AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

James A. Walsh

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en médecine
▫ Occupation : Participe aux excursions et fait office de doc quand il le faut
▫ Statut civil : Célibataire...
▫ Lieu de naissance : Irelande, Dublin



▫ Messages : 73
▫ Inscription : 25/10/2018
▫ Crédits : gekyume-qs
▫ Célébrité : Dylan O'Brien



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   28.10.18 13:47

L'hôpital. Il ne ressemble plus à celui qu'il a connu, James ne le reconnait presque pas. Et alors qu'il avance dans les couloirs arpentés durant bien des années, qu'il passe devant des chambres qu'il a bien souvent visité, des visages remontent, de ses patients lors de ses années d'études. Qu'est-ce qu'il a pu les arpenter, ces couloirs ! Il se souvient de ses camarades internes, de ses supérieurs, il se souvient des siestes dans les dortoirs.... Des "siestes". Et il se marre. Est-ce réellement le moment opportun pour rire ? Il est toujours temps. Les choses ne peuvent pas être pires, non ? Alors autant en rire qu'en pleurer !

James se sent légèrement mal à l'aise. Ces regards qui se tournent vers lui, ces murmures qui s'ébruitent derrière ses pas. Il n'est là que depuis deux jours, les membres de la Lyssa le regardent toujours d'un oeil prudent. Après tout, ils ne le connaissent pas. Il pourrait venir de n'importe où.
L'ancien étudiant s'en moque. Qu'ils passent leur temps à parler dans son dos, qu'ils se demandent qui il peut bien être, qui ils ont bien pu accueillir entre leurs murs. Ils n'ont qu'à venir le lui demander, non ? Ce serait bien plus simple, pour tout le monde. Et bien qu'il n'entende pas tout ce qui se dise, du fait que ses appareils ne fonctionnent plus, il respire et garde le sourire. Peu lui importe. Ici sera toujours mieux que dehors. Ou qu'à Highgate.

Les couloirs défilent et le jeune homme déboule, mains dans les poches, dans ce qui fait office de réfectoire. Là, quelques groupes sont formés, ils déjeunent. L'irlandais est impressionné par les ressources que tous ces étudiants ont réussi à réunir, transformant l'hôpital en un véritable refuge. Il est également étonné du nombre très restreint de membres... C'est sûr, ils sont en sous-nombre lorsqu'on les pèse sur la balance, face à Highgate ou aux Protectors. Ils sont sans doute bien plus loyaux envers la race humaine que ces deux derniers...

Il n'est plus temps de penser à ces abrutis, son estomac hurle sa faim. Et il veut se sustenter, vite. James s'empare de quelques denrées, une portion raisonnable. Il n'est là pour leur prendre toute leur nourriture... puisqu'apparemment on ne lui fait pas encore entièrement confiance. Hormis son sauveur.
Il devrait penser à le remercier, d'ailleurs. Sans Matthew, il serait sans doute devenu une proie facile pour des virulents gourmands. Sans les entendre, il lui aurait été difficile de s'en sortir indemne... et probablement qu'il serait devenu un repas de choix.
Sa prochaine mission : le trouver. De toute façon, il ne connait que lui. Autant lui coller aux basques.

Alors qu'il est adossé à un mur, qu'il dévore ce qui ressemble à une pomme, il perçoit une voix dans son brouillard de surdité. James tourne la tête, se retrouve nez à nez avec deux types qui semblent lui causer. D'un geste de la tête, l'irlandais leur montre la droite.

- Gars, passe à droite, j'suis un peu bouché de ce côté, j't'entendrai mieux par là. Par contre, articule un peu mieux.

Las, il se demande encore ce qu'il lui veut, celui-là qui commence à articuler comme s'il parlait à une vieille. James se contrôle. Ne pas le taper, ne pas le taper.

- J'te demandais qui t'étais, le sourd.

... sérieux ? James hausse un sourcil, se relève, son bras en appui contre le mur. Et il se met face aux deux mecs, pas plus grands que lui. Sans doute son âge. Après tout, la Lyssa est en partie constituée d'anciens étudiants.

- J'crois pas avoir de comptes à te rendre, le débile.

Ca s'échauffe un peu... que quelqu'un arrête tout ça avant que ça ne parte en sucette...

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en astronomie
▫ Occupation : Fait de tout dans le groupe
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Calgary, Canada

▫ Messages : 223
▫ Inscription : 26/06/2018
▫ Crédits : Avengedinchains
▫ Célébrité : Ezra Miller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   28.10.18 15:18


Hey dude, don't make it bad

Encore une journée à l’hôpital. Il faut se lever, réussir à chasser ce mal de tête, faire avec la fièvre, éviter les nausées. Ce virus aura définitivement un jour ma peau. J’ai mal. Chaque mouvement m’arrache des gémissements de douleur, chaque bouchée de nourriture me parait insurmontable et j’ai l’impression que mon cerveau est compressé dans un étau. Tout me parait si compliqué alors qu’il s’agit de choses si simples.

Certains viennent me voir. Bianca vient souvent me demander de l’aider à confectionner des objets. Mais je n’en ai pas le courage. Même le trajet jusqu’à notre table me parait insurmontable. Aïda aussi vient parfois me rendre visite mais je sais qu’Imane aimerait qu’elle évite de venir, pour ne pas risquer d’empirer son cas. Alors bien souvent, je la repousse gentiment, lui dit que j’irai la voir plus tard, pour qu’elle s’en aille sans histoire. Mais je n’ai jamais la force d’aller jusqu’à chez elle.

Pourtant aujourd’hui, mon corps me semble moins douloureux et j’ai l’impression d’avoir plus de force que les autres jours. Le virus me laisserait-il enfin tranquille ? Avons-nous enfin un espoir de nous en sortir ? Ou est-ce simplement une petite remontée pour que tout me retombe dessus encore plus fort qu’avant ? Je soupire une fois, chassant ces pensées d’un coup de tête et décide de tenter de me lever. Autant profiter de ne pas avoir trop mal pour aller grignoter quelque chose. Ça fait plusieurs jours que je n’ai rien pu avaler à cause des nausées. Déjà que je n’étais pas bien gros, il vaudrait mieux ne pas perdre trop de poids, ni de force.

Alors je me relève, prends appui sur mes pieds et me retiens au mur un instant, la tête tournant. C’est que sans avoir mangé, ma pression doit être très basse. Je soupire une nouvelle fois et une fois l’étourdissement passé, j’ouvre ma porte pour me diriger vers le réfectoire. Le trajet me parait très long et finalement, mes muscles sont tout de même très lourds. Chaque pas se fait lentement, prenant le temps de retrouver les sensations de mouvement.

Et puis le brouhaha du lieu commun me vient aux oreilles et je souris. Je suis content de retrouver la vie de l’hôpital. Même si je suis habituellement plutôt dans mon monde, les gens m’ont manqué. Leurs sourires, leurs discussions, quand ils me demandent de leur confectionner quelque chose. Je me suis senti extrêmement seul malgré les quelques visites. Alors je ressens à nouveau la vie reprendre possession de mon corps et un autre sourire un peu plus fatigué que le précédent illumine mon visage. Une main se passe dans mes cheveux alors que je continue d’avancer dans le réfectoire.

On me salue, on me sourit et je leur retourne tout ça, tout en me dirigeant vers le buffet. Je n’arrive pas à dire si j’ai faim ou pas, mais il faut que je mange. Mais un groupe attire mon attention. Deux hommes parlent avec un autre dont je ne vois pas le visage. Mais le ton ne me parait pas si amical. Alors je m’approche doucement, pose une main sur l’épaule du premier tout en lançant : « Laissez-le tranquille les gars il… » Mais la parole se coupe alors que mon regard se pose sur le troisième homme. Ses yeux, les courbes de son visage, cette expression. Je les connais par cœur. « James ?! » Le sourire s’est perdu entre temps et ma main a lâché l’homme. « Mais qu’est-ce que tu fous là ! » James c’est le passé, c’est l’enfance. Un passé que je pensais ne jamais retrouver, des histoires dont je croyais en avoir oublié le souvenir. Mais il est là, bel et bien devant moi. « Comment t’es arrivé ici ? » Par réflexe, comme autrefois, je viens me mettre du côté de son oreille plus valide pour lui parler. Car je n’ai rien oublié de lui. Les deux hommes s’en vont, sûrement blasés face à cet élan d’amitié. Et moi, je prends James dans mes bras, enfouissant ma tête dans son cou. « J’suis tellement content de te voir! » Car je n’aurais jamais imaginé le revoir un jour, encore moins dans de telles circonstances.

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

James A. Walsh

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en médecine
▫ Occupation : Participe aux excursions et fait office de doc quand il le faut
▫ Statut civil : Célibataire...
▫ Lieu de naissance : Irelande, Dublin



▫ Messages : 73
▫ Inscription : 25/10/2018
▫ Crédits : gekyume-qs
▫ Célébrité : Dylan O'Brien



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   28.10.18 16:22

Ils n'ont pas le temps d'en venir aux mains qu'une voix résonne derrière les deux abrutis. James la reconnaitrait entre toutes. Son coeur bat une fois, deux fois, se stoppe net.
Un visage se dévoile. Il le voit, le décrypte, ressent le même étonnement que le sien. Le choc de se retrouver, le choc de se revoir. Vivant. Il sort de sa torpeur avant que l'irlandais ne sorte de la sienne, prononce son nom. Enchaine, sans la moindre hésitation. James ne bouge pas, sent les bras de son vieil ami l'enlacer, il se laisse faire. Et se réveille. L'enlace à son tour, fort. Cela fait depuis des lustres qu'il n'a pas croisé de regard ami... Si proche.
Jamais il n'aurait pensé le revoir un jour... Et le sourire qui s'affiche à présent sur son visage résume cette rencontre.
James se sépare de son ami, le prend par les épaules.

- Eli, bordel ! T'es encore en vie ?!

Il l'observe, le détaille. Rien ne semble manquer. Il remarque qu'Elijah s'est placé du bon côté, comme à son habitude. Cette attention le touche, terriblement. Personne à Highgate y prenait garde, sûrement parce qu'ils se laissaient avoir par les appareils... Son coeur se serre. Elijah n'a rien oublié... et lui non plus. L'irlandais n'a jamais oublié son ami.

- J'suis arrivé y a quelques jours ici, j'étais un peu dans la merde, là-dehors, mes appareils m'ont lâchés, imagine si j'me retrouvais face à des virulents, que j'les entende pas ! Et j'ai croisé un des gars de la Lyssa, il m'a ramené ici. Putain, j'suis content d'te voir !

Il jure, beaucoup. Pourtant, il peine à cacher sa joie de revoir son vieil ami, celui avec qui il a tant vécu. Son voisin, plus qu'un voisin, son ami. Et il lui tarde de tout entendre de son histoire, depuis plus d'un an qu'ils ne se sont pas vus. Et à son tour, de lui raconter ses mésaventures.
James ne le lâche pas, comme pour s'assurer qu'il soit bien réel.

- Mais et toi ? Qu'est-ce qui t'es arrivé, qu'est-ce qui s'est passé ? Et comment t'es arrivé ici ?

Il ne le laisse pas respirer, le tient toujours par les épaules, s'en rend compte. Et le relâche. Un rire tonitruant sort de sa gorge, explose dans le réfectoire. Il se fiche des regards, il se fiche des réactions. Le seul qui importe, en cet instant, c'est son ami. Et cette rencontre. Qui l'aurait cru ? Ces coïncidences, l'on pourrait croire qu'elles sont provoquées par des mains divines, aux longs doigts écrivant avec style ces destins. James aurait pu y croire, il préfère simplement se dire que c'est un merveilleux hasard.
Son rire se calme, il replonge son regard dans le sien.

- Racontes-moi tout, je veux tout savoir !

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en astronomie
▫ Occupation : Fait de tout dans le groupe
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Calgary, Canada

▫ Messages : 223
▫ Inscription : 26/06/2018
▫ Crédits : Avengedinchains
▫ Célébrité : Ezra Miller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   03.11.18 16:48


Hey dude, don't make it bad

Nos corps se détachent mais le sourire ne me quitte pas. Je suis sincèrement heureux de retrouver mon vieil ami. Je le pensais également mort, lui qui pourtant a toutes les capacités de survivre. Mais j’étais parti de Calgary, je ne pensais pas vraiment le revoir. Car j’aurais fini mes études et j’aurais commencé à trouver un travail. Lui aussi serait parti étudier quelque part, aurait fait son sac et aurait voyagé. On se serait peut-être croisés, un jour. On se serait souri, on aurait parlé quelques minutes et c’est tout. La magie d’autrefois se seraient envolée. Pourtant là, j’ai l’impression de retrouver cet ami avec qui je pouvais partager énormément de choses. Comme si nous ne nous étions jamais quittés. Car il est un visage familier, il fait peut-être partie du passé, mais il est tout comparé aux autres.

Il parle James, beaucoup. Il doit être aussi excité de me voir que je le suis. Je l’écoute, ne lâchant pas mon sourire, hoche la tête malgré la fièvre. Mon regard est fatigué, mais je me force à faire comme si ce n’était pas le cas. Car c’est un moment important. Il me raconte un bout de son histoire, parle de ses appareils et quelque chose s’enclenche en moi. L’envie de réparer, l’envie de construire. Malgré le virus, pour James, j’ai envie de bricoler. « Tu me les amèneras, je peux essayer de faire quelque chose ! » Car si James n’entend pas, sa vie peut vite être en danger, et je le refuse. Il ne peut rien lui arriver. Il évoque son sauveur et je remercie le ciel.

Et puis il dévie la conversation sur moi, finit par me lâcher et je cherche un instant le sol du regard avec de retrouver les yeux de mon ami. « Asseyons-nous ! » Le récit promet d’être long et depuis le temps que je ne l’ai pas vu, nous avons sûrement une tonne de choses à rattraper. Je lui attrape le bras et le guide vers l’une des tables. Au lieu de m’assoir en face, je m’assieds à côté de lui, du côté de son oreille valide, surtout après qu’il m’ait confié que ses appareils ne fonctionnaient plus.

Et puis je me tourne vers lui. « J’étais venu à Kelowna pour faire mes études. Du coup mon parcours est sûrement moins intéressant que le tien, mais j’ai fait mes études à l’université. Et puis tout est tombé et avec un groupe, on sa décidé de bouger et on est venu dans l’hôpital. A part ça, je n’ai pas beaucoup bougé. » Comme je l’ai dit, je n’ai pas vécu une très grande aventure. Récupérer l’hôpital a été l’épreuve la plus mouvementée et c’était il y a à présent un sacré bout de temps. Une éternité.

Et puis je me remémore qu’il a parlé de quelqu’un. « Qui t’a ramené ici ? » Histoire que je le remercie tous les jours de lui avoir certainement sauvé la vie. Et puis ma main vient se poser contre mon front, je m’appuie sur mon coude, sentant soudain la fatigue revenir en force. « Un sale virus traine par ici. Tu n’es pas malade toi ? » Je ne sais pas si l’hôpital est le seul à avoir été touché ou si d’autres survivants sont dans le même état que nous. Mais James ne semble pas être malade. « Tu as mangé ? Tu veux quelque chose ? » Ma main vient se poser sur son épaule. « Comment ça se fait que je ne t’ai pas encore vu ? Tu as déjà ta chambre ? » Tant de questions, tant de réponses que j’attends de sa part. Je n’ai certainement jamais parlé autant. Mais c’est James…

Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

James A. Walsh

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en médecine
▫ Occupation : Participe aux excursions et fait office de doc quand il le faut
▫ Statut civil : Célibataire...
▫ Lieu de naissance : Irelande, Dublin



▫ Messages : 73
▫ Inscription : 25/10/2018
▫ Crédits : gekyume-qs
▫ Célébrité : Dylan O'Brien



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   05.11.18 7:57

James ne se laisse pas prier, se laisse guider vers l'une des tables, s'assied sur une chaise et sourit doucement lorsqu'il voit son ami prendre place à sa droite. Et cette attention le touche particulièrement. Rares sont ceux qui prennent le temps pour ce genre de futilités, mais Elijah, lui, a toujours été attentif. James tend son oreille, écoute son ami. Et il sent son coeur se calmer, les abrutis déjà oubliés.
Il a fait ses études ici. Ce qui explique son départ de Calgary.

- Eh bah, vous avez fait du bon boulot, de c'que j'vois, ici.

L'irlandais tourne son regard vers la salle, le laisse vaquer à ses observations. Il est vrai que l'on pourrait se sentir en sécurité, ils n'ont pas fait un sale boulot. James retourne à la réalité lorsqu'il remarque un léger silence. Il fronce des sourcils, s'excuse. Il n'a pas entendu. Et Elijah lui pose un tas de questions, ce qui lui parait plutôt normal. Depuis combien d'années ne se sont-ils pas vus ? Et jusqu'à preuve du contraire, ils s'appréciaient. Il faut dire aussi qu'ils ont vécu des choses particulières et ont sans doute beaucoup à se raconter.

- Matthew, un certain Matthew m'a trouvé dans la ville. Heureusement d'ailleurs, quand mes appareils ont lâché, j'me suis retrouvé un peu con. Et là j'entend de vagues bruits de luttes derrière moi, j'me retourne, et un inconnu défonce la gueule de plusieurs virulents qui étaient dans mon dos... J'peux t'assurer qu'j'lui dois une putain de fière chandelle, à ce gars.

Il se marre, mais lorsqu'il y repense, c'était vraiment une idée de con de partir seul dans cette jungle... C'est souvent ce que l'on dit de lui. Qu'il est un crétin impulsif. Le surnom affectif que lui porte sa soeur, d'ailleurs.
James fronce les sourcils, il remarque soudainement la mine fatiguée de son ami.

- Le virus, oui, j'en ai entendu parler. Moi ça va, j'crois pas que j'l'ai attrapé, pour l'instant. Et t'inquiètes pas, j'ai eu l'temps de manger un peu avant qu'ces abrutis viennent m'emmerder.

Il prend un moment, avant de poursuivre. Il observe Elijah.

- On ne m'a pas donné de chambre, je n'crois pas. Faut dire qu'ils articulent super mal, par ici. Non ? J'comprend rien à ce qu'ils racontent, j'dois tout l'temps les faire répéter ce qu'ils me disent... Ce serait vraiment génial si t'arrives à faire quelque chose de mes appareils, mec. J'te jure, ça me fout les nerfs.

Malgré les années écoulées depuis Calgary, James remarque bien cette fatigue sur son visage. Et il s'inquiètes. Il est le premier qu'il croise ici, contre qui il n'a pas envie de hurler. Et le seul qu'il connaisse...

- Ca doit être un hasard si l'on ne s'est pas croisés plus tôt. Mais... et toi alors, tu ne sembles pas dans ton assiette, tu vas bien ? Et comment ça s'passe ici ? Faut dire qu'on sait pas trop c'que vous foutez, dans les autres groupes. Ils sont trop occupés à se foutre sur la gueule...

L'irlandais prend une légère pause, plante son regard dans celui de son ami.

- T'as vraiment pas l'air au top.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en astronomie
▫ Occupation : Fait de tout dans le groupe
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Calgary, Canada

▫ Messages : 223
▫ Inscription : 26/06/2018
▫ Crédits : Avengedinchains
▫ Célébrité : Ezra Miller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   11.11.18 17:02


Hey dude, don't make it bad

Appuyé contre mon coude, je le regarde observer autour de lui. Un petit sourire s’affiche sur mon visage en me rendant compte de ce que nous avons effectivement créé. Il n’y avait rien à notre arrivée à part l’équipement de base de l’hôpital. L’organisation, on se la doit à nous-même. Evidemment, nous étions bien moins nombreux, c’était plus facile de gérer avant que d’autres nous rejoignent. Mais au moins, nous avons pu adapter au fur et à mesure des arrivées et ne pas avoir besoin de gérer immédiatement un grand groupe.

Et puis James parle de son arrivée ici, de son sauveur et je ne peux m’empêcher de laisser échapper un petit rire lorsqu’il évoque Matthew. Ça ne m’étonne pas que ce soit lui qui l’ait trouvé. Je pense d’ailleurs que les deux pourraient devenir de très bons amis. « Tu as vraiment eu de la chance de tomber sur lui. C’est un bon gars tu verras. » Je l’aime bien, Matthew. Et je sais que c’est réciproque. J’ai bien vu sa manière d’être calme en ma présence et bien plus nerveux avec les autres. Je ne sais pas ce qui provoque ça, sûrement nos caractères qui se mélangent parfaitement bien.

Puis ils parlent des autres du groupe, répond à mes questions et je cligne difficilement des yeux, sentant la fièvre revenir. « Laisse-leur le temps de s’habituer à toi, ils comprendront comment il faut s’adresser à toi. Et ils devraient t’attribuer une chambre normalement. Au pire tu peux venir chez moi en attendant, y’a de la place. » Même si mon lit n’était pas bien grand, on pourrait toujours installer un matelas au sol ou n’importe quoi le temps de lui trouver une chambre pour lui. « Je vais voir oui, tu me les donneras à l’occasion et je les trafiquerai. » Nouveau sourire.

Puis il s’inquiète, James, de ma santé. Petit soupire discret alors que ma tête devient lourde contre ma main. « J’ai choppé le virus, comme une grande majorité du groupe. C’est la première fois que je me lève et que je viens dans le réfectoire depuis bien une semaine. Donc j’vais pas te mentir, c’est pas la grande forme. » Nouveau clignement difficile. « On sait pas non plus ce que font les autres clans tu sais… Mais ici, on a une équipe qui étudie l’épidémie avec ce qu’ils peuvent. J’espère qu’ils trouveront quelque chose d’utile un de ces jours. Mais en ce moment ils ont arrêté les recherches pour étudier le virus qui traine en ce moment. On sait pas non plus ce que c’est et tout va tellement vite. »

Le silence s’installe durant un court instant, le temps pour moi de sentir un petit vertige. « La fièvre m’avait lâché un peu juste avant que je vienne ici, mais ça revient en force… Ça te dérange si on bouge vers ma chambre ? Tu pourras te reposer aussi si t’as envie… » Je n’ai pas envie de le gêner, ni de l’embêter. Mais il a dit qu’il avait mangé, donc il n’avait plus rien à faire dans le réfectoire. Et mon impression de faim de tout à l’heure s’était envolée, balayant le moindre espoir d’avaler quelque chose. « Te force pas hein, si t’as quelque chose à faire pas de soucis, on aura tout le temps de reparler à un autre moment. »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

James A. Walsh

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en médecine
▫ Occupation : Participe aux excursions et fait office de doc quand il le faut
▫ Statut civil : Célibataire...
▫ Lieu de naissance : Irelande, Dublin



▫ Messages : 73
▫ Inscription : 25/10/2018
▫ Crédits : gekyume-qs
▫ Célébrité : Dylan O'Brien



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   17.11.18 7:41

Une chambre. James ignore s'il se sentira réellement serein, dans une chambre d'hôpital. Bien trop liée à son métier. Mais après tout, peut-être pourra-t-il en faire ce qu'il veut. Il sourit lorsque son ami lui propose de loger dans sa propre chambre, le temps qu'on lui en désigne une. C'est étrange comme parfois, l'on ne ressent pas le poids du temps. Qu'importe les jours, les mois, les années passées loin l'un de l'autre. Ils semblent ne jamais s'être quittés. Cette complicité qu'ils ont eu semble toujours présente, quelque part au fond d'eux et ressort doucement. Un sentiment étrange et pourtant terriblement agréable, que de trouver un ami au travers de l'apocalypse. Si l'irlandais s'y attendait en fuguant de Highgate... il serait parti plus tôt.

Et l'inquiétude le submerge lorsque son ami lui parle du nouveau virus. Il l'a attrapé. Maintenant qu'il le dit, l'irlandais a remarqué les visages fatigués de certains membres de la Lyssa. Certains ont cet air abattu, la peau blême, le regard vitreux. Le virus traine dans les couloirs de l'hôpital. Et James, lui, ne sent pas le moindre signe de maladie. Pour l'instant...
Il se fiche bien de sa propre santé, s'inquiète pour celle de son ami. Sourcils froncés, il l'écoute attentivement, se muselant pour ne pas l'interrompre. Il tique lorsqu'Elijah parle d'une équipe recherchant un remède et note d'aller y jeter un coup d'oeil, dans les prochains jours. Peut-être pourra-t-il être utile. A être coincé ici, autant se rendre utile. N'est-ce pas l'une des raisons de son départ ?

Le silence s'installe et James le voit, dans son regard, qu'il est ailleurs. Son esprit sûrement embrumé par le virus. Et il le lui confirme, la fièvre le prend. Il lui propose de migrer vers sa chambre, qu'il puisse se reposer. L'irlandais sourit, rit presque à sa dernière remarque.

- J'regarde mon agenda, attends... j'crois que j'peux te dégager un petit créneau pour les prochaines heures. On attend sur moi pour greffer une paires d'ailes à un singe géant vert, mais ils vont m'attendre. Une princesse sait se faire désirer !

Il le regarde, son air malicieux illuminant sa pupille, cet air qu'il lui connait bien trop. Bien évidemment qu'il n'a rien de mieux à faire... Il ne connait personne, n'a rien à faire. A part se tourner les pouces dans son coin. Et à part parler au premier inconnu, il préfère, et de loin, passer du temps avec son vieil ami. Ils ont beaucoup à se dire, après tout.
James se lève alors, enfouie ses mains dans les poches de sa veste en daim, qu'il ne quitte jamais. Et se tourne vers Elijah.

- Je te suis !

Ni une ni deux, l'irlandais colle le train de son ami, bien évidemment placé à sa gauche. Et alors que le silence reprend ses droits, il pense à sa soeur et craint la question que pourrait lui poser Elijah. Où est-elle, pourquoi n'es-tu pas avec ta soeur, vous vous êtes encore engueulés ? Et toutes sortes de questions bien plus gênantes. Quoiqu'il n'ait rien à cacher. Mais parler de sa soeur n'a jamais été un sujet paisible pour son coeur. Son sang ne faisant qu'un tour et ses pulsions explosant dans ses mots. Cat est parfaite lorsqu'il est question de chauffer son frère... c'est dire aussi qu'il est aisément mis en colère.
James brise la glace.

- Et ils ont trouvé quelque chose ? Je veux dire, sur le virus qui traine. Est-ce qu'ils ont trouvé d'où il vient ou quelque chose de plus utile ?

L'irlandais se sent concerné, malgré qu'il ne soit pas malade. Et s'il pouvait apporter sa pierre à l'édifice...

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en astronomie
▫ Occupation : Fait de tout dans le groupe
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Calgary, Canada

▫ Messages : 223
▫ Inscription : 26/06/2018
▫ Crédits : Avengedinchains
▫ Célébrité : Ezra Miller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   03.12.18 14:52


Hey dude, don't make it bad

Il accepte de m’accompagner à ma chambre. Evidemment, il ne rate pas l’occasion de glisser un peu d’humour et je ne peux m’empêcher de rire. Il a toujours été comme ça, James. Un boute-en-train du soir au matin. Et je suis heureux de retrouver ça, comme si on ne s’était jamais quitté. Mais c’est certainement le fait qu’il fasse partie du passé qui laisse cette impression. Nous avons tout perdu, quelque chose de connu va forcément nous faire retrouver un semblant de bien-être du passé. Et James, on a tout de même été de très bons amis. Comment l’oublier.

Mais le voilà qui accepte réellement. Alors je me lève lentement, me passant une main sur le front avant de prendre la direction de ma chambre. James vient se placer à mes côtés et je lui souris une nouvelle fois. Je ne réalise pas vraiment qu’il soit là. Comme si tout n’était qu’un rêve, une hallucination créée par la fièvre. Mais non, mon ami est bien là, à mes côtés et bien décidé à rester.

Le silence s’installe une nouvelle fois et je me perds dans ma tête, comme à mon habitude. Je pourrais lui poser mille questions sur ce qu’il a fait avant d’arriver ici, avec qui il était, si ses proches sont toujours de ce monde, mais non, je me perds. Je ne fais pas le lien avec Cathleen, oublie son oncle et me contente de continuer mon chemin sans me poser plus de questions. On me qualifie toujours de rêveur et distrait, ce n’est pas avec de la fièvre que je vais changer.

C’est James qui brise le silence, posant des questions sur ces fameuses recherches dont je lui ai parlé. « Pour tout te dire, j’en sais rien. Il y a eu une réunion… » Légère perte d’équilibre et je me rattrape au mur à mes côtés, passe une main dans mes cheveux et me remets en route. « On a tous été rassemblé dans la cafet’ pour nous parler des mesures à prendre. J’en sais pas beaucoup plus depuis. Je sais juste qu’ils cherchent et qu’ils nous diront certainement quand ils trouveront quelque chose. » Sentant la tête me tourner une nouvelle fois, j’attrape le bras de mon ami pour m’aider à me guider. « Pardon… C’est la fièvre. J’espère vraiment que t’attraperas pas cette saleté. » Encore la fièvre, ça peut aller. Mais tout le reste devient gentiment un petit enfer.

Mais la porte de ma chambre se présente à nous et je soupire longuement en tournant la poignée. « Te voilà chez moi. Installe-toi où tu veux, t’es chez toi ici aussi. » Je me laisse tomber sur mon lit et me tourne vers James. « C’est pas bien grand, mais c’est toujours mieux que d’être dehors. »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

James A. Walsh

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en médecine
▫ Occupation : Participe aux excursions et fait office de doc quand il le faut
▫ Statut civil : Célibataire...
▫ Lieu de naissance : Irelande, Dublin



▫ Messages : 73
▫ Inscription : 25/10/2018
▫ Crédits : gekyume-qs
▫ Célébrité : Dylan O'Brien



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   03.12.18 15:31

Elijah répond à peine, qu'il semble perdre l'équilibre, se retient au mur. L'irlandais, réactif, lève les mains, ne touche pas son ami. Est là pour assurer. Il observe d'un coup d'oeil que tout va bien, attend que son ami décide de reprendre le pas. Il passe sa main dans ses cheveux, se remet en route et James, lui, reste bien plus attentif qu'au début de leur conversation, guettant le moindre signe de faiblesse, pour le soutenir si besoin était. Tous ses sens en alerte, il n'oublie pas de l'écouter attentivement, ingérant les informations avant de les placer dans un coin de son esprit pour les analyser lorsqu'il serait seul.
Et Elijah attrape le bras de l'irlandais, ce dernier pose sa main, instinctivement, sur la sienne. Ses sourcils se froncent, se demande s'il ne devrait pas... James n'hésite pas plus, se fait béquille pour son ami qui semble vraiment dans un sale état.

- Ne t'excuses pas, appuies-toi seulement sur moi.

Il l'espère aussi, ne jamais attraper ce truc. Il a toujours eu une santé de dingue, hors ses oreilles, mais c'est un foutu accident, donc ça compte pas. Autrement, il a toujours eu une très bonne santé. Mais là, nous parlons d'un virus plus terrible qu'un simple rhume... Il espère, oui, ne jamais se le faire refiler.
Et alors qu'ils avancent lentement, Elijah annonce qu'ils sont enfin arrivés. L'irlandais est soulagé pour son ami, il va pouvoir se poser et se reposer. Et maintenant qu'il écoute son corps, James ressent une certaine fatigue. Son escapade en solo dehors l'a crevé, ses premières nuits à la Lyssa ont été plutôt courtes... de fatales insomnies. Il ressent alors cette fatigue peser sur ses épaules, menacer son mental.

La porte s'ouvre, ils entrent. Son ami se laisse tomber sur le lit et James, lui, n'entend que ses derniers mots.
T'es chez toi ici aussi.
Quand était-ce la dernière fois qu'il s'était senti chez lui ? De mémoire, il peine à s'en souvenir. Et entendre ces mots, de sa bouche à lui, le touche. D'une manière dont il s'étonne. Peut-être cet effet de retrouver un visage, un ami, quelqu'un du passé. Et il aime à ressentir cette sensation d'une maison, d'un lieu où se sentir chez soit. Elijah lui donne cette impression... d'être chez lui. Son visage qui irradie une histoire passée, ses yeux criant d'une vérité terrible qu'ils n'y reviendront jamais. James se raccroche au visage de cet ami revenu du passé. Son coeur bat plus fort qu'il ne l'aurait cru lorsqu'il s'approche du lit et s'assied sur le rebord. Il enlève ses chaussures, fait danser ses doigts de pied au travers de ses chaussettes vertes.

- J'trouve que c'est plutôt parfait, comme taille. Et...

Il prend une pause. Reprend.

- ... merci de me laisser une petite place ici. J'ai de la peine à vraiment me retrouver ici, c'est différent. Et j'ai mes souvenirs de la fac...

Il voit, à chaque recoin de l'hôpital, des fantômes. Il subit des flashbacks, se surprend à sourire bêtement en pensant à ses anciens amis. Avant de retrouver son air amer, se demandant s'ils sont toujours en vie. C'est comme ça, ils seront confrontés aux fantômes passés durant toute leur vie. Et pire encore, se retrouver devant un virulent... que l'on a connu. Jusqu'à aujourd'hui, James n'a jamais subit cette atrocité du destin. Et il espère de toute son âme ne jamais s'y voir confronté, il ne saurait quoi faire. Tirer une balle ? Courir ? Resterait-il de marbre, incapable de bouger le moindre muscle ?

James soupire, James retrouve son sourire. James cherche sa bonne humeur, la revêt. Et tourne son regard vers celui qu'il n'aurait cru revoir et qui pourtant, est là. Couché à quelques centimètres de lui.

- Dis-moi surtout, si tu veux te reposer, je comprendrais. T'as l'air d'en avoir besoin... C'est bizarre, j'suis moins sociable qu'avant, quand tout était normal. Ca fait du bien de voir un visage connu, ça change.

C'est vrai, James ressent une sorte de bonheur étrange à retrouver un ami.

_________________

Some of us have to make mistakes. Some of us are human.

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Elijah A. Kinsley
Head in the stars

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Etudiant en astronomie
▫ Occupation : Fait de tout dans le groupe
▫ Statut civil : Célibataire
▫ Lieu de naissance : Calgary, Canada

▫ Messages : 223
▫ Inscription : 26/06/2018
▫ Crédits : Avengedinchains
▫ Célébrité : Ezra Miller



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   12.12.18 14:05


Hey dude, don't make it bad

D’abord assis sur mon lit, je finis par me vautrer, installant mon oreiller vers le mur, laissant enfin ma tête s’appuyer. Je ressens l’effet de ma petite marche sur mes muscles. J’ai mal. Tout mon corps me brûle et je pense que la fièvre est remontée en flèche. Ce virus nous met tous dans un sale état. Les plus faibles y ont déjà succombé depuis longtemps et parfois, je me demande jusqu’où on pourra aller avec ça.

Mais je n’y pense pas plus longtemps, ma vue se brouille un instant, alors je ferme les yeux, m’enfonce dans mon oreiller et écoute James parler. Je le sens qui remue à côté de moi, je relève un œil pour voir ce qu’il fait et l’aperçois en train d’enlever ses chaussures. Je souris puis referme l’œil. Je suis effectivement fatigué. Toute cette agitation m’a vidé de ce qu’il me restait d’énergie et je pense que cette fois-ci, le sommeil sera profond.

James se confie à moi, sur ce qu’il pense du fait de revenir à l’hôpital et je rouvre mes yeux, à demi, juste de quoi le voir. Nous sommes si loin dans l’apocalypse que j’en avais oublié notre vie d’avant. James avait fait ses études de médecine évidemment, cet hôpital lui remémore bien trop de choses. Alors je tends ma main vers lui, l’écrase contre son bras pour lui montrer mon soutien. Il en a vécu des choses lui aussi, certainement bien plus que moi. Il était là-dehors lui, il a voyagé. Il reparle et je laisse échapper un soupire. « Cette nouvelle vie nous a tous rendu un peu différents. T’as le droit de changer James, t’as le droit de ne pas toujours avoir envie de sourire ou de parler. » Je finis par lui sourire. Car James a toujours voulu plaire aux autres, faire plaisir à tout le monde, amuser la galerie. Il a toujours été ce contraire de moi. J’aime aider les autres, j’aime voir le sourire sur leurs lèvres, mais j’aime avant tout mes étoiles et ma solitude. Et avec la fin du monde, ce sentiment s’est accentué. Rester dans mon monde me parait moins dur que d’affronter la réalité de là-dehors.

Je soupire une nouvelle fois en sentant mes paupières se fermer d’elles-mêmes. Garder les yeux ouverts me parait insurmontable. « Je suis content que tu sois là James. Ça me fait aussi du bien de retrouver un visage du passé. » Ma main est restée posée sur son bras, peut-être un besoin de son contact, de ne pas me sentir seul comme je l’ai été durant ces longs mois. « Je t’écoute, si tu veux parler, ne t’en fais pas. Mais garder les yeux ouverts m’épuise. » Je me replace dans mon lit, attrape ma couverture pour me glisser dessous. « Toi aussi si tu as besoin de te reposer, comme je te l’ai dit, tu es chez toi. Il y a une couverture dans l’armoire et peut-être même un oreiller. »
Codage par Libella sur Graphiorum

_________________
i found love where it

wasn't supposed to be
ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hey dude, don't make it bad - Elijah the sexy one
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» {Flashback} Back From The Dead [Klaus, Kol & Elijah]
» Elijah Mikaelson
» Elijah - Mother made us vampires. She didn't make us monsters. We did that to ourselves... [Fiche Terminée]
» Elijah Mikaelson - Vampire originel (Pris)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown :: General Hospital-
Sauter vers: