AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : étudiante d'art spécialisation en photographie ancienne
▫ Occupation : survivre
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Seattle



▫ Messages : 20
▫ Inscription : 22/10/2018
▫ Crédits : Babs&tumblr
▫ Célébrité : Alycia Debnam Carey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile    28.10.18 9:33

Kelowna. Enfin, j'arrivais à cette destination. Je savais qu'être proche d'une ville rendait les choses plus dangereuses et je n'avais pas l'intention de me faufiler dans le centre-ville. Hors de question que j'aille dans les quartiers résidentiels même-ci je pouvais trouver des vivres en plus grande quantité. Car il avait d'autres choses qu'on pouvait trouver en plus grande quantité et il s'agissait bien des vivants. Je me stoppais un instant et je regardais autour de moi, j'avais cette désagréable sensation de ne pas être à ma place. Mon instinct me criait de partir et de fuir les zones d'habitations, mais je devais aussi m'arrêter pour trouver un coin qui pourrait m'accueillir pour la nuit. Je laissais de côté cette sensation avant de reprendre ma marche, j'allais sûrement trouver une ferme ou une petite maison qui pourrait me permettre de me mettre à l'abri lorsque la lune serait haute. J'allais devoir choisir judicieusement le lieu qui pourrait m'accueillir, il était hors de question de tomber sur des survivants. Dans ce nouveau monde les morts-vivants étaient sûrement moins craint que les vivants eux-mêmes. En tout cas, c'était mon ressenti bien que j'avais pu croiser quelques vivants sympathiques qui ne m'avait fait aucun mal à la différence des virulents qui n'avaient qu'une chose en tête.

Je me stoppais en voyant un groupe face à moi, je soupirais légèrement avant d'attraper ma seule arme et de le déplier. Mes vêtements ne ressemblait plus rien, il avait un mélange de poussière, de boue et surtout de sang. D'ailleurs, mon visage devait être dans le même état et il avait bien longtemps que, je n'avais pas pu admirer mon reflet. Enfin, ici, il n'était pas question de devenir mannequin alors je ne m'attardais pas à faire attention à mon physique. Je regardais aux alentours du groupe de virulent et il était évident que, je ne pourrais pas faire autrement que de passer au travers. Je prenais une grande inspiration avant d'avancer d'un pas décidé vers eux. Je savais que l'adrénaline allait bientôt se répandre dans mes veines, mon cœur allait accélérer et je prendrais un malin plaisir à enfoncer ma lame dans les corps meurtrie des virulents. Parfois, je me faisais peur, j'avais l'impression de devenir un monstre assoiffé de sang. En même temps, la petite voix dans ma tête me faisait clairement comprendre que je n'avais pas d'autre solution pour survivre.

Je portais le premier coup en donnant un coup de pied au virulent face à moi. Je le voyais perdre l'équilibre et tomber sur le sol. Un léger sourire se dessina sur le coin de mes lèvres et enfin ce sentiment incroyable arriva, s'enroulant à mon âme comme un serpent. Je venais m'accroupir face au virulent qui tentait de se relever avant de glisser ma lame dans son crâne. Je pouvais entendre les trois autres arriver vers moi et alors que l'un d'eux arrivait à ma hauteur, je me relevais rapidement avant de me retourner. Ma lame vint entailler sa gorge avant que je le pousse sur les deux autres. Je profitais qu'ils perdent l'équilibre pour courir dans la direction opposée. Je n'avais pas l'intention de faire de vieux os ici et je voulais me mettre à l'abri rapidement. Le soleil était en train de décroître et bientôt la nuit serait aux portes de la ville. Je profitais de l'adrénaline dans mon être pour accélérer, il n'était plus question de fatigue lorsque j'avais cette sensation dans mon corps. Bien, vite, j'atteignis une maison qui semblait abandonnée de toute âme. Je me stoppais devant la porte avant d'appuyer sur la clenche de la porte. La maison était fermée et je me décaler pour regarder par la fenêtre à côté de la porte d'entrée. Aucun son ne semblait en sortir et aucun mouvement. Je repérais la porte arrière qui était ouverte et je décidais de faire le tour de la propriété.

Je m'arrêtais sur le pas de la porte arrière guettant le moindre son ou mouvement qui pourrait me permettre de comprendre qu'il avait quelqu'un. Mon regard glissait sur le grand salon qui était sans dessus dessous. Il était évident que cette habitation avait été visitée à plusieurs reprises. Je me décidais finalement, à entrer dans le logement prenant soin de refermer la porte derrière moi et de la bloquer en poussant le canapé devant. Je venais également poser une chaise sous la poignet de l'autre porte ainsi, j'avais espoir que le bruit me réveille si quelqu'un essaie de pénétrer dans cette maison. Je prenais ensuite soin de regarder dans chaque pièce pour être certaine que la maison était totalement abandonnée. Je montais à l'étage trouvant qu'il serait sûrement plus judicieux que, je me repose dans une des chambres. Si, il avait une visite nocturne, j'aurais plus de temps pour réagir.

La nuit était tombée rapidement après mon installation dans une des chambres de cette maison. Je soupirais légèrement en me laissant tomber sur le sommier en ressort. Le matelas avait sûrement dû être emporté par des survivants ayant besoin de confort. Enfin, ce genre de sommier suffisait largement à reposer le corps et il n'était pas question de faire la diva. Je m'allongeais avant de sentir mes muscles se détendre légèrement. Je ne devais pas dormir trop profondément pour être à l'affût du moindre bruit et pourtant, mon corps me réclamais du repos, un vrai repos. Sans vraiment m'en rendre compte, je sombrais dans un profond sommeil qui ne dura hélas pas bien longtemps lorsqu'un bruit se fit entendre au rez-de-chaussée de l'habitation. Je me redressais doucement essayant de faire le moins de bruit possible. J'attrapais mon couteau avant de me placer derrière la porte de la chambre. Je comptais bien rester discrète si, un survivant avait pénétré dans la maison. Je jetais un rapide coup d'œil à mon sac à dos, il était hélas trop tard pour que je tente de le récupérer. Je pouvais entendre les pas dans les escaliers. Je serrais un peu plus mon arme entre mes doigts alors que l'adrénaline revenait faire son effet dans mes veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 114
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile    10.11.18 8:55

Quand je vois cette maison abandonnée, je fais comme avec toutes les autres, j’y entre, je fais le tour voir si il n’y a pas de survivants à buter ou à dépouiller, si il n’y a pas de virulents pour m’amuser un peu, puis j’en fais le tour à la recherche de n’importe quoi qui pourrait m’aider. Cette baraque ne sera pas une exception. La porte est bloquée, ce qui veut dire qu’il y a soit des survivants, soit des virulents, alors j’ai déjà un sourire victorieux sur le visage. Je vais enfin m’amuser ici, car depuis que je suis revenu à Kelowna, je n’ai revu ni ma soeur, ni mes amis et je n’ai croisé quelques  virulents sans importance ! Alors sans me soucier qu’on m'entende ou pas,  car j’aime l’adrénaline, la baston et la difficulté dans tout, je brise de mon coude une des vitres. Je n’entends rien dans un premier temps ! Je nettoie le tour de la fenêtre pour ne pas me couper puis je passe à l’intérieur, mes sens sont tous aux aguets et prêt à sauter sur qui ou quoi que ce soit qui m’approche.

Je fais le tour rapide du rez-de-chaussée et je comprends très rapidement qu’il ne s’agira pas de virulents, car eux, avec tout le bruit que j’aurais fait ne serait jamais resté immobile et silencieux. Mon sourire est encore plus grand, car survivant veut dire plus de choses à piquer. Et oui, je crois que depuis que je suis sorti de cette fameuse secte qu’est le Temple, je suis devenu bien plus dangereux, autant pour les autres dont le me fout totalement, autant pour moi même qui risque gros à chaque risque que je prends. Alors je me décide à monter à l’étage. Sans penser une seule seconde que je pourrais connaitre la personne avec qui je vais me retrouver face à face. Je me mets même à siffler une fois que j’arrive à l’étage. Je siffle un air que j’ai toujours connu, je crois, un air que je sifflais déjà en bossant le bois dans mon passé !

J’ouvre porte après porte mais rien, pas âme qui vive; Je commence à désespérer, espérant ne pas tomber sur un connard de suicider qui s’est tiré une balle dans le  crâne. Aucun amusement alors ! Mais la dernière porte est bloquée de l’intérieur, enfin ! Je donne alors un gros, un immense coup de pied dans la porte qui lâche faisant valser une chaise ou un truc du genre en même temps. J’entends une respiration à l’intérieur, mais personne ne bouge, si cet idiot aurait eu une arme, il aurait déjà tiré, raison pour laquelle, je me suis, après le coup de pieds, mis directement sur le côté.  

J’attends quelques secondes mais personne ne bouge. Alors d’un coup, j’entre dans la pièce et comme je me le doutais, la personne se trouve derrière la porte. Donc mon couteau vers l’avant, je me place face au survivant, un sourire narquois sur les lèvres. Et c’est là que je la reconnais ! Jazz ! Mon sourire n’en est pas moindre qu’avant, mais totalement différent. Et je dis alors baissant mon arme « Putain, j’aurais pu te crever ! » Je remets mon couteau à ma ceinture et je l’attire vers moi pour la serrer dans mes bras et contre moi. Elle va bien ! Puis quand je me recule, je la déshabille du regard, mais juste pour voir si … « Tu vas bien ? Pas de morsure ou de blessure ? » Non je ne demande pas pour son frangin, car j’en aie rien à battre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : étudiante d'art spécialisation en photographie ancienne
▫ Occupation : survivre
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Seattle



▫ Messages : 20
▫ Inscription : 22/10/2018
▫ Crédits : Babs&tumblr
▫ Célébrité : Alycia Debnam Carey



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile    16.11.18 9:20

Cette maison avait été une bénédiction. J'étais soulagé de voir qu'il n'y avait aucun virulent à l'intérieurs et aucun survivant. J'avais bon espoir de pouvoir me reposer un peu et pouvoir reprendre des forces. Depuis la mort de mon frère, j'avais pas vraiment eu un moment à moi préférant bouger en permanence pour éviter tout risque de tomber sur des personnes dangereuse. Car, oui, il avait bien plus dangereux dehors que les virulents et c'était les survivants. J'avais pris l'habitude de me méfier de tous le monde et tout le temps. Même quand, j'échangeais quelque paroles avec certains qui ne semblait pas dangereux, je prenais soin de ne jamais donner d'informations importante sur moi. J'avais pris soin de fermer les portes et de les bloquer avant de monter à l'étage pour me poser dans une des chambres. Je laissais mon corps tomber sur le sommier en ressort avant de plonger dans le sommeil. Il avait bien des choses qui avait changé depuis l'apparition de ce virus et mon sommeil n'était plus aussi profond qu'avant. Ce qui me permis d'entendre rapidement qu'on entrait dans la maison et que j'allais avoir de la compagnie.

Je me redressais rapidement avant de prendre mon couteau et de filer derrière la porte. J'avais pris soin de la fermer et de la bloquer pour ne pas être surprise si quelqu'un arrivait à pénétrer dans les lieux. J'écoutais silencieusement ce qui était entrain de se passer en bas essayant de savoir si, la personne était seule ou en groupe. Je me disais que si c'était un groupe j'aurais certainement entendu des échanges alors que là, j'entendais simplement quelqu'un fouiller la maison. Il avait rapidement dû savoir que la maison était occupé et vu le silence que je gardais, il devait déjà savoir que j'étais une survivante. Ma respiration se coupa en l'entendant monter dans les escaliers tout en sifflant. Je resserrais mon couteau dans mes mains et les battement de mon coeur s'accélérèrent. Je pouvais sentir la peur mais aussi l'adrénaline qui était entrain de monter dans mon être. Je sursautais légèrement lorsque la porte s'ouvrit aussi vite et je me préparais à faire face à quelqu'un qui n'allait certainement pas lâcher.

J'entends le survivant entrer et je vois la lame de son couteau avant de croiser soudainement son regard. C'est à cet instant que je le reconnais, Théo. « Putain, j’aurais pu te crever ! » Je me sens un peu bête et les battements de mon coeur continue d'accélérer. Je le regard ranger son couteau avant de m'attirer contre lui. J'avais fais tout ce chemin en espérant le retrouver et voilà que ce jour était arrivé. Je replis mon couteau alors qu'il se recule un peu « Tu vas bien ? Pas de morsure ou de blessure ? » Je secoue la tête tout en mettant mon arme à ma ceinture avant de relever les yeux sur lui. "Je vais bien ! Et non pas de morsure ni même de blessures..." Je quitte le coin de la pièce pour me diriger vers le lit pour m'asseoir dessus. "Je ne pensais pas te trouver aussi rapidement." Je souris un peu tout en gardant mon regard posé sur lui. "J'avais peur que tu sois partie plus loin que Kelowna." J'avais suivi la carte qu'il m'avait donné mais, je n'avais aucune certitude qu'il y soit encore. Heureusement, j'avais eu un peu de chance et Théo était maintenant devant moi. "Comment tu vas ?" Demandais-je finalement pour savoir si tout allait bien pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Ebéniste
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Jerusalem

▫ Messages : 114
▫ Inscription : 05/08/2018
▫ Célébrité : Daniel Sharman



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile    30.11.18 5:54

Quand je monte cet escalier, rien ne me préparait à tomber nez à nez avec cette jeune femme que j’ai une fois sauvé dans une maison abandonnée. Sauvée de son propre frère ! Putain, moi je donnerais tout pour que Line soit toujours en sécurité et là où elle est le mieux, raison pour laquelle je l’ai ramenée au Temple et là, son frangin l’a enfermée dans une maison infestée, juste pour l’amusement. Manquerait plus qu’ils aient parié dessus ces cons. Ce qui ne m’étonnerait qu’à moitié venant d’eux. Il  leur manquait un grain. J’aime la violence, l’adrénaline, le moment où tu sens ta lame se planter dans le crâne d’un revenant, j’aime être avec mes amis, les amener avec moi dans tous mes délires, mais jamais, ô grand jamais je n’accepterais qu’on fasse du mal à ma soeur.

Putain, j’aurais pu la  tuer d’un seul coup de couteau. Je ne vois aucun problème à tuer quelqu’un que je ne connais pas, c’est devenu tellement facile pour moi. Je sais que ça devrait me gêner et que ça devrait me rendre malade, mais rien. J’ai juste l’impression que dans le monde dans lequel nous vivons et évoluons maintenant, c’est une habitude à prendre. Ne plus jamais s’intéresser ni s’éterniser sur quelqu’un qui prendrait votre vie si elle le pouvait. C’est tuer ou être tuer maintenant, c’est comme ça. Alors je l’attire vers moi, je la sers dans mes bras puis je soupire de soulagement à sa réponse, mais je ne vais pas le montrer non plus. Je rigole et je lui dis, la détaillant à nouveau « Ok, tu as appris à survivre alors ! Peut être que ton frère était pas si con que je le pensais ! » Désolé, je ne peux pas m’empêcher. Impossible !

Et quand elle m’avoue qu’elle n’aurait jamais pensé me trouver aussi rapidement, je me mets à rire en allant m'asseoir sur le lit, assez confortable, il faut bien l’avouer « Et tu croyais quoi ? Que quand je fais une promesse, je ne la tiens pas ? » Je la regarde dans les yeux. J’avais promis que  je serais à Kelowna ou en tout cas jamais loin. Ma soeur, ma seule famille est ici. Alors je ne serais jamais parti loin. J’aime pas cette ville de merde, j’aime encore moins ce lieu de secte qu’ils appellent Temple, mais j’ai compris grâce à Jazz que ma soeur était la personne la plus importante à mes yeux et que je dois être là le jour où cette foutue secte tombera et ne sera plus capable de la protéger. Je devrai être là, toujours, comme promis pendant notre enfance.

Quand la jeune femme me demande ce que je vais, je m’allonge sur le lit, prenant mes aises. une main sous ma tête et le regard levé vers la plafond. Je prends une profonde respiration puis je finis par lui répondre sincèrement « Je suis pas mort alors tout doit aller non ? » Puis je lui dis, me mettant sur le côté, montrant la place à côté de moi sur ce grand lit, et ayant dans le regard un air qu’elle ne m’a surement jamais connu « Bon un peu de sport en chambre avant de continuer ça te dit ? » Une manière de la tester, de voir ses faiblesses et si elle vaut le coup par la même occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile    

Revenir en haut Aller en bas
 
Do I terrify you ? Or do you feel alive ? Feat. Théophile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Everything that kills me, makes me feel alive. [Morgan]
» I've lost myself again and I feel unsafe (feat Clay)
» Everything that kills me make me feel alive • Jody
» Maël | Everything that kills me makes me feel alive
» Maël | Everything that kills me makes me feel alive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: South Kelowna-
Sauter vers: