AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Welcome to the squad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Shining star

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Actrice et chouchou de la presse people.
▫ Occupation : En charge de la gestion des vivres officiellement, et du divertissement officieusement.
▫ Statut civil : Célibataire, le véritable amour n'ayant jamais fait papilloné le coeur de la belle.
▫ Lieu de naissance : Los Angeles.



▫ Messages : 294
▫ Inscription : 20/04/2018
▫ Crédits : Moi-même (ava)
▫ Célébrité : Jenna Dewan



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Welcome to the squad   24.08.18 10:11

Welcome to the squad
  Terry & Imane


Imane venait à peine de quitter le laboratoire de Jonathan que déjà, elle prenait la direction des chambres. Était-elle à ce point épuisé de ces heures où sa concentration avait été mise à haute contribution ? Pas vraiment, du moins pas autant que la personne qu’elle souhaitait aller libérer. Elle savait qu’Aïda était présentement avec Elijah et sauf si la petite fille avait décidé de plutôt passer du temps dans leur chambre, ce qui serait hautement surprenant vu comment elle ne voulait jamais se décrocher de lui. Arrivée au croisement de deux couloirs, Imane faisait un petit détour afin de pouvoir aller se chercher deux comprimés à l’infirmerie. La légère fièvre qu’elle commençait à ressentir était loin de lui plaire et elle préférait la casser avant qu’elle ne se développe d’avantage. Une fois ses deux comprimés avalés, elle n’avait pas tardé à aller retrouver sa fille adorée qui malgré sa déception de devoir déjà quitter l’homme de sa vie, s’était précipité dans ses bras pour la serrer. « Merci Elijah. À plus tard. » L’enfant toujours accrochée à son cou, Imane quittait les chambres en direction de la réserve où comptait aller chercher sa ration de nourriture. Prenant les quelques conserves et pâtes sèche auquel elle avait droit, Aïda eu même la chance de repartir avec un petit morceau de chocolat qui fit son plus grand bonheur. Posant sa fille par terre afin de pouvoir tout transporter, elles firent le chemin inverse afin de retrouver les dortoirs jusqu’à ce que les pas d’Imane ne s’immobilise après avoir remarqué une silhouette dans l’une des pièces protégée, mais non utilisée. Faisant quelques pas en arrière afin de pouvoir mieux voir, l’homme qui s’y trouvait lui faisait dos et pourtant elle l’avait directement reconnu. Poussant la porte, Imane avançait lentement, comme si elle s’attendait à ce qu’il disparaisse. Elle avait beau être certaine que c’était lui, elle avait du mal à croire qu’il se trouvait présentement parmi eux, même si c’était loin de lui déplaire…

« Il semblerait qu’à chaque fois que l’on se croise, tu as besoin de mon aide. »

Imane blague, c’est certain, et même la petite fille à ses côtés n’y croit pas un mot. Un sourire éclaire le visage d’Imane lorsque Terry se retourne vers elle. Ses yeux se posent alors sur la blessure à son dos qu’il semble avoir du mal à soigner.

Aïda - On a un nouvel ami ! Pourquoi tu le connais maman ?

« C’est lui qui t’as offert Ariel »

Les cheveux roux de la poupée de chiffon offerte qu’elle lui avait rapporté de cette première rencontre avec Terry avait rapidement hérité du nom d’une princesse de ces films qu’elle aimait tant avant que le monde ne change. Il n’en avait d’ailleurs pas fallu plus à la petite fille pour courir en direction de cet homme qui lui était pourtant inconnu afin de lui faire un bisou sur la joue. Si Imane n’avait pas cherché à l’empêcher, elle ne perdait pas de temps pour donner une autre occupation à la petite fille.

« Aïda chérie et si tu allais m’attendre chez nous ? Je ne serai pas longue, tu peux manger le chocolat en m’attendant. »

Loin de se faire prier, elle libérait l’homme et sautillait vers sa mère, attrapant l’une des cannes qu’elle portait afin d’aider davantage puis elle prenait le chemin de la chambre qui n’était plus très loin. Consciente que les élans d’affection de Aïda ne plaisaient pas à tout le monde, Imane demeurait où elle était un petit moment avant de se décider à avancer.

« Tu as besoin d’aide pour ton dos ? »

Elle devinait qu’il n’était pas ici depuis longtemps, sans quoi, elle l’aurait rapidement apprise. Si elle était étrangement heureuse de le savoir dans les parages, Imane sentait que ses commentaires sur ses tenues, comme cette robe légère blanche et fleuries, légèrement flottante qu’elle portait en cet instant, n’allaient sans doute pas se faire attendre et l’agacer rapidement. S'approchant de lui sans vraiment lui donner le temps de répondre positivement ou négativement, Imane venait se positionner derrière lui et jetait un coup d'oeil à ce qu'il avait avec lui pour le soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Militaire à la retraite
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Houston (Texas)



▫ Messages : 686
▫ Inscription : 24/11/2016
▫ Crédits : PresleyCash (avatar) / Feuilledecarotte (signature)
▫ Célébrité : Norman Reedus



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Welcome to the squad   25.08.18 12:44

Welcome to the squad
   Imane & Terry

   


Retrouver Leslie, saine et sauve, avait apaisé toutes ces angoisses et ses inquiétudes. Il avait beau être convaincu en son for intérieur que sa fille était toujours en vie et refuser d'imaginer le pire, ignorer ce qui était arrivé à ceux que l'on aimait était probablement le pire des tourments que l'on pouvait lui infliger. Il avait beau avoir poursuivit son chemin en évitant de se poser des questions auquel il n'avait de toute manière pour le moment aucune réponses, préférant de loin se concentrer sur les tâches qu'il effectuait quotidiennement comme la chasse ou en suivant ses traces et qui avait le mérite de lui vider la tête, lorsqu'il n'était plus à l'affût, et que son cerveau était au repos, il ne pouvait s'empêcher de s'interroger. Où était-elle ? Allait-elle bien ? Etait-elle encore loin de lui ? Etait-elle avec Nash ? Plus il suivait sa trace et plus ses doutes s'en voyait confirmé, elle était seule... Qu'est-ce que cela signifiait ? Qu'ils n'étaient pas parvenus à se retrouver ?  Terry ne pouvait imaginer le pire pour ceux qu'il avait appris à aimer
Toutes ces interrogations, tous ces doutes, tous ces moments d'incertitudes avaient été une véritable torture, mais aujourd'hui ce calvaire était enfin pris fin car il venait de retrouver la personne qui lui était la plus précieuse en ce bas monde, celle qui lui donnait un but, sa fille Leslie.

Dès leur séparation, la jeune femme avait du apprendre à se débrouiller et à survivre, ce qu'elle était brillamment parvenue à faire en se retrouvant seule. Elle avait fini par trouver refuge dans une communauté bien organisée et dont les habitants paraissaient à première vue bien mieux s'adapter à la vie qu'était devenu la leur que les gens de Highgate. De ce qu'il avait pu en voir, et ce malgré sa méfiance et sa réserve naturelle, ils étaient jeunes, des étudiants pour la plupart et ils avaient appris à s'adapter rapidement à leur nouvel environnement sans se raccrocher à leur passé. Un bonheur ne venant jamais seul, sa nièce rose faisait parti des survivants de cette communauté que Leslie apprenait elle-même à peine à découvrir.
Comptait-il s'établir ici ? Ce n'était pas tant pour lui qu'il y songeait mais pour Leslie. L'hôpital regorgeait d'avantages. En premier lieu, elle n'était plus obligée de rester dehors sur les routes, ici, elle disposait d'une chambre et d'un toit. Elle n'était plus obligée de se contenter de son vieux père, ici, elle pouvait réapprendre à vivre et à côtoyer d'autres personnes appartenant à sa génération pour la plupart dont sa cousine, à se socialiser à nouveau. Les gens qui vivaient ici, pour ce qu'il en avait vu semblait suffisamment débrouillards et terre à terre pour ne pas l'affaiblir ou la faire régresser. Sans oublier qu'il y avait tout ce qu'il fallait dans un hôpital pour soigner blessures et autre maladie . C'était d'ailleurs pour cette raison qu'il s'était retrouvé, ici, seul, dans cette ancienne salle ambulatoire, loin de sa fille qui n'avait pas besoin de voir ça. Il aurait pu lui en parler, lui demander de le seconder, il savait qu'elle l'aurait fait sans la moindre hésitation, mais ce n'était pas son rôle. C'était aux parents de veiller sur leurs enfants, pas l'inverse. Après avoir fouillé les tiroirs à la recherche de gaze, et autres pansements et désinfectant, il avait posé tout ce qu'il avait trouvé sur l'un de ces chariots métallique, puis après avoir posé son arbalète sur le fauteuil ambulatoire, il retira sa veste puis sa chemise qu'il posa juste à côté. Le Doc lui avait demandé de faire attention à ses pansements et à ne pas forcer sur ses blessures ces prochains temps afin que les points de sutures ne cèdent pas mais Terry n'avait pas eu le temps de s'en préoccuper depuis son départ de Highgate. A vrai dire, c'était même la première fois qu'il prenait le temps de changer ses pansements et nettoyer ses blessures. Comment il fallait s'y attendre, le coton blanc était désormais tâché de rouge, mais il n'y avait là rien d'inquiétant. S'il avait pu nettoyer la plaie qui se trouvait sur le coté sans problème c'était une autre histoire concernant la blessure qu'il avait au même niveau mais cette fois, située dans le dos. Alors qu'il regardait autour de lui pour tenter de trouver un miroir qui lui simplifierait un peu la vie, il se figea en réalisant qu'il y avait quelqu'un dans la pièce, mais dès que le son de sa voix se mit à résonner, Terry dû se retourner pour s'assurer qu'il n'avait pas rêvé. S'il y avait bien quelqu'un qu'il ne s'attendait pas à revoir, et encore moins ici, c'était bien elle. Face à lui, dans une élégante robe blanche à fleur d'été toute légère, se tenait Imane, qu'un sourire aux lèvres illuminait littéralement. Sa petite boutade l'avait visiblement beaucoup amusée et lui-même lui avait jeté un regard amusé tout en  soulevant légèrement les épaules dans un sourire moqueur. La jeune femme était chargée mais ce qui retint surtout son attention c'était la fillette qui se trouvait à ses côtés. Durant son périple, il n'avait croisé que peu d'enfants, les rares qui avait croisé sur sa route n'étaient pas aussi jeunes et étaient mort depuis longtemps. Ce qui l'interpella surtout c'était de constater que malgré les événements, la fillette ne paraissait pas le moins du monde traumatisée par tous les bouleversements qu'elle avait vécu, bien au contraire, elle était pleine de vie et agissait normalement avec la même innocence que n'importe quel autre enfant avant que tout ne parte en vrille. Son regard s'était alors levé sur la femme qu'il avait raillé mais qui, malgré ce qu'il avait pu dire, était parvenue à préserver sa fille de toute l'horreur de leur quotidien. Il n'y avait plus la moindre moquerie, ni la plus petite lueur de dédain dans le bleu de son regard, tout ce que l'on pouvait y lire à présent était un sincère respect pour ce qu'elle était parvenue à faire. Son regard se détacha de la jeune femme pour se reposer sur la fillette qui courut vers lui afin de lui faire un chaleureux câlin de remerciement pour cette petite poupée qu'il avait ramassé dans ce grenier abandonné, sans se douter une seule seconde du bonheur qu'il allait faire naitre chez l'enfant. Bien que surprit et touché par l’élan d’affection de la fillette, Terry s'était accroupit spontanément sans se faire prier en voyant les bras d'Aïda se tendre dans sa direction pour lui faire un câlin.

- De rien ma chérie, avait-il murmuré juste avant qu'elle ne file à nouveau rejoindre sa mère qui lui proposait de filer l'attendre dans leur chambre.

Heureuse de rendre service et de pouvoir manger son chocolat, la fillette avait quitté la pièce non sans lui avoir adressé un dernier au revoir en levant sa main auquel il répondit, avant de disparaître dans les couloirs. Terry lui s'était relevé lentement faisant face à Imane qui s'était rapprochée visiblement disposé à lui apporter son aide pour le soigner.
S'il avait pu choisir, Terry aurait largement préféré affronter une horde de virulent que de demander de l'aide mais elle l'avait vu et sa blessure était bien trop mal placée dans son dos pour qu'il puisse voir ce qu'il faisait. Retenant un soupir, la mâchoire contractée, il avait pris sur lui et en guise de réponse, s'était contenté de lui présenter son dos sur lequel était tatoué deux immenses démons.  
Se penchant légèrement vers l'avant pour lui donner un meilleur accès à sa blessure, il préféra toutefois la prévenir avant qu'elle ne commence.  

- J'te préviens c'est pas beau alors évite de tourner de l'oeil. J'ai juste besoin qu'tu changes le bandage,.. n'ai pas peur de tirer si ça colle.

Détournant la tête, les poings serrés, Terrence resta tranquille, ne manifestant aucun signe qui aurait pu trahir une souffrance quelconque. Sentir ses mains sur sa peau, s'affairant à le soigner avec précaution en des gestes doux et tendre avait quelque chose de troublant aussi entama-t-il la conversation.

- J’vois que t’as retenu la leçon,
fit-il remarqué non sans une certaine ironie en glissant un œil sur la jolie robe d’été qu’Imane portait.

A croire que la jeune femme n'avait rien retenue de sa petite expédition à l'extérieur, pourtant, cette fois-ci, la remarque avait été dite, non pas sur un ton de reproche mais plutôt sur un ton amusé. Elle était probablement la dernière femme au monde à porter encore des robes et à s'affréter aussi joliment, accordant de l'importance aux choses auxquels lui, n'en n'accordait aucune. Il n'y avait d'ailleurs qu'à les regarder pour constater qu'on ne faisait pas plus opposé qu'eux. Elle semblait tout droit sortie de la salle de bain, alors que lui ne semblait pas en avoir fréquenté depuis de longues semaines.  

- Content de voir qu'tu t'en es sortie, rajouta-t-il avec sincérité. Ta fille est adorable, ça d'vait pas être évident tous les jours mais tu t'en es bien sortie. Comment elle s'appelle ?

Une manière détournée d'admettre, sans avoir à le reconnaître ouvertement que sa façon de faire n'était peut-être pas aussi mauvaise qu'il l'avait jugé au départ.

- L'hôtel hein... fit-il en jetant sur elle un regard entendu. Ça fait longtemps qu't'es ici ?

Elle ne lui avait peut-être jamais explicitement dit qu'elle vivait là-bas, mais elle le lui avait fait croire. Lui en gardait-il rancune pour autant ? Absolument pas, bien au contraire, elle avait fait ce qu'elle croyait être juste pour le bien des siens, de sa fille et leur sécurité, qui pourrait le lui reprocher ? Certainement pas lui, après tout, elle ne le connaissait pas.

- Alors... comment ça se passe ici ? Qu'est-ce que tu fais quand t'es pas occupée à secourir les types qu'ont deux mains gauches ? Voulut-il savoir.

   
   
   

_________________
La vie est une succession de choix
Tu ne peux pas faire deux fois la même erreur, car la deuxième fois ce n'est pas une erreur, c'est un choix Code by Northern lights
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Shining star

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Actrice et chouchou de la presse people.
▫ Occupation : En charge de la gestion des vivres officiellement, et du divertissement officieusement.
▫ Statut civil : Célibataire, le véritable amour n'ayant jamais fait papilloné le coeur de la belle.
▫ Lieu de naissance : Los Angeles.



▫ Messages : 294
▫ Inscription : 20/04/2018
▫ Crédits : Moi-même (ava)
▫ Célébrité : Jenna Dewan



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Welcome to the squad   26.08.18 22:27

Welcome to the squad
  Terry & Imane


Franchissant les derniers mètres qui la séparait de lui, Imane avait remarqué pour la première fois le tatouage lorsque Terry s’était tourné à nouveau. Les deux démons étaient pourtant imposant et n’aurait pas dû passer inaperçus, mais c’était surtout sa blessure qui avait d’abord retenue son attention. Imane était consciente qu’elle n’était pas la meilleure personne pour le soigner, mais elle se doutait que s’il faisait ça aussi discrètement ici, c’était parce qu’il n’avait pas envie de se faire soigner par quelqu’un de plus professionel.

« Si je craignais de m’évanouir, je ne t’aurais pas offert mon aide. D’accord, mais dis moi si ça fait trop mal, je vais faire attention.  »

Ses mains s'aventurent d’abord prudemment contre le dos de l’homme, venant saisir délicatement le coin du bandage qui effectivement, ne semblait pas vouloir se décoller si facilement. Imane n’aimait pas particulièrement l’idée de l’arracher et ainsi risquer de déchirer cette blessure qui commençait à se refermer, mais comme il insistait et qu’elle se doutait qu’il allait le faire de lui même si elle ne s’en occupait pas maintenant, elle ne tenta pas de le convaincre d’aller sous l’eau chaude quelques instants. Tirant partiellement le bandage qui - comme elle l’avait deviné - se remit légèrement à saigner, Imane grimaça de peur de lui faire mal. Voyant que l’homme ne bronchait pas, elle décida de faire le reste d’un coup afin d’éviter de prolonger la souffrance. Reposant le bandage souillé, elle se dépêchait d’attraper un tissus avait lequel elle essuyait le sang qui coulait contre sa peau.

« Tu crois être  le premier à me faire des remarques sur mes vêtements ?  »

S’il n’y avait pas utilisé un ton légèrement plus doux que celui qu’elle avait plus d’une fois entendu, nul doute qu’elle l’aurait planté là et l’aurais laissé se soigner tout seul. Imane détestait qu’on lui fasse ce genre de remarque qu’elle se faisait un plaisir d’ignorer. Elle n’avait pas pris en compte l’avis de personne à ce sujet jusqu’ici et ce n’était certainement pas prêt de changer. C’était son petit plaisir à elle et Imane n’avait aucune culpabilité à en profiter. Si elle était demeurée silencieuse le temps de nettoyer la plaie jusqu’à ce que l'hémorragie diminue, l'agacement d’Imane était disparu quand il avait abordé un sujet sur lequel heureusement, ils s’accordaient.

« Merci… » Ce compliment alors que quelques temps plus tôt, il l’a jugeait pour ses choix était fortement apprécié. Elle sentait qu’elle retrouvait cette même parcelle de lui qui l’avait poussé à sauver pour elle, la fameuse poupée de chiffon. « Je fais de mon mieux. Ce n’est pas toujours rose… contrairement à ce que tu sembles croire, elle est consciente de ce qui se passe en dehors des murs et des gens l’aide à connaître quelques trucs pour survivre. Elle va bien d’en l’ensemble alors je suis heureuse. Elle s’appelle Aïda.  » Voyant que le sang avait majoritairement fini de couler, Imane venait attraper le nécessaire pour désinfecter la plaie. « Et toi ta fille ? Elle s'appelle comment ?  »

Ils n’en avaient jamais parlé en profondeur, parce qu’Imane n’avait pas osé poser de question. Elle avait tant perdu de proches et survivre était en soit une chance, elle savait qu’elle était choyée d’avoir en plus sa fille à ses côtés. Les chances que celles de Terrence ne soit plus de ce monde étaient trop grande pour qu’elle se risque à lui poser autant de questions qu’elle en aurait envie, mais au moins elle se disait que celle-ci était moins risquée à poser. Imane n’avait pu s’empêcher de rire légèrement, elle n’était pas particulièrement fière d’avoir menti, mais n’avait pas assez confiance en son jugement pour risquer d’amener qui que ce soit ici près des siens et surtout de sa fille.

« Je voulais vérifier quelque chose avant de rentrer…  » Elle aurait pu le prétendre, jouer la comédie et faire en sorte qu’il l’a croit, mais elle  n’en avait aucune envie. « Avec ces gens, depuis le début. À l’hôpital, c’est plus récent. On vivait à l’université avant. j’étais là car je donnais des conférences.. Toi tu es originaire de la région ? »

Pour l’avoir vu se débrouiller, elle était vraiment contente de le voir se joindre à eux. Après tout, elle était certaine qu’il allait s’avérer être d’une aide fortement utile.

« Je joue rarement à l’infirmière alors… tu es privilégié. Ici chacun aide de son mieux en fonction de ses forces et nous collaborons  tous dans la prise de décision. La majorité du temps, j’aide à la gestion des vivres et je fais aussi de mon mieux pour aider  un ami qui est un excellent scientifique. En gros, je fais ce que je peux pour rendre cette vie moins difficile et pour être utile.  »

Sa présence ne faisait pas l’unanimité, elle ne l’avait jamais faite, mais Imane parvenait de plus en plus à prendre sa place et à apporter quelque chose à la communauté. C’était à cet instant qu’elle réalisait d’ailleurs qu’elle pourrait aussi aider à l’infirmerie si on avait besoin, c’était la première fois qu’elle réalisait à quel point les blessures ne la dérangeait pas vraiment. Peut-être était-ce à force de voir de fausses blessures grandement réalistes qu’elle en était venue à avoir une certaine distance lorsqu’elle se retrouvait face à de vraies.

« J’ai presque terminée de la nettoyer, tu préfères la recouvrir du nouveau bandage tout de suite où la laisser respirer quelques instants de plus ? »

Imane avait un petit pincement au coeur en parlant ainsi comme sa mère l’avait toujours fait pour elle. Jolene détestait quand sa fille ne laissait pas ses plaies cicatriser le plus de temps possible sans bandage. Elle ne savait pas ce que préférait Terry.

« Tu es de passage ici ou tu aimerais t’établir parmi nous ?»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Militaire à la retraite
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Houston (Texas)



▫ Messages : 686
▫ Inscription : 24/11/2016
▫ Crédits : PresleyCash (avatar) / Feuilledecarotte (signature)
▫ Célébrité : Norman Reedus



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Welcome to the squad   06.09.18 4:19

Welcome to the squad
  Imane & Terry

 


Il avait acquiescé d'un signe de tête silencieux quand Imane lui avait assuré qu'elle n'était pas de celles qui s'effondraient face à la moindre goutte de sang, et s'en était remis à elle sans la moindre hésitation pour nettoyer sa plaie et changer son bandage. Ses gestes étaient précis et doux, comme si elle veillait à ne surtout pas lui faire plus de mal qu'il ne s'en était déjà fait. Le seul moment d'hésitation qu'il avait pu sentir au travers de ses gestes, fut cet instant où elle  avait commencé à lui arracher son pansement. Comme si elle avait compris que si elle hésitait trop, il s'en chargerait lui-même, elle finit par le lui retirer en tirant dessus d’un coup sec, et s'il n'avait pas tressaillit durant cette opération, il avait toutefois serré les poings un peu plus fermement lorsqu'elle le lui arracha. Se précipitant sur un tissu, elle essuya sa blessure ce qui l'incita à jeter un oeil par-dessus de son épaule pour voir si ça saignait beaucoup, mais ne parvenant pas à voir quoique ce soit, il renonça et se contenta de répondre à la jeune femme qui, silencieuse et concentrée sur son ouvrage, semblait avoir mal pris sa réflexion sur sa robe

- C'est pas l'genre de question que j'me pose mais de toute évidence non.

Et s'en était heureux, il les aurait tous pris pour des fous si tout le monde avait trouvé ça normal, mais de toute évidence Imane était assez bornée dans son genre pour ne pas se laisser influencer par l'opinion majoritaire, et si en un sens ça forçait le respect, il n'arrivait pas à comprendre que  l'expérience de la dernière fois, ne lui avait pas servi de leçon. A ses yeux, cette obstination aveugle frôlait la stupidité et ses coquetteries devaient en agacer plus d'un et ne pas favoriser son intégration. Etait-ce la raison pour laquelle à chaque fois qu'il l'a croisait elle était seule ?
S'il désapprouvait toujours autant ses choix vestimentaires, non pas parce qu'ils ne lui convenaient pas mais parce qu'ils n'étaient absolument pas pratiques et que de ce fait, ils la mettaient en danger plus qu’autre chose, il devait reconnaître un peu malgré lui, qu'il s'était trompé au sujet de sa fille. Pourtant, elle lui avait dit lors de leur première rencontre que la petite fille n'avait rien demandé, qu'elle était la seule à blâmer à vouloir un tant soit peu améliorer le quotidien de sa fille en lui faisant plaisir. Aujourd'hui, il avait pu faire sa connaissance et ça lui avait fait réaliser qu'il n'était pas différent d'Imane. Leslie était loin d'obtenir tout ce qu'elle voulait avec lui, elle n'avait pas forcément eut toutes les poupées ou tous les habits qui la faisait rêver mais elle comprenait, et ce n'était pas pour autant qu'elle n'était pas heureuse et qu'il ne lui faisait pas plaisir en compensant soit par des moments de complicités et d’aventures qu'ils partageaient uniquement tous les deux, soit par autre chose. Tout comme Imane, et comme tout parent qui se respecte à vrai dire, Terry voulait que sa fille  soit en sécurité, en bonne santé, et heureuse. Il n'y avait rien de comparable au sourire de votre enfant, illuminant son visage, lorsque vous leur faisiez un jour une surprise, sans raison particulière, au moment où il s'y attendait le moins. Et ce merveilleux sourire, il l'avait retrouvé lorsque Leslie avait surgit de son buisson avant de se jeter dans ses bras au moment de leurs retrouvailles. Quelque soit leur âge, ce n'était pas parce que c'était la fin du monde que l'on devait oublier de vivre ou de préserver un minimum leur enfance à plus forte raison lorsqu'il s'agissait d'une petite fille aussi jeune que pouvait l'être Aïda

Les objets avaient désormais bien plus de valeur aujourd'hui  que par le passé, car ils étaient beaucoup plus rares et par conséquent plus exceptionnels et forcément plus précieux, ce que semblait avoir parfaitement compris Aïda, malgré son âge. Les trésors pouvaient désormais prendre différentes formes, pour les uns, il s'agissait d'une petite poupée de chiffon, pour les autres, de simples crayons de couleurs...  
Aïda paraissait d'ailleurs étonnement équilibrée et pleine de vie au vu des circonstances. Des enfants, dans ce nouveau monde rempli de mort-vivants, il en avait rencontré très peu, mais les rares qui avaient croisé sa route se cachaient derrière l'adulte qui le accompagnaient, tremblaient de terreur ou pleuraient. Contrairement à eux, Aïda ne paraissait pas traumatisée par tout ce qu'elle avait pu voir, car il ne doutait pas qu'elle avait forcément vu des choses dont son jeune âge aurait pourtant dû la préserver. Malgré tout, la petite fille n'était pas sauvage, et bien qu'il soupçonnait que cette spontanéité était dans sa nature, la vie communautaire avait également dû y être pour beaucoup.

- Leslie, elle s'appelle Leslie... si tu veux lui faire plaisir ce n'est pas une poupée qu'il faut lui offrir mais une boite de coloriage, plaisanta-t-il avant de reprendre son sérieux avec une certaine fierté comme toujours lorsqu'il parlait de sa fille. Je ne sais pas de qui elle tient ça pas de moi en tout cas, je suis sur que même Aïda dessine mieux que moi, mais Leslie, elle, elle est vraiment très douée avec un crayon en main

Son rire qui s'élevait dans la pièce, léger et cristallin, l'avait incité à tourner son visage par-dessus de son épaule pour la regarder et sourire à son tour. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait entendu quelqu'un rire de la sorte et si ça le prenait un peu au dépourvu, il fallait reconnaître c'était agréable. Il l'écouta lui expliquer qu'elle était avec toutes ces personnes depuis le départ et qu'avant d'investir l'hôpital, ils avaient vécu durant un temps à l'université. Un petit rire s'échappa à son tour de ses lèvres lorsqu'elle lui demanda s'il était originaire du coin.

- Pas du tout non. Je suis originaire de Houston, mais Kelowna détient probablement le record du lieu où je me suis établit le plus durablement quelque part. Ça doit faire 5 ans qu'on est dans le coin. Et toi ? T'es originaire d'où ?

Peut-être bien que sa question pouvait paraître idiote étant donné qu'elle s'adressait à une personnalité publique mais il s'en fichait. Aussi improbable que cela pourrait paraître, il ne savait rien d'elle et ça l'intéressait sans quoi, il n'aurait jamais posé la question.

- Pourquoi tu fais ça ? Lui demanda-t-il finalement

Elle venait de lui avouer qu'elle n'avait pas pour habitude de soigner les autres, que c'était même une première, pourtant, elle n'avait pas hésité une seule seconde à lui apporter son aide. Une aide des plus efficaces à croire qu'elle n'était pas à son premier essai, et pourtant... Autre point appréciable, elle ne lui avait posé aucune question, à aucun moment elle n'avait cherché à savoir ce qui lui était arrivé et il appréciait sa réserve et sa discrétion à ce sujet

- Merci

Se contenta-t-il de lui répondre. Merci un simple mot pour résumer tout un tas d'actions, de comportement qu'elle avait eu à son encontre. Merci pour sa patience, ses soins, sa discrétion, sa patience... Aider les autres semblait être une seconde nature chez la jolie brunette à en juger par la liste de ses tâches au sein de la communauté mais ce qui l'interpella peut-être davantage c'était ce qu'elle pouvait bien faire pour aider cet ami scientifique

- Tu l'aides à faire quoi au juste ? Vas-y, termines. J'ai pas envie que ma fille voit ça, lui répondit-il accompagné d'un signe de tête.

Bien que Leslie, qui souffrait d'une forte fièvre, était partie se reposer, elle pouvait se réveiller et débarquer à tout moment, hors il n'était pas question qu'elle voit ça. Non pas qu'il ne la jugeait pas assez forte pour entendre certaines vérités mais c'était inutile qu'elle s'inquiète pour ça, elle devait se concentrer sur elle, et uniquement sur elle. Terry l'avait fait boire pour l'hydrater et l'avait veillé le temps qu'elle s'endorme. Sa fièvre semblant baisser, il mit cette réaction sur le compte d'une fatigue nerveuse provoquée par l'angoisse de leur séparation et qui retombait à présent qu'ils étaient enfin réunis. Il ne comptait pas s'affoler pour si peu mais il avait l'intention de garder un oeil vigilent sur ses symptômes jusqu'à la disparition totale de ces derniers.  

- Notre campement a été attaqué par une horde de virulent et on a été séparé. C'est elle qui m'a permis de la retrouver et qui a trouvé votre communauté. Elle s'est débrouillée pour survivre et s'en sortir, je pourrais pas être plus fier d'elle

Sans son aide, il ne serait surement pas ici en ce moment. Bien sur, il aurait continué à remonter sa piste, mais cela se serait révélé beaucoup plus complexes et avec les nombreux jours qui s'étaient écoulés depuis leur séparation, il n'était pas certain qu'il serait parvenu à remonter sa piste. Sentant ses mains se retirer de son corps, Terrence se retourna et ses yeux rencontrèrent les siens une fois encore. C'est Imane qui brisa le silence qui régnait en lui demandant s'il comptait rester

- J'ai encore rien décidé mais, pour Leslie j’pense que c’est ce qu’il y a de mieux… répondit-il en attrapant sa chemise noir pour l'enfiler, enfin je crois. Ici elle a un toit au-dessus de la tête, elle pourrait fréquenter d'autres personnes dont des jeunes de son âges comme sa cousine alors… on va voir comment ça se passe. Et puis, si j'étais pas là qui se chargerait de te chaperonner et de critiquer tes choix vestimentaires ? Plaisanta-t-il un sourire goguenard aux lèvres et le regard rieur. T'es repartie en expédition depuis la dernière fois ?

Tapotant légèrement de ses doigts le comptoir carrelagé contre lequel il avait pris appui le temps qu'elle s'occupe de sa blessure, il écouta sa réponse avant de reprendre

- J’veux pas te retenir plus, elle t’attend, fit-il en désignant le couloir d’un signe de tête. Dis-moi juste… Qu’est-ce qui s’est passé à l’université ? Pourquoi avez-vous du en partir ?

De son point de vu, ils étaient beaucoup mieux installés ici. L’hôpital était peut-être moins vaste que l’université et donc plus facile à gérer mais il n’en restait pas moins que c’était un grand bâtiment qui réunissait tout ce dont ils pouvaient avoir besoin : une cantine, des salles de réunions, suffisamment de chambre pour que chacun puisse avoir la sienne, une chapelle pour ceux qui croyaient encore que Dieu ne les avait pas abandonné mais surtout, ils avaient accès aux médicaments et à tout un équipement médicale et ça, par les temps qui courraient, c’était un plus non négligeable. Il ne savait pas encore comment s’organisait la communauté dans cet immense bâtiments, si certains étages étaient réservés pour les dortoirs, d’autres pour les provisions, ni s’il y avait même une jardinière sur le toit…. Mais il comptait bien explorer tout cela le temps que Leslie se repose

- Est-ce que tout le bâtiment est sécuritaire où est-ce qu’il reste encore des zones à nettoyer ?




 
 
 

_________________
La vie est une succession de choix
Tu ne peux pas faire deux fois la même erreur, car la deuxième fois ce n'est pas une erreur, c'est un choix Code by Northern lights
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Welcome to the squad   

Revenir en haut Aller en bas
 
Welcome to the squad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the falcon squad
» Suicide Squad
» vs Gangsta Squad
» NHL 09 roster update PC
» Space Marines à vendre (pleins d'affaires)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: