AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Teach me how to survive ღ Tristan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

avatar
Pnj



Messages : 118
Date d'inscription : 19/08/2016
Crédits : p&c
Célébrité : Himself




MessageSujet: Re: Teach me how to survive ღ Tristan   14.03.17 18:32

Le membre 'Tristan L. Masen' a effectué l'action suivante : Les dés


'Totems' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://what-lies-ahead.frbb.net

avatar
North Hospital - Staff





Ancien métier : Propriétaire d'un bar
Occupation : Elle donne un coup de main à ceux qu'elle supporte.
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ici-même à Fort Lairge
Messages : 88
Date d'inscription : 23/10/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Natalie Dormer




MessageSujet: Re: Teach me how to survive ღ Tristan   23.03.17 17:43

Teach me how to survive
Tristan & Vicky


Le rythme cardiaque de Victoria ne faisait que s'accélérer alors qu'elle regardait impuissant la tombée de la nuit qui les menaçait. Elle avait peur, elle était tout simplement terrorisée et pendant un instant elle crut que ses pieds ne quitteraient jamais le sol de la maison, comme s'ils étaient enfoncé dans le bitume. Voir Tristan annoncé qu'il n'y avait pas d'autres solutions tout en s'éloignant dangereusement d'elle suffit à lui donner le choc nécessaire pour qu'elle se mette en marche car s'il y avait une chose qu'elle désirait moins que de se retrouver face à une de ses créatures, c'était de se retrouver seule face à une de ses créature. Lui emboitant finalement le pas, elle refermait la porte en tenant difficilement la poignée entre ses tremblantes. Courant en direction de la voiture, elles ne perdait pas une seule seconde avant de commencer à repousser les branches et à sauter dans cette dernière non pas sans jeter un regard autour d'elle. La pluie était de plus en plus intense ce qui n'aidait en rien leur visibilité et leur confort car dans cette saison, il n'y avait aucun doute que cette dernière était encore plus insupportable que la neige. Le corps tremblant, elle fixait la route et le ciel où la clartés du soleil était de moins en moins perceptible. Victoria savait que le chemin jusqu'à l'hôpital était encore long et elle doutait ne pas pouvoir se rendre. Retenant la crise d'angoisse qui s'emparait d'elle de plus en plus, elle laissa échapper une légère exclamation de surprise en remarquant cet ombre, puis en sentant l'auto perdre le contrôle. Les mains harponnées contre les appuies bras comme si cela pouvait aider à quoi que ce soit, elle put respirer uniquement lors-qu’enfin la voiture s'immobilisa. L'esprit embrouillé par tout ce qui arrivait, elle hochait la tête en l'entendant vaguement lui demander si elle allait bien. En réalité, elle n'allait pas bien, mais elle n'était pas blessée et c'était ça l'important.

« Peu importe... partons sinon ce sera pire.  »

Tristan n'attendit toutefois pas qu'elle termine sa phrase puisqu'il semblait partager le même besoin qu'elle. Se tournant vers lui alors qu'il tentait de démarrer la voiture, le bruit que fit cette dernière et les tentatives infructueuse de la sortir de ce dans quoi ils l'avaient enfoncés lui firent rapidement comprendre qu'ils étaient coincés ici. Hochant la tête car malgré sa peur d'être confrontée à l'une d'entre elle à nouveau, elle était capable de suivre ses indications, elle vint prendre place sur le siège conducteur et attendait de l'entendre lui ordonner de peser sur l'accelerateur. Elle avait pourtant beau le faire dès qu'il lui donnait son feu vert, rien ne se passaient et la voiture ne semblait pas décider à avancer. Délaissant la pédale au moment où Tristan jurait, Victoria venait poser sa tête contre son front, ils pouvaient croiser l'une de ces créatures d'un instant à l'autre, il était hors de question qu'ils prennent une longue marche de santé jusqu'au village. Se forçant à reprendre ses esprits, elle se dépêchait de sortir de la voiture et courait en direction de la foret dans laquelle ils s'engouffrèrent. Le chalet n'était pas si loin et à cette vitesse ils l'auraient rejoint dans une dizaine de minute, mais ils n'avaient pas autant de temps avant que les derniers rayons du soleil ne disparaissent complètement. Le souffle court, Vicky était ravie d'avoir une endurance respectable lui permettant de ne pas trop le retarder. Elle avait du mal à parler, à dire vrai elle avait répondu à Tristan que lorsqu'elle n'avait pas eu d'autre choix. Le chalet devaient être à une ou deux minutes seulement et pour l'instant il n'y avait rien à signaler... rien jusqu'à cette voix.

« Vickyyyy... »

Sous le choc, la force de ses jambes lâchaient soudainement et interdite, elle se mettait à guetter dans la direction que provenait la voix.

« C'est Sophie... SOPHIE. »

Soufflait-elle à demi-mot avant de crier et de se relever difficilement pour courir dans la direction de la voix de son amie. Elle ne pouvait pas être vivante... pourtant c'était bien elle, elle ne pouvait partir sans avoir vérifier. Courant quelques mètres, elle s'immobilisait en voyant l'imposante créature qu'elle connaissait un peu trop bien se dresser devant elle, lâchant un cri strident à glacer le sang. La jeune femme se mit alors à courir en sens inverse, mais le monstre était plus rapide et quelques secondes à peine plus tard elle sentait ses longues griffes lui érafler le dos, emportant avec lui une partie de sa chair et créant une blessure des plus vives. Il l'avait rejoint, elle pensait mourir lorsqu'un coup de feu retentit venant le ralentir, et que des bras vinrent l'entourer, l'entrainant dans un faussé où ils pourraient se cacher le temps qu'il oubli leur présence et leur laisser assez de marge pour regarder le chalet. Le dos horriblement douloureux, elle se calait contre Tyler et retenait sa respiration, ne souhaitant émettre aucun bruit et s'assurer qu'elle ne ferait aucun mouvement provoquant un bruissement de feuille morte qui viendrait attirer son attention.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital





Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Protection, Ravitaillement, formateur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Houston (Texas)
Messages : 106
Date d'inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Norman Reedus




MessageSujet: Re: Teach me how to survive ღ Tristan   31.03.17 16:46


 
Victoria & Tristan
With this heart i have the power to blame youre eyes, I sing till the day wakes up a bright shine at the heavens sky, my heart burns. They come to you at night, deamons, ghosts and black elves. They crawl up from the cellar rows and will take a lok under your bed. They come to you at night, like ghosts.



  La pluie tombait à drue obstruant leur vue, alors que leurs pieds s'enfonçaient dans la terre boueuses, alourdissant leur pas tout en rendant également le terrain beaucoup plus glissant qu'il ne l'était en réalité. Malgré tout, malgré le fait que les éléments étaient manifestement déchainés contre eux, ils courraient sans fléchir, la peur au ventre. Le soleil avait complétement disparu quand au chalet il n'était plus qu'à quelques mètres devant eux à présent. Bon dieu s'il avait su que c'était pour en arriver là, ils ne l'auraient jamais quitté. La mâchoire crispée, il courrait à perdre haleine, tout en se maudissant d'avoir agit aussi égoïstement. Il avait délibérément ignoré l'inquiétude pourtant évidente de Victoria tout ça parce qu'il était absolument convaincu qu'ils pourraient regagner l'hôpital dans les temps. C'était jouable malheureusement c'était sans compter cette maudite pluie qui lui avait fait perdre le contrôle de la voiture. S'il détestait la simple idée d'avoir mis la vie de Victoria en danger, il n'aimait guère plus la perspective de savoir Hayley seule. Il savait qu'elle allait s'inquiéter en ne les voyant pas rentrer. Tout ce qu'il espérait c'était que quelqu'un veillerait sur elle et l'empêcherait de faire une bêtise et Victoria étant actuellement avec lui, il comptait sur  Esther mais surtout sur Kyle. Les deux adolescents s'étaient irrémédiablement rapprochés puisqu'ils avaient approximativement le même âge, mais force était de constater que Kyle avait une bonne influence sur elle d'autant plus que c'était quelqu'un de bonne volonté. Pour le moment, il ne devait pas penser à sa fille, Hayley était en sécurité ce qui était loin d'être le cas de Victoria. Jetant un rapide regard par-dessus de son épaule, il pu constater que la jeune femme tenait la distance malgré la pluie. Elle avait été relativement choqué par l'accident, sa fébrilité ne lui avait pas échappé et après les révélations qu'elle lui avait fait, il en comprenait aisément les raison. Néanmoins, contrairement à ce qu'il avait craint pendant un instant, elle ne s'était pas écroulée et avait été capable de puiser dans ses ressources pour courir aussi vite que ses jambes le lui permettaient. Plus que quelques mètres et ils seraient à l'abri du moins, bien plus à l'abri qu'ils ne l'étaient actuellement....

Alors qu'ils avaient pratiquement atteint leur objectif la voix de Victoria l'interpella. La pluie qui tombait a drue l'empêchait d'entendre distinctement ce qu'elle lui disait. Se retournant dans sa direction, il la découvrit à genoux sur le sol. S'imaginant qu'elle s'était fait mal en tombant, il revenir aussitôt sur ses pas sans perdre un instnat pour lui venir en aide, mais l'air hagard et inquiet qui marquait son beau visage en cet instant l'inquiéta davantage que de la voir assise par terre. Une inquiétude qui alla crescendo en réalisant qu'elle mentionnait son amie défunte


- Quoi ? Sophie ? Mais je croyais qu'elle était morte ?


Effectivement à présent qu'il faisait plus attention, il pouvait entendre résonner une voix féminine qu'il ne connaissait pas mais qui, gémissante, appelait Victoria. Une Victoria émotionnellement perturbée qui se releva d'un bond pour foncer sans réfléchir en direction des voix qui se trouvaient dans la direction opposée à celle qui devait les conduire en sécurité dans le chalet de cette dernière

- Cohle !!! Hurla-t-il

Mais en vain. Sourde à ses appels, la jolie blonde rebroussa chemin, et couru à toutes jambes en direction de la forêt. Lâchant un juron, Tristan se délesta du sac d'armes et de munition qu'il portait sur le dos avant de foncer à sa suite, son arme en main, prêt à faire feu en cas de besoin.
Une silhouette inquiétante jaillit soudainement des fourrés faisant hurler de peur et de terreur Victoria qui fit aussitôt volte-face pour s'éloigner le plus vite possible du prédateur, mais la jeune femme ne pu échapper à la rapidité de la créature qui fut rapidement sur elle. Le hurlement de douleur qui se mit alors à résonner dans la forêt lui glaça bien plus le sang que l'horrible feulement du monstre. Instinctivement, Tristan tira un coup de feu, visant la créature à la tête au niveau des deux yeux. Cette dernière fut projetée en arrière sous le coup de l'impact. Tristan la vit à peine tomber en arrière et à vrai dire il n'y porta aucune attention. Il savait que ce n'était pas ça qui arrêterait le monstre et seule Vicky et sa blessure monopolisait toute son attention. Passant ses bras autour de la jeune femme, il se laissa tomber dans un petit fossé de terre remplit de feuilles mortes. Sa main pouvait sentir sa blessure dont le sang qui s'en échappait était bien vite emporté par la pluie battante qui les fouettait sans pitié de ses petites aiguilles glaciales lorsque la même voix que précédemment se mit à retentir. Mais à sa plus grande stupeur, la silhouette qui se dressait debout devant eux sans les voir n'avait rien d'humain. Plaquant sa main gauche sur la bouche de Victoria, il se teint prêt à tirer une seconde fois si cela s'avérait nécessaire. Mais la créature ne les vit pas, elle les cherchait à n'en pas douter, sans avoir un seul instant conscience de leur présence. A l'aveugle, elle continua d'errer au hasard en appelant Victoria par son surnom.
C'était quoi ça ? Qu'est-ce que cela signifiait ? Est-ce qu'une fois morte Sophie se serait transformée en l'un de ces monstres ? A cause de sa blessure ? Ou est-ce que... Non c'était trop fou mais guère plus que la situation elle-même. Se pouvait-il qu'il s'agisse d'un piège ? Le Wendigo lui aurait tendu un piège ? La situation était critique, en temps normal, attendre sans bouger que la créature s'éloigne aurait pu être une option mais blessée comme elle l'était sans soins et sous la pluie, l'état de Victoria pourrait vite devenir critique.

Retirant sa main qui bâillonnait sa bouche, il passa son bras protecteur autour de son dos et patienta. Les minutes qui s'écoulaient lui semblèrent être des heures intermianble. Lentement, et délicatement pour ne pas faire souffrir davantage Victoria, il se redressa légèrement alors que la voix trainante qui appelait Vicky s'éloignait pour se perdre au loin. S'accroupissant, il souleva Victoria sur son épaule. Il avait beau être rompue à porter quelqu'un en cas d'urgence, piquer un sprint à toute vitesse
avec une femme blessée sur son dos n'en restait pas moins une épreuve surtout quand on se savait poursuivit par un monstre dont la vitesse de déplacement dépassait l'entendement. Comme si la chance avait enfin décidé d'être de leur côtés, Tristan parvint à regagner le chalet. Avec précaution, il déchargea son précieux colis à coté de lui et tout en jetant des regards anxieux sur les environs, il commença à lui faire les poches pour trouver ces fichus clés. Après avoir déverrouillé la porte du chalet, il la chargea à nouveau à sur son épaule avant de bien verrouiller à nouveau derrière lui, puis  à l'aveugle, il se dirigea dans le noir jusqu'aux escaliers qui menaient aux sous-sols. Là-bas, ils seraient à l'abri.
Dès que la porte de la pièce secrète du père de Sophie s'ouvrit, il s'y engouffra et la referma derrière lui. Ici, ils ne risquaient plus rien. Cherchant à tâtons l'interrupteur, il fini par le trouver et d'un geste brusque balança sur le sol les quelques affaires qu'ils avaient laissé sur la table avant de partir pour allonger Victoria sur le ventre. La jeune femme était pâle comme un linge.


- Restes avec moi !
Lui ordonna-t-il. Il y a surement une trousse de secours dans ce chalet, je reviens tout de suite d'accord. Tu ne crains rien ici, ça va aller.

Trop inquiet pour prêter attention aux moindres protestations qu'elle aurait pu émettre, il se glissa hors de la pièce qu'il referma avec précaution derrière lui et s'aventura dans la pénombre. Très vite ses yeux s'habituèrent à l'obscurité, armé de son couteau, il s'avança dans le salon éclairé par les reflets pâles de la lune. En d'autres circonstances il aurait probablement apprécié la vue qu'offrait cette foutue baie vitré mais à l'heure actuelle, elle lui faisait plutôt penser à un gigantesque piège à rat. Longeant les murs avec prudence, il parvint à atteindre la salle de bain. Se jetant sur l'armoire à pharmacie, il balança dans un panier à linge tout ce qui lui paraissait nécessaire ainsi que des serviettes de bain et un jogging qui trainait là, puis une fois s'être assuré qu'il avait tout ce dont il avait besoin, il refit le chemin en sens inverse.
Les battements de son coeur s'accélérèrent en reconnaissant l'ombre de la silhouette si caractéristique du Wendigo envahir tout le sol du salon. Glissant son regard vers la baie vitré, il aperçu le monstre scruter l'intérieur du salon tout en continuant d'appeler Victoria de sa voix de velours. Visiblement pas décidé à bouger, la créature continuait d'observer avec attention ce qui se passait à l'intérieur du chalet, immobile, mettant par là-même, la patience de Tristan à rude épreuve. Les escaliers n'étaient qu'à quelques mètres de lui, s'était jouable bien que risqué, mais il ne pouvait pas rester là à attendre que la créature daigne enfin s'en ailler pendant que Victoria se vidait de son sang dans le sous-sol. Inspirant profondément, sa main attrapa le premier bibelot qui se trouvait à proximité de lui et qui s'avérait être un presse papier en verre. D'un geste rapide, l'objet fut lancé à l'autre bout de la pièce avant de s'écraser en mille morceaux contre le mur d'en face, attirant par là-même l'attention de la créature qui ouvrit son immense gueule menaçante et édenté pour siffler et foncer sur la baie vitré qui se brisa en mille petites étoiles aussi étincelantes que tranchantes sur le parquet du salon.  Profitant de l'inadvertance du Wendigo, Tristan quitta l'ombre de sa cachette pour se précipiter vers les escaliers qu'il emprunta en les dévalant. Réactif, la créature ne tarda pas à se retrouver sur ses talons. Son long bras décharné bloqua la porte que Tristan repoussait de toute ses forces de l'autre coté. S'appuyant de tout son poids contre cette dernière, il glissa sa main dans la poche de son pantalon pour en sortir son zippo. Dès l'instant ou la flamme se mit à lécher la main du monstre, ce dernier relâcha la porte et se reculant en hurlant un cri strident. Tristan profita de ce moment de relâchement pour fermer et verrouiller définitivement la porte derrière lui. Dos contre celle-ci, il sentit les poings de la créature venir inutilement frapper contre cette dernière. Reprenant son souffle, il poussa le fauteuil contre la porte et rejoignit Victoria


- Hey, je suis revenu avec ce qu'il faut pour te soigner,
murmura-t-il pour s'assurer qu'elle n'avait pas perdu connaissance, alors que ses doigts caressaient son longue chevelure blonde.

Avec prévenance, il lui retira ce qu'il restait de son haut, puis, il entreprit de nettoyer ses blessures. Les gouttes de pluie glaciale qui tombaient de ses cheveux et de son visage, l'obligèrent à s'interrompre le temps de s'essuyer vite fait le visage à l'aide de l'une des serviettes qu'il avait apporté avant de revenir vers elle, une bouteille de Rhum en main.


- Toi qui voulait te garder une bouteille pour toi toute seule... te voici exaucé.
Doucement il porta le breuvage alcoolisé jusqu'à ses lèvres

L'alcool l'aiderait à se détendre et à mieux supporter la douleur faisant office d'anesthésie maison à défaut d'une vraie. Les soins auraient indéniablement été meilleur à l'hôpital malheureusement il se situait à des kilomètres de là où ils se trouvaient actuellement. Reprenant les premiers soins, ses mains nettoyèrent le dos meurtris dont le rouge vermeille de son sang tranchait violemment avec la blancheur de sa peau. Après avoir nettoyé et pansé ses plaies, Tristan entreprit de la déshabiller complétement. Porter des vêtements mouillés ne serviraient qu'à faire baisser sa température corporel, ce qui compte tenu des circonstances pouvait s'avérer fatale. Par pudeur et surtout par respect, il évita tant que ce pouvait de poser son regard sur les courbes attrayantes de Victoria et l'aida à se sécher puis à enfiler le jogging qu'il avait descendu. Puis, afin de la réchauffer il la recouvrit d'une couverture qui se trouvait sur le fauteuil.

- Je suis désolé, c'est moi qui ait absolument voulu rentrer,
s'excusa-t-il rongé de culpabilité.

Ils auraient du rester ici, s'ils l'avaient fait, rien de tout cela ne serait arrivé. A présent qu'il s'était occupé de Victoria et que la jeune femme se reposait, il entreprit de s'occuper un peu de lui. Tremblant de froid, il se sécha autant qu'il le pu avec les serviettes déjà usagés, puis après avoir été saisit d'une quinte de toux qui le rappela à l'ordre, il s'empressa d'avaler ses médicaments. Prenant place sur le fauteuil, il veilla toute la nuit sur Victoria tout en réfléchissant au moyen de se débarrasser du Wendigo si ce dernier persistait à être encore là demain matin lorsqu'ils tenteraient de sortir de ce piège...



 
Bloody Storm
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital - Staff





Ancien métier : Propriétaire d'un bar
Occupation : Elle donne un coup de main à ceux qu'elle supporte.
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Ici-même à Fort Lairge
Messages : 88
Date d'inscription : 23/10/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Natalie Dormer




MessageSujet: Re: Teach me how to survive ღ Tristan   01.05.17 22:06

Teach me how to survive
Tristan & Vicky


La douleur était horrible, mais c'était surtout la peur qui la dominait en cet instant et lui permettait de rester le plus silencieuse possible. La sensation de brûlure qui se propageait contre son dos n'était qu'empirée par la pluie glaciale qui y coulait et lui donnait plus d'une fois envie de tourner de l'oeil. Elle se serait d'ailleurs sans doute évanouie si ça n'avait été de ses bras pour lui permettre de garder contacter avec la réalité. La voix de Sophie s'élevait à nouveau entrainant des larmes de tristesse au travers de celles de douleur. La main de Tristan contre ses lèvres allait l'aider à rester silencieuse, mais il n'avait pas à craindre qu'elle appelle le monstre qui utilisait ainsi la voix de son amie contre elle. À moitié consciente de tout ce qui se passait, l'esprit déjà embrumé, elle pouvait entendre la voix du Wendigo qui s'éloignait. Ses yeux se levèrent et se posèrent dans ceux de Tristan alors qu'il retirait sa main et l'entourait plutôt, attentif à tout ce qui se passait autour afin de trouver le meilleur moment pour sans doute fuir. Elle dut se serrer les lèvres pour ne pas échapper un gémissement de souffrance lorsqu'il la souleva légèrement, mais elle parvint à mettre le force qui lui restait à s'agripper à lui. Les secousses provoquées par cette fuite lui firent fermer les yeux, chaque mouvement provoquait chez elle une vague de douleur, mais heureusement ils arrivèrent sans embuche supplémentaire au chat. De longs passage de ce qui se passa ensuite ne lui laissèrent aucun souvenir. Elle savait que la porte avait été verrouillé et qu'il l'avait à nouveau hissé sur son épaule, mais le chemin en lui même semblait avoir été effacé. Ses souvenirs ne revenaient qu'au moment où elle était allongée sur le canapé et que sa voix s'était élevée. Restes avec moi ! Incapable de parler, elle avait hoché la tête et avait ouvert les yeux à moitié, fixant un point invisible devant elle et tentant de se concentrer sur le nombre de lignes visibles sur le tissus.

Victoria ne put dire combien de temps Tristan avait été parti, à dire vrai, elle avait l'impression que des heures s'étaient écoulées, mais elle savait que ses repères étaient complètement déstabilisés. Elle était à moitié assoupie lorsqu'elle avait entendu sa voix s'élever, mais elle était parvenue à ouvrir les yeux et lui offrir un semblant de sourire pendant que ses doigts caressaient doucement ses cheveux, lui offrant une sensation agréable à laquelle elle s'accrochait. Peut-être était-ce ses nombreux gémissements qu'elle tentait tant bien que mal d'éttoufer, mais il lui proposa quelques choses que même dans cet état elle ne pouvait refuser.

« T'es le meilleur. »

Parce qu'il avait été là pour la protéger et que cette délicatesse avec laquelle il prenait soin d'elle lui allait droit au coeur même si elle ne parvenait que peu à le démontrer. L'alcool était superflu, mais tellement salvateur dans un tel instant. Se forçant de lui faire un petit sourire, elle ouvrait les lèvres et grimaçait en envalait une première gorgée du liquide. La main contre sa bouche, Victoria la mordait légèrement. La moindre touché avec ses blessures était horriblement douloureux et bien qu'à long terme elle appréciait que ses plaies soient nettoyées, pour l'instant c'était difficile à supporter. Elle ne put d'ailleurs pas s'empêcher de lui redemander un peu d'alcool à quelques reprises et doucement, elle sentit enfin l'effet de l'ivresse faire son effet. C'était bien la première fois qu'elle ne buvait pas par plaisir, mais par besoin. Dans cette lancée de nouveauté, voir un homme la déshabiller dans un but tout sauf charnel venait aussi s'inscrire à sa liste des premières fois. La moindre de ses mouvements étaient difficile, mais l'aide de Tristan s'avérait encore une fois des plus vitale et l'attention désintéressée qu'il mit dans cette tâche continuait augmenter le chamboulement qu'il provoquait en elle. La chaleur de ces nouveaux vêtement mélangée a la couverture avec laquelle il l'avait recouverte vint faire une différence cruciale pour elle qui réalisa que ce qui la poussait au bord de l'évanouissement était la basse température de son corps plus que la gravité de ses blessures.

« T'excuses pas...  » Son corps grelotait encore, mais Victoria parvenait à avoir des idées de plus en plus claires. « Tu pouvais pas savoir que ça arriverait. Tu m'as sauvé et mise en sécurité, c'est tout ce qui compte. »

Fermant les yeux, pas seulement parce que son corps réclamait qu'elle se repose, mais aussi pour lui laisser l'intimité qu'il avait eu la galanterie de lui offrir quand il l'avait séché, elle ne les ouvrit que lorsqu'elle l'entendit tousser. Vu la façon avec laquelle il s'était empressé de s'occuper d'elle, elle espérait qu'il ne s'était pas négliger au point d'attraper du mal.

« Toi.. Ça va ?  »

Il l'avait rapidement soulagée et était venu la rejoindre. Victoria s'était naturellement relevé légèrement, l'invitant à venir prendre place à ses côtés et déposant sa tête contre ses cuisses lorsqu'il sera installé. Elle avait besoin de sentir sa présence.

« Je crois pas que je vais pouvoir rester réveillée très longtemps...  »

Elle était à peine capable de parler, ses yeux fermaient contre sa volonté et ce n'est que lorsqu'il lui confirma qu'elle pouvait qu'elle s'autorisa à s'endormir. Ses rêves ne furent pas complètement exempt de créature ou de souvenirs douloureux, mais malgré tout ce qui s'était passé c'était la première fois qu'elle ne se réveillait pas en sursaut et en sueur. C'est une vague de douleur tenace qui la força à ouvrir les yeux. Elle ignorait depuis combien de temps elle était assoupie. Se retournant doucement, son regard croisa celui de Tristan.

« Depuis combien de temps je bave sur tes cuisses ?  »

Voilà qu'elle avait retrouvé son humour un peu douteux, il faut croire que c'était la preuve qu'elle allait mieux. La tête toujours déposée contre ses cuisses, elle restait silencieuse un moment à le regarder. Elle avait toujours eu le plus grands respect pour cet homme, mais depuis qu'ils faisaient face à la fin du monde, elle se sentait de plus en plus s'attacher à lui. Un lien qu'elle enfouissait au plus profond d'elle-même, refusant de laisser son coeur s'attacher autant à quelqu'un de plus qui finirait par lui être arraché un jour. Il n'y avait que sa soeur qu'elle s'autorisait à aimer autant malgré tout.

« Sans toi je serais morte.. Merci... Dis.... est-ce que tu savais toi, qu'ils pouvaient faire ÇA »

Elle savait qu'elle n'avait pas besoin de préciser, qu'il saurait parfaitement de quoi elle parlait. De cette voix, celle de Sophie, que la créature avait utilisé contre elle pour l'attirer loin du lieu sécurisé vers lequel elle s’élançait, loin de cet homme capable de la protéger. Tristan s'était excusé hier, mais elle savait qu'elle était la seule responsable. Elle avait vu Sophie mourir dans ses bras, c'était impossible qu'il s'agisse véritablement de sa voix.

« J'ai pas envie de sortir d'ici... »

Avoua-t-elle a demi-mot. Comme si une de ses créatures guettait la porte. Elle savait que la route jusqu'au village était possible en une journée de marche, mais son corps était endoloris et elle se sentait faible. À moins qu'ils parviennent à un miracle avec la voiture, elle doutait qu'elle serait capable de revenir à l'hôpital et la simple idée de sortir sans être confiante d'atteindre son but sans les voir à nouveau la terrifiait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
North Hospital





Ancien métier : Militaire à la retraite
Occupation : Protection, Ravitaillement, formateur
Statut civil : Célibataire
Lieu de naissance : Houston (Texas)
Messages : 106
Date d'inscription : 24/11/2016
Crédits : PresleyCash
Célébrité : Norman Reedus




MessageSujet: Re: Teach me how to survive ღ Tristan   20.05.17 14:49


Victoria & Tristan
With this heart i have the power to blame youre eyes, I sing till the day wakes up a bright shine at the heavens sky, my heart burns. They come to you at night, deamons, ghosts and black elves. They crawl up from the cellar rows and will take a lok under your bed. They come to you at night, like ghosts.



Enveloppée dans une couverture, le visage pâle et fatigué, Victoria paraissait étrangement calme et confiante depuis qu'ils avaient trouvé refuge ici, mais surtout depuis qu'il l'avait soigné et aidé à se changer. Ses vêtements trempées et couverts de boues gisaient sur le sol dans un coin de la pièce quand à elle, dans ce jogging rouge vif en velours un peu trop grand pour elle, elle semblait se réchauffer un peu. Seuls restaient ses cheveux encore humides qu'il avait pourtant essayé de sécher un maximum avec la serviette de bain. S'occuper d'elle, et l'urgence de la situation, lui avait permis d'oublier pendant un temps que lui-même était trempé de la tête aux pieds, mais à présent son corps le rappelait à l'ordre. Après s'être baissé pour ramasser le jeans de Victoria qui se trouvait dans un piteux état, il entreprit de le faire sécher en le faisant suspendre sur l'une des portes de l'armoire qui contenait encore quelques bouteilles d'alcool. La voix de Victoria, encore légèrement tremblotante mais un peu plus assuré, lui affirma qu'il n'avait pas à s'en vouloir, qu'il y avait des choses que l'on ne pouvait pas prévoir et que tout ce qui comptait étaient qu'ils soient sains et saufs, et en un sens, elle avait raison mais Tristan n'aimait pas l'idée de savoir Hayley seule à l'hôpital alors que la nuit était tombée et que les Wendigos régnaient à nouveau en maître pendant quelques heures qui allaient lui paraître interminables. Mais que ça lui plaise ou non, ils en étaient là et on ne refaisait pas le monde avec des « si », le plus important à présent, fusse qu'ils se trouvaient en sécurité quand à Hayley, il voulait croire qu'elle saurait se débrouiller et qu'en cas de problème ceux de l'hôpital lui viendraient en aide. Entreprenant de se sécher à son tour, il utilisa la serviette usagée de Vicky qu'il passa sur son visage, et ses cheveux qu'il frictionna vigoureusement. Puis il retira sa veste qu'il suspendit sur le coté de la bibliothèque qui contenait les fusils de chasse de l'ancien propriétaire des lieux, avant d'être pris par une vilaine quinte de toux. Penché en avant, prenant appui contre le fauteuil, la main plaquée devant sa bouche, il du attendre qu'elle passe avant de pouvoir répondre à Victoria qui s'enquit de sa santé.

- T'inquiètes, marmonna-t-il tout en farfouillant dans la poche intérieur de sa veste.

Dos à Victoria, afin qu'elle ne puisse pas voir ce qu'il était entrain de faire, il retira trois plaquettes de médicaments qui se trouvait dans la poche intérieur de sa veste en cuire et avala directement 4 de ces petites gélules qu'il fit passer en buvant une petite gorgée d'alcool de la bouteille qu'il avait initialement réservé à Victoria pour l'aider à affronter la douleur qu'allait lui procurer ses soins. Le liquide ambrée de cette puissante gorgée qui s'écoula dans sa gorge avant de se répondre dans tout son corps, eut le mérite de le réchauffer presque instantanément. L'entendant bouger, Tristan tourna légèrement son visage par-dessus de son épaule pour la voir se surélever doucement et l'inviter à la rejoindre. Délaissant la bouteille de Whisky sur la table, il obtempéra et prit place sur le fauteuil alors qu'elle s'installait contre lui. Doucement, il caressa ses longs cheveux blonds alors que la jeune femme, qui se laissait bercer, lui affirma, la voix déjà pâteuse, qu'elle ne pourrait pas tenir longtemps éveillée.


- Je reste éveillé, tu peux dormir en toute tranquillité, lui assura-t-il tout en continuant ses caresses

La respiration de Victoria se fit presque aussitôt calme et régulière, signe qu'elle venait de plonger dans un puissant sommeil qui il l'espérait, serait réparateur. Durant toute la nuit, Tristan resta éveillé, comme il le lui avait promis, faisant le guet, son arme posé sur l'accoudoir du fauteuil à porté de main. Il tendait l'oreille pour voir s'il entendait un quelconque signe de vie de l'autre coté de la porte mais le silence était d'or seule parvint à ses oreilles la respiration régulière de Victoria.
Alors que Tristan ressassait de douloureux souvenirs de guerre auquel il n'avait pas pensé depuis bien longtemps, il constata du coin de l'oeil que la jeune femme, installée sur lui, commençait à gémir et à s'agiter. Posant son regard sur ce visage encore blême, presque angélique, ses yeux grands ouverts croisèrent les siens dès qu'ils s'ouvrirent. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle lui demandait avec cet humour qui lui était propre combien de temps elle avait dormit. Lui-même n'en savait rien, il avait complétement perdu la notion du temps et si se retrouver dans une sorte de bunker les protégeait incontestablement de ces créatures qui grouillaient au-dehors dans la nuit, ne pas avoir de fenêtre l'empêchait d'estimer le temps qui était passé, mais à vu d'oeil il avait envie de dire 4 ou 5h à peine.


- Pas assez longtemps, tu devrais te reposer encore un peu pour reprendre des forces

Ses grands yeux bleus innocents continuaient de le fixer avec une intensité nouvelle mais loin de fuir son regard, ses yeux restèrent encrer dans les siens. Ils restèrent ainsi à se regarder silencieusement pendant quelques minutes jusqu'à ce que la blondinette le remercie à nouveau de l'avoir protégé.


- Arrêtes, lui demanda-t-il

Elle n'avait pas besoin de le remercier pour ça. Jamais il n'aurait pu la laisser aux mains de ces monstres. Personne ne méritait de connaître une tel fin et encore moins les gens qu'il aimait. Il avait fait ce qu'il avait faire, ni plus, ni moins. Il ne détourna son regard du sien que lorsqu'elle lui demanda s'il savait que ces créatures avaient la capacité d'imiter les voix de leurs proches. A vrai dire, il y avait pensé une bonne partie de la nuit. Ils ne savaient encore que très peu de chose sur ces monstres, et à chaque fois qu'ils pensaient un peu mieux les cerner, ils découvraient autre choses qui les forçait à reconsidérer l'ensemble de leurs connaissances sur le sujet pour les adapter à une meilleure défenses. Autant dire que cette caractéristique là était un piège mortelle pour quiconque en était la victime. Si la créature avait choisie d'utiliser la voix d'Hayley nulle doute qu'il aurait foncé tête baissée sans réfléchir dans ce piège, pourtant elle n'en n'avait rien fait et s'était contentée d'imiter obstinément celle de Sophia. Pourquoi ? Il avait quelques hypothèses à ce sujet.


- Non. Répondit-il finalement en posant à nouveau son regard pénétrant sur elle. Mais c'est un piège redoutable comment démêler le vrai du faux ? Comment savoir que la personne qui nous appelle et véritablement celle que nous croyons et non l'un de ces monstres ? Mais il y a autre chose également... le Wendigo qui nous a attaqué ne faisait qu'imiter la voix de Sophie. Elle aurait pu nous piéger avec celle d'Esther ou d'Hayley, mais elle n'a fait qu'imiter la voix de Sophie, ce qui me porte à croire qu'elle ne peut imiter une voix que nous connaissons sans l'avoir déjà entendu au préalable. Tu m'as dit que toi et Sophie avait été attaqué par ces monstres, je pense que c'est l'un d'eux, et je soupçonne cette créature d'être capable de nous imiter désormais tous les deux. Il va falloir qu'on trouve une parade à ce problème pour éviter que le piège d'hier soir ne se répète, même si je ne sais pas encore laquelle, soupira-t-il. En tout cas cela ne fait que nous prouver que ces créatures sont extrêmement intelligentes

Fermant les yeux pendant un instant, comme si cela allait lui permettre de mieux réfléchir à la question, il ouvrit à nouveau ses paupières pour poser son regard sur la jeune femme qui fixait désormais un point invisible devant elle, alors qu'elle lui avouait dans un murmure, sans oser le regarder, qu'elle n'avait aucune envie de sortir d'ici.


- Il le faudra bien, mais on a encore le temps, reposes-toi encore un peu... je suis là, tu n'as rien à craindre.


****

Il ne sut à quel moment mais le sommeil avait fini par le gagner, lorsqu'il ouvrit à nouveau les yeux, son première réflexe fut de baisser son regard en direction de ses cuisses sur lesquels il pouvait sentir la douce pression du visage de Victoria. Passant sa main sur son visage, pour se réveiller, il se demanda pendant combien de temps il s'était assoupit. 30 minutes ? 1h ? 2h ? Plus ?
Se levant le plus délicatement possible pour ne pas réveiller la jeune femme, il s'extraya du fauteuil puis tout en se massant l'arrête du nez il posa son regard sur la porte qui les protégeait actuellement de l'extérieur. Victoria avait bien récupéré, mais elle n'était pas capable pour autant de supporter une journée de marche. Rester cependant ici 24h de plus était absolument inenvisageable, il allait devoir chercher un moyen de locomotion qui les ramènerait à l'hôpital. Au pire, il s'arrangerait pour désembourber leur voiture laissée dans le fossé la veille. Lorsque ce serait fait, il reviendrait la chercher, ici elle ne risquait rien. L'entendant bouger, il se retourna et croisa son regard.


- Salut, fit-il dans un sourire. Comment tu te sens ? Lui demanda-t-il en s'approchant d'elle.

S'agenouillant à sa hauteur, il posa sa main sur son bras et lui fit part de son projet.


- Le soleil a dut se lever depuis quelques temps déjà, je vais aller nous chercher une voiture pour nous ramener à l'hôpital, toi tu restes ici et tu ne bouges sous aucune prétexte, je reviendrais te chercher, je te le promet. Tout se passera bien,
lui assura-t-il en pressant sa main dans la sienne après avoir crû déceler une lueur de panique traverser son magnifique regard. Mais avant, je dois m'assurer que la voix est libre.

Se levant, il enfila sa veste en cuire, glissa son arme dans sa ceinture, puis entreprit de démonter une étagère en bois dans laquelle était entreposée la réserve d'alcool, qu'il brisa en deux.

- Le wendigo nous a suivit jusqu'ici hier soir, je sais pas s'il est toujours là, mais quoi que tu entendes, une fois que je serais sortis tu n'ouvres pas la porte, fit-il en ramassant les lambeaux de ce qu'il restait du haut de Victoria, lacéré par l'un de ses monstres.

Se déplaçant vers la table, il attrapa la bouteille de Whisky à demi pleine qu'ils avaient commencé la veille au soir pour soulager Victoria, et en but une gorgée avant de faire s'écouler le reste d'alcool sur tissu qui s'imbiba aussitôt du liquide inflammable, avant de l'enrouler autour du bois qu'il venait de briser. Sa torche de fortune en main qui allait lui permettre d'affronter le Wendigo si ce dernier était toujours derrière la porte, il sorti le briquet de la poche de son pantalon, prêt à y mettre le feu, mais avant il s'agenouilla à nouveau devant Victoria.


- Je me dépêche, je te promet de faire aussi vite que possible. Lorsque je reviendrais, je frapperais deux coups et je te donnerais ta date d'anniversaire, comme ça tu seras sur qu'il s'agit de moi, ce sera notre code. Maintenant tu n'as plus le choix, tu es obligé de me la donner, lui sourit-il le regard rieur.

Tristan faisait référence à cette petite anecdote où au cours d'une soirée, lorsque le monde tournait encore rond, dans cette autre vie où elle était serveuse dans un bar et lui un simple client, un pari avait été lancé par quelques habitués pour obtenir sa date de naissance. Il ne se rappelait plus avec exactitude comment ils en étaient arrivés à tenter d'obtenir ce secret mais tout ce qu'il se souvenait par contre c'est que personne n'avait gagné la récompense promise : une bière et un baiser de la belle.






Bloody Storm
[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Teach me how to survive ღ Tristan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le Roman de Tristan et Iseut!
» Arrivée d'Anne et de Tristan
» Joyeux Anniversaire Tristan ! :)
» How To Survive de l'explipartie
» Scavenge Skirmish Survive Version Française

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead ::  :: North district :: Hospital-
Sauter vers: