au visage pour éviter qu’il recommence… Lui ne donne pas d’eau qu’il bouge son cul pour aller en chercher. »

Elle aurait peut-être dû se sentir coupable de cette demande presque inhumaine ou encore d’avoir choisi le plus rustre d'entre eux question d’être certaine qu’il ne le prenne pas en pitié. Reportant son attention sur les gens qui s'approchent de cette zone dangereuse, la blonde accepter le remerciement d’un homme qu’elle avait presque adorablement laissé entrer afin d’être avec sa fille. Elle ne le connaissait pas vraiment, mais il s’agissait quand même d’une personne qu’elle ne mettait pas directement dans une case négative alors ce n’était pas trop mal., Le regard de Victoria s’arrêtait alors sur Dylan alors qu’il avançait vers elle. Entre l’autre qu’elle ne pouvait déjà plus supporter et ce mal qui l’habitait, la patience de Vicky - déjà presque inexistante avouons-le - s’était envolée. Il était poli, ça lui sauvait les fesses, mais elle espérait qu’il comprendrait et ne tenterait pas de s’opposer.

« Comme Seth l’a dit… Toutes les personnes atteintes que ce soit un peu ou beaucoup doivent être rassemblée ici, alors installe-toi. »

Elle lui fait un signe de la main l’invitant à procéder et à ne pas rester près d’elle très longtemps. La blonde donnerait tout en cet instant pour un lit douillet et une tisane bien chaude, mais elle fait tout pour ne pas trop le laisser voir. Sa tête tourne et de simplement rester debout lui donne du mal. Elle s’adossa en tentant de paraître nonchalante contre le mur, mais en réalité, c’est avant tout une façon pour elle de ne pas s’évanouir. C’est de voir Esther s’approcher qui lui donna la force de se relever et de s'approcher d’elle. Elle s’était inquiétée pour elle et elle espérait plus que tout qu’elle se porte bien. Les larmes aux yeux de sa chère soeur lui faisaient une boule au ventre et dès qu’elle put, elle entoura ses bras autour d’elle. Elle aurait aimé, lorsqu’elles se sont séparées, voir que sa soeur était en pleine santé et pourtant elle n’avait pas de mal à reconnaître à quel point elle se trouvait dans la même situation qu’elle. Refermant sa main sur le cachet qu’elle lui avait discrètement mis dans les mains, Esther ne fut pas la seule à profiter de cette étreinte pour échanger quelques mots.

« À condition que tu en aies toi aussi pris une. »

Elle n’allait pas s’opposer, parce qu’elle devait prendre du mieux si elle voulait s’assurer de pouvoir être en mesure de veiller sur Esther ce qu’elle était incapable de faire présentement. Lui caressant une dernière fois la joue, Victoria lui indiqua ce qu’elle avait dans la main pour lui faire comprendre que ce n’était pas négociable et qu’elle avait intérêt à en prendre elle aussi. Elle ne lui demandait même pas comment elle l’avait eu, elle préférait ne pas savoir au cas où. Retournant près de la porte, croyant que sa soeur se reposait en compagnie de l’homme et sa fille, elle la vit un peu plus loin beaucoup trop proche de cet homme qu’elle avait en horreur et qu’elle se plaisait à voir souffrir. Si l’envie de lui reprocher de lui avoir donné quelque chose, parce qu’elle en était certaine, lui venait, elle savait que cet idiot avait des connaissances pouvant leur être utile et que donc le sacrifié n’était pas une bonne idée alors elle ne dit rien. Elle allait lui demander de s’éloigner de lui lorsqu’elle le fit d’elle-même, venant prendre place près de Francisco et sa fille. Si elle n’avait pas l’intention de l’aider à jouer à la nounou, elle venait quand même prendre place près d’elle. Pour l’instant, ils n’avaient pas besoin d’elle près de la porte et la blonde avait besoin de s’asseoir le temps de voir si ce médicament allait avoir un quelconque effet. C’est une fois à ses côtés qu’elle répondit à sa question d’un peu plus tôt.

« Pour l’instant rien de critique alors garde précieusement ce qu’il te reste. »

Profitant de cet instant assise pour fermer les yeux, Victoria avait l’impression que tout tournait dans sa tête à une vitesse folle. Elle sentait qu’elle allait être malade et refusait de le faire ici alors elle posait sa main contre la cuisse de sa soeur pour ne pas l’inquiéter et se relevait aussi rapidement qu’elle s’était assise afin de sortir par une autre porte donnant sur un couloir bien gardé, n’oubliant pas d’attraper un saut sur son passage. Donnant un congé de quelques minutes à celui qui en était responsable, elle profitait du fait qu’elle était enfin seule pour se laisser glisser contre le mur et s'asseoir au sol. Le saut près d’elle, ses hauts le coeur semblaient s’être calmé pour l’instant, mais elle restait là encore un peu au cas où. Dès qu'elle irait mieux, elle atteindrait le retour de celui qui surveillait cette porte et retournerait à l'intérieur près de sa soeur.

_________________
I hurt myself today
to see if I still feel
I focus on the pain The only thing that's real
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en histoire
▫ Occupation : Larbin
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Vancouver

▫ Messages : 87
▫ Inscription : 17/04/2018
▫ Célébrité : Miles Teller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   23.09.18 3:47

Quarantine Zone
   Libre

 

Enfin des explications claires sur la marche à suivre ! Il devait s'installer ici, auprès de tous ceux qui étaient bien plus malades que lui, auprès de ceux qui pourraient éventuellement lui transmettre leurs maux, mais la directive le rassura. Il savait à présent quoi faire, et c'était bien mieux que l'incertitude des moments précédents.
Il fit donc ce qu'il devait faire, incapable néanmoins de chasser son expression perdue de son visage. Esther s'approcha d'ailleurs de lui, un peu comme par magie car il ne l'avait pas vue arriver pour lui demander comment il allait.
Dylan haussa vaguement les épaules. Il aimait bien Esther, elle avait toujours été très gentille avec lui.

-Ca va mieux que la plupart des gens ici. Et toi ?

Au moins, elle était encore debout, mais sa pâleur faisait peur. Il l'obsesrva aller rejoindre sa soeur, puis Fransisco qui était rentré un peu avant lui avec s petite fille. Si Selene ne semblait pas au point, son père avait l'air aussi en forme que pouvait l'être un papa inquiet. Alors qu'il cru voir un échange de cachet passer de main en main, Esther releva la tête vers lui pour lui demander d'aller s'occuper de nulle autre que Keith.
Dylan, encore debout, cacha son malaise et hocha la tête.
Peut-être qu'il ne l'avait pas joué si finaud que ça en pensant qu'il serait plus tranquille avec les contaminés graves que dehors à tenter de chercher des médicaments ou autre solution.

Il s'approcha donc de l'homme, avachi sur lui-même.

-Euh...qu'est ce que je peux faire pour vous ?

Merde. Le vouvoiement semblait tellement bizarre ici. Mais il n'allait décidément pas tutoyer un mec comme Keith ! Peut-être était il trop malade pour le remarquer.
On pouvait toujours l'espérer.
En regardant l'homme néanmoins, si mal au point, une vague de compassion s'empara de lui, à sa plus grande surprise. Elle était presque aussi forte que son dégoût et sa peur d'attraper ce qu'il avait.

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Agent d'infiltration de la GRC
▫ Occupation : Dirigeant des Protecteurs
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Vancouver



▫ Messages : 112
▫ Inscription : 18/04/2018
▫ Célébrité : Jeffrey Dean Morgan



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   09.10.18 1:56

Quarantine Zone
 Ouvert à tous

 


Un sourire c’était dessiné sur le visage de Seth au moment où Esther lui avait laissé savoir qu’il ne connaissait ni elle, ni sa sœur. Il n’était visiblement pas d’accord, mais il ne dit rien, son attitude était déjà suffisamment loquace. Il se contenta de secouer la tête d’un air intéressé, lorsqu’elle mentionna le camion pharmaceutique qui se trouvait à l’avant-poste. S’il ne s’y rendait pas lui-même, il allait certainement devoir envoyer quelqu’un s’en charger.

Après avoir avalé le médicament laissé par Esther, l’homme était resté un moment seul dans l’infirmerie. Il espérait que ses symptômes s’apaisent un peu avant de sortir à nouveau. Il ne pouvait pas rester caché ici indéfiniment. Il tenait particulièrement à aller vérifier par lui-même de quelle façon se passait la mise en quarantaine, avant de s’occuper de ce camion pharmaceutique. Tobias n’était pas présent et il n’accordait pas la même confiance à tous ses sbires. Une fois debout, il prit une grande respiration avant de revenir sur ses pas. Satisfait de voir ses hommes garder sévèrement les portes, il jeta un rapide coup d’œil à l’intérieur de la pièce. Il fut surpris d’y voir autant de monde. Le virus avait donc fait autant de victime? Une grimace se dessine sur son visage, alors qu’il se demande comment se sortir de cette situation sans un médecin compétent. La disparition d’Ellie n’aurait pas pu arriver à un pire moment. Il espérait sincèrement qu’il allait la trouver dans ce hangar dont lui avait parlé Esther. De même que Tobias. Sachant qu’il n’est pas en très grande forme lui-même et que sa pâleur risque de le trahir, il décide de ne pas s’attarder plus longtemps.

Alors qu’il était sur son départ, il remarque Victoria, assise près d’une entrée, un sceau tout près d’elle. Il s’approche donc et vient s’asseoir juste à côté d’elle, en soupirant.

«Bordel de merde…à croire que s’putain d’virus a pas épargné grand monde. Des nouvelles de Tobias? Ellie? Ou même Keith?»

Il se tourne vers elle, le regard inquiet. Elle est plutôt pâle et elle ne semble pas en grande forme elle non plus. Il pose une main, qui se veut réconfortante, sur son épaule.

«Et toi…ça va?»


Il plante son regard charismatique dans celui de la jeune femme.

«Esther t’as refilé ce qu’il fallait, j’espère?»

Difficile à dire s’il est réellement inquiet pour elle ou s’il cherche tout simplement à savoir si Esther est venue distribuer les médicaments. Il n’a pas pris la peine de la chercher du regard parmi tous ces gens, mais il serait surpris d’apprendre qu’elle s’est enfuie en laissant sa sœur derrière elle.

«Je l’ai croisé tout à l’heure. Parait qu’on a laissé un camion pharmaceutique à l’avant-poste. Putain...Ellie pourrait y être. Peut-être même Tobias. Ici ça capte pas, j'vais sortir pour voir si j'arrive à les contacter.»

Il tapote son talkie-walkie, se gardant bien de partager sa pensé. Il est conscient que l’eau ne tardera pas à manquer et que les médicaments ne sont pas assez nombreux. Le virus à ralentis les expéditions et le problème commence à être de plus en plus sérieux. Si normalement il est plutôt doué pour réfléchir de façon stratégique, ses étourdissements et la fatigue ressenti sont loin de l’encourager en ce sens. Il fixe Victoria pendant un moment, comme s'il n'avait pas envie de la laisser seule. Puis il se relève péniblement avant de s’approcher d’un des hommes qui garde une porte, un peu plus loin. Il lui parle à voix basse, de façon à ce que personne d’autre ne puisse l’entendre.

«Tous ceux qui ont des symptômes sont entrés?»

L’autre acquiesce d’un signe de la tête.

«Si ça tourne mal, fermez immédiatement les portes. Pas d’hésitation. C’est hors d’question qu’on soit pris avec une invasion d’pourris en plus, bordel.

T’informera les autres.»


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos
▫ Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
▫ Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
▫ Statut civil : Célibataire


▫ Messages : 430
▫ Inscription : 12/02/2017
▫ Crédits : PresleyCash
▫ Célébrité : Elisabeth Olsen



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   14.10.18 12:15

Quarantine zone
Protectors




Esther n'avait pas répondu franchement à la question que le jeune Dylan lui avait posé, se contentant simplement de lui offrir un sourire qui se voulait rassurant. Elle aimait bien le jeune homme, il était l'un des rares à ne pas chercher à jouer les gros bras, c'était même en vérité tout l'inverse. Le jeune homme était un pleutre ce qui lui valait d'en subir souvent les frais à travers les moqueries et d'autres comportements tout juste digne des petites brutes de cours d'école qu'elle avait en horreur. Alors qu'elle s'attendait à le voir paniquer, elle fut surprise de constater qu'il était relativement calme face à une situation qui pourtant pouvait générer à juste titre, de nombreuses angoisses. Mais elle délaissa bien vite le jeune étudiant dès qu'elle aperçut celle qu'elle recherchait vraiment parmi toute cette foule.
La blonde pouvait voir se refléter dans le regard de sa soeur le même espoir vain qu'elle-même avait nourrit à son égard, du moins, jusqu'à ce qu'elle ne découvre qu'elle faisait parti des victimes de ce mal étrange que tous avaient d'abord pris pour une mauvaise grippe avant que les premiers symptômes ne les détrompent très rapidement. Ni l'une ni l'autre n'aurait souhaité voir sa soeur chérie faire parti des victimes, préférant de loin subir le mal à sa place, malheureusement aucune des deux n'avaient été exaucé. Victoria était rarement malade c'est pourquoi elle pouvait d'autant plus voir dans son regard à quel point elle se sentait mal malgré les apparences. La serrer contre elle avait sur Esther comme un effet thérapeuthique qu'elle savait pourtant forcément illusoire. Un léger sourire amusé se dessina sur ses lèvres alors que sa soeur l'invitait à en faire autant si elle désirait vraiment la voir prendre ce médicament.

- Mais que crois-tu ? J'en ai pris un juste avant d'entrer. Je ne voulais pas que quelqu'un le remarque, je pense qu'il faut agir avec discrétion si on ne veut pas provoquer un mouvement de foule. A ton tour maintenant,
l'encouragea-t-elle en plongeant son regard dans ses yeux

Sa soeur devait guérir, on avait absolument besoin d'elle, et elle tout particulièrement. Esther était lâche, elle en avait parfaitement conscience, mais elle ne pouvait supporter l'idée d'un monde sans sa soeur, et puis, bien qu'elle détestait son rôle au sein de cette communauté, auprès de Seth, elle savait qu'en ces temps troublé, on avait besoin de personne comme elle pour instaurer l'ordre et éviter que cette épidémie ne provoque le chaos et le désordre. Trop d'innocents étaient en danger en cas d'instabilité, comme Leela, ou encore Alec, surtout qu'à présent Esther savait que Seth lui-même n'avait pas été épargné par cette maudite peste.
Après s'être occupé de Keith qui à ses yeux était à un stade véritablement inquiétant, et de l'avoir laissé aux bons soins de Dylan, elle pris place aux cotés de Fransisco. Esther lui adressa un léger sourire qui se voulait réconfortant alors que sa soeur venait les rejoindre. Elle ignorait ce qui les frappait aussi durement, ni même s'ils parviendraient à s'en sortir ou encore si ce que lui avait donné Seth serait d'une grande utilité mais elle l'espérait de tout coeur et pour le moment, tout ce qu'elle pouvait faire c'était y croire dure comme fer en donnant le change, et ne surtout pas laisser ses doutes, ses peurs et ses craintes prendre le dessus. Mais c'était difficile, son regard inquiet se posait tour à tour sur toutes ces personnes qui étaient touchés. Certains étaient au plus mal, on pouvait entendre des sanglots étouffés, des râles, ou de lourds silences, mais pour l'heure, la panique n'était pas encore de mise parce qu'ils croyaient tous en Seth ou était-ce parce qu'ils avaient bien trop peur de lui et de ses hommes qui ne feraient montre d'aucune clémence au moindre signe d'insurrection ? Mais qu'en serait-il si le mal dont ils souffraient tous allait en s'aggravant ? Son regard se posa sur l'être si fragile qui comptait le plus aux yeux de Francisco ! Elle n'avait jamais eu d'enfant et n'en n'aurait probablement jamais, mais elle n'avait pas besoin d'être mère pour savoir à quel point la perte d'un enfant était douloureux et pouvait vous détruire. Son regard quitta le jeune père de famille pour se poser sur sa soeur. La perte de son enfant l'avait complétement brisé, c'était comme si elle s'était éteinte intérieurement, pourtant elle la voyait, cette petite flamme était toujours là et ne demandait qu'à être ravivé.

Se reprenant, elle se tourna vers Fransisco pour savoir qui d'autres aurait grand besoin des quelques médicaments qu'elle avait encore en sa possession. Elle savait que si elle demandait à Victoria cette dernière lui affirmerait que personne n'en n'avait besoin, l'incitant plutôt à les garder pour eux, ce qu'elle ne manqua d'ailleurs pas de faire. Mais si Esther comptait effectivement bien se garder quelques médicaments de coté pour elle et ses proches, elle désirait aussi aider ceux qui en avaient besoin, il en allait de leur survit mais également de la leur. La réponse de Fransisco la pris alors au dépourvu et surprise, elle l'observa un peu décontenancée. Etait-ce si évident que ça qu'elle n'était pas bien ? Ou était-ce parce que Fransisco observait particulièrement bien les gens ? Ou parce qu'il la connaissait bien mieux qu'elle ne le pensait...

- Ne t'inquiète pas pour moi,
lui assura-t-elle dans un sourire qui se voulait rassurant, ma soeur c'est déjà chargé de m'en faire avaler un.

Son sourire disparu en réalisant que sa soeur s'était levée précipitamment. Observant cette dernière disparaître derrière une porte bien gardée, Esther sentit son coeur s'accélérer avec inquiétude. Victoria était au plus mal... il fallait que ce maudit médicament agisse et vite ! La voix de Fransisco la tira de son inquiétude et la força à se détourner de cette porte que sa soeur venait de franchir. Durant un instant, elle fut prise d'un doute, se demandant si elle ne ferait pas mieux d'écouter sa soeur et de ne garder ces médicaments que pour eux, d'autant plus que cette dernière semblait en avoir terriblement besoin, pourtant, le regard tendre et rassurant de Fransisco la fit opiner légèrement de la tête, acceptant par là-même sa proposition de rester auprès de Séléne le temps qu'il en distribue à ceux qui en avaient véritablement besoin. Prenant l'enfant sur ses genoux, elle déposa un baiser sur son petit front pour la consoler. Son regard vissé dans les yeux de Fransisco, elle glissa sa main froide dans celle bien chaude et ferme de cet homme. Du creux de sa main, elle fit glisser 5 petites gélules dans la paume du survivant. Six autres, destinés à Keith, Victoria, Selena, et elle-même, ainsi qu'à Dylan, et Fransisco en cas de besoin, restaient bien au chaud dans la poche de son gilet. Avant qu'il ne se lève pour apporter ces médicaments à ceux qui en avaient véritablement besoin, sa main se referma sur son avant-bras pour le retenir

- Fais attention,
le mit-elle en garde. S'il on découvre que l'on a ça en notre possession, si tu en donnes à des personnes dénués de réflexions, ou devant d'autres qui pourraient t'agresser pour les voler, on pourrait finir lyncher, alors prend garde à toi tu veux ?

Le coeur battant et le regard inquiet, Esther ne quitta pas l'homme des yeux jusqu'à ce qu'il ne disparaisse dans la foule. Fredonnant une chanson que sa mère lui chantait quand elle était petite, à l'intention de l'enfant qui était blottie contre elle mais aussi pour tenter de trouver un peu de réconfort, elle caressa la petite joue de la fillette, recopiant le même geste que Victoria avait eut avec elle un peu plus tôt.

Victoria....

Se tournant à nouveau en direction de la porte vers laquelle sa soeur s'était dirigée, la jeune blonde eut un haut le coeur en reconnaissant cette silhouette familière qui se tenait là, à l'entrée ! Seth ?!! Avait-il décidé de les rejoindre ? Connaissant l'homme ça la surprendrait fortement. Danc ce cas que faisait-il ici ? Avait-il trouvé des médicaments ? Ellie ? Avait-il une solution ? En si peu de temps, elle en doutait, pourtant, elle ne pouvait s'empêcher d'espérer et d'y croire. Selene toujours dans ses bras, la jeune blonde voulu se relever, mais fut prise d'un violent vertige qui l'obligea à reprendre place sur son banc. Fermant les yeux durant quelques minutes, elle inspira très fortement avant de les ouvrir à nouveau et de se diriger vers ce dernier, portant toujours la petite dans ses bras. Inquiète, elle réalisa qu'elle n'apercevait plus sa silhouette pourtant impressionnante. De part sa stature, Seth était le genre d'homme qui ne passait pas inaperçu pourtant elle ne le voyait plus nulle part, était-il déjà parti ? Alors qu'elle croyait qu'il s'était envolé en les abandonnant là, son coeur fit un bond dans sa poitrine en l'apercevant... avec Victoria. Immobilisée, elle les observa alors que ni l'un ni l'autre ne semblait en prendre conscience. De là où elle se trouvait elle ne pouvait entendre ce qu'ils se disaient mais leurs gestes et leurs regards, ne passèrent pas inaperçu. Depuis quand étaient-ils aussi proches ? Il y avait dans cette façon que Seth avait de se comporter avec elle une intimité qu'elle ne lui connaissait pas et qu'elle n'aurait jamais soupçonné, mais ce qui la scotcha sur place, probablement plus encore que l'attitude de Seth, c'était le regard que Vic avait eut pour ce psychopathe. Elle n'était pas sans ignorer que sa soeur éprouvait une certaine fascination malsaine pour cet homme qui faisait ressortir le pire en elle, mais de là à le regarder de cette manière.... Il n'y avait qu'un seul homme qu'elle avait regardé de la sorte et cet homme devrait être là, à ses côtés en cet instant, mais au lieu de ça, il avait préféré se libérer de sa douleur que lui avait causé la perte de leur enfant en s'en prenant injustement à sa soeur. Abel... elle savait qu'il avait souffert de la mort de leur fils mais il s'était montré injuste et cruel en s'en prenant à Victoria comme il l'avait fait, et en l'abandonnant de la sorte. Il n'était pas le seul à souffrir et sa réaction intolérable n'avait servit qu'à détruire totalement sa soeur alors qu'il aurait dû l'aider et pleurer leur fils ensemble afin de surmonter cette épreuve ensemble. Victoria... que se passait-il ? Etait-elle entrain d'en tomber amoureuse de ce monstre qu'était Seth? Non ce n'était pas possible et pourtant, elle connaissait son regard.
Esther s'approcha de sa soeur et la fixa sévèrement une fois le leader des Protectors parti. Debout devant elle, la petite Séléne dans ses bras, Esther ne pouvait s'en rendre compte mais en cet instant elle était le portrait craché de sa mère.

- Je peux savoir ce qui se passe ici ? Demanda-t-elle sur un ton de reproche en sentant la fièvre empourprer davantage ses joues, à moins que ce ne fut tout simplement la colère que cette vision cauchemardesque avait éveiller en elle. Dis-moi que j'ai mal vu, que ce n'est pas ce que je crois, qu'il ne se passe rien entre toi et lui.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Électricien
▫ Occupation : En charge des génératrices, participe au ravitaillement, défense, etc.
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Vancouver



▫ Messages : 508
▫ Inscription : 01/05/2018
▫ Crédits : Feuilledecarotte (1e GIF)
▫ Célébrité : Steven Ogg



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   15.10.18 20:15

Quarantine Zone
  Protectors

 


Un homme s’était approché de Keith afin de nettoyer son dégât et de lui coller un sceau pratiquement en plein visage tout en négligeant de lui offrir l’eau qu’il avait réclamé comme l’avait si gentiment ordonné la charmante Victoria. Bien qu’aucun mots n’avait été échangé, Keith constata que cet homme ni même personne avait l’intention de l’aidé. Pourtant il avait bien prouvé son utilité au groupe; il avait réparé la pièce des génératrices dont il tenait en ordre malgré lui. S’il n’était pas en si mauvais état, il n’hésiterait pas à s’en vanter afin de réclamer le verre d’eau que celons-lui, le groupe en entier lui devaient puisqu’ils bénéficiaient bien de l’amélioration électrique dont il leurs avait rapporté et cela sans même mentionné l’aide dont il a offrit à Esther pour sa bibliothèque, la fois où il a réparé le jouait de Leela ni les expéditions dans lesquels il avait participé. Bref, qu’ils l’apprécient ou pas, ils n’avaient aucune raison valable de le laisser crever là et cela le mettait hors de lui rien qu’à y penser. Keith n’était peut-être pas doté d’une grande fierté mais réclamer de l’aide avait tout de même heurté son ego.

-Allez donc chier bande de cons.’’ Murmura-t-il eu peu plus à lui-même face à l’indifférence des autres.

Il se redressa en grognant alors qu’il tentait de se remettre sur pied. ‘’J’pas besoin d’des tarlas comme ça! J’besoin d’personne!’’ Le regard brouillé, Keith parvenait à distinguer quelque visage flou qui le regardait alors qu’il luttait pour accomplir une tâche aussi simple que de se tenir debout. Le sourire sur les visages qui l’observaient, il ne manqua pas d’entendre un rire gras résonné dans la pièce. Il rêvait ou ont se foutaient de sa gueule? La pièce tournait à un rythme beaucoup trop élevé pour distinguer la table de provision ou encore le coupable qui, fort probablement, n’était que le fruit de son imagination. Se sentent incapable de faire quoi que ce soit d’autre, Keith se laissa tombé sur son sac de couchage tout en hurlant ‘’Ta gueule!’’ Réalisant ce qu’il savait déjà, il opta pour une deuxième tentative un peu plus agressive afin d’obtenir ce qu’il voulait.

-Yen a pas un foutu d’donner un verre d’eau à un mec ici?!’’

Peut-être qu’il s’imaginait des choses –ce qui était fort possible vu l’état dans lequel il se trouvait- mais un bon moment semblait avoir passé depuis sa deuxième requête et personne n’avait bougé le petit doigt. Il était seul au monde, par choix peut-être, mais reste qu’en plus d’avoir un goût de vomis à la bouche, il avait soif; il allait vraiment devoir leur piquer l’une de ses petites crises enfantines pour qu’on lui accorde un brin d’attention? Alors qu’il contemplait ce scénario, un visage familier apparu devant lui; Esther. Évidemment, qui d’autre qu’elle volerait à son secours? Une poule ça ne sait pas voler? Tant pis, celle-là y était parvenu, encore plus qu’il ne le pensait parce qu’il était très loin de se douter qu’en plus de Victoria, cet homme avec la gamine bien fatigante commençait déjà à avoir envie de lui casser la gueule. Keith avala l’eau et le médicament qu’elle lui glissa discrètement sans se poser de questions ou du moins, en faisant mine de parce que -pour ce qu’il en savait- elle pouvait très bien avoir décidé de l’achever là avec cette pilules mystérieuse et ce, malgré ses airs de femme douce et gentille qui pourrait très bien s’avérer n’être rien d’autre qu’une apparence. Cela lui semblait improbable et vu son état, refuser son aide serait sans doute tout aussi risqué mais cette incertitude était beaucoup trop présente pour qu’il se contente de la remercier.

-Si ça m’achève… j’te jure que j’vais te hanter.’’ Grogna-t-il.

Esther s’éloigna et Keith s’installa aussi aisément qu’il le put sur son sac de couchage qui était bien loin du niveau de confort de son lit et cela le frustrait. Comment devait-il se rétablir dans une pièce pleine de connards couché sur une merde? Il allait fermer les yeux lorsqu’un jeune homme s’approcha de lui en demandant ce qu’il pouvait faire pour lui en le vouvoyant comme s’il était aussi fier pet qu’un certain dénommé digne du surnom « La-rant » dont il parvenait à peine à sentir. Keith l’observa un moment en silence, le regard rond. Pas que le vouvoiement l’offusquait à ce point, il en avait strictement rien à foutre pour le moment mais il reconnaissait la peluche de Tobias qui n’avait rien fait autre que salir son pantalon lors de la fusillade contre Highgate.

-Ben r’garde donc si c’est pas l’inutilité en personne. Dit… J’espère que t’as changé ton froc depuis la dernière fois.’’ Dit-il en rigolant d’un rire faible parce que négliger de porter un commentaire sur cet événement serait un crime beaucoup trop terrible que même la maladie ne parviendrait à excuser.

-Tu veux m’aider?’’ Keith lui tendu la main. ’’Tien ma main, comme si j’tais ton frère et raconte-moi des conneries. Tu peux même pleurer.’’

Il se foutait de sa gueule? Bien sûr.
En même temps, Keith réalisait qu’avoir quelque chose sur lequel focuser permettait à son esprit de garder les pieds sur terre. Il craignait que s’il était laissé à lui seul, qu’il repartirait dans un monde illusoire dans lequel il parvenait difficilement à repérer la réalité.

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Propriétaire d'un petit bar dans downtown Kelowna.
▫ Occupation : Sbire de Seth et responsable du contrôle et de la surveillance des provisions.
▫ Statut civil : Célibataire. Elle a aimé passionnément et éperdument une fois, on ne l'y reprendra plus.
▫ Lieu de naissance : Kelowna



▫ Messages : 284
▫ Inscription : 23/10/2016
▫ Crédits : DΛNDELION (ava)
▫ Célébrité : Natalie Dormer



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   15.10.18 20:52

Une main contre son front, Vicky avait l’impression que sa fièvre ne cessait d’augmenter. Silencieusement, elle souhaitait que les médicaments qu’avaient apportés Esther sauraient faire leur effet. Elle détestait se sentir aussi vulnérable et peiner à se tenir debout face à tous ces gens. Si la blonde était mal en point, elle savait qu’elle était loin d’être celle dans le plus piteux état et elle s'accrochait à ce fait pour s’encourager et se faire croire qu’elle allait finir par aller mieux. De toute façon, peu importe son état, Victoria n’aurait aucun mal à faire en sorte que les directives données soient suivi et sa faiblesse ne l’empêcherait jamais d’aller prendre son arme et régler le problème !

Malgré sa vision légèrement flou, Vicky n’avait eu aucun mal à reconnaître la silhouette qui se rapprochait d’elle. Le suivant du regard alors qu’il prenait place à ses côtés.elle lui adressait un léger sourire. À première vue, Seth ne semblait pas trop mal en point et cette constatation la rassurait. S’il fallait qu’il soit durement atteint, elle ne voulait imaginer l’état dans lequel se retrouverait l’aéroport. Si elle avait secouer négativement la tête à deux reprises, son dernier mouvement lui fut un peu différent car elle indiquait approximativement là où elle avait vu Keith la dernière fois.

« Non pas de nouvelles d’eux. L’électricien par contre est à quelque part sur le sol en plus mauvais état que d’habitude. »

Encore heureux qu’il ne leur serait de toute façon pas vraiment utile par les temps qui court ! Quoi que bon… Elle avait beau détester le reconnaître, il valait mieux qu’il récupère au cas où ils finissaient pas avoir besoin de lui. Du coin de l’oeil, elle ne peut s’empêcher de suivre sa main qui vient se poser contre son épaule. Nul doute que si ça avait été n’importe qui d’autre que lui, une réplique acerbe l’aurait découragé de recommencer, mais même si elle tâchait de ne pas s’y attarder, la pression de sa main était réconfortante.

« Ça va aller. Tu t’en tire pas trop mal je crois ? »

Elle n’avait pas envie de s’attarder sur à quel point elle se sentait mal en point. Prolongeant son regard, Victoria hochait la tête pour confirmer qu’elle avait bien pris ce qu’Esther lui avait apporté. Elle n’était nullement surprise qu’il soit derrière cette distribution.

« Tu as une idée de comment on peut faire pour en avoir d’autre ? »

Le on excluait clairement la personne qui parlait, Vicky pourrait à peine faire quelques mètres à l’extérieur avant de s’effondrer. De savoir qu’un camion pharmaceutique était à leur porté la rassurait directement. Ils devaient à tout prix mettre la main dessus et si par le fait même leur infirmière faisait son grand retour, ce serait déjà beaucoup gagné.

« Espérons que ce soit le cas et qu’ils sont capable de le ramener jusqu’ici le plus rapidement possible. Si on peut trouver quelque chose pour limiter les dégâts ce serait déjà bien. »

Si elle s’attendait à ce qu’il se lève et parte, Victoria n’avait pas détourné son regard du sien. Elle ne saurait dire combien de secondes ils sont restés ainsi à se regarder en silence, mais le trouble qui l’habitait lui persista bien après qu’il se soit levé puis éloigné d’elle. C’est la voix d’Esther qui la tira de sa torpeur. La blonde levait un regard rempli d’incompréhension vers sa soeur et la fillette qu’elle tenait tout contre elle. Ce qui se passait ici ? Vicky ne répondait rien, attendant de comprendre de quoi elle pouvait bien parler. Elle ne se souvenait pas l’avoir vu aussi fâchée depuis ses dix-huit ans où elle était rentrée complètement bourrée de son anniversaire et avait quelque peu écrabouillé son devoir d’art plastique. Quand Esther alla au fond de sa pensée, Vicky resta un moment la bouche ouverte.

« Ça va maman. J’en dis qu’il faut vraiment que tu t’assoie…. La fièvre te donne des hallucinations. »

Vicky l’a regardait comme si elle était débarquée d’une autre planète avant de l'inviter à prendre place à côté d’elle. Elle était en train de s’imaginer quelque chose entre Seth & elle ? Et quand bien même, elle ne comprendrait même pas en quoi une telle chose lui vaudrait ce genre de comportement. Il était bien le seul homme dans cet apocalypse au bras duquel elle ne serait pas gênée de se promener, Esther restait clairement trop attachée à l’image d’elle et Abel. C’était comme si elle n’était pas consciente qu’Abel lui avait fait plus de mal que de bien, contrairement à Seth. D’un mouvement approximatif elle l’invitait à venir à côté d’elle.

« Il se passe rien avec personne, je sais pas si tu as remarqué, mais je suis pas du wife material. Et c’est pas le choix qui manque pour lui. »

Si Seth voulait quelque chose, elles étaient bien nombreuses les femmes n’attendant que ça. Victoria roulait des yeux, ajoutant une couche sur l’absurdité qu’elle donnait aux propos d’Esther. Au fond, elle avait encore en tête cet instant qu’ils venaient tous les deux de vivre… autant que cette fameuse expéditions où ils étaient restés un bon moment en toute simplicité assis sur la voiture… Préférant orienter la discussion vers autre chose, elle la questionna sur les médicaments qu’elle avait distribué plus tôt.

« T’as fait le tour ? »



_________________
I hurt myself today
to see if I still feel
I focus on the pain The only thing that's real
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos
▫ Ancien métier : PDG des entrerprises Cohle
▫ Occupation : Elle aide à la gestion des vivres et tient l’inventaire de l'armement du groupe
▫ Statut civil : Célibataire


▫ Messages : 430
▫ Inscription : 12/02/2017
▫ Crédits : PresleyCash
▫ Célébrité : Elisabeth Olsen



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Quarantine Zone   10.11.18 12:34

Quarantine zone
 Protectors

 



Esther était restée ainsi, sidérée, par la scène à laquelle elle venait d’assister. Sa sœur avait beau jouer les idiotes, elle n’était pas aveugle et elle n’avait pas rêvé non plus. Ce qu’elle avait surpris à l’instant, cette proximité entre ce monstre et elle, elle ne l’avait imaginé, c’était bien réel et c’était un cauchemar. Depuis quand est-ce que cela durait ? Comment avait-elle pu ne rien voir ?!!
Imaginer que sa sœur puisse un jour refaire sa vie, faisait indéniablement parti de ses espoirs les plus fous surtout compte tenu de la situation dans laquelle ils se trouvaient. En toute franchise, elle avait gardé le secret espoir qu’Abel et elle finissent par se retrouver et se pardonner. Elle savait qu’Abel s’était mal comporté avec sa sœur mais elle avait également conscience que c’était la douleur qui l’avait fait parler. L’annonce de la mort de leur fils l’avait anéanti et il avait éprouvé le besoin de passer sa colère et sa douleur sur quelqu’un, et la seule personne qu’il pouvait accabler à ce moment-là, c’était sa sœur, la mère de leur enfant. Rejeter la faute sur Victoria, qui se le reprochait déjà suffisamment, était injuste, il n’était pas le seul à souffrir, Vic aussi avait perdu un enfant, mais c’était la seule manière qu’il avait trouvé pour laisser éclater toute sa souffrance. La jeune femme connaissait suffisamment son beau-frère pour savoir qu’il avait dû regretter ses paroles malheureuses, prononcées sous le coup de la colère, et qu’il devait probablement culpabiliser de la manière odieuse dont il s’était comporté, mais le mal était fait. En prononçant ces mots si cruels, c’était un peu comme s’il l’avait tué une seconde fois… sa sœur n’avait alors plus jamais été la même. Victoria serait-elle capable de lui pardonner ? Elle l’espérait en tout cas, car malgré les reproches, malgré les épreuves, elle ne doutait pas des sentiments qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre. Ils s’aimaient, s’était indéniable, même si cela ne faisait pas toujours tout…
Victoria aurait pu finir par rencontrer un autre homme et oublier Abel. Esther aurait probablement éprouvé un petit pincement au cœur au début mais elle savait qu’elle aurait fini par apprécier, à son tour, l’entrée de ce nouvel homme dans la vie de sa sœur car après tout, seul comptait son bonheur n’est-ce pas ? Mais ça…. Seth ?!!! C’était absolument inimaginable, c’était comme condamner Andromède en l’enchaînant nue sur un rocher pour l’offrir au monstre marin Céto, sauf qu’ici le monstre sanguinaire avait une toute autre apparence que celui d’une baleine.

Depuis qu’elles avaient trouvé refuge au sein de cet aéroport, Esther avait été le témoin impuissant du changement de sa sœur. Elle s’était durcit, forgée une carapace dur comme de l’acier et de toute évidence impénétrable. Elle savait qu’Abel avait été involontairement à l’origine de cette transformation mais Seth avait indéniablement une très mauvaise influence sur elle. Jamais la Victoria d’autre fois n’aurait toléré les agissements d’un tel homme, pourtant, aujourd’hui Victoria non seulement parvenait à justifier des actes qu’Esther, elle, jugeait d’inqualifiables, mais pire que tout, elle y participait. On pourrait penser qu’elle n’avait d’autres choix pour subsister malheureusement il n’y avait pas que ça, car bien que ça lui coûtait de le dire, il était indéniable que Seth la fascinait. Elle refusait de l’admettre mais Esther devait bien admettre qu’elle n’avait jamais rencontré quelqu’un comme lui et qu’à quelque part, oui, cet homme avait quelque chose de fascinant, mais c’était avant tout dérangeant. Seth était un homme dangereux et voir sa sœur fricoter avec ce genre d’individu, le voir étendre sa mauvaise influence sur Victoria, posséder une sorte d’emprise malsaine sur elle, lui provoquait des sueurs froids et cette fois-ci, cela n’avait strictement rien à voir avec la fièvre qu’elle sentait grandir en elle.

- Je sais ce que j’ai vu, rétorqua-t-elle guère convaincu tout en prenant place aux côtés de son aînée. Mais à quoi tu joues ? Seth ? C’est parce que tu as revu Abel ? Tu cherches à te venger ? C’est pour ça que tu t’intéresses subitement à lui ?

Esther ne comprenait pas comment sa sœur pouvait éprouver un quelconque intérêt pour ce psychopathe, alors, elle essayait de chercher les raisons qui auraient pu pousser sa sœur à lui trouver un quelconque intérêt et à vrai dire, faire souffrir le père de son enfant en lui faisant croire qu’elle avait retrouvé le bonheur auprès d’un homme qui était aux antipodes de ce qu’était Abel, lui paraissait être la plus plausible des explications.
Etait-ce l’énervement qui agissait ainsi sur elle, mais Esther se sentie subitement complètement vidée de la moindre énergie. La petite Sélene dans ses bras, elle posa sa tête contre l’épaule de sa sœur, à la recherche d’un peu de chaleur et de réconfort puis elle se laissa porter en fermant les yeux. Elle avait la désagréable impression que tout s’était mis à tanguer autour d’elle, et cela lui soulevait le cœur. Elle avait beau avoir fermé les yeux, la sensation désagréable était toujours présente. Ne se laissant pas porter par le sommeil pour autant, elle hocha la tête en guise de réponse lorsque sa sœur lui demanda si elle avait fait sa distribution de médicament.

- Tu saignes, constata la fillette qu’elle tenait toujours dans ses bras.

Ouvrant les yeux et se détachant de Victoria, Esther se redressa légèrement et porta sa main à son visage. A sa grande surprise, elle s’était mise à saigner du nez, ce qui ne lui était plus arrivé depuis au moins une bonne décennie.

- Ce n’est rien ma chérie, répondit-elle avant de regarder autour d’elle avec horreur

Autour d’elle, tous les gens de l’aéroport venaient de se transformer en virulents avec leur visage blêmes et décomposés. Esther ne put se retenir et lâcha un hurlement de terreur en constatant que pas un seul n’avait survécu. Ils avançaient vers elles, titubant comme un millier d’ivrognes, avec leur visages blêmes et décomposés, en faisant claquer leurs mâchoires de concert, alors que ces milliers de paires d’yeux vides et ternes les fixaient avec cette étrange et inquiétante lueur dans leurs regards. Se retournant pour faire réagir sa sœur et lui signifier le danger elle posa son regard sur cette dernière et ne put s’empêcher d’hurler encore plus fort que précédemment. Des larmes de peur et de terreur remplirent ses beaux yeux bleus alors qu’elle réalisait avec effroi que sa sœur était devenue l’une des leurs. La repoussant avec force alors qu’elle cherchait à l’attraper, elle se sentit basculer en arrière en cherchant à lui échapper. Allongée sur le sol, en larmes, complètement paniquée, elle avait la sensation de vivre un véritable cauchemar ! Rampant sur le sol, elle essaya de se soustraire aux virulents qui essayèrent de l’attraper à coup de bottes et de griffes mais ils étaient beaucoup trop nombreux pour elle. Elle tendit sa main vers Fransisco qui semblait être le seul avec sa fille à ne pas être transformé. Il portait Sélène dans ses bras et la fixait froidement sans exprimer la moindre émotion si e n’était une profonde indifférence en restant sourd à son appel à l’aide. Immobile, il laissa la marée de virulents l’envelopper sans esquisser le moindre signe pour lui venir en aide
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Quarantine Zone   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quarantine Zone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: North Kelowna :: International Airport-
Sauter vers: