AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Arrow

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Soren Lundqvist

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Membre des commandos parachutiste puis garde forestier
▫ Statut civil : Un ancien épicurien amoureux des femmes, célibataire !
▫ Lieu de naissance : Åre (Suède)



▫ Messages : 218
▫ Inscription : 24/07/2018
▫ Célébrité : Bradley Cooper



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Arrow    13.12.18 2:17

Se rapprocher du centre-ville ça avait ses bons côtés. En général on trouvait davantage de quoi vivre là-bas que nulle part ailleurs : vivres, matériel, nécessaire pour dieu sait quoi… Mais il y avait le revers de la médaille, évidemment. L’endroit se révélait infesté et lorsqu’on n’était pas assez prudent, lorsqu’on manquait de vigilance, se retrouver encerclé et sans issue pouvait arriver vite. Trop vite. Soren ne le savait que trop et s’il prenait parfois ce risque, c’était parce qu’il n’en avait pas le choix en général ou parce que ce dont il avait besoin était introuvable ailleurs.

Aujourd’hui était de ces jours-là, il avait fait un détour par le centre parce qu’il avait une idée précise en tête, un truc qu’il aimerait se procurer… Sauf que son plan avait avorté avant même d’avoir commencé, quasi. Le fait était que le drugstore qu’il avait repéré quelques jours plus tôt n’était plus dans une zone aussi dégagée que lors qu’il l’avait remarqué… Ça grouillait dans le coin, la rue était animée de manière morbide par ces cadavres qui marchent et dont les gorges émettent ce râle étrange et dérangeant qui précédent parfois l’apparition de ces tristes créatures.

Soren avait abandonné l’idée, donc. Il voulait un lot de piles (entre autres choses bonnes à récupérer), il allait en avoir besoin à un moment ou à un autre… Mais ça ne lui servait à rien s’il mourrait en essayant de les obtenir.

Bref.

Il était encore tôt, Soren réfléchissait aux plans B qui s’offraient à lui. Il n’avait rien prévu pour aujourd’hui et il commençait à caresser l’idée d’une journée de « calme », sans rien à faire de précis. Ses os douloureux ces derniers temps apprécieraient qu’il les mettent au repos et ce serait l’occasion –peut-être- de grappiller quelques heures de sommeil qui, ces derniers temps, avaient pu lui faire défaut.

Il en était là dans ses réflexions, à deux doigts de quitter pour de bon le centre lorsque soudainement, on se dresse devant lui. Une femme, pas forcément très grande, peut-être un mètre soixante-dix à tout casser… Mais à la voir sur ses appuis, à deviner les muscles fins de ses bras bandant son arc, Soren ne remettait pas en cause ses compétences avec cette arme particulière… Surtout qu’il ne se trouvait qu’à quelques pas d’elle, il était ainsi plus qu’improbable qu’elle le manque.

« Bonjour… »

Autant se montrer poli, tant qu’à ça. Pour autant, Soren restant sur la défense, pas vraiment ravie de se retrouver dans une situation aussi incongrue. Il y a encore moins d’un an et demi, si on lui avait dit un jour qu’il se ferait tenir en respect par une amazone avec un arc, Soren aurait rit, commentant sur ce que ça ressemblait au début d’une mauvaise blague un peu grasse. Sauf que là ça n’avait rien d’une blague… Et après quelques minutes à se jauger mutuellement, à la détailler, du sommet de ses cheveux sombres à ses pieds bien campés dans le sol en passant par son regard aussi noir que le sien était bleu, Soren reprend :

« C’est peut-être pas très utile de me menacer comme ça. Je ne suis pas dangereux. »

C’est sûr qu’elle ne pouvait pas le deviner mais bon… Il préférait le souligner quand même vu le genre d’énergumènes qu’on pouvait croiser à Kelowna depuis l’apocalypse. Ça lui faisait repenser à un peu toutes ses rencontres… Et si elles n’avaient pas toutes été mauvaises, au contraire, il fallait bien admettre qu’on l’avait souvent mis en garde. Soren lève d’ailleurs ses mains, pour montrer pattes blanches à la femme qui se tenait devant lui.

« Je m’appelle Soren. »

Et si jamais c’était ce qu’elle attendait, il précise :

« Je n’ai rien d’intéressant pour toi sur moi. Je comptais aller dans un drugstore que j’avais remarqué plus loin dans le centre-ville… Mais les infectés sont de sortie, j’ai dû renoncer. »

Alors il n’avait pas grand-chose sur lui et si elle voulait récupérer le peu qu’il emmenait, elle allait se heurter à un mur, c’est clair.

« Je m’appelle Soren. On devrait retourner dans la ruelle d’où tu viens… »

Ici ils étaient beaucoup trop exposés… Dans un endroit définitivement trop dangereux.

« Tu es toute seule ? »

C’était purement informatif, aucun jugement. Lui-même voyageait seul après tout.

_________________


Let me whisper in your ear

Don't want this to hurt, but what you deserve is the truth...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen E. Duchannes

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
▫ Occupation : La chasse et la protection
▫ Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
▫ Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

▫ Messages : 78
▫ Inscription : 10/12/2018
▫ Crédits : raspberry-panda & ROGERS.
▫ Célébrité : Alicia Vikander



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    13.12.18 7:38


ARROW
Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident. Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison
Eileen et les enfants avaient décidé de quitter la maison aujourd'hui. Enfin, plus exactement, il serait plus juste de dire qu'Eileen avait décidé de partir en expédition - confiant, de ce fait, la garde du groupe à Kaden - mais quand ils avaient appris qu'elle voulait faire le ravitaillement au centre-ville, ils s'étaient tous décidés, d'un commun accord, de venir avec elle. Sans lui demander son avis. Génial! ... Bon,ben...Allez! Haut les cœurs! Dans la joie et la bonne humeur!... Vous la sentez l'ironie?

C'est ainsi que le quintet quittèrent la maison de maître dans laquelle ils avaient élu domicile. A la base, Eileen avait prévu de passer par les rues mais avec les enfants...Autant passer par les toits. Repérant une benne laissée à l'abandon et un muret sur lequel - en faisant un peu d'acrobatie - on pouvait accéder aux toits, elle prit les devants.
Une fois sur un toit secondaire ayant un accès au principal via une échelle de secours, elle ordonna à Kaden de la rejoindre en faisant attention puis de faire la courte-échelle à Erik. Le mur était assez petit pour qu'elle puisse atteindre son toit sans aide mais pas pour des enfants. Une fois Erik près d'elle, Eileen tendu la main à Kaden pour qu'il la rejoigne.
Toujours en faisant attention à ce que aucun rôdeur ne les surprennent, elle demanda à Emma et Cécily de faire pareil.

Une fois en sécurité sur le toit, le groupe rejoignit le suivant via l'échelle. Il n'y avait aucun rôdeur sur les toits. C'était l'avantage. Le désavantage, c'était qu'ils étaient exposés mais bon... Là où ils devaient aller n'était pas très loin et, en restant discrets, ils pourront faire l'allée-retour sans encombre!
Effectivement, faisant attention à ne pas se faire repérés - par des vivants principalement - le groupe atteint la ruelle voulue. L'archère sauta sur le balcon de la sortie de secours et donna un coup de pied à l'échelle pour qu'elle se déplie. Vite rejointe par les autres, elle descendit.

Atterrissant par terre en faisant le moins de bruit possible - croyez-moi! Être discrète, on l'apprend vite en cas d'apocalypse - son attention fut attirée par un ombre s'approchant de leur position. MERDE! pensa-t'elle. Eileen fit signe aux enfants de se mettre à couvert pendant qu'elle plaçait une flèche sur son arc.
La voyant faire, ils ne le firent pas dire deux fois et se planquèrent derrière des caisses laissées à l'abandon depuis le début de l'épidémie.

Doucement, prenant garde à ne rien renverser par inadvertance, Eileen se rapprocha de l'entrée de la ruelle, et se colla au mur. La dite ombre appartenait à un homme. Il semblait n'avoir pas loin de la quarantaine et mesurer 1m80. Bref, une montagne à côté d'elle et son mètre 60 à tout casser. Super! De mieux en mieux! Mais quelle journée de....! Bon, dans un autre côté, une bonne journée durant une apocalypse était aussi crédible que de dire qu'on avait vu un éléphant rose!

Sans mot et sans bruit, Eileen sorti de sa cachette après avoir fait signe aux enfants de se taire tout en espérant qu'Emma et Kaden laisseraient leurs fougues au vestiaire. Puis, juste devant l'inconnu - qui semblait s'être rendu compte de sa présence - elle banda son arc visant directement un point vital.
« Bonjour… » Lui lâcha-t'il d'un air qui se voulait, semble-t'il, détendu mais dans lequel Eileen repéra une certaine méfiance. Le type semblait...Surpris. C'est sur que l'arc n'est pas l'arme que l'on privilégie dans ce genre de situation mais bon! Autant mettre ses compétences de championne à bon profit! « C’est peut-être pas très utile de me menacer comme ça. Je ne suis pas dangereux. » Ha! Ha! Ha! C'est marrant mais une des dernières fois qu'on lui avait dit ça, Eileen avait failli se retrouver à bouffer les pissenlits par la racine! Au lui de se "détendre", elle garda le silence et raffermit sa prise sur son arme.

Il leva les bras en poursuivant: « Je m’appelle Soren. » puis il poursuivit: « Je n’ai rien d’intéressant pour toi sur moi. Je comptais aller dans un drugstore que j’avais remarqué plus loin dans le centre-ville… Mais les infectés sont de sortie, j’ai dû renoncer. » Bon ben, c'était officiel: présentement, c'était elle qui avait le rôle de la méchante! Mais bon, dans ce monde, devenir paranoïaque était inévitable quand on tenait un tant soit peu à la vie! Enfin, Eileen soupira tandis qu'elle l'entendait: « Je m’appelle Soren. On devrait retourner dans la ruelle d’où tu viens… »

Baissant son arme, elle dit: J'avais compris la première fois! puis, poursuivant: Je m'appelle Eileen. Désolée de t'avoir menacé! « Tu es toute seule ? » Jugeant qu'on pouvait lui faire confiance, Eileen se tourna vers la ruelle et siffla. Aussitôt, elle vit des formes se diriger vers elle dans la pénombre de la ruelle révélant, enfin, dans la lumière, Emma, Kaden, Cécily et Erik. C'est bon, venez! Fausse alerte! Elle se retourna vers Soren. Encore désolée mais, avec eux, je ne me peux me permettre de baisser la garde.


Puis, réalisant qu'ils n'étaient pas forcément à couvert, en plein milieu d'un trottoir ça aurait été dur, Eileen déclara: On ferait mieux d'aller se cacher. Cécily demanda: Mais il n'y aucun Rôdeur! L'archère soupira et dit: Cécily, on en a déjà parlé! Ce n'est pas forcément des morts qu'il faut se méfier... Mais des vivants. Pourtant, la cadette du groupe et Emma étaient les plus à même d'en témoigner. Les deux sœurs avaient failli être mariées de force et violée par des humains, certes effrayés de la fin de leur monde, mais extrémistes n'ayant plus aucun sens des réalités et sans scrupule à abuser de deux gamines à peine pubères. Eileen se tourna vers Soren: Vous voulez faire un bout de chemin avec nous? On survivra plus longtemps. L'archère avait compris que le drugstore du coin était devenu la planque préférée des rôdeurs...Mais ce n'était pas là qu'elle comptait aller.
code by bat'phanie

_________________
Un bon archer atteint la cible avant même d’avoir tiré
♛ N'oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l'utiliser pour te blesser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Soren Lundqvist

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Membre des commandos parachutiste puis garde forestier
▫ Statut civil : Un ancien épicurien amoureux des femmes, célibataire !
▫ Lieu de naissance : Åre (Suède)



▫ Messages : 218
▫ Inscription : 24/07/2018
▫ Célébrité : Bradley Cooper



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    14.12.18 6:47

Soren a besoin de repasser un peu le film dans sa tête pour réaliser qu’effectivement, dans la précipitation, il s’était présenté deux fois. Pour sa défense il avait beau avoir fait l’armée et vécu l’enfer à cette occasion, Soren n’était pas à l’abri d’un cafouillage ou deux lorsqu’il se retrouvait avec une pointe d’acier qui menaçait de lui emporter la moitié du visage. Et si la femme en face de lui lui apparaît un peu hargneuse lorsqu’elle lui fait remarquer sa répétition, ça ne semble finalement être heureusement qu’une impression.

Effectivement, après quelques instants à se jauger mutuellement, la jeune femme abaisse son arme. C’était malgré tout une preuve de confiance et Soren savait la valeur que ça possédait, il l’appréciait donc d’autant plus. Pour être honnête il n’avait même pas osé espérer qu’elle le ferait vraiment et surtout : si vite.

Eileen donc. Soren acquiesce, histoire de dire qu’il avait compris et il lève également brièvement une main en signe d’apaisement.

« Inutile de t’excuser, je comprends. »

Et c’était sincère. Lui-même se montrait assez méfiant de nature. Peut-être qu’il ne sortait pas des ruelles et des buissons l’arme au bout du bras mais ça pouvait sûrement tout à fait lui arriver et sans pensée machiste : une femme avait sans doute plus de raison de se méfier d’un homme que le contraire. Bien que toutes les femmes ne soient en effet pas à prendre à la légère, « en général » c’était une vérité bien établie.

La jeune femme se tourne vers une ruelle et lorsqu’elle siffle, Soren se crispe un grand coup, rentrant brièvement la tête entre ses deux épaules, s’exclamant à voix pourtant basse :

« Tu ne devrais pas faire ça ! Surtout pas ici ! »

Ils étaient proches du centre-ville… A quelques pas à peine, comme il venait de le lui dire, l’endroit regorgeait d’infectés… Siffler de cette manière, c’était un coup à faire se rameuter la bande. Une très mauvaise idée en sommes ! Et comme une ribambelle de gamins débarques soudainement, Soren est encore plus surprit… Et plus inquiet à l’idée que le sifflement ait attiré du monde.

« On devrait rejoindre les hauteurs avant de faire une mauvaise rencontre. »

Le pire c’est qu’il ne s’agissait pas seulement d’éviter les infectés mais également les hommes qui pouvaient se retrouver dans le coin. Tous les groupuscules que comptait la ville n’étaient pas bons à croiser… Certains étaient même particulièrement dangereux. Soren fait donc un signe aux enfants ainsi qu’à celle qui les menait de rejoindre un escalier, une échelle, n’importe quoi qui leur permettrait de se mettre à l’abri en prenant de la hauteur, le permettant par la même d’avoir une vue d’ensemble un peu meilleur.

« Tu sembles trop jeunes pour avoir autant d’enfants. Comment ça se fait que vous vous retrouvez tous là ? Tu appartiens à une communauté ? »

Ça lui semblait peu probable… Aucune communauté qu’il ait pu croiser n’envoyait ainsi des enfants aussi jeunes et, de toute évidence, inexpérimenté, dans un endroit aussi dangereux que le centre-ville. A dire vrai, il ne comprenait même pas qu’Eileen les ai emmené, surtout qu’elle semblait sincèrement s’en soucier, vu ce qu’elle lui disait.

« Tu n’aurais pas dû les emmener. Mais peut-être que tu ne connais pas bien les lieux ? »

C’était possible… Il y avait bien plus de passage que ça n’en avait l’air à Kelowna, même lui en avait été surprit. Mais du coup, Eileen et les gosses venaient peut-être juste d’arriver en ville. Du coup Soren explique :

« Le centre-ville est vraiment un endroit dangereux. Evidemment on y retrouvait la plus grande densité de population et par extension aujourd’hui la plus grande densité d’infectés. »

Eileen ordonne aux enfants de se cacher et ce malgré les protestations d’une des jeunes filles. « Cecily ». Soren approuve Eileen d’un signe grave de la tête, assurant :

« Tu as raison. Il y a parfois des raids dans le coin… Et ce ne sont pas tous des gens bien… »

Au moins sa méfiance était tout à son honneur et de toute évidence elle ne faisait pas non plus vivre ces enfants dans un monde complètement édulcoré. Par contre, à propos de faire un bout de chemin, Soren hésite… Il a un regard pour les gamins… Puis Eileen à nouveau…

« Je peux vous aider à sécuriser un endroit pour dormir si vous n’en avez pas… Ou vous indiquer un endroit où on vous acceptera. J’y connais quelqu’un de très bien, une femme qui répond au nom de Tennesse, elle vous aidera si vous en faites la demande. »

Mais faire un bout de chemin, ça allait compliqué. Soren menait une vie assez solitaire et ce même avant l’apocalypse. Certes il n’aurait pas dit non à un peu de compagnie mais une femme et quatre gamins, c’était peut-être trop de compagnie, pour le coup.

_________________


Let me whisper in your ear

Don't want this to hurt, but what you deserve is the truth...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen E. Duchannes

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
▫ Occupation : La chasse et la protection
▫ Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
▫ Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

▫ Messages : 78
▫ Inscription : 10/12/2018
▫ Crédits : raspberry-panda & ROGERS.
▫ Célébrité : Alicia Vikander



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    14.12.18 11:42


ARROW
Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident. Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison
Soupirant du fait qu'elle avait encore fait des conclusions hâtives, Eileen rangea sa flèche dans le carquois qu'elle portait sur son dos.
Heureusement, le type qu'elle venait de menacer de calmer à coup de flèches dans l'oeil, lui répondu d'un: « Inutile de t’excuser, je comprends. » Eileen sourit et lâcha un: Sans rancune? un brin crispé.
Dans ce monde, il ne valait mieux pas se faire des ennemis sous peine de mourir plus vite que prévu. Et ça, Eileen ne pouvait se le permettre. Quand il lui demanda si elle était seule, la jeune archère se tourna vers la ruelle et siffla discrètement. Pas assez fort pour qu'un Infecté l'entende mais assez pour que soit le cas pour le quatuor et crispé Soren au passage qui lui lâcha: « Tu ne devrais pas faire ça ! Surtout pas ici ! »

Eileen se retourna vers lui, tendit que les enfants la rejoignaient dare-dare tout en restant prudent, et dit: Je viens du toit, il n'y a rien dans la rue voisine. « On devrait rejoindre les hauteurs avant de faire une mauvaise rencontre. » Elle secoua la tête en accord et, tout en poussant Erik par l'épaule pour signaler qu'ils retournaient d'où ils venaient, fit un signe à Soren.
Le groupe s’engouffra dans la ruelle où l'échelle qu'ils avaient descendu était remontée. Cécily se mit en position et Eileen lui fit la courte-échelle. D'un saut, la petite atteint la première barre et le tout se mit à descendre jusqu'au trottoir; permettant à tous de remonter.
Se préparant à monter, la jeune femme tiqua à la question de Soren. « Tu sembles trop jeunes pour avoir autant d’enfants. Comment ça se fait que vous vous retrouvez tous là ? Tu appartiens à une communauté ? » Eileen pouffa: Merci pour le compliment! Pour la question informulée, j'ai 28 ans. Et, effectivement, aucun d'eux n'est mon enfant...Enfin, au sens strict. On n'appartient à aucun groupe. Cela ne te dérange pas qu'on en parle sur le toit? Autant dire que dans une ruelle sans issue, ils faisaient des proies faciles. Autant hurler aux Infectés au buffet gratuit!

« Tu n’aurais pas dû les emmener. Mais peut-être que tu ne connais pas bien les lieux ? » Elle soupira un: Je ne suis pas idiote! Je voulais les laisser à la planque mais ils ont voulu me suivre! dit-elle en les fusillant du regard. Et bon, ils sont têtus comme des mules et auraient été capable de me suivre même si j'avais dit non...Donc quitte à ce qu'ils viennent quand même, ça me semblait plus judicieux que je sois réellement au courant. Mais on est assez grands! Le fait que vous pensiez comme ça prouve pourtant le contraire, Kaden! Le jeune garçon rentra sa tête comme un gamin prit en faute sous le regard limite amusé d'Emma. Bordel, que la rivalité de ces deux-là ne mettent pas leur survie en péril! « Le centre-ville est vraiment un endroit dangereux. Evidemment on y retrouvait la plus grande densité de population et par extension aujourd’hui la plus grande densité d’infectés. » Ben génial! Eileen regarda les enfants d'un air désolé: Désolée les enfants mais il faudra faire le ravitaillement un autre jour! Trop dangereux d'y aller maintenant! Emma soupira d'un air désespéré. Emma, tâche de mettre ton estomac en sourdine! Il reste des biscuits! Et je les ai compté...Si tu en prends plus que ta part, je le saurais!

Quand Cécily lui fit remarqué qu'il n'y avait pas de rôdeurs dans le coin, Eileen lui répondit que ce n'était pas d'eux qu'il fallait se méfier. L'avantage des Infectés, c'étaient que leurs intentions ne laissaient guère place à l'imagination. Bouffer! Et des tripes bien sanguinolentes, si c'était possible. Les humains...Eux...Si c'était plus paradoxale étaient beaucoup plus vicieux. « Tu as raison. Il y a parfois des raids dans le coin… Et ce ne sont pas tous des gens bien… » Il y avait des choses qui ne changeaient pas! Tandis qu'elle se préparait à monter, elle demanda: Il y a combien de groupes de vivants?

Quand elle lui demanda si il voulait se joindre à eux, elle le vit se crisper. « Je peux vous aider à sécuriser un endroit pour dormir si vous n’en avez pas… Ou vous indiquer un endroit où on vous acceptera. J’y connais quelqu’un de très bien, une femme qui répond au nom de Tennesse, elle vous aidera si vous en faites la demande. » Une planque, on en a déjà une! Elle poursuivit: Et, avec le dernier groupe que l'on a croisé, ça c'est mal terminé. Référence, encore une fois, à celui qui avait kidnappé les deux petites.

code by bat'phanie

_________________
Un bon archer atteint la cible avant même d’avoir tiré
♛ N'oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l'utiliser pour te blesser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Soren Lundqvist

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Membre des commandos parachutiste puis garde forestier
▫ Statut civil : Un ancien épicurien amoureux des femmes, célibataire !
▫ Lieu de naissance : Åre (Suède)



▫ Messages : 218
▫ Inscription : 24/07/2018
▫ Célébrité : Bradley Cooper



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    17.12.18 4:28

« Sans rancune. »

Inutile de jeter de l’huile sur le feu et Eileen s’était non seulement excusée mais elle avait aussi baissée son arme, il lui en était gré. Quant à dire qu’il n’y avait « rien dans la rue voisine », Soren n’ajouta rien dans un premier temps, se contentant de garder les lèvres un brin pincées. Une situation pouvait tourner très vite à leur désavantage ici… Et parce qu’il se devait de le souligner, il ajoute de fait simplement :

« En considérant que la rue le soit encore, on devrait se méfier de ce qui ne se trouvent pas dehors… Mais dedans. »

Les bâtiments aussi étaient infestés. Et une porte ouverte pouvait laisser le champ libre à n’importe quel infecté. En plus de ça :

« Il y a aussi certains survivants bien assez malins pour se cacher… Et qui n’attendent qu’un faux pas. »

Bref, ce qui était fait était fait de toute façon, ils n’allaient pas épiloguer dessus et pour le moment aucune menace ne semblait sur le point de leur tomber sur le coin de la figure. De toute façon : ils partaient.

C’est ainsi qu’ils rejoignent une échelle de secours qui les mènerait directement sur le toit, probablement celui dont Eileen disait venir alors il devait être safe, ce qui était une bonne chose. Par contre elle le surprend à nouveau par ce rire bref. Un joli rire, c’était agréable à entendre, à une époque aussi noire. Toutefois Soren n’avait pas demandé pour l’âge parce que ça n’avait pas autant d’importance pour lui que la jeune femme avait eu l’air de le penser. Il a un sourire à son tour, se contentant simplement d’acquiescer pour ce qui était de poursuivre leur conversation sur le toit.

Une fois là-haut, Soren observa tout autour d’eux un moment, se penchant très légèrement par-dessus le rebord pour voir le sol, quelques mètres plus bas. Le bâtiment n’était pas trop haut, ça leur avait évité une ascension difficile sur une échelle peu solide. Le poids d’Eileen et des enfants était encore léger mais Soren avait quelques kilos de plus au compteur qui auraient pu se révéler préjudiciable pour la grimpe !

Son regard en revient aux enfants qui se font plus ou moins petits… Et parce qu’il voulait quand même leur mettre du plomb dans la tête histoire qu’ils se montrent plus prudent et qu’ils survivent mieux, il leur assure :

« Cette zone est trop dangereuse. C’est déjà difficile de sécuriser les lieux pour soi-même… Ça devient presque impossible de le faire pour tout un groupe. C’est un coup à vous faire tuer. »

Et d’ajouter, à l’endroit d’Eileen :

« Je ne doute pas qu’ils soient débrouillards, c’est la vie à notre époque qui veut ça. Mais sans arme, sans technique… Le centre-ville c’est un peu trop high level si tu veux mon avis. »

Il ne la blâmait pas… Au contraire, il respectait le mérite qu’elle avait de prendre la tête de ce petit groupe d’enfants. C’était un peu comme si Wendy avait troqué sa chemise de nuit et ses boucles blondes pour les collants verts et le chapeau à plume de Peter Pan. En plus responsable toutefois, à voir la petite scénette qui se déroule sous ses yeux. Au moins Eileen ne fonçait pas tête baissée, consciente des enjeux… Et vu son jeune âge ça aussi c’était admirable.

Soren a un sourire, laissant la jeune femme remettre les choses au clair avec les gamins et lorsqu’elle en revient à lui pour une question plus technique à propos des groupes de « vivants », l’ex-militaire à un léger mouvement d’épaule pour témoigner de sa méconnaissance du chiffre exacte.

« Il doit y avoir au moins deux communautés. Peut-être trois ou quatre si j’en crois mon expérience et les rencontres que j’ai faites. Je ne suis pas là depuis très longtemps. Quant aux petits groupes de quelques personnes seulement, comme le tiens… Je ne sais pas. C’est difficile à recenser. »

Ça se faisait, se défaisait… Et parfois la mort venait en faucher… Difficile à dire donc. Il en allait de même pour les survivants qui se la jouaient en solitaire comme lui. Bref, Soren se contente d’un hochement de tête à propos de la planque que le groupe possédait déjà… Et de ce groupe qu’ils avaient rencontré et chez qui ça avait tourné au vinaigre.

« Je comprends. Je suis moi-même un peu méfiant alors je ne vais pas vous pousser. »

Même si personnellement il aurait voulu mettre ces enfants un peu plus à l’abri… Ou les former un peu mieux à se défendre un jour contre l’extérieur. Malgré toute sa bonne volonté, Eileen ne pouvait pas tout faire…

_________________


Let me whisper in your ear

Don't want this to hurt, but what you deserve is the truth...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen E. Duchannes

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
▫ Occupation : La chasse et la protection
▫ Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
▫ Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

▫ Messages : 78
▫ Inscription : 10/12/2018
▫ Crédits : raspberry-panda & ROGERS.
▫ Célébrité : Alicia Vikander



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    17.12.18 14:25


ARROW
Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident. Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison
La tension restait palpable dans l'air...Mais quoi de plus normal? Ils étaient dans une ville qu'ils connaissaient peu et ne pouvaient se permettre de faire confiance à n'importe qui. Aussi, Eileen restait méfiante même si elle ne sentait aucune agressivité de la part de l'homme qui lui faisait face... Après tout, l'habit ne faisait pas le moine et rien n'était plus vrai que dans ce monde détruit révélant ce que l'humanité pouvait faire de pire.
Elle était, cependant, rassurée de savoir que Soren ne lui tiendrait, apparemment, pas rancune d'avoir failli lui décocher une flèche. Elle ne l'avait pas fait, pour sa défense! « En considérant que la rue le soit encore, on devrait se méfier de ce qui ne se trouvent pas dehors… Mais dedans. » Lui répondit-il.

Parlait-il des rares humains à avoir échapper à l'épidémie ou des Infectés? Des deux certainement! Mais qu'importe. Dans l'immédiat, il fallait rejoindre les toits.
La chose de bien avec une épidémie transformant la quasi-totalité de la population mondiale en bouffeurs de cervelles c'était qu'on était obligé de faire allé ses méninges et ses muscles. Ainsi Eileen, les enfants, et Soren purent monter sur le toit, en sécurité, via une échelle de secours qui n'était plus que l'ombre de ce qu'elle avait été. Déjà que, en temps normal, on ne pouvait pas dire que c'était les ustensiles les plus entretenus, cela révélait du miracle qu'ils aient pu atteindre le toit sans se casser la figure au passage. Bien évidemment, leur compagnon temporaire lui rétorqua qu'elle n'aurait jamais du emmener les enfants au centre-ville. Eileen, pas d'humeur à jouer les mamans poules considérant que ses enfants étaient les plus beaux et parfaits et qu'il n'avait pas à lui parler sur ce ton quant à leurs éducations, ne prit pas leur défense en rétorquant qu'ils étaient têtus comme des mules et qu'ils allaient la suivre de toute façon.
Ainsi, elle laissa aussi Soren leur mettre du plomb dans la tête à la dure. « Cette zone est trop dangereuse. C’est déjà difficile de sécuriser les lieux pour soi-même… Ça devient presque impossible de le faire pour tout un groupe. C’est un coup à vous faire tuer. » Si Erik et Cécily acquiescèrent aux saintes paroles de Soren, Eileen entendit les deux autres marmonner en proférant ce qui semblaient être des insultes. J'ai entendu! Elle rétorqua, sévère: Et je me contrefous que vous acceptiez ou non de vous faire remonter les bretelles! Je pensais que vous le saviez depuis le temps qu'on n'est pas dans un jeu vidéo ou un film! Le monde est devenu dangereux! Il serait temps que vous en preniez conscience! Eileen poursuivit: La prochaine fois que je vous dit: "restez à la planque!": vous y restez point barre! Elle aurait eu presque envie de rajouter "et si vous vous faites choper, tant pis pour vous" mais c'était un brin trop sadique. Enfin "un brin"...On se comprend!

Le message sembla être passé quand Soren s'adressa à elle: « Je ne doute pas qu’ils soient débrouillards, c’est la vie à notre époque qui veut ça. Mais sans arme, sans technique… Le centre-ville c’est un peu trop high level si tu veux mon avis. » Kaden s'apprêta à surenchérir mais Eileen le coupa d'un Il n'a pas tord les enfants. Avec vos couteaux, vous n'irez pas loin! Puis elle dit: On est arrivés il y a quelques jours. Nos provisions se sont épuisées hier, il ne nous reste qu'un peu de nourritures déshydratées. Comme on n'est pas du coin, je pensais me rendre au centre-ville, où il y a le plus de magasins. Mais c'était loupé. Si les Infectés étaient de sorties, il valait mieux tenir sur le peu de réserves qu'il y avait et revenir une autre fois. Pour ma part, je viens d'Ottawa. Et toi?

Quand elle lui demanda si il y avait beaucoup de vivants, Soren sembla hésiter puis lui répondit approximativement: « Il doit y avoir au moins deux communautés. Peut-être trois ou quatre si j’en crois mon expérience et les rencontres que j’ai faites. Je ne suis pas là depuis très longtemps. Quant aux petits groupes de quelques personnes seulement, comme le tiens… Je ne sais pas. C’est difficile à recenser. » Mais pas parce qu'il refusait de lui répondre mais parce qu'il ne connaissait pas les chiffres exacts. Au moins deux communautés. Trois ou, encore, quatre si on chipotait. C'était déjà bien. Eileen regarda les enfants avant de se concentrer à nouveau sur Soren et dit: Merci quand même. Je vois qu'ils ont réussi à s'organiser. Je sais qu'il y a une université et un aéroport dans le coin...Je suppose qu'il s'agit des deux communautés dont tu me parles?


Quand il lui proposa de lui présenter un des groupes, Eileen refusa en disant que cela s'était mal terminé la dernière fois qu'elle avait tenté d'en faire partie. « Je comprends. Je suis moi-même un peu méfiant alors je ne vais pas vous pousser. » Cependant, elle poursuivit: Tu nous a parlé d'une certaine "Tennesse"... Qui est-elle au juste? Eileen s'était toujours donné comme règles de protéger "les Enfants Perdus" mais elle savait que ce qui était acquis aujourd'hui pouvait nous être retiré le lendemain. Ils allaient bien. Elle allait bien. Physiquement parlant en tout cas et faisaient de leur mieux pour se serrer les coudes mais un imprévu, un drame, pouvait vite arriver. Eileen y avait réfléchi sur le chemin, avant même de croiser Erik - malade dans cette ruelle où il avait réussi à se cacher avant de s'évanouir, et elle se disait que confier les enfants à une communauté bien organisée serait la solution idéale pour eux. En cas de dernier recours, il faudra qu'elle leur fasse comprendre de s'y rendre.

code by bat'phanie

_________________
Un bon archer atteint la cible avant même d’avoir tiré
♛ N'oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l'utiliser pour te blesser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Soren Lundqvist

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Membre des commandos parachutiste puis garde forestier
▫ Statut civil : Un ancien épicurien amoureux des femmes, célibataire !
▫ Lieu de naissance : Åre (Suède)



▫ Messages : 218
▫ Inscription : 24/07/2018
▫ Célébrité : Bradley Cooper



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    24.12.18 9:04

Soren se garda d’intervenir davantage entre les enfants et Eileen. Il ne faisait pas partit du groupe et ne voulait pas être perçu comme « l’ennemi » par ces enfants, même si de toute évidence les plus jeunes préféraient éviter de prendre des risques. Les pauvres… Entraînés par les plus grands dans leur croisade. Ceux-là n’étaient pas de mauvais garnements… mais ils ne réalisaient simplement pas encore la portée de leurs actes. Puisse l’avenir ne pas leur faire goûter de son amertume trop tôt… Quant au ravitaillement, Soren pouvait comprendre ce qui avait poussé le petit quintet à tenter le coup au centre-ville. Et d’admettre d’ailleurs :

« Les recettes à faire en dehors du centre-ville sont assez maigres. »

Le centre-ville pouvait en revanche regorger de trouvailles. Pas partout ni tout le temps… Mais de toute façon, il était inutile d’être prolixe : le centre-ville était la zone la plus dangereuse, point à la ligne. Lui-même ne s’y risquait que rarement et à chaque fois que quelque chose semblait ne pas tourner rond il faisait demi-tour. Ça ne servait à rien de faire le plein s’il ne survivait pas au voyage n’est-ce pas ?

« Mais mieux vaut peu que pas du tout. »

Ainsi donc, même si Eileen ferait ce qu’elle voulait de son conseil, ce dernier l’encourageait à davantage se focaliser sur l’extérieur de la ville pour le moment.

« Lorsque vous serez habitués aux lieux, ce sera plus simple de commencer à mettre les pieds là bas. »

Il ne doutait pas qu’elle y parviendrait. Elle semblait tout à fait capable et parmi ces enfants, il y avait au moins l’aîné qui semblait en mesure de jouer un rôle important au sein du groupe.

« J’étais en Alaska avant que ça commence. »

Par contre, il devait s’admettre surprit d’apprendre qu’Eileen venait d’Ottawa. Disons qu’elle était très loin de chez elle… Est-ce que les enfants venaient de là-bas eux aussi ? Ou bien est-ce que la jeune femme avait parlé de manière « générale » ? C’est à dire qu’elle en était originaire tout simplement. Histoire de lever ce malentendu :

« Les enfants et toi, vous avez parcouru la distance entre Ottawa et Kelowna durant l’année écoulée ? »

Il ne pensait même pas que c’était possible en un délais si court. Lui-même avait bourlingué mais ça, c’était clairement autre chose ! Quant aux groupes qui constituaient Kelowna, Soren hausse les épaules, expliquant :

« Je ne suis pas encore allé à l’aéroport. Mais c’est possible. »

Par contre à propos de l’université il hoche négativement la tête.

« Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit là bas. »

Lui pensait plutôt à l’hôpital… Mais il ne pouvait même pas en jurer. Disons qu’il lui semblait avoir noté du mouvement de ce côté là… D’ailleurs il n’était pas très loin. Mais il n’était jamais allé vérifier, par instinct de survie. Disons qu’avec une ville pleine de morts-vivants, Soren n’avait pas trouvé très judicieux de se rendre dans un endroit qui comptait une morgue pleine à craquer et des chambres qui avaient abrité les très nombreuses victimes des premiers jours de la déchéance de l’humanité. Quant à Nessee :

« Une femme que j’ai connu avant le chaos. Nous nous sommes retrouvés ici. »

Il faisait de son mieux pour ne pas trop en dire. Soren savait que Marie s’était noyée sous les mensonges liés à cette identité qu’elle s’était donnée de « Nessee ». Ils n’étaient pas entrés dans les détails de ce personnage qu’elle s’était créée alors mieux valait ne pas trop en dire.

« Elle appartient à un groupe et je lui fais confiance. Mais je comprend que toi, pour le moment, tu n’ai confiance ni en elle ni en moi. »

Toutefois si elle changeait d’avis un jour… Le nom d’un contact pouvait certainement lui être précieux. En espérant que les deux jeunes femmes vivent assez longtemps pour se rencontrer un jour, évidemment.

Soren vient s’éponger un peu le front. Tout ça lui avait donné un bref petit coup de chaud. Il fallait en profiter : le froid commençait déjà à s’inviter. L’hiver s’annonçait pour le moins compliqué pour les gens qui comme eux voyageaient seuls.

« Je te met également en garde contre une épidémie. Je n’ai pas vu de malades… Mais j’ai entendu dire qu’elle avait frappé durement… Et si une des communautés y a trouvé un remède, j’ignore de quoi il s’agit... »

_________________


Let me whisper in your ear

Don't want this to hurt, but what you deserve is the truth...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen E. Duchannes

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
▫ Occupation : La chasse et la protection
▫ Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
▫ Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

▫ Messages : 78
▫ Inscription : 10/12/2018
▫ Crédits : raspberry-panda & ROGERS.
▫ Célébrité : Alicia Vikander



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    31.12.18 11:39


ARROW
Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident. Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison
« Les recettes à faire en dehors du centre-ville sont assez maigres. » Et merde! Dit-elle. Eileen senti quelque chose la toucher puis, baissant le regard, réalisa que c'était plutôt quelqu'un en la personne d'Erik. Elle se baissa à sa hauteur: Ne t'inquiète pas! Je vous jure que je ne vous laisserais pas mourir de faim... C'était dans son programme mais comment respecter cette promesse quand on ignorait si ils arriveraient à rentrer à la planque sans se faire tuer au passage? « Mais mieux vaut peu que pas du tout. Lorsque vous serez habitués aux lieux, ce sera plus simple de commencer à mettre les pieds là bas. » Elle se releva et dit: Merci du conseil. Pas que j'ai envie de te piquer ton coin... Mais un bon ravitaillement, ça se passerait où? Elle en profita pour lui demander d'où il venait et écarquilla les yeux à la réponse: « J’étais en Alaska avant que ça commence. »Et ben! Tu dois regretter d'être venu! Il la regardait étonné. Craignant d'abord de l'avoir froissé, elle s'apprêta à lui répondre quand il lui demanda: « Les enfants et toi, vous avez parcouru la distance entre Ottawa et Kelowna durant l’année écoulée ? » Ha! D'accord! C'était pour ça. Elle lui dit: Moi oui. Pas les enfants. Et pas à pieds au début. J'étais en route pour une compétition. Ottawa n'était pas au courant pour les infectés donc on nous a laissé partir sans penser qu'on ne reviendrait pas. Du moins, je crois. Pendant le chemin, mon équipe et moi avons été attaqué par...Ces choses. Je suis la seule survivante. Elle préféra ne pas dire d'emblée qu'elle avait tué son ami quand il avait été mordu et l'avait attaqué. J'ai vite remarqué qu'ils avaient cassé le minibus. J'ai du partir à pieds. Puis j'ai rencontré Kaden dans une forêt. Déclara-t'elle en pointant le garçon. Je l'ai sauvé d'un infecté puis on a croisé les deux sœurs avant d'arriver ici où on a recueilli Erik. Voilà en gros!

« Je ne crois pas qu’il y ait quoi que ce soit là bas. » Entendit-elle quand Eileen lui demanda si il y avait des groupes à l'université. Le point positif, peut-être à l'hôpital mais Eileen n'irait pas d'emblée. Et surtout pas avec les enfants. Pas envie de réveiller la morgue! Si les virulents sont arrivés ici pendant un jour de cours, peut-être! Dit-elle, pensive.

« Une femme que j’ai connu avant le chaos. Nous nous sommes retrouvés ici. Elle appartient à un groupe et je lui fais confiance. Mais je comprend que toi, pour le moment, tu n’ai confiance ni en elle ni en moi. » Merci pour l'info! Lui dit-elle. « Je te met également en garde contre une épidémie. Je n’ai pas vu de malades… Mais j’ai entendu dire qu’elle avait frappé durement… Et si une des communautés y a trouvé un remède, j’ignore de quoi il s’agit... » Pfff! Elle soupira. Comme si cette épidémie zombies ne suffisaient pas!


code by bat'phanie

_________________
Un bon archer atteint la cible avant même d’avoir tiré
♛ N'oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l'utiliser pour te blesser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Soren Lundqvist

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Membre des commandos parachutiste puis garde forestier
▫ Statut civil : Un ancien épicurien amoureux des femmes, célibataire !
▫ Lieu de naissance : Åre (Suède)



▫ Messages : 218
▫ Inscription : 24/07/2018
▫ Célébrité : Bradley Cooper



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    02.01.19 2:12

Soren hausse un peu les épaules à sa question. C’était difficile à dire. Ce n’était pas comme si les boîtes de conserves repoussaient sur les arbres évidemment… Alors lui donner « un bon coin » semblait compliqué. Ils seraient au printemps ou au milieu de l’été, ce serait plus simple. Il aurait pu lui donner les coordonnées d’un verger ou quelque chose comme ça, tout en la mettant en garde car ces endroits aussi allaient attirer du monde. Mais avec l’hiver qui frappait à leur porte, les cultures s’étaient éteintes ou avaient déjà été entièrement pillées.

« Je ne sais pas. Je te dirais qu’il faut entrer partout pour en avoir le cœur net. Je ne suis pas là depuis très longtemps moi non plus. »

Soren vivait « au jour le jour » un peu. Et puis ses besoins et donc ses attentes lorsqu’il fouillait un secteur étaient forcément plus modestes que celle de Eileen, qui avait au moins cinq bouches à nourrir. Alors forcément, un « bon coin » faisait relativiser. Par contre, à propos de son regret d’être venu d’Alaska, Soren hoche négativement la tête.

« Tu sais, là-bas ou ici, c’est la même désolation… »

Mais si les grandes villes étaient plus dangereuses sur le principe, elles regorgeaient également de davantage de ressources. Soren n’avait pas été trop gourmand. Il n’avait pas directement ciblé Vancouver ou une ville comme ça. Là-bas, à son avis, le risque était vraiment trop élevé en centre-ville. Ça aurait été dur pour lui alors pour une troupe composée de quatre enfants dont certains en base âge ? Suicidaire.

Eileen fait un peu le tour de ce qui l’avait amené jusqu’ici et Soren acquiesce, visualisant davantage. Ca faisait un peu plus de sens pour lui. Par contre, parce qu’elle parlait d’équipe et de compétition, son regard en revient à l’arc que la jeune femme possédait. Pas le genre de babiole qu’on trouvait partout et dont on pouvait avoir l’usage sans un minimum de connaissances sûrement. Du coup :

« Un rapport avec l’arc que tu trimbales avec toi, ces histoires de compétition et d’équipe ? »

Son regard circule ensuite sur un enfant… Puis sur un autre… Tous y passent à mesure qu’Eileen lui explique la chronologie des évènements qui l’avaient amené ici aujourd’hui.

« Kelowna est une étape alors ? Tu comptes poursuivre vers l’Ouest ? Tu iras où ensuite ? »

Parce qu’ils atteindraient pour de bon la côte ouest à un moment. Ils en étaient tout proche déjà. En tout cas, ils ne seraient pas le seul groupe que Soren avait croisé qui cherchait une nouvelle terre d’accueil à l’abri des infectés. Et comme aux autres, bien qu’il soit sceptique quant à la réussite de cette entreprise, il leur souhaitait de trouver ce qu’ils cherchaient.

Eileen se montre un peu défaitiste par rapport à l’épidémie mais ça s’expliquait. C’est vrai que c’était une situation problématique qui se rajoutait encore par-dessus les autres. Et ça c’était sans compter les maladies habituelles que l’hiver véhiculait. Après un an, qui sait si les virus qu’ils pouvaient attraper n’avaient pas déjà copieusement mutés ? S’ils n’y seraient pas encore plus sensibles qu’avant ? Disons que l’avenir ne cessait de s’annoncer de manière très sombre.

« Bon… »

Soren a un nouveau regard pour les enfants puis pour celle qui leur servait de guide.

« Est-ce que tu as besoin d’autre chose ? »

Et de souligner :

« Le soleil est encore haut. Je vais pousser ma chance dans un autre secteur en général moins peuplé. »

Alors il ne pouvait pas non plus trop traîner, même s’il l’aiderait avec bon cœur si elle avait besoin d’autre chose. Hélas ne restait sans doute plus qu’à faire demi-tour néanmoins pour le moment. La zone était trop dangereuse. Du moins à son goût, après Eileen faisait ce qu’elle voulait de ses conseils.

« On se recroisera peut-être si vous comptez rester en ville un moment. »

Il le souhaitait, parce que ça voudrait dire qu’ils avaient survécu tous les six, au moins quelques jours de plus.

« Faites bien attention. Il n’y a pas que des gens bien à Kelowna. »

Parce qu’il se considérait encore comme « quelqu’un de bien » oui ! Mais que l’expérience lui permettait déjà de dire qu’il y avait des loups dans la bergerie…

_________________


Let me whisper in your ear

Don't want this to hurt, but what you deserve is the truth...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Eileen E. Duchannes

À propos
Sac à dos


▫ Ancien métier : Championne olympique de tir à l'arc
▫ Occupation : La chasse et la protection
▫ Statut civil : Célibataire. Maman par procuration, elle s'occupe d'une bande d'enfants depuis le début de l'épidémie.
▫ Lieu de naissance : Ottawa, Canada.

▫ Messages : 78
▫ Inscription : 10/12/2018
▫ Crédits : raspberry-panda & ROGERS.
▫ Célébrité : Alicia Vikander



Sac à dos
Possession:

MessageSujet: Re: Arrow    12.01.19 9:19


ARROW
Nous ne faisons pas de nouvelles rencontres par accident. Elles sont destinées à croiser notre chemin pour une raison
Eileen était contente de croiser une personne qui avait gardé son humanité. Soren semblait être quelqu'un de bien. Ainsi, elle le remercia quand il accepta de lui donner quelques infos. Elle se permit, également, de faire de l'humour à propos d'un potentiel regret de Soren d'être parti de l'Alaska. « Tu sais, là-bas ou ici, c’est la même désolation… » Elle fit une grimace et répondu: Je le pense aussi. J'ai pas réellement eu d'infos sur ce qu'il se passait. Tout lui était tombé dessus du jour au lendemain. Mais je pars du principe que le reste du monde a eu le même problème. ça permettait de ne pas avoir de mauvaises surprises. C'est pas très joyeux mais autant être pessimiste et ne pas avoir des désillusions que d'être optimiste et tomber de haut.


« Un rapport avec l’arc que tu trimbales avec toi, ces histoires de compétition et d’équipe ? » Bien observé! Sourit-elle. Il était clair qu'un arc n'était pas la première arme sur laquelle on tombait ou on jetait son dévolu dans de telles situations. Je suis archère de compétition à la base. J'ai eu de la chance d'avoir mon arc à côté quand ces choses me sont tombées dessus en mode screamer! Cependant, je ne sais pas combien de temps il tiendra sans soin particulier Elle ne parla pas du reste de son équipe. Ils étaient morts. Dont un de ses mains! Enfin, ce n'était plus vraiment lui. Il avait rejoint le côté des infectés à la seconde où il s'était fait mordre. Il l'avait attaquée. Elle l'appréciait, c'était son partenaire! Eileen n'avait pas fait ce qu'elle avait accompli de gaieté de cœur mais, sur le coup, c'était lui ou elle! Et toi du coup? T'as fait quoi pour arriver jusqu'ici? J'imagine que t'es pas venu d'Alaksa à pattes! C'est un peu loin! Rigola-t'elle. Eileen entendit même un des gosses pouffer de rire.
« Kelowna est une étape alors ? Tu comptes poursuivre vers l’Ouest ? Tu iras où ensuite ? » Elle hésita: Franchement? Je ne sais pas. On est tombés sur une maison un peu à l'écart de la ville qui semblait être idéale. Alors on restera là jusqu'à ce que la situation nous réclame autrement. Elle regarda les enfants: Je doute qu'ils puissent faire une trop longue route. Emma, Cécily et Kaden étaient fatigués et au bout du rouleau. Erik, je n'en parle même pas! Le cadet des garçons était malade quand ils sont tombés sur lui.

« Est-ce que tu as besoin d’autre chose ? Le soleil est encore haut. Je vais pousser ma chance dans un autre secteur en général moins peuplé.  » Bonne chance! Parlant de ça...Je sais que tu n'es pas là depuis longtemps mais est-ce que tu sais si il y a un magasin de sports par loin? Dit-elle en montrant son arc qui commençait à s'user. « On se recroisera peut-être si vous comptez rester en ville un moment. » Elle sourit, le remerciant silencieusement pour son soutient. « Faites bien attention. Il n’y a pas que des gens bien à Kelowna. » Elle soupira en dit: C'est partout pareil!

Puis, dans le dos de Soren, dans le bâtiment de l'autre côté de la rue, quelque chose attira son attention. Un reflet lumineux. Oui, pas très parlant...Mais ce reflet...Il se déplaçait! Elle était trop loin pour savoir ce que c'était mais elle fit un signe léger de la tête pour alerter Soren.

code by bat'phanie

_________________
Un bon archer atteint la cible avant même d’avoir tiré
♛ N'oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l'oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t'en repentiras comme d'une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l'utiliser pour te blesser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

À propos
Sac à dos


MessageSujet: Re: Arrow    

Revenir en haut Aller en bas
 
Arrow
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arrow RPG
» ARROW : Meilleur saison
» Silent Arrow M [VALIDE - ENTIER]
» Aspen Arrow ↨ I'm fine, you know. Yes .. i'm fine …
» Dangereuse liaison [PV Gaël]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
What Lies Ahead :: Kelowna & Beyond :: Downtown-
Sauter vers: